Le régime cétogène ou keto diet : définition et principes

-

Le régime cétogène ou kéto diet est un régime pauvre en glucides et riche en lipides. Ce dernier est connu pour ses nombreux bienfaits pour la santé. Notamment dans la prise en charge du diabète, de certains cancers, d’épilepsie ou dans la maladie d’Alzheimer.

Présentation

Mains tenant un avocat ouvert en deux. L'avocat est un aliment très consommé lors du régime cétogène.

Le régime cétogène est un régime thérapeutique, datant du début XXe siècle. Cette méthode fut très reconnue à l’époque dans le traitement de l’épilepsie notamment chez les enfants épileptiques pharmacorésistants. Ce dernier consiste en la suppression presque totale des sucres dans l’alimentation au profit des matières grasses. Cette réduction drastique de la consommation des glucides met le corps dans ce qu’on appelle l'état de « cétose »1 2 3 4.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les glucides sont la première source d’énergie dont l’organisme a besoin pour fonctionner. Ces derniers étant très restreints dans le régime cétogène, le corps est forcé d’utiliser la voie métabolique des lipides. Autrement dit; d'utiliser les lipides pour se fournir en énergie.

En découle la production des fameux corps cétoniques : acétone, acétylacétate et bêta hydroxybutyrate.
Le corps devient donc apte à utiliser les lipides comme première source d'énergie. Il favorise donc le brulage des graisses ce qui entraine la production de cétone qui alimente le cerveau en énergie.

Les différents types de kéto diet

Il existe de nombreuses versions de la kéto diet. En voici quelques unes5.

Standard (SDK)

Les apports en glucides sont très bas. Environ 5% de l’apport énergétique total. Les protéines peuvent aller jusqu’à 20% de l’apport énergétique total. Pour laisser place aux lipides à hauteur de 75% de l’apport énergétique total.

Cyclique (CKD)

C'est l'alternance entre une période où les apports glucidiques sont élevés et une autre où les apports en glucides sont faibles et ceux en lipides sont augmentés. Sur une semaine, on compte 5 jours de kéto diet suivi de 2 jours avec apports glucidiques élevés.

Ciblée

Cette méthode permet notamment aux sportifs d’inclure les glucides dans leur alimentation. Souvent avant ou après une activité sportive.

Hyper-protéinée

Plutôt équivalente à la kéto diet standard. Mais avec un apport protidique plus important. On comptabilise 35% de l’apport énergétique total en protéines. Environ 60% de l’apport énergétique total en lipides. Et enfin, 5% de l’apport énergétique total en glucides.

On précise cependant, que seules la kéto diet standard ainsi que la kéto diet hyperprotéinée ont été étudiées par les scientifiques. Les autres méthodes sont souvent exploitées par les sportifs de type bodybuilding ou athlètes sans suivi médical ou diététique.

Bienfaits

Les études montrent que la mise en place d’un régime cétogène thérapeutique dans un contexte pathologique permet d’améliorer les conditions de santé des patients dans les cas suivants.

Perte de poids

Le régime cétogène serait un bon moyen employé pour la perte de poids et la diminution des risques cardiovasculaires. Les études qui ont cherché à démontrer l’efficacité du régime ont surtout comparé la perte de poids dans le contexte de la kéto diet. Cette dernière comparée à d’autres régimes type hypocalorique et/ou hypolipidique.

Les résultats montrent en effet que la perte de poids est plus significative avec deux fois plus de poids perdu avec une kéto diet qu’avec un régime restrictif pauvre en matières grasses. Le bilan lipidique révèle, de surcroît, une augmentation des triglycérides et du cholestérol LDL dans le cas du régime hypolipidique. Les partisans rajoutent que le régime cétogène ne contraint pas les patients au comptage de calories ou à la pesée des aliments qu’ils consomment.

Une seconde étude met en évidence la perte de poids; trois fois plus importante des sujets étudiés comparé au régime préconisé par "Diabetes U‌‌‌‌‌k"6 7 8 9 10‌‌ 11.

Diabète

Le régime cétogène a également fait ses preuves dans la prise en charge des maladies métaboliques comme le diabète par exemple12.
En effet, le diabète est caractérisée par des fluctuations de la glycémie allant de l’hyper à l’hypoglycémie avec des dysfonctionnements de sécrétion et d’utilisation d’insuline par l’organisme.

La kéto diet, bien que caractérisée pour ses apports enrichis en matières grasses, permettrait de réduire l’excès de masse grasse d’un individu lié au diabète de type II, au bilan glucidique anormal ou au syndrome métabolique13 14 15.

Première étude

Une étude a même démontré que le régime cétogène permet l’augmentation de la sensibilité à l’insuline de plus de 75%16.

Seconde étude

Une autre étude réalisée sur des sujets atteints de diabète de type II, a trouvé que 7 des 21 participants ont pu arrêter leurs traitements médicaux en lien avec la pathologie17.

Troisième étude

Des scientifiques ont cherché à étudier les effets du régime cétogène sur des personnes en surpoids voir obèses dans un contexte de diabète de type II. Ils ont comparé d’une part; un groupe de personnes suivant la kéto diet. D'autre part, un groupe d’individus suivant une alimentation glucidique normale. Il s’avère que chez les adeptes du régime cétogène, une perte de 11,1kg a été constaté soit 4,2kg en plus que le groupe lambda18 19.‌

Pathologies cardiaques

La kéto diet peut améliorer les taux sanguins de HDL Cholestérol et jouer sur la tension artérielle ou la glycémie20.

Cancer

Le régime est couramment utilisé dans le traitement de différent types de cancer. Ou en tout cas dans le ralentissement de l’agrandissement de la tumeur maligne21 22 2324

Alzheimer

La Kéto diet affecterait positivement cette pathologie en diminuant les symptômes liés à la maladie et sa progression2526 27.

Epilepsie

Le régime cétogène est de plus en plus utilisé dans le traitement des pathologies neurologiques ou dégénératives comme l’épilepsie. Les recherches ont montré que le régime entraîne une réduction significative des risques de crise chez les enfants atteints28 29‌‌.‌

Parkinson

Une étude a trouvé que le régime cétogène pouvait aider à réduire les symptômes liée à la maladie30.

Ovaires polycystiques

La kéto diet tendrait à réduire les taux d’insuline dans le sang. Ce qui a un rôle essentiel dans le syndrome des ovaires polycystiques31.

En dehors du diabète et du syndrome épileptique, pour lesquels le régime cétogène est souvent mis en place pour ses effets positifs démontrés. Le reste des études restent hypothétiques pour la plupart et ne constituent pas des conclusions certaines.

Performances physiques

L’utilité du régime cétogène dans la pratique sportive peut s’appliquer notamment au sportif pratiquant une activité sportive d’endurance. Autrement dit, qui recherchent à performer physiquement sur le long terme32.

Rappels

On sait qu’en première intention, l’organisme, pour se fournir en énergie, utilise en priorité les substrats énergétiques de type glucidiques. Après un effort long, le corps puise dans les réserves de glucides sous la forme de glycogène musculaire. Si l’effort se poursuit dans la durée, les sportifs sont souvent confrontés à ce qu’on appelle « le mur du marathon ».

C'est le moment où les réserves en glycogène sont épuisées. Le corps fait donc appel au second substrat énergétique que sont les lipides. Or l’organisme étant peu entraîné à solliciter les graisses pour se fournir en énergie, l’effort physique devient contraignant.

La céto-adaptation

Le régime cétogène, est un régime où l'apport glucidique est quasi nul et où celui en lipides est très élevé. Il sollicite donc davantage le métabolisme des lipides et force le corps à les utiliser en priorité.

En effet, préparer son organisme pendant la période d’entrainement à utiliser de façon optimale les corps cétoniques comme source d’énergie, permet d’éviter le mur du marathon en compétition. Ainsi que de moins subir l’effort physique sur le long terme. Cette transition entre l’utilisation des glucides et l’utilisation des lipides est appelée : la céto-adaptation.

Etudes

Une revue de littérature a cherché à montré le lien existant entre l’adoption du régime cétogène et la performance physique. Les résultats mettent en évidence que la céto-adaptation est cruciale pour l’augmentation des performances physiques.

En effet l’état de cétose ne suffit pas, une période d’adaptation de plusieurs semaines voire plusieurs mois est nécessaire. De plus, l’exercice physique en condition aérobie permettrait de faciliter la céto-adaptation.

Bilan

En conclusion, l’impact bénéfique du régime cétogène sur la performance physique réside sur la période d’adaptation. Cette dernière peut varier d’un individu à l’autre et dont les mécanismes de fonctionnement restent à étudier.

Précautions et risques

Une alimentation très restrictive

Le régime cétogène, bien que bénéfique dans le cadre de certaines pathologies métaboliques ou dégénératives, reste un programme alimentaire très restrictif. Régime alimentaire qu'il est compliqué de suivre sur le long terme.

Acidocétose

De plus, il est important de rappeler que provoquer un état de cétose n'est pas sans danger. En effet, priver son organisme de glucides, donc d'énergie n'est pas physiologique chez l'être humain. Cet état est souvent retrouvé chez les diabétiques de type I manquant de glucose sanguin. Cet état pouvant s'aggraver jusqu’à atteindre l’acidocétose.

Anorexie ou dénutrition

Par ailleurs, prolonger la kéto diet sur de longues périodes peut amener à une perte d’appétit. En effet, à cause des changements physiologiques induits par le régime. Les qualités organoleptiques des repas sont également diminuées.

Cet anorexie chez des patients déjà contraints par la maladie peut accentuer le risque de dénutrition. Ce régime alimentaire est donc obligatoirement réalisé sous prescription médicale. Puis suivi par un professionnel de la nutrition afin d'assurer sa bonne réalisation.

Petit déjeuner

Oeufs au plat, guacamole, et bacon grillé.
Ou
Yaourt nature sans sucre ajouté, beurre de cacahuète, cacao maigre.

Déjeuner

Escalope de poulet, pesto d’amandes et creamcheese.
Ou
Boulette de boeuf sauce tomate et cheddar.

Collation

Chèvre frais, éclats de noisettes ou fêta et éclats de noix et baies

Dîner

Pavé de saumon, haricots verts cuits au beurre.
Ou
Sardines grillées, salade verte et mimolette, vinaigrette à l’huile de noix.

Liste des aliments

Autorisés

Matières grasses animales : crème, beurre, graisses animales.
Huiles oméga 3 extra vierge pressée à froid : noix, chanvre, colza, lin, cameline, germe de blé.
Huiles oméga 6 extra vierge pressée à froid : olive, tournesol, carthame, sésame.
Fromage affiné ou frais de vache, de brebis ou de chèvre

Fruits oléagineux : Amandes, noix (brésil, pécan, cajou…), noisettes, pistaches, arachides…
Avocats
Aromates : Aneth, Basilic, Cerfeuil, Ciboulette, Coriandre, Estragon, Menthes, Origan, Persil, Romarin, Sauge, Thym.
Condiments: sel, poivre, herbes aromatiques, épices.
Graines : Graines de lin, de sésame, de tournesol, de pavot, de courge, pignons de pin.
Algues : laitue de mer, kombu, haricot de mer, wakamé, dulse avec des crudités, nori sushis, spiruline.

Viande blanche : veau, porc, lapin, volaille (poulet, poule, dinde, canard, pintade, pigeon), jambon blanc. Charcuterie : viande fumée, séchée ou salée, le jambon cru, le bacon, les lardons, les saucisses sèches, le saucisson, la viande des Grisons, ainsi que les hot-dogs et certaines saucisses.
Poissons maigres* : cabillaud, colin, églefin, limande, merlan, sole, thon en boîte.
Poissons mi-gras: hareng, maquereau, truite. Poissons gras: sardine, saumon.
Crustacés : Huîtres, moules, Coquilles St Jacques, Calamars, Crevettes, Langoustine, Langouste, Homard.
Œufs

*Les poissons contenant trop de toxiques ne sont pas énumérés.

A limiter

Légumes pauvres en glucides : légumes verts, tomates…
Condiments : Gomasio, vinaigre de cidre, levure de bière, épices, moutarde, cornichons, câpres. Produits laitiers : yaourt, fromage blanc, faisselle, lait.

Interdits

Légumineuses : haricots (flageolet, azukis, bancs de Vendée, rouges), lentilles (vertes, corail), pois, fèves, pois cassés, pois chiche, soja.
Céréales avec gluten : blé, seigle, orge, avoine, triticale, épeautre, kamut.
Céréales sans gluten : millet, amarante, quinoa, riz, sarrasin, sorgho, teff, maïs (farine, semoule, flocons).
Pomme de terre, patate douce.
Fruits : Tous les fruits sauf éventuellement les baies.

Légumes : artichauts, asperges, aubergines, betteraves, blettes, brocoli, carottes, céleri branche ou rave, choux (chou-fleur, choux de Bruxelles, Romanesco, brocolis, choux vert, blanc, rouge), citrouille, concombres, courgettes, endives, épinards, fenouil, plats d’Espagne, navets, oignons, oseille, poireaux, poivrons, radis, salsifis, petits pois.
Tofu
Champignons : Cèpes, shiitakes, girolles, mousserons…
Fruits : Abricots, ananas, banane, cassis, cerises, citrons, dattes, figues, fraise, framboises, grenades, groseilles, kaki, kiwi, mangue, melon, myrtilles, pamplemousse, pastèque, pêche pomme, raisins, tomate.
Fruits secs : dattes, abricots, pruneaux, figues, raisins, bananes, mangue, ananas, pommes, cranberries, myrtille, goji.
Produits allégés en matières grasses ou 0%.

Sauces industrielles : mayonnaise, ketchup, moutarde ...
Alcool : bières, vin, apéritifs, digestifs.
Laits végétaux : lait d’amande, Lait d’avoine, lait de châtaignes, lait de coco, lait de chanvre, de graines de tournesol ou de sésame, Lait d’épeautre, Lait de kamut, Lait de millet, lait de noisette, lait de noix, lait d’orge, lait de quinoa, Lait riz, lait de soja.
Crèmes végétales : Avoine, Amande, Riz, Soja, noix de coco.
Graines germées : de légumineuses, de céréales, alfalfa, radis, brocoli, poireaux, moutarde, courge, persil, cresson, roquette, chou chinois, navet.
Produits lactofermentés : choucroute, miso, tamari, kombucha, kéfir de fruits.
Protéines concentrées végétales : seitan, tofu, tempeh, humus.
Miel et confiture

Chocolat : prit séparément des repas.
Sucre et produits sucrés (surtout blanc) : réduire autant que possible le sucre raffiné, les biscuits, les bonbons.
Pâtisserie/viennoiserie (fréquence limitée)
Céréales petits déjeuner : Corn flakes, riz soufflé, coco krispies…

Les boissons sucrées (sodas, jus de fruit (même 100% pur jus).
Produits transformés et industriels (plats préparés, conserves, pain de mie, desserts, pizzas, mayonnaise et ketchup…).
Les conservateurs, exhausteur de gout, parfums de synthèse.
Les fritures.
L’huile d’arachide et l’huile raffinée.

Toutes les graisses et huiles chauffées à plus de 110 / 120 degrés.
Les aliments allégés.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le régime cétogène ?

Le régime cétogène est riche en lipides, mais pauvre en glucides. Il exclut la consommation de sucres.

Pourquoi s'intéresser au régime cétogène ?

Il permet de :
1. Favoriser la perte de poids
2. Diminuer le syndrome épileptique
3. Améliorer la gestion du diabète
Il permettrait également de régulariser les taux sanguins de cholestérol, ralentir le développement de certaines tumeurs, réduire les symptômes liés à la maladie d'Alzheimer, de Parkison et de certaines maladies
endocriniennes (syndrome des ovaires polykystiques).

Quels sont les risques ?

Ce régime alimentaire étant très restrictif, il peut provoquer
un état de cétose. Il peut également entraîner une dénutrition : il y a un risque d'anorexie. Il est suggéré de se référer à un médecin, si vous souhaitez suivre ce régime.


  • 1The ketogenic diet: one decade later.Freeman JM1, Kossoff EH, Hartman AL.John M. Freeman Pediatric Epilepsy Center, Johns Hopkins Medical Institutions, Baltimore, MD 21287-7247, USA. [email protected]
  • 2A low-carbohydrate diet is more effective in reducing body weight than healthy eating in both diabetic and non-diabetic subjects.Dyson PA1, Beatty S, Matthews DR.Author information1Oxford Centre for Diabetes, Endocrinology and Metabolism, Churchill Hospital, Oxford, UK. [email protected]
  • 3Pathways and control of ketone body metabolism: on the fringe of lipid biochemistry.Fukao T1, Lopaschuk GD, Mitchell GA.Author information1Department of Pediatrics, Gifu University School of Medicine, Gifu 500, Japan
  • 4The therapeutic implications of ketone bodies: the effects of ketone bodies in pathological conditions: ketosis, ketogenic diet, redox states, insulin resistance, and mitochondrial metabolism.Veech RL1.Author information1Laboratory of Membrane Biochemistry and Biophysics, National Institutes of Alcoholism and Alcohol Abuse, 12501 Washington Ave., Rockville, MD 20850, USA. [email protected]
  • 5The ketogenic diet: one decade later.Freeman JM1, Kossoff EH, Hartman AL.John M. Freeman Pediatric Epilepsy Center, Johns Hopkins Medical Institutions, Baltimore, MD 21287-7247, USA. [email protected]
  • 6A low-carbohydrate diet is more effective in reducing body weight than healthy eating in both diabetic and non-diabetic subjects.Dyson PA1, Beatty S, Matthews DR.Author information1Oxford Centre for Diabetes, Endocrinology and Metabolism, Churchill Hospital, Oxford, UK. [email protected]
  • 7Pathways and control of ketone body metabolism: on the fringe of lipid biochemistry.Fukao T1, Lopaschuk GD, Mitchell GA.Author information1Department of Pediatrics, Gifu University School of Medicine, Gifu 500, Japan.
  • 8The therapeutic implications of ketone bodies: the effects of ketone bodies in pathological conditions: ketosis, ketogenic diet, redox states, insulin resistance, and mitochondrial metabolism.Veech RL1.Author information1Laboratory of Membrane Biochemistry and Biophysics, National Institutes of Alcoholism and Alcohol Abuse, 12501 Washington Ave., Rockville, MD 20850, USA. [email protected]
  • 9Diet and Syndrome X.Reaven GM1.Author information1Division of Cardiovascular Medicine, Falk CVRB, Stanford Medical Center, 300 Pasteur Drive, Stanford, CA 94305, USA.
  • 10Insulin stimulation of hepatic triacylglycerol secretion in the insulin-replete state: implications for the etiology of peripheral insulin resistance.Zammit VA1.Author information1Cell Biochemistry, Hannah Research Institute, Ayr KA6 5HL, Scotland, United Kingdom. [email protected]
  • 11Ketones suppress brain glucose consumption.LaManna JC1, Salem N, Puchowicz M, Erokwu B, Koppaka S, Flask C, Lee Z.Author information1Department of Anatomy, Case Western Reserve University, Cleveland, Ohio 44106, USA.
  • 12World Health Organization : Diabetes
  • 13A low-carbohydrate, ketogenic diet to treat type 2 diabetes.Yancy WS Jr1, Foy M, Chalecki AM, Vernon MC, Westman EC.Author information1Center for Health Services Research in Primary Care, Department of Veterans' Affairs Medical Center (152), 508 Fulton Street, Durham, NC 27705, USA. [email protected]
  • 14Effect of a low-carbohydrate diet on appetite, blood glucose levels, and insulin resistance in obese patients with type 2 diabetes.Boden G1, Sargrad K, Homko C, Mozzoli M, Stein TP.Author information1Temple University School of Medicine, Philadelphia, Pennsylvania, and University of Medicine and Dentistry of New Jersey School of Osteopathic Medicine, Stratford, New Jersey.
  • 15Nitrogen metabolism and insulin requirements in obese diabetic adults on a protein-sparing modified fast.Bistrian BR, Blackburn GL, Flatt JP, Sizer J, Scrimshaw NS, Sherman M.
  • 16Effect of a low-carbohydrate diet on appetite, blood glucose levels, and insulin resistance in obese patients with type 2 diabetes.Boden G1, Sargrad K, Homko C, Mozzoli M, Stein TP.Author information1Temple University School of Medicine, Philadelphia, Pennsylvania, and University of Medicine and Dentistry of New Jersey School of Osteopathic Medicine, Stratford, New Jersey.
  • 17A low-carbohydrate, ketogenic diet to treat type 2 diabetes.Yancy WS Jr1, Foy M, Chalecki AM, Vernon MC, Westman EC.Author information1Center for Health Services Research in Primary Care, Department of Veterans' Affairs Medical Center (152), 508 Fulton Street, Durham, NC 27705, USA. [email protected]
  • 18The effect of a low-carbohydrate, ketogenic diet versus a low-glycemic index diet on glycemic control in type 2 diabetes mellitusEric C Westman,corresponding author1 William S Yancy, Jr,1,2 John C Mavropoulos,1 Megan Marquart,1 and Jennifer R McDuffie1,2Author information Article notes Copyright and License information Disclaimer1Department of Medicine, Duke University Medical Center, Durham, NC, USA2Center for Health Services Research in Primary Care, Department of Veterans' Affairs Medical Center, Durham, NC, USAcorresponding authorCorresponding author.Eric C Westman: [email protected]; William S Yancy, Jr: [email protected]; John C Mavropoulos: [email protected]; Megan Marquart: [email protected]; Jennifer R McDuffie: [email protected]
  • 19Effects of weight loss on mechanisms of hyperglycemia in obese non-insulin-dependent diabetes mellitus.Henry RR, Wallace P, Olefsky JM.
  • 20Systematic review and meta-analysis of clinical trials of the effects of low carbohydrate diets on cardiovascular risk factors.Santos FL1, Esteves SS, da Costa Pereira A, Yancy WS Jr, Nunes JP.Author information1Centro Hospitalar Vila Nova Gaia/Espinho, Gaia, Portugal Centro Hospitalar do Porto, Porto, Portugal.
  • 21Neuroprotective and disease-modifying effects of the ketogenic dietMaciej Gasior,a Michael A. Rogawski,a and Adam L. Hartmana,bAuthor information Copyright and License information DisclaimeraEpilepsy Research Section, National Institute of Neurological Disorders and Stroke, National Institutes of Health, BethesdabThe John M. Freeman Pediatric Epilepsy Center, Johns Hopkins Hospital, Baltimore, Maryland, USAAddress correspondence to: Michael A. Rogawski, M.D., Ph.D., Department of Neurology, University of California, Davis, 4860 Y Street, Suite 3700, Sacramento, California 95817, E-mail: [email protected]
  • 22Anticonvulsant and neuroprotective effects of the ketogenic diet.[Article in Polish]Choragiewicz T1, Zarnowska I, Gasior M, Zarnowski T.Author information1Katedra i Klinika Okulistyki, Uniwersytet Medyczny, Lublin. [email protected]
  • 23The biochemistry of ketogenesis and its role in weight management, neurological disease and oxidative stress.McPherson PA1, McEneny J.Author information1Belfast Metropolitan College, Titanic Quarter Campus, School of Applied Science (Chemistry), Belfast, Northern Ireland BT3 9DT, UK. [email protected]
  • 24The calorically restricted ketogenic diet, an effective alternative therapy for malignant brain cancerWeihua Zhou,1 Purna Mukherjee,1 Michael A Kiebish,1 William T Markis,1 John G Mantis,1 and Thomas N Seyfriedcorresponding author1Author information Article notes Copyright and License information Disclaimer1Department of Biology, Boston College, Chestnut Hill, USAcorresponding authorCorresponding author.Weihua Zhou: [email protected]; Purna Mukherjee: [email protected]; Michael A Kiebish: [email protected]; William T Markis: [email protected]; John G Mantis: [email protected]; Thomas N Seyfried: [email protected]
  • 25Mitochondria: The ketogenic diet--A metabolism-based therapy.Vidali S1, Aminzadeh S1, Lambert B2, Rutherford T2, Sperl W3, Kofler B4, Feichtinger RG1.Author information1Laura Bassi Centre of Expertise-THERAPEP, Research Program for Receptor Biochemistry and Tumor Metabolism, Department of Pediatrics, Paracelsus Medical University, Salzburg, Austria.2Clinical Nutrition Vitaflo International Ltd, Liverpool, UK.3Department of Pediatrics, Paracelsus Medical University, Salzburg, Austria.4Laura Bassi Centre of Expertise-THERAPEP, Research Program for Receptor Biochemistry and Tumor Metabolism, Department of Pediatrics, Paracelsus Medical University, Salzburg, Austria. Electronic address: [email protected]
  • 26The calorically restricted ketogenic diet, an effective alternative therapy for malignant brain cancer.Zhou W1, Mukherjee P, Kiebish MA, Markis WT, Mantis JG, Seyfried TN.Author information1Department of Biology, Boston College, Chestnut Hill, USA. [email protected]
  • 27Calorie or carbohydrate restriction? The ketogenic diet as another option for supportive cancer treatment.Klement RJ1.Author information1Department of Radiotherapy and Radiation Oncology, Leopoldina Hospital Schweinfurt, Schweinfurt, Germany.
  • 28The ketogenic diet: a 3- to 6-year follow-up of 150 children enrolled prospectively.Hemingway C1, Freeman JM, Pillas DJ, Pyzik PL.Author information1Johns Hopkins Medical Institutions, Baltimore, Maryland, USA
  • 29WLODAREK, D. Role of ketogenic diets in neurodegenerative diseases (Alzheimer’s disease and Parkinson’s disease). Nutrients, 2019, 11, 169 (doi: 10.3390/nu11010169).
  • 30Treatment of Parkinson disease with diet-induced hyperketonemia: a feasibility study.Jabre MG, Bejjani BP.
  • 31The effects of a low-carbohydrate, ketogenic diet on the polycystic ovary syndrome: A pilot studyJohn C Mavropoulos,1 William S Yancy,1,2 Juanita Hepburn,1 and Eric C Westmancorresponding author1Author information Article notes Copyright and License information Disclaimer1Division of General Internal Medicine, Department of Medicine, Duke University Medical Center, Durham, North Carolina, USA2Center for Health Services Research in Primary Care, Durham Veterans Affairs Medical Center, Durham, North Carolina, USAcorresponding authorCorresponding author.John C Mavropoulos: [email protected]; William S Yancy: [email protected]; Juanita Hepburn: ude[email protected]; Eric C Westman: [email protected]
  • 32SHERRIER, M. & HONGSHUAI, L. The impact of keto-adaptation on exercise performance and the role of metabolic-regulating cytokines. The American Journal of Clinical Nutrition, 2019, 110, 3, p. 562-573 (doi: 10.1093/ajcn/nqz145).
Fedwa Ayachi
Fedwa Ayachi, Auteur

Diététicienne Nutritionniste diplômée.