Spiruline: avis après enquête

-

La spiruline est une cyanobactérie, aussi appelée micro-algue, qui pousse dans l'eau douce. C'est un des compléments alimentaires les plus populaires. L'offre proposée est pléthorique et les marques se font une guerre commerciale acharnée.
Bio, française, poudre, comprimés... Dans cet article, nous allons démêler le vrai du faux, explorer les modes de culture et les différentes formes disponibles. Nous allons voir comment déterminer une algue de qualité. Aussi, nous vous guidons pour que vous puissiez bien choisir votre spiruline et nous vous donnons notre avis sur les meilleurs produits.

Modes de culture et séchage

Afin de pouvoir cultiver cette algue, il faut un bassin, de l'eau, des nutriments, de la chaleur et de l'ensoleillement. Nous vous exposons notre avis sur les différents modes de culture et de séchage de la spiruline.

Bassin de culture

Les bassins de culture grande échelle sont en béton. Or le béton contient de nombreux métaux lourds issus de sa fabrication1. D'autre part, il intègre les cendres issues de l'incinération des déchets ménagers2.

Les cultures de petits producteurs utilisent le plus souvent des plastiques pour étanchéifier leur bassin. Les cultures à grande échelle utilisent du PVC, un plastique controversé. Tandis que les petits producteurs utilisent davantage des bâches en polyéthylène, un plastique alimentaire.

Ainsi, les bassins utilisés dans la filière agro-industrielle contiennent des contaminants qui peuvent migrer dans l'eau. Ces toxiques ne sont pas forcément tous analysés dans le produit final, même en bio.

Photobioreacteur

La culture en photobioréacteur est une culture hors sol. Certaines marques l’appellent la culture en "tubes de verre". Cette forme de culture permet d'isoler complètement la spiruline de l'environnement. On maîtrise ainsi toutes les contaminations possibles de l'environnement (bassin, pluie, terrain, pesticides...).

Eau

Il faut de l'eau douce mélangée avec un peu d'eau salée pour pouvoir cultiver la spiruline. Sa qualité est primordiale et détermine aussi le taux de contaminants dans le produit final.

Elle peut provenir d'une rivière, d'une source, être issue de la récupération d'eau de pluie. Mais le plus souvent, elle est pompée dans la nappe phréatique.

L'eau utilisée doit nécessairement être filtrée efficacement, afin d'enlever tout type de contaminants: métaux lourds, pesticides, germes… Et particulièrement pour les micro-algues qui sont des pompes à polluants.

Nutriments

La spiruline a besoin de nutriments pour croître. Comme les plantes, les principaux sont N, P, K (azote, phosphore et potassium). Mais il lui faut aussi différents minéraux.

On retrouve donc ici la notion d'engrais. Les principaux sont:

  • Pour l'azote: ammoniaque, urée, différents nitrates (nitrate de potasse notamment)
  • Pour le phosphore: phosphates sous différentes formes (phosphate dipotassique notamment)

Normalement, les produits chimiques utilisés doivent être purs ou au moins solubles. Ce ne sont pas des engrais traditionnels de l'agriculture conventionnelle3‌; ils sont alors moins toxiques.

Il est possible d'avoir des alternatives naturelles aux engrais chimiques. Par exemple: lessive de cendre (potassium), acide phosphorique extrait de la poudre d'os (phosphore). Cela va dans le sens d'engrais naturels, qui peuvent être utilisés en bio. Mais pour l'azote, ce n'est pas si simple.

Le problème de l'azote

Le plus gros écueil pour nourrir la spiruline naturellement est l'azote.

Celui d'origine végétale (compost, guano...) n'est pas optimal pour le développement de la spiruline, car il empêche la lumière de passer et surcharge le milieu de culture. Néanmoins, il est possible de l'utiliser, mais à condition de vider très fréquemment les bassins: c'est une hérésie environnementale, qui ne correspond pas à la notion de naturel et encore moins au exigences du bio.

En attendant de trouver une solution (bien avancée pour certains), les producteurs utilisent de l'urée, une source d'azote de synthèse. C'est pour cela que les petits producteurs français ne peuvent pas être certifiés bio3.

Les fabricants, qui cultivent de manière industrielle en France cette algue, peuvent proposer une spiruline bio, car ils peuvent vider régulièrement les bassins.

Les fabricants qui sont situés en dehors de l'Europe et qui pratiquent une culture industrielle, peuvent commercialiser une spiruline bio. Pour remplacer l'azote, de l'urée de synthèse est alors utilisée4. Comment ces producteurs peuvent-ils bénéficier du label bio?

Ainsi, un cahier des charges bio, élaboré et rédigé en Inde, peut autoriser l'urée de synthèse. Par équivalence, ce cahier des charges est également reconnu en Europe. De ce fait, cette spiruline en provenance d'Inde, peut alors bénéficier du label bio européen5, alors qu'elle contient de l'urée.

Conditions climatiques

La spiruline se développe à des températures de 20 à 40°, idéalement entre 30 et 35°C. Ces températures sont aisément atteignables dans les pays tropicaux, qui peuvent en cultiver toute l'année.

Dans les pays tempérés, la croissance a donc lieu naturellement entre mai et octobre, lorsque la lumière et les températures sont suffisantes. Le reste de l'année, la culture est en "dormance". Une serre est évidemment nécessaire et du chauffage d'appoint pour compenser les écarts de température peut être utilisé. Pour les cultures à grande échelle sur toute l'année, un chauffage est obligatoire. Des solutions d'électricité verte sont souvent mises en place dans ces cas-là6.

Le séchage

Après la récolte, le séchage est une étape importante. A l'heure actuelle, il existe deux types de séchage:

  • A basse température (maxi 40°), avec de l’air chauffé (par le soleil ou non).
  • Par atomisation: l'algue est séchée à haute température (180°) sur une durée très courte.
  • Par atomisation doux: même technique avec une température moindre (maxi 50°).

Evidemment, le séchage basse température est à privilégier pour conserver les actifs et préserver la membrane de la spiruline.

La souche

La souche de cyanobactérie utilisée est importante car chacune a ses caractéristiques nutritionnelles. Elles proviennent originellement de souches retrouvées à l'état naturel.

Critères de qualité

Quels critères de qualité doivent-être pris en compte? Avis et conseils pour choisir une spiruline de très bonne qualité.

Sa qualité dépend évidemment de son mode de culture et de sa méthode de chauffage. Mais il est impossible de tout vérifier!

Faire totalement confiance aux marques s'avère compliqué. Si on les écoute, toutes sont sans traitements chimiques, cultivées en milieu protégé, sans métaux lourds...

En réalité, il y a 3 facteurs qui peuvent réellement témoigner de sa qualité: la teneur en phycocyanine, les analyses et son aspect.

Teneur en phycocyanine

La phycocyanine est un pigment bleu vert présent dans l'algue. Elle a pour vocation à absorber les lumières orange et rouge. Ainsi, sa présence est directement liée au fait que la spiruline soit en recherche de la lumière.

Les hautes températures de séchage détériorent le pigment de manière importante. Teneur faible de phycocyanine = séchage haute température.

La présence de phycocyanine dans la spiruline lui confère des vertus santé importantes. Néanmoins, elle n'est pas forcément bien assimilée lorsqu'elle est intégrée par l'intermédiaire de cette algue. Dans notre test sur la phycocyanine, nous développons ce sujet et les produits à privilégier pour bénéficier de ses vertus.

Analyses

Il faut que la marque puisse fournir des analyses indépendantes des teneurs en:

  • nutriments, plus particulièrement en phycocyanine;
  • métaux lourds, pesticides et hydrocarbures (HAP);
  • germes et microcystines (toxine produite par les cyanobactéries)
  • nitrates et phosphates.

Avec ces analyses, il est possible de se faire une idée sur les conditions de culture et de séchage.

Aspect

Une bonne spiruline se caractérise par une légère odeur d'algue verte. Une odeur forte peut signifier qu'elle est oxydée ou mal séchée.

Elle se caractérise aussi par une couleur verte foncée d'un aspect mat. Une couleur trop verte est le signe qu'elle manque de phycocyanine.

Elle a un goût d'algue très prononcé, avec une saveur légèrement iodée et salée. Si un goût ranci se fait sentir, c'est encore un signe d'oxydation.

Quel est notre avis sur la spiruline bio?

Spiruline bio

C'est seulement depuis 2017 que l'Union européenne a autorisé le label bio pour les micro-algues.

Ce label présente 2 problèmes majeurs:

  • Ce cahier des charges n'inclut pas la température de séchage7‌. Or, le séchage conditionne grandement sa qualité nutritionnelle.
  • Une spiruline produite dans un pays hors UE avec les normes de l'agriculture biologique dudit pays peut être estampillée avec le label bio français et européen. Ceci est possible par le biais des équivalences. Mais les cahiers des charges bio Indien ou Chinois sont moins contraignants que celui européen. Ces derniers peuvent par exemple utiliser de l'urée. L'impact écologique est aussi moins contraignant (vidange des bassins).

Ainsi ce cahier des charges permet l'arrivée de produits bio conçus à l'extérieur de l'Union européenne. Mais les productions réalisées sur le sol européen ne peuvent pas être bio, à moins de trouver une alternative à l'urée ou de vider les bassins fréquemment.

Une spiruline bio produite hors UE n'est donc pas un critère absolu. De petites exploitations françaises peuvent produire une spiruline non biologique de meilleure qualité.

Industrielle ou Paysanne

Quelle production privilégier: industrielle ou paysanne? Notre avis pour la culture de la spiruline.

Une vocation sociale et écologique

Pour commencer, il convient de rappeler ici que la spiruline n'est pas un nutriment comme les autres. Elle permet de pallier à des carences nutritionnelles, tout en étant facilement cultivable partout et peu chère à produire. Elle a donc une vocation humanitaire et environnementale forte, voulue par les pionniers qui l'ont développée7:

  • Elle permet de diminuer l'empreinte écologique de l'alimentation: c'est un apport en protéines végétales, qui nécessite peu de ressources pour la cultiver.
  • Elle permet aussi l'autonomie des populations: elle se cultive facilement, sans main d'œuvre et avec un minimum de formation. Tout en offrant de bon rendements.

Sa nature et sa vocation correspondent donc en tout point à une exploitation paysanne et locale.

Qualité

D'un point de vue qualité, la différence est exactement la même entre une tomate vendue par un producteur local et une tomate de supermarché.

En France par exemple, les producteurs passent plus de temps à ralentir la croissance que de la pousser. Et la composition nutritionnelle s'en ressent évidemment.

Aussi, il est possible de visiter la ferme d'un paysan et il vous livrera tout de son métier. Quant à la production industrielle, les fabricants sont très opaques sur leurs modes de production, les engrais, les procédés utilisés...

Spiruline française

La spiruline cultivée en France: nous vous présentons nos connaissances et notre avis à ce sujet.

Les détracteurs

Certaines marques8 tentent de faire croire que la spiruline française n'en vaut pas la peine et qu'il vaut mieux se fournir en Inde. Les arguments avancés sont:

  • Faible teneur en phycocyanine: cette affirmation est fausse, Gourmet Spiruline9 atteint un taux minimum de 15% sur ces lots, Spiruline De Julie10 entre 18 et 32%.
  • 4 à 5 fois plus chère: cette affirmation n'est pas justifiée. Les marques françaises sont moins de deux fois plus chères que les marques indiennes les plus économiques. Mais la majorité des spirulines provenant de pays exotiques sont souvent vendues plus chères que les françaises!

La différence de prix avec les produits étrangers les moins chers s'explique par des rendements plus faibles et des charges sociales plus élevées en France.

Par ailleurs, il est reproché aux producteurs français de chauffer leurs serres. Cette allégation n'est pas justifiée. Il est important de rappeler que la culture est en dormance la saison froide et que le chauffage est très modéré le reste de l'année. Les fermes s'équipent de panneaux solaires ou autres sources d'énergie. L'impact carbone est modéré et n'est pas comparable au transport de marchandises lointaines. Si les fermes françaises se mettent à produire toute l'année en chauffant, notre avis mériterait des ajustements.

Les avantages

Consommer une spiruline française d'exploitation à taille humaine, c'est bénéficier d'un aliment paysan de qualité. C'est aussi s'assurer d'une traçabilité complète et d'analyses selon les normes françaises.

L'ANSES affirme que : "les consommateurs doivent privilégier des compléments alimentaires, contenant de la spiruline qui proviennent de circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés par les pouvoirs publics : conformité à la réglementation française, traçabilité, identification du fabricant"11.

De la spiruline bio en France?

A ce jour, les producteurs doivent utiliser de l'azote sous forme d'urée pour nourrir leurs microalgues. Cela ne rentre pas dans le cahier des charges du bio européen.

Alors pour avoir une spiruline bio Française, il faut nécessairement utiliser de l'engrais végétal. Cela implique de vider les bassins fréquemment.

A ce jour (octobre 2020), toutes les spirulines bio françaises proviennent d'une seule ferme industrielle en Bretagne: Ciane. Ce fournisseur revend à Alghé (Onatera), Jolivia, Gourmet Spiruline...

Cette société, financée par la région Bretagne est arrivé à obtenir le label bio (vidange des bassins ou...?). Elle est en liquidation judiciaire en juin 202012, reprise par Global EcoPower, un groupe côté en bourse13. On est alors ici dans le business de la spiruline, qui souhaite concurrencer l'Asie avec des enjeux commerciaux énormes. Avec des produits au final loin de ce qu'un producteur classique peut produire en termes de qualité.

Mais la spiruline bio française a un autre avenir. Des producteurs et la fédération des spiruliniers de France sont en cours d'expérimentations prometteuses, pour remplacer l'urée sans nuire à la qualité des produits, ni à l'environnement.

Différentes formes

Plusieurs formes sont proposées pour consommer cette algue: comprimés, gélules, poudre, paillettes ou brindilles. Découvrez notre avis, sur les différentes formes de spiruline.

Comprimés ou gélules

C'est une option intéressante pour ceux qui n'aiment pas le goût de cette algue.

Pour les comprimés, ils sont pressés à froid et ne nécessitent pas d'adjuvants. Mais beaucoup de marques ajoutent des additifs, afin d'améliorer les cadences de production. On peut retrouver du dioxyde de silicium ou du talc, même dans les bio. Ou bien du stéarate de magnésium par exemple.

Les gélules sont moins utilisées. Il faut vérifier leur nature, car elles peuvent être animales (gélatine) ou végétales (cellulose ou pullulan).

Paillettes ou brindilles

Consommer de la spiruline en paillettes permet de la prendre brute après séchage, sans qu'elle soit réduite en poudre. C'est une forme intéressante par sa texture craquante.

D'autre part, la forme paillette signifie que l'algue a obligatoirement été séchée à des températures raisonnables. Les actifs sont donc préservés.

Les meilleures spirulines: les critères

Nous vous présentons notre avis, afin de bénéficier d'une spiruline de très bonne qualité.

Pour résumer, il faut donc privilégier:

  • un taux de phycocyanine supérieur à 15%;
  • des analyses indépendantes de l'ensemble des polluants potentiels;
  • aucun additif ajouté.

Ces 3 critères fondamentaux peuvent être complétés par d'autres:

  • Production locale non industrielle.
  • Label biologique d'une production européenne, seul véritable garant d'une pratique de culture bio exemplaire.

Aucune marque classique de complément alimentaire ne possède l'ensemble de ces critères. De toute façon, toutes sont issues de production industrielles: Flamant vert, Arkopharma, Marcus Rohrer, Phyco+, Solgar, Nat et form...

Il faut donc se tourner vers d'autres solutions.

Laquelle choisir? Notre sélection

Pour finir, nous vous donnons notre avis sur la Spiruline à privilégier.

Producteurs locaux

Pour trouver une bonne spiruline, il suffit de se tourner vers des producteurs locaux. Il en existe sûrement dans votre département14. Adhérant à la charte des spiruliniers de France, vous êtes sûr d'avoir un produit sain et de qualité15.

Vos producteurs locaux sont distribués dans les magasins bio (Naturalia, La Vie claire notamment). Souvent, ils ont leur propre site internet.

La Spiruline de Julie

Parmi l'ensemble des compléments, il y en a un qui nous a particulièrement enthousiasmé "La spiruline de Julie"; notre avis sur ce produit.

Tout d'abord, elle présente une haute teneur en phycocyanine, qui oscille entre 24 et 34 %16. Ce sont des pourcentages inatteignables par une spiruline industrielle. La traçabilité et les analyses sont exemplaires.

A noter que les producteurs ont trouvé le moyen d'apporter un engrais azoté naturel, sans qu'il soit nécessaire de vider l'eau régulièrement. Ils proposent donc de la véritable spiruline bio et disposeront du label début 2021.

Ils commercialisent une boîte de 200 comprimés (100 grammes) pour 18€, et 17€ pour la forme brindilles. Le prix de revient journalier est de 0,55€.

Ils en vendent sur leur site internet mais ont aussi des distributeurs. Consultez la fiche du produit pour plus d'informations.

Spiruline Nutrimea

Puisqu'il en faut pour tous les goûts, nous vous proposons ici un choix parmi les spirulines industrielles asiatiques. A contre cœur, mais nous avons le souci de proposer des alternatives pour tous les budgets.

Nous vous recommandons celle de la marque Nutrimea. Elle revient à 0,29€ par jour, soit un peu moins de 2 fois moins que la spiruline de Julie.

C'est celle-ci que l'on a sélectionné car:

  • Beaucoup de spirulines industrielles étrangères sont en réalité (beaucoup) plus chères qu'une spiruline française comme celle de Julie. Nutrimea a un prix attractif.
  • Elle contient 19% de phycocyanine et 60% de protéines
  • Son flacon est en plastique teinté qui permet une bonne conservation
  • Elle provient de Mongolie et a le label bio

Nous ne sommes pas fan de ce type de produits. Ni de ce type de société hyper marketées17. Néanmoins, leur spiruline est de bonne facture à un prix très attractif. C'est le meilleur rapport/qualité prix de ce qu'on peut trouver en industrielle.

Celles qu'il faut éviter d'acheter

Nous vous conseillons d'éviter les marques qui:

  • ne mentionnent pas l'origine de leur spiruline
  • ne fournissent pas des analyses
  • mettent un drapeau français sur leur flacon alors que la spiruline n'est pas française, c'est juste le lieu de conditionnement.
  • sont créés par des diplômés d'école de commerce qui ont trouvé du business à faire en créant leur marque de complément alimentaire à grand renfort de marketing. Mais ne vous y trompez pas, ils utilisent les réseaux internationaux d'approvisionnement avec un beau packaging. Et ils s'assoient sur la dimension réellement qualitative, écologique et sociale de la spiruline.
  • sont plébiscitées par des blogs "influenceurs" au contenu sans fond et qui se ressemblent tous les uns les autres. Ces articles ont le seul objectif de faire la publicité de marques.

Pour rappel, les marques vendues en pharmacie et 99% des marques de complément alimentaires sont des spirulines industrielles.

Vous ne pouvez pas non plus acheter de la spiruline de qualité dans les magasins bio "Biocoop". Bio et local18? Et bien là, ils ont oublié le local. L'enseigne a viré tous les petits producteurs car c'est le bio qui compte. Et elle favorise donc la spiruline industrielle de piètre qualité.


Redaction Doctonat

Plusieurs auteurs ont contribué à cet article. Les tests, comparatifs et recommandations de produits sur Doctonat sont le fruit d'un travail collectif.