Arthrose

-

L'arthrose est une maladie liée à la dégénérescence du cartilage. Elle a de multiples causes, que ce soit d'un point de vue médical ou celui des médecines naturelles. Un ensemble de remèdes naturels sont efficaces.

Définition

L'arthrose est une affection chronique, dégénérative, non inflammatoire des articulations. Elle est liée au processus normal de vieillissement et se manifeste souvent après 50 ans. Elle atteint souvent les  genoux (gonarthrose), les hanches (coxarthrose), les vertèbres et les mains. Mais toutes les articulations peuvent être atteintes.

L’arthrose est caractérisée par :

  • Une dégénérescence progressive du cartilage dans une articulation.
  • Une déminéralisation de la surface des os de l’articulation (ostéoporose par ex)
  • Des excroissances osseuses autour ou en dehors de l’articulation (becs de perroquets, calcifications), souvent responsables des douleurs
  • Un appauvrissement du liquide synovial (liquide semblable à du blanc d’œuf qui lubrifie l’articulation)
  • Une altération des tissus autour de l’articulation : ligaments, muscles

L’arthrose peut alterner avec des épisodes d’inflammation de type arthrite. Cela arrive lors de la fissuration du cartilage ou lorsque le cartilage est complètement dégradé.

Le non renouvellent du cartilage

Le cartilage est une substance blanche spongieuse qui couvre les extrémités des os. Il est formé de protéines et de collagène. Il permet aux os de glisser les uns contre les autres sans frottement et aux chocs d’être amortis.
Le cartilage est constamment renouvelé par les cellules appelées chondrocytes. Elles veillent à éliminer le cartilage ancien et à en fabriquer du nouveau.
Avec l’âge l’activité des chondrocytes diminue naturellement. 
Le cartilage n'est pas irrigué (et donc nourri) par des vaisseaux sanguins. Leur nourriture se fait grâce au contact du liquide synovial dans lequel baigne l'articulation. Pour oxygéner et nourrir les chondrocytes, il faut bouger régulièrement.

Lors de l’arthrose et des phénomènes articulaires dégénératifs, on a observé que les chondrocytes se dérèglent, leur fonction ne s’opère plus correctement : 

  • Ils détruisent le cartilage de manière incontrôlée, détruisant même le nouveau cartilage  
  • Ils empêchent la formation de nouveau cartilage
  • Ils produisent des substances inflammatoires qui attaquent les autres parties de l'articulation (tendons, os, liquide synovial)

Symptômes

L'arthrose se manifeste différemment chez les personnes par un ensemble de symptômes:

  • douleurs persistantes aux articulations, craquements
  • raideur articulaire, perte de flexibilité : du mal « à démarrer », à dérouiller les articulations après le sommeil ou une période d’immobilité
  • du mal à forcer : escaliers, efforts trop soutenus ou trop longs, mouvements rapides
  • aggravé par le froid et l’humidité, amélioré par le mouvement doux et la chaleur
  • déformations des articulations dans certain s cas et dans les stades avancés
  • compressions de nerfs comme par exemple sciatique quand l’arthrose est localisée au niveau des lombaires

Il arrive que des périodes inflammatoires se manifestent ponctuellement :

  • rougeur, douleur et gonflement de l’articulation
  • grosses difficultés à la marche
  • douleurs intenses au mouvement (paralysantes), amélioré par le froid et l’immobilité

Causes médicales

L’inflammation

Lorsque l’organisme est enflammé, les substances inflammatoires provoquent des dommages du liquide synovial et le cartilage. Ceci provoque la fissuration puis la disparition du cartilage.

L’inflammation peut être provoquée par :

  • Des intolérances alimentaires
  • Un excès de poids
  • Une oxydation et une acidification de l’organisme
  • Du stress chronique
  • Des chocs récents ou anciens, une utilisation articulaire importante
  • Un état de déshydratation

L’obésité

Le surpoids est un des principaux facteurs de risque à l'arthrose.

Il provoque un poids important sur l’articulation, qui exerce une contrainte écrasant le cartilage et empêchant sa nutrition. D’autre part, les tissus graisseux secrètent des hormones inflammatoires qui détruisent les cellules qui régénèrent le cartilage.

Chocs violents et mouvements répétitifs

Les chocs violents et blessures aux articulations (entorses, fractures, luxations, déchirure musculaire ou tendineuse) abiment ou dérèglent la physiologie du cartilage. Il faut environ une dizaine d’année pour que l’arthrose survienne après une blessure de ce type. Ainsi

La pratique intensive de certains sports (rugby, foot, tennis, ski, chutes…) imposent des torsions articulaires et sont favorables aux chocs.

Un choc de ce type sur une articulation, c’est être sûr qu’un processus d’arthrose se met en place dans les 10 ans.

Les mouvements répétitifs ou  une sur-utilisation de l’articulation (travail, sport, charges lourdes) provoquent aussi dans le temps des lésions aux articulations.

L’insuffisance d’activité physique

Le manque d’activité physique engendre :

  • un défaut d’irrigation sanguine des articulations et de toutes les structures environnantes (muscles, tendons).
  • Une dénutrition des chondrocytes : l’absence de mouvement articulaire empêche le liquide synovial de circuler dans le cartilage et ainsi de l’alimenter en nutriments.

Toutes les études montrent que les personnes qui pratiquent la course à pied ont environ moitié moins de risques que les autres de développer de l'arthrose.

Parmi les pires ennemis du cartilage donc :

  • La sédentarité : travail assis, voiture, télévision…
  • Le manque d’activité physique : marche, sport, travail physique…

Les postures

Ils favorisent l'arthrose: 

  • problème ostéopathique, posturologique, podologique
  • inégalité de longueur des membres inférieurs
  • port de talons (arthrose du genou)

Causes de terrain

  • Irrigation sanguine
  • Déminéralisation
  • Equilibre acido-basique
  • Alimentation et climat
  • Equilibre nerveux
  • Oxydation
  • Déshydratation

La mauvaise irrigation sanguine

La mauvaise irrigation sanguine des têtes osseuses favorise :

  • Une dégénérescence et des lésions des cartilages.
  • Une nécrose des os dans la partie centrale des articulations : c’est la déminéralisation.
  • Des excroissances osseuses (ostéophytes) sur la périphérie des os, assurant un remplacement imparfait du cartilage détruit. C’est le cas des « becs de perroquets » que l’on rencontre souvent alors que l’articulation souffre de déminéralisation et d’arthrose.

Elle est due :

  • Au manque d’activité physique
  • Aux tensions nerveuses se logeant au niveau musculaire et spasmes les articulations
  • A l’encrassement du sang et donc à la faiblesse de l’activité hépatique

La déminéralisation

L’impact de l’équilibre acido-basique

La déminéralisation est essentiellement provoquée par un excès d’acidité des tissus.

Dans les sociétés modernes, la plupart des individus sont en acidose, c'est-à-dire qu’ils sont excès de minéraux acides.

Le sang et les tissus en excès d’acides et de cristaux, doivent nécessairement, pour maintenir des constantes de pH acceptables pour la physiologie, trouver dans le corps des éléments qui vont neutraliser ces acides. Lorsque le Ph du sang diminue de seulement 3% au-dessous de son pH idéal, le corps puise dans les substances minérales alcalines présentes dans les réserves: os, cartilages, dents, etc...

On comprend donc qu’après des années d'excès d'acidité, la déminéralisation s'installe, et que l’arthrose, l’ostéoporose ou des caries dentaires se manifestent, troubles étroitement liés à l'acidification de l’organisme. Un excès d'acides entraîne toujours une déminéralisation. 

L’acidification de l’organisme est provoqué par :

  • l'alimentation acide ou acidifiante et l’alimentation oxydante
  • l’insuffisance digestive (ballonnements, indigestions, constipation…)
  • le défaut d’oxygénation (respiration, exercice physique)
  • la réduction de la fonction rénale qui n’évacue pas bien les déchets
  • le stress, le surmenage et le non respect des phases de repos

L’impact des carences

Certains éléments sont indispensables à une bonne minéralisation : magnésium(favorise l’absorption du calcium), la silice (a une action directe sur l'augmentation de la densité osseuse), vitamines C, D, E.

Une alimentation raffinée (pain et sucres blancs, céréales dont on enlève la couche extérieure…), avec peu de fruits et légumes (ou de mauvaise qualité) engendre des carences de ces éléments essentiels pour la bonne santé des os et des articulations.

L’impact des produits laitiers

L’assimilation du calcium du lait est polémique : certes le lait contient beaucoup de calcium mais il ne serait pas majoritairement assimilable. Plus on en mange, moins la calcification s'effectue, plus on risque des décalcifications !

Par ailleurs, ils favorisent la formation de calcifications anarchiques, becs de perroquets, calculs, athérosclérose des vaisseaux et des encrassements lymphatiques.

Le calcium contenu dans les légumes verts feuillus et les graines oléagineuses (amandes, sésame, noisettes) est plus facilement absorbé que le calcium du lait, car le rapport calcium/magnésium est convenable.  
100 g. de lait contiennent 120 mg de calcium, le yogourt aussi. Mais les fruits secs, ce n'est pas mal non plus: 3 petites figues séchées contiennent déjà 65 mg. Il y en a autant dans une poignée de raisins secs ou dans quatre dattes. Une poignée d'amandes et on est déjà près de la dose quotidienne !

Alimentation

La médecine chinoise enseigne que les rhumatismes sont liés au froid et à l’humidité. Hormis le climat, le sucre et les produits laitiers provoquent de l’humidité dans l’organisme.

Les aliments à tendance allergisante ont tendance à provoquer des inflammations qui détruisent le cartilage. Les produits laitiers et le gluten sont responsables d’intolérances qui génèrent des substances inflammatoires en excès. 

Les aliments acidifiants contribuent à irriter et déminéraliser les articulations

Les protéines glyquées sont nuisibles pour les articulations car elles viennent se fixer sur ou à la place du collagène du cartilage. Les protéines glyquées sont formées au cours du chauffage de protéines en présence de glucides (sucre) : c’est la réaction de Maillard. 
Ex : croûte du pain, peau du poulet, lait UHT, desserts type crèmes brûlées, biscuits. Bref, tous les produits brunis par la cuisson.

Climat

Le froid et l’humidité participent largement aux dégénérations du cartilage. Ils entravent le mouvement et diminuent la fluidité articulaire. Habiter dans un endroit froid et humide, faire des activités physiques qui confrontent au froid/humide (montagne et mer), tout cela favorise les rhumatismes des années après.

Equilibre nerveux et tensions musculaires

Les tensions nerveuses engendrent des tensions, contractures et spasmes au niveau musculaire et tendineux. Ainsi ces tensions :

  • Tirent sur les articulations, provoquant leur déséquilibre 
  • Inhibent l’irrigation sanguine
  • Empêchent la bonne nutrition du cartilage

L’oxydation

L'oxydation de l’organisme par les radicaux libres est une des causes des problèmes articulaires. Le terrain oxydé est propice aux maladies dégénératives et chroniques avec des tendances inflammatoires.

Les radicaux libres dénaturent et oxydent toutes les cellules de l’organisme, y compris les os et les cartilages.

L’oxydation de l’organisme est provoqué par des problèmes:

  • métaboliques : perturbations immunitaires,  digestives ou rénales ; vieillissement
  • environnementaux : UV, produits chimiques, radiations, pollution. La pollution électrique contribue à surcharger l'organisme en électricité positive et provoque la corrosion électrolytique des tissus ostéo-articulaires.
  • alimentaires : alimentation oxydante, carencée en antioxydants ; eau…
  • comportementaux : stress, sommeil, non respect des phases de repos, sport intensif…

La déshydratation

Les cartilages sont des tissus qui sont lubrifiés par le liquide synovial. Ils sont donc fortement hydratés. Lors de déshydratation, ils sont moins irrigués, ils perdent leur fluidité, créant une abrasion et une inflammation.

Les vertèbres quant à eux reposent sur des disques riches en eau. Lors de déshydratation on assiste à un écrasement des vertèbres qui se touchent entre elles, engendrant des pincements de nerfs (sciatique par exemple).

La déshydratation est provoquée par :

  • La carence en eau de boisson
  • La prise de café, de thé, d’eau pétillante ou trop chargée en minéraux
  • Les diurétiques (tisanes, médicaments et même sodas !)

Hygiène de vie

L'activité physique

La pratique d’une activité physique régulière est fondamentale pour prévenir les difficultés articulaires. Elle active la circulation sanguine, nourrit le cartilage, renforce les muscles et les os, élimine des toxines. Les avantages sont donc considérables.

Il faut que cette activité soit :

  • Adaptée à chacun
  • Pratiquée plusieurs fois par semaine
  • Pratiquée en évitant les chocs, les blessures et les mouvements répétitifs
  • Suivie d’étirements doux

Les activités les plus bénéfiques sont : la marche, la gymnastique, le stretching, le yoga, la natation, le ski de fond, le tai chi, la musculation douce, le footing, le vélo.

Les activités qui génèrent des chocs importants doivent être suivies d’étirements, les articulations doivent être chauffées au préalable (baumes ou échauffements) : basket, foot, sports de combats, tennis, volley, squash…

Lorsque l’articulation est lourdement atteinte, il est impératif de continuer le mouvement articulaire pour éviter la sclérose complète.

L'échauffement de l’articulation stimule la production de liquide synovial. Cela réduit la pression sur les articulations et alimente davantage le cartilage.

Mais il faut aussi la ménager : réduire les périodes d'activité et leur intensité. Le mouvement améliore la douleur, mais lorsque celle ci réapparaît, c’est le signal qu’il faut l’arrêter.

Le massage

Le massage est un formidable moyen de favoriser l’irrigation sanguine, drainer les toxines, libérer les tensions autour des articulations. C’est un moyen préventif absolument intéressant.

Le sommeil

Le sommeil profond est nécessaire pour reconstituer le stock de cellules osseuses et régénérer l'organisme, car c'est pendant cette phase de sommeil, en début de nuit, qu'est sécrétée la mélatonine, hormone antioxydante et revitalisante. 
La pratique de la relaxation au coucher pour favoriser un endormissement rapide, constitue une aide précieuse.
Eviter les stimulations nerveuses et intellectuelles le soir ou avant de se coucher.

Alimentation

Traitements naturels

Combattre l'inflammation

L’harpagophytum

L’Harpagophytum réduit l’inflammation (1,2). Des études ont (3,4) ont montré que une dose de 480 mg d'harpagophytum permettait de réduire de 24 à 45% les douleurs de l'arthrose et d’augmenter la mobilité d’autant.

Les études ont montré que l'harpagophytum est au moins aussi efficace certains médicaments anti-inflammatoires, sans les  effets indésirables (5,6). Mais, comme les médicaments, l'harpagophytum agit seulement sur le symptôme de l’inflammation.

Les substances actives contre l'inflammation sont les iridoïdes. Ils doivent être concentrés à minimum 2,5% de la totalité de la gélule pour avoir l’effet escompté.

Pour une action profonde et durable, 2 à 3 mois de prise sont nécessaires.

Le gingembre

Le gingembre est une plante anti-inflammatoire en médecines ayurvédique et chinoise, ce qui a été confirmé par les études (7).

Des études ont révélé que le gingembre améliore l’arthrose (douleurs, raideurs, mobilité) après 1 mois ½ à 3 mois d’utilisation (8,9), et que sa prise pendant plus de deux ans et demi ne provoque pas d’effets indésirables (8). 

Le curcuma

Le curcuma est une plante anti-inflammatoire. Elle est très intéressante pour les articulations.
Une étude a montré que le curcuma (2 grammes par jour pendant 6 semaines) est aussi efficace sur les personnes souffrant d'arthrose que 800 mg d'ibuprofène par jour (10). 
Une autre étude a montré que le curcuma (1,2 g par jour) pouvait être aussi efficace  que le phénylbutazone, un anti-inflammatoire utilisé dans le traitement de l'arthrite rhumatoïde (11). 

Boswéllia, l'arbre à encens

La résine de Boswellia est utilisée en médecine traditionnelle indienne pour traiter les inflammations articulaires et intestinales. 

Depuis des études ont laissent supposer que la Boswellia aide à :

  • la réduction de la douleur (12, 15)
  • l’amélioration des performances physiques (13, 15); 
  • la réduction de la gravité de l'arthrose (12, 14)

Griffe du chat (Uncaria)

La griffe du chat est utilisé par les Indiens d’Amérique comme anti-inflammatoire.

Des études ont montré que la griffe du chat:

  • Etait effectivement anti-inflammatoire (17, 18, 19)
  • Permettait de régénérer les cartilages endommagés (16) 
  • Serait utile en complément des traitements habituels de la polyarthrite (20)

Les oméga-3

Les oméga 3 ont propriétés anti-inflammatoires puissantes. 

Une étude anglaise (21)  a montré qu’en prenant 2 g d’huile de foie de morue enrichie en oméga-3 pendant 3 mois, 86% des personnes n’avaient plus de traces des enzymes détruisants le cartilage. D’après le professeur Bruce Caterson qui a mené l’étude, "concrètement cela signifie qu’une supplémentation en acides gras oméga-3 peut ralentir voire stopper l’usure du cartilage et réduire l’inflammation ainsi que la douleur qui accompagne l’arthrose".

L’huile de krill serait particulièrement intéressante. Une étude, publiée dans le Journal of the American College of Nutrition, a montré que la consommation quotidienne de 300 mg d'huile de krill, durant 30 jours, s'accompagnait par une diminution de 30.9% de la protéine C-réactive (marqueur sanguin de l’inflammation) et d'une diminution des symptômes et douleurs d’arthrose.

Les bourgeons

Le bourgeon de cassis a un effet anti-inflammatoire réputé de la gemmothérapie. Il est d’emploi sûr et facile. Il faut le prendre sur 2 mois ou plus.

Le bourgeon de pin a un effet positif sur les cartilages.

La bromélaïne

La bromélaïne, issue de l’ananas, a une action anti-inflammatoire et anti-oedémateuse. Elle est intéressante en cas d’inflammations des articulations avec gonflement.

Dans une étude clinique, la bromélaïne a montré des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, réduisant les symptômes d'arthrite et de polyarthrite rhumatoïde.

Les chercheurs en ont conclu que « la bromélaïne pouvait améliorer efficacement les symptômes physiques de même que le bien-être général, de manière dose-dépendante, chez des adultes souffrant de douleurs modérées du genou» (33).

La papaïne peut aussi s’avérer utile en association avec la bromélaïne.

Rétablir l'équilibre acido-basique

Certaines plantes sont particulièrement intéressantes pour soulager les problèmes articulaires en lien avec un excès d’acidité de l’organisme :

Le saule, le cassis, la reine des prés, le frêne, l’aubier de tilleul et le bouleau sont parmi les plus efficaces.

Reconstruire le cartilage

Alors que l’on croyait la reconstruction du cartilage impossible, certaines études sont venues redonner espoir à des millions de personnes. Certaines substances naturelles prises en complément alimentaires se retrouvent dans le liquide synovial des articulations après ingestion. De là, elles peuvent pénétrer le cartilage et le reconstruire, remplaçant ainsi le travail des chondrocytes. 

Sulfate de glucosamine

La glucosamine se trouve dans le liquide synovial, elle est produite naturellement par l'organisme. Lors des mouvements de l’articulation, elle pénètre dans le cartilage. Elle permet de retenir le liquide synovial dans l’articulation, assurant ainsi son hydratation, sa nutrition et sa souplesse. Bref, elle évite la dégénérescence du cartilage et permet sa reconstruction lorsque celui-ci est encore suffisamment présent. 
Sa concentration dans le liquide synovial diminue avec l'âge.

Deux études cliniques menées sur des personnes souffrant d’arthrose du genou ont montré que la prise quotidienne de 1500 mg de sulfate de glucosamine pendant 3 ans permet de bloquer la progression de la maladie (22, 23). 
D’autres études révèlent que la glucosamine soulage les douleurs d’arthrose mineure ou modérée,  dans un délai de 2 à 8 semaines et persistant plusieurs semaines après l’arrêt de traitement (22) 
La Ligue européenne contre les rhumatismes EULAR (24) recommande l’utilisation du sulfate de glucosamine.

La dose journalière doit être de 1500 mg par jour de sulfate de glucosamine, prise en 2 fois.
Les effets se font sentir après 2 à 6 semaines de traitement, mais il vaut mieux la prendre sur le long terme.
Il faut qu’il reste des cellules qui fabriquent le cartilage, c’est-à-dire que celui-ci n’ait pas été totalement détruit pour que la glucosamine soit efficace.
La biodisponibilité du sulfate de glucosamine dans l’intestin est de 90 %, ce qui signifie qu'il est très bien assimilé par l'organisme. 
Aucun effet secondaire significatif n’a été rapporté
Certains produits contenant de la glucosamine sont faits à partir de crustacés. Les personnes qui y sont allergiques doivent donc les éviter. 

Sulfate de chondroïtine

Comme la glucosamine, le sulfate de chondroïtine est un composant du liquide synovial et de la matrice du cartilage et il contribue à son hydratation. Elle évite la dégénérescence du cartilage et permet sa reconstruction lorsque celui-ci est encore suffisamment présent. 

Sa concentration dans le liquide synovial diminue avec l'âge.
Une étude menée sur 120 personnes souffrant d’arthrose du genou a révélé  qu’une dose de 800 mg de sulfate de chondroïtine par jour pendant 3 mois, renouvelé une fois, diminue les symptômes de l’arthrose et ralentit la dégénerescence du cartilage (radiographies à l’appui).

Prendre de 800 mg à 1 200 mg par jour de chondroïtine, en une ou plusieurs prises.
Il faut compter de 4 à 8 semaines pour que l'effet se fasse pleinement sentir.
Les différences de qualité entre les compléments alimentaires sont énormes. La chondroïtine pure de qualité est coûteuse.

L’association glucosamine-chondroïtine

Des scientifiques ont montré que glucosamine et chondroïtine pourraient agir en synergie pour une plus grande efficacité (26, 27).
Selon l’étude clinique internationale, l'étude « The Moves » (28), réalisée en 2014, les effets conjugués de la chondroïtine et de la glucosamine sont comparables à ceux obtenus avec des anti-inflammatoires – sans les effets indésirables. 

Cette association est efficace chez  environ 80 % des personnes.
Glucosamine et chondroïtine sont considérées sans danger par les autorités de santé.

MSM

Le MSM contient du soufre qui contribue à améliorer la fluidité articulaire.  Le MSM renforce la production de sulfate de chondroïtine, de sulfate de glucosamine et d’acide hyaluronique, les substances qui donnent leur élasticité aux articulations. Aux Etats Unis, c’est le complément alimentaire le plus vendu.

Une étude a montré une réduction de 82 % de la douleur chez les patients arthrosiques après 6 semaines (29). L’association avec la glucosamine s’avère très efficace (30).

Le MSM est sans danger d’utilisation et compatible avec la prise de médicaments
Les effets se font ressentir dès 3 semaines et il doit être pris sur une période prolongée (2 mois par an).
Les doses journalière sont de 400 à 500 mg.
Les qualités des compléments alimentaires varient aussi énormément.

Collagène

Le collagène est une protéine essentielle et très abondante dans l’organisme. Il intervient dans la formation de: 

  • Cartilages, os, tendons, ligaments et tissu conjonctif
  • Peau, ongles, cheveux
  • Dents, gencives
  • Organes internes

L’organisme synthétise le collagène  produit à partir d’acides aminés (Glycine, Proline, et Arginine), de silicium, de vitamines (vitamine C notamment) et d’oligo-éléments. A partir de 25 ans, l’organisme commence à moins le synthétiser ; il y a 45% de collagène en moins à 50 ans qu’à 25.

Le collagène est indispensable pour régénérer les tissus et conserver leur cohésion, élasticité et fermeté du corps. Le manque de collagène est donc en partie responsable de la dégénérescence des tissus articulaires et de tous les autres tissus cités plus haut.

Le collagène est très sensible aux radicaux libres qui l’oxydent. Pour régénérer le collagène, il est important d'éliminer les radicaux libres grâce à des antioxydants. La prise de collagène ou de précurseurs de collagène ne suffisent pas.

Les formes intéressantes de collagène intéressantes sont :

Le collagène marin hydrolysé de faible poids moléculaire.
C’est la condition indispensable pour que le collagène soit actif au minimum. Des collagènes simples sont inefficaces.

Le collagène UCII ® est un collagène natif améliore la mobilité et la flexibilité des articulations. Il régule le système immunitaire qui impacte/enflamme les articulations.
Des études de l'université de Harvard ont montré que le collagène natif à 10 mg/j agit sur le système immunitaire pour prévenir les attaques de l'organisme contre ses articulations. 
Une étude a porté sur 28 patients souffrant d'une sévère polyarthrite rhumatoïde. La prise de collagène UC II ® pendant trois mois a amélioré les symptômes, quatre d'entre eux ayant été totalement guéris. (Science, 261: 1727-1730, 1993.) 
Après trois mois de traitement avec du collagène non dénaturé de type II, 8 patients sur 10, souffrant de polyarthrite rhumatoïde juvénile, ont observé une réduction du gonflement et de la sensibilité de leurs articulations. (Arthritis and Rheumatism, 39: 623-628,1996.) Au total, 8 études cliniques sur l'homme ont montré l'efficacité du collagène natif dans le traitement de l'arthrite. 

Silicium

Le silicium est indispensable au cartilage. Des études sur les cartilages embryonnaires montrent que leur croissance est liée à la présence de silicium, qui est un élément fondamental pour la synthèse du collagène et du cartilage. 

SAMe

La S-adénosylméthionine (SAMe) agit sur le système immunitaire pour calmer l'inflammation articulaire. Elle est synthétisée par le corps à partir des protéines des aliments. Elle stimule aussi la synthèse des molécules du cartilage (31). Les résultats des études ont révélé qu'elle était aussi efficace que les anti-inflammatoires classiques sans en avoir les effets indésirables, et en étant sécuritaire (32).

En général, 1 à 3 mois sont nécessaires pour observer les effets, mais ceux-ci sont durables. 
Prendre 400 mg 3 fois par jour, pendant 3 semaines, puis réduire la dose quotidienne à 200 mg, 2 fois par jour. 

Diminuer l'oxydation

La prise d’un complément antioxydant s’avère utile de temps en temps. L’oxydation favorise en effet l’inflammation et la dégénérescence articulaire.

Gels externes

Les huiles essentielles, sont particulièrement indiquées en application externe.
Certaines préparations réchauffent l’articulation, ce qui favorise l’irrigation sanguine, la souplesse et diminue les douleurs.
D’autres sont anti-inflammatoires et vont agir localement contre la douleur.

Il faut appliquer ces préparations deux fois par jour sur une période relativement longue (1 à 3 mois).

Bibliographie

(1) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12244884?dopt=Abstract

(2) Fiebich BL : Inhibition of TNF-alpha synthesis in LPS-stimulated primary human monocytes by Harpagophytum extract SteiHap 69. Phytomedicine. 2001 Jan;8(1):28-30.

(3) Wegener T : Treatment of patients with arthrosis of hip or knee with an aqueous extract of Devil’s Claw (Harpagophytum procumbens DC.). Phytother Res 2003, 17(10):1165-1172.

(4) Chrubasik S : A randomized double-blind pilot study comparing Doloteffin and Vioxx treatement of low back pain. Rheumatology (Oxford). 2003, 42(1) : 141-148.

(5) Effectiveness and safety of Devil’s Claw tablets in patients with general rheumatic disorders. Author: Warnock M, McBean D, Suter A, Tan J, Whittaker P. Source: Phytother Res. 2007; 21(12):1228-33.

(6) Leblan D : Harpagophytum procumbens in the treatment of knee and hip osteoarthritis. Four-month results of a prospective, multicenter, double-blind trial versus diacerhein. Joint Bone Spine. 2000, 67(5):462-427. 
(7)  Kiuchi F : Inhibition of prostaglandin and leukotriene biosynthesis by gingerols and diarylheptanoids. Chem Pharm Bull 1992, 40(2):387-391. 

(8) Srivastava KC : Ginger (Zingiber officinale) in rheumatism and musculoskeletal disorders. Med Hypotheses. 1992, 39(4):342-348. 
(9) Altman RD : Effects of a ginger extract on knee pain in patients with osteoarthritis. Arthritis Rheum 2001, 44(11):2531-2538. 

(10) Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. Kuptniratsaikul V, Thanakhumtorn S, Chinswangwatanakul P, Wattanamongkonsil L, Thamlikitkul V. J Altern Complement Med. 2009 Aug;15(8):891-7, 
(11) Deodhar SD, Sethi R, Srimal RC. Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin (diferuloyl methane). Indian J Med Res. 1980 Apr;71:632-4. Curcumin, Linus Pauling Institute 
(12) Badria F, et al. Boswellia-curcumin preparation for treating knee osteoarthritis. Alternative & Complimentary Therapies. 2002. December : 341-8. Étude mentionnée et résumée dans Herbalgram, numéro 60, p. 20. 
(13) Kimmatkar N, Thawani V, et al. Efficacy and tolerability of Boswellia serrata extract in treatment of osteoarthritis of knee--a randomized double blind placebo controlled trial. Phytomedicine. 2003 Jan;10(1):3-7. 
(14) Chopra A, Lavin P, et al. A 32-Week Randomized, Placebo-Controlled Clinical Evaluation of RA-11, an Ayurvedic Drug, on Osteoarthritis of the Knees. J Clin Rheumatol. 2004 Oct;10(5):236-245. 
(15) Sengupta K, Alluri KV, et al. A double blind, randomized, placebo controlled study of the efficacy and safety of 5-Loxin for treatment of osteoarthritis of the knee. Arthritis Res Ther. 2008;10(4):R85. 

(16) The chrondoprotective actions of a natural product are associated with the activation of IGF-1 production by human chondrocytes despite the presence of IL-1beta. Miller MJ, Ahmed S, et al. BMC Complement Altern Med. 2006 Apr 7;6:13., 
(17)  Sandoval M, Okuhama NN, et al. Anti-inflammatory and antioxidant activities of cat's claw (Uncaria tomentosa and Uncaria guianensis) are independent of their alkaloid content.Phytomedicine 2002 May;9(4):325-37. 
(18)  Sandoval-Chacon M, Thompson JH et al. Antiinflammatory actions of cat's claw: the role of NF-kappaB.Aliment Pharmacol Ther 1998 Dec;12(12):1279-89 
(19)  Cat's claw: an Amazonian vine decreases inflammation in osteoarthritis. Hardin SR. Complement Ther Clin Pract. 2007 Feb;13(1):25-8. Review. 
(20)  Mur E, Hartig F, et al. Randomized double blind trial of an extract from the pentacyclic alkaloid-chemotype of uncaria tomentosa for the treatment of rheumatoid arthritis.J Rheumatol 2002 Apr;29(4):678-81. 

(21) http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/1817974.stm

 (22) Reginster JY, Deroisy R, Rovati LC, Lee RL, Lejeune E, Bruyere O, Giacovelli G, Henrotin Y, Dacre JE, Gossett C. Long-term effects of glucosamine sulphate on osteoarthritis progression: a randomised, placebo-controlled clinical trial.Lancet 2001 Jan 27;357(9252):251-6.

(23)] Pavelka K, Gatterova J, Olejarova M, Machacek S, Giacovelli G, Rovati LC. Glucosamine sulfate use and delay of progression of knee osteoarthritis: a 3-year, randomized, placebo-controlled, double-blind study.Arch Intern Med 2002 Oct 14;162(18):2113-23.

(24) Zhang W, Doherty M, Leeb BF, et al. EULAR evidence-based recommendations for the diagnosis of hand osteoarthritis : Report of a task force of ESCISIT. Ann Rheum Dis 2009;68:8-17.

(25) Uebelhart D : Intermittent treatment of knee osteoarthritis with oral chondroitin sulfate : a one-year, randomized, double-blind, multicenter study versus placebo. Osteoarthritis Cartilage. 2004 Apr;12(4):269-76. 

(26) Vangsness CT Jr, Spiker W, Erickson J. A review of evidence-based medicine for glucosamine and chondroitin sulfate use in knee osteoarthritis. Arthroscopy. 2009 Jan ; 25(1):86-94. Epub 2008 Sep 30. Review. PubMed PMID: 19111223. 
(27) The Combination of Chondroitin Sulfate and Glucosamine Proves Effective for the Symptomatic Treatment of Knee Osteoarthritis

 (28) Sandra Weimer, Josephine Priebs, Doreen Kuhlow, Marco Groth, Steffen Priebe, Johannes Mansfeld, Troy L. Merry, Sébastien Dubuis, Beate Laube, Andreas F. Pfeiffer, Tim J. Schulz, Reinhard Guthke, Matthias Platzer, Nicola Zamboni, Kim Zarse & Michael Ristow. D-Glucosamine supplementation extends life span of nematodes and of ageing mice. Nature Communications. 2014 Apr 8;5:3563. doi:10.1038/ncomms4563 

(29) Efficacy of methylsulfonylmethane supplementation on osteoarthritis of the knee: a randomized controlled study. Debbi EM1, Agar G, Fichman G, Ziv YB, Kardosh R, Halperin N, Elbaz A, Beer Y, Debi R.

(30) Meta-Analysis of the Related Nutritional Supplements Dimethyl Sulfoxide and Methylsulfonylmethane in the Treatment of Osteoarthritis of the Knee Sarah Brien,1 Phil Prescott,2 and George Lewith1, 1Department of Primary Medical Care, University of Southampton, Aldermoor Health Centre, Aldermoor Close, Southampton, Hindawi Publishing Corporation, Evidence-Based Complementary and Alternative Médicine 2009

(31) Whole Health Chicago, SAMe for Depression and Arthritis, 
(32) Soeken KL, Lee WL, et al. Safety and efficacy of S-adenosylmethionine (SAMe) for osteoarthritis.J Fam Pract 2002 May;51(5):425-30.

(33) Walker A.F. et al., Bromelain reduces mild acute knee pain and improves well-being in a dose-dependant fashion in an open study of otherwise healthy adults, Phytomedicine, 2002 Dec; 9(8): 681-6. Tilwe G.H. et al., Efficacy and tolerability of oral enzyme therapy as compared to diclofenac in active osteoarthrosis of knee joint: an open randomized controlled clinical trial, J. Assoc. Physicians India, 2001 Jun; 49: 617-21.

Yann Poulhalec
Yann Poulhalec, Contributeur

Naturopathe et praticien en médecine traditionnelle chinoise de 2004 à 2018. Formateur en médecine chinoise depuis 10 ans.

https://www.linkedin.com/in/yann-poulhalec-2b5375172/