Lombalgie : causes et traitements naturels

-

La lombalgie ou « mal de dos » est une cause fréquente de plainte, surtout avant l’âge de 65 ans. On estime que 80% de la population française souffrira au moins une fois dans sa vie de lombalgie. Quels sont les traitements naturels pour soulager les symptômes de la lombalgie?

Définition et symptômes

Homme présentant un mal de dos: la lombalgie est une douleur invalidante, qui peut être soulagée par des traitements naturels.

Les lombalgies peuvent définir toutes les douleurs ressenties au niveau du dos. Elles peuvent être ressenties du cou jusqu’en bas du dos et se caractérisent en général par une douleur sourde, augmentant lors des mouvements du tronc et des efforts de toux ou le rire, et sont soulagées par le repos allongé.

En pratique, on considère toutefois les lombalgies comme des douleurs de la région dorso-lombaire, dans la région communément appelée « des reins », les douleurs de la partie supérieure du dos étant dénommées dorsalgies.

Les causes des lombalgies sont diverses : elles peuvent être aussi bien physiques et/ou psychologiques. Les traitements naturels peuvent être une alternative intéressante pour soigner la lombalgie.

Les causes du mal de dos

Physiques

Les causes physiques des lombalgies sont essentiellement professionnelles (port de charges, travail debout, mauvaise position assise) et relèvent alors de tensions musculaires et parfois de pathologies vertébrales ou discales (arthrose, ostéoporose, hernie discale, scoliose, traumatisme).

D’autres causes peuvent, moins fréquemment, provenir de maladies rhumatismales inflammatoires ou infectieuses, ou avoir une origine non dorsale (irradiation douloureuse provenant d’un autre organe, cœur, organe digestif, poumon).

Elles sont également fréquentes chez certaines femmes souffrant de règles douloureuses et chez les femmes enceintes, du fait du poids du bébé et de ses enveloppes dans l’utérus.

Psychologiques

Les lombalgies dues à des causes psychologiques s’expliquent par un état de tension musculaire et peuvent provenir de contrariété, de syndrome dépressif, d’anxiété, d’un stress personnel ou professionnel.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la lombalgie, le patient doit présenter un mal de dos généralement soulagé par le repos, associé à une contracture des muscles du dos.

Certains signes peuvent orienter vers une pathologie somatique : une recrudescence nette des douleurs lors de quintes de toux et des irradiations douloureuses aux fesses ou aux jambes, qui orientent vers une possible hernie discale.

Le lumbago est une forme particulière de lombalgie, caractérisée par une survenue subite et intense de la douleur dans la région du bas du dos.

En raison de la possibilité d’une lésion somatique sous-jacente, les lombalgies justifient une consultation auprès de son médecin (sciatique, hernie discale, tassement vertébral dû à une ostéoporose, irradiation douloureuse d’un autre organe, etc.) et en particulier en cas de douleur aiguë ou intense, de fièvre, d’antécédent connu de maladie du dos.

Evolution

Dans la majorité des cas, la lombalgie est bénigne et s’amende en quelques jours. Elle peut toutefois persister au-delà de 6 semaines, se transformant alors en lombalgie chronique.

Dans le cas d’un tel passage à la chronicité, des répercussions psychologiques de la douleur et du handicap peuvent survenir, dans la vie quotidienne et professionnelle, et favoriser l’apparition d’une dépression.

Des antécédents de dépression et de souffrance morale d’origine familiale sont souvent retrouvés chez les sujets évoluant vers une lombalgie chronique.

Si le repos est évidemment conseillé en cas de douleur importante, il ne devrait pas excéder 3 jours et il est recommandé de rester mobile et de ne pas laisser ses muscles sans exercice.

L’importance de l’hygiène de vie

En raison du rôle majeur de la colonne vertébrale et de ses mouvements dans la vie de tous les jours, une hygiène de vie visant à protéger et épargner son dos est indispensable.

Alimentation

Le surpoids est un facteur notable de mal de dos. Il importe donc de perdre ce surpoids en cas de lombalgie, en ayant recours à un régime alimentaire et à des comportements alimentaires sains.

Activité physique

L’activité physique permet de muscler son dos et d’entretenir un bon état fonctionnel de sa colonne vertébrale et de sa musculature dorsale1.

Pour préserver son dos, au repos ou pendant un effort physique, il est conseillé de :

  • Se tenir droit sans courber le dos que ce soit en position debout ou assise ou en soulevant des charges.
  • Porter les charges au plus près du corps et non à bout de bras.
  • Éviter les mouvements de torsion excessifs de la colonne vertébrale.
  • Éviter les talons hauts, qui favorisent des courbures vicieuses de la colonne vertébrale.

Certains sports sont particulièrement indiqués pour entretenir sa musculature dorsale : natation, gymnastique douce, musculation du dos mais aussi des muscles abdominaux.
Des « écoles du dos » sont apparues récemment et offrent des programmes adaptés aux personnes souffrant de lombalgies ou de problèmes de dos.

Sans avoir démontré une efficacité supérieure aux exercices physiques de renforcement (gymnastique, kinésithérapie), la marche s’est néanmoins révélée bénéfique pour améliorer les lombalgies2.

Respect de son sommeil

De nombreuses douleurs du dos viennent d’un mauvais sommeil, dû à une mauvaise literie qui empêche la mise au repos physiologique de la colonne vertébrale. Un bon sommier, un bon oreiller soutenant bien la nuque et un matelas relativement ferme sont des garanties, pour un repos du dos de bonne qualité.

Pour respecter au mieux la morphologie physiologique de la colonne vertébrale, il est recommandé de dormir sur le côté et déconseillé de dormir sur le ventre.

Médicaments

Les traitements médicamenteux dans les lombalgies font communément appel aux médicaments de la douleur (antalgiques), aux anti-inflammatoires et aux décontracturants (relaxants musculaires ou myorelaxants).

Certaines causes médicales spécifiques peuvent justifier des traitements particuliers (anti-rhumatismaux, antibiotiques, etc.).

Il est également possible d'associer des traitements naturels pour réduire les effets indésirables de la lombalgie.

Traitements naturels de la lombalgie

En plus de la prise de médicaments, de nombreux traitements naturels ont prouvé leur efficacité, pour soigner la lombalgie.

Homéopathie

L’homéopathie constitue un traitement complémentaire à visée antalgique, associé aux autres approches thérapeutiques de la lombalgie :

  • Arnica montana 15 CH + Rhustoxicodendron 15 CH + Rutagraveolens 15 CH : 2 granules de chaque toutes les heures, puis espacez à mesure que la douleur diminue.
  • En cas de lombalgie aiguë survenant par temps humide, ajouter : Dulcamara 9 CH.
  • Si les douleurs sont calmées au repos et s'aggravent au mouvement : Arnica montana 15 CH + Bryonia alba 5 CH.

Compléments alimentaires

  • Les gélules de curcumine et de poivre noir à la dose de 3 gélules par jour, prises lors des repas ont un effet anti-inflammatoire sur les douleurs articulaires.
  • Bien qu’ayant fait l’objet de peu d’études, l’Harpagophytum Procumbens est doué d’une action anti-inflammatoire efficace sur la lombalgie, supérieure au placebo.
  • Les oméga-3 contenus dans les huiles de poissons permettent d'améliorer la symptomatologie douloureuse et la mobilité vertébrale dans les lombalgies. Ils favoriser ainsi une diminution des besoins en médicaments anti-inflammatoires.

Phytothérapie

De multiples plantes sont plus efficaces qu’un placebo pour apaiser les douleurs du dos, notamment Cammiphoramolmol (myrrhe), Capsicumfrutescens (capsicine), Salix alba (saule), Melaleucaalternifolia (arbre à thé), Angelica sinensisAloeveraThymus officinalis (Thym), Menthe peperitaArnica montanaCurcuma longaTanacetumpartheniumHarpagophytumprocumbens, and Zingiber officinale3.

• Les tisanes d’Armillaire mellera à la dose de 2 g de poudre par jour peuvent soulager les lombalgies.

• La racine de grande consoude, également dénommée langue-de-vache ou oreilles d’ânes, dont l’extrait est utilisé sous forme de pommade en application locale sur la zone douloureuse, a montré son efficacité supérieure au placebo sur la réduction des douleurs. Elle s’applique en massage doux 3 fois par jour pendant 5 jours et son efficacité antalgique est perçue dès la 1ère heure d’application.

• La griffe du diable en infusion ou en comprimés au moment des repas, à la dose de 50 à 100 mg par jour, soulage les lombalgies y compris en période douloureuse aiguë.

• L’extrait de saule (S. alba) apportant 120 à 240 mg de salicine, possède une efficacité antalgique supérieure au placebo dans les douleurs du dos.

Les fleurs de Bach

Toute douleur comporte une composante émotionnelle susceptible de la déclencher et de l’entretenir. Les fleurs de Bach visent à régulariser et aider à mieux maîtriser cette composante émotionnelle.

Les fleurs de Bach s’utilisent, soit par voie orale (4 gouttes 4 fois par jour déposées sous la langue ou avalées avec un peu d’eau), soit en application locale sur la zone douloureuse (4 gouttes déposées sur la région douloureuse ou diluées en lotion, 2 fois par jour).

Les principales fleurs utilisées dans les lombalgies sont la mimulus, l’agrimony, la fleur de marronnier rouge (redchestnut), la fleur de charme (hornbeam) et la fleur de gentiane.

Traitements externes

Pour traiter la lombalgie, il existe différents types de traitements naturels, dont les traitements externes.

Massages ou kinésithérapie

La massothérapie s’est avérée être plus efficace que le placebo mais n’a pas fait la preuve d’une efficacité supérieure aux traitements antalgiques médicamenteux. Elle constitue néanmoins un appoint intéressant, dans le cadre de la prise en charge globale de la lombalgie par ses effets relaxants et décontracturants.

En cas de faiblesse des muscles du dos, des soins de kinésithérapie associés à des exercices musculaires, se justifient pour renforcer la musculature de soutien du dos et du tronc4.

Ces soins peuvent être complétés par des conseils éducatifs posturaux, visant à éviter les mauvaises postures à l’origine des douleurs ou de leur entretien, notamment professionnelles ou à la maison.

Ceinture lombaire

Le port d’une ceinture de maintien lombaire peut être indiqué, en période douloureuse, pour réduire les mouvements déclenchant une recrudescence de la douleur. Et en période normale, pour les sujets à risque de lombalgie lors des efforts musculaires dorsaux.

Elle peut constituer une aide appréciable pour accompagner la reprise d’activité.

En revanche, il n’est pas recommandé d’en porter de façon permanente ou hors justification douloureuse ou d’effort car elle limite le travail d’entretien musculaire.

Application de chaleur

Les bains chauds, les sachets chauffants ou les serviettes chaudes appliqués sur la région lombaire douloureuse présentent un effet antalgique notable, en particulier en détendant les muscles contracturés.

Une intervention chirurgicale

Une intervention chirurgicale peut parfois être justifiée dans certaines causes somatiques résistant aux autres soins (hernie discale, scoliose, tassement vertébral, etc.)

Argile

L’argile apaise les douleurs et les inflammations. On peut l’appliquer en cataplasme chaud ou froid sur la région dorsale ou lombaire douloureuse.

L’obtention d’un cataplasme se fait en mélangeant de la poudre d’argile verte avec un peu d’eau de source dans un linge fin et propre, l’épaisseur de la couche d’argile obtenue devant être d’environ 2 cm. On applique ensuite ce cataplasme pendant 2 à 3 heures sur la zone douloureuse plusieurs fois par jour.

Capsicine ou capsaïcine

Bien que son efficacité soit peu documentée, un emplâtre à la capsicine, extraite du piment de Cayenne, serait plus efficace que le placebo pour calmer les lombalgies5.

Baume du tigre

Remède chinois ancestral, appliqué 2 à 3 fois par jour en massage doux sur la zone douloureuse, le baume du tigre va apaiser la douleur selon une double action, chauffante par le biais du camphre et refroidissante grâce au menthol.

Balnéothérapie et hydrothérapie

La balnéothérapie correspond à un travail musculaire en milieu aquatique et est particulièrement intéressante pour traiter les lombalgies.
La balnéothérapie permet un travail de renforcement des muscles du tronc, en limitant la survenue de douleur puisque la contrainte du poids est réduite dans l’eau.

Le soin complémentaire représenté par l’hydrothérapie à l’eau chaude, ajoute son effet décontracturant musculaire antalgique.

Huiles essentielles

L’huile essentielle de Katafray (arbre de Madagascar) est particulièrement efficace sur les douleurs musculaires lombalgiques, par le biais de son action anti-inflammatoire. Elle s’applique localement pure en massage ou en onction sur la zone douloureuse ou peut être diluée dans une huile végétale comme l’huile d’arnica (2 ml d’huille essentielle de Katafray et 8 ml d’huile d’arnica).
Son utilisation doit être évitée durant le 1er trimestre de grossesse.

  • Les huiles essentielles de gaulthérie et d’eucalyptus citronné ont également un effet antalgique sur les lombalgies.
    • L’HE de gaulthérie est anti-inflammatoire et antirhumatismale et constitue un antalgique transcutané classique en application diluée à 20% dans une huile végétale de millepertuis ou d’arnica. A appliquer 2 fois par jour pendant 7 jours. Elle est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement ainsi que chez les jeunes enfants et chez les sujets allergiques à l’aspirine.
    • L’HE d’eucalyptus citronné, en application locale, agit sur les douleurs musculaires grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Elle s’applique pure en massant doucement la zone douloureuse ou en huile de massage, mélangée à de l’huile d’arnica. Son utilisation doit être évitée durant le 1er trimestre de grossesse et chez les jeunes enfants.

L’huile essentielle de romarin à camphre constitue également un décontracturant local intéressant dans les lombalgies, appliquée pure sur la zone douloureuse ou diluée à 20% dans de l’huile d’arnica, pour constituer une huile de massage. Elle est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement ainsi que chez les nourrissons.

L’HE d’hélichryse est plutôt indiquée dans les lombalgies de cause traumatique en favorisant la réparation des tissus lésés.

L’action antalgique de l’HE de lavande inclue dans une huile de massage a également été reconnue efficace dans les douleurs du dos. Elle présente également l’avantage de favoriser la relaxation et l’endormissement.

L’HE de marjolaine soulage les douleurs de dos notamment grâce à son action chauffante et décontracturante musculaire.

L’HE de menthe des champs présente des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires puissantes. Elle s’administre en application locale diluée (4 gouttes d’HE de menthe dans une huile végétale) matin et soir.

Diluée à 5% dans une huile végétale de massage, l’HE d’ylang-ylang est antalgique par le biais de son effet décontracturant musculaire.

L’HE de gingembre est antalgique via ses propriétés anti-inflammatoires. Elle s’applique diluée dans une huile végétale en massage doux sur la zone douloureuse.

L’HE de giroflier agit sur les douleurs grâce à son principe actif antalgique, l’eugénol. Elle soulage autant les douleurs inflammatoires que les douleurs musculaires ou arthrosiques.

L’HE de basilic est intéressante dans les lombalgies pour son action décontracturante musculaire.

Ostéopathie

L’ostéopathie a montré son efficacité dans la prise en charge des douleurs du dos et des tensions musculaires.

Son efficacité s’accompagne d’une moindre consommation de médicaments antalgiques.

De plus, sa prise en compte de la globalité corporelle peut constituer un abord thérapeutique bénéfique, pour de nombreux sujets dans leur approche des symptômes et recrudescences des douleurs.

Chiropratique

La chiropratique, consistant en des manipulations d’ajustement des vertèbres, a montré une efficacité relativement rapide (1 semaine) et durable à 3 mois dans les lombalgies aiguës et chroniques.

Elle se doit toutefois d’être réservée aux lombalgies ne relevant pas de causes médicales spécifiques et il est préférable d’avoir consulté un médecin avant d’entreprendre des manipulations vertébrales.

Thérapies alternatives ou complémentaires

Les thérapies complémentaires, traitements naturels, occupent une place de choix dans la lombalgie, en raison d’une part du retentissement global de la symptomatologie douloureuse, et d’autre part de leur efficacité sur la gestion et la perception de la sensation douloureuse.

Acupuncture

L’acupuncture peut être bénéfique chez certains patients.

Plusieurs études randomisées ont ainsi montré le bénéfice de l’acupuncture dans la lombalgie, sans qu’elle soit supérieure à celle de l’activité physique6 ou aux traitements médicamenteux.

Les techniques dites « corps- esprit »

Les techniques de relaxation, méditation pleine conscience ou l’hypnose peuvent être associées dans une prise en charge multimodale des patients lombalgiques.

Thérapies cognitivo-comportementales (TCC)

Les thérapies cognitivo-comportementales ont montré apporter une diminution des douleurs du dos mais aussi une amélioration fonctionnelle de la mobilité vertébrale, de façon semblable à la méditation de pleine conscience.

Yoga, Tai Chi, Qi gong

Les activités physiques douces procurées par ces disciplines sont parfaitement adaptées aux sujets lombalgiques7.

Elles associent de façon très bénéfique, exercice physique modéré et relaxation mentale, et favorisent une meilleure gestion de la perception des douleurs.

En associant étirements, relaxation et musculation, le Yoga est particulièrement indiqué dans les lombalgies avec des effets observés significatifs obtenus à partir de 3 mois de pratique.

Elles ont également comme bénéfice de donner un but de sortie aux sujets qui auraient tendance à rester chez eux, du fait des douleurs et donc à les mobiliser.

Relaxation ou sophrologie

La relaxation permet une réduction de la perception douloureuse, en réduisant le stress et l’anxiété et en apprenant au sujet à focaliser son attention sur les parties non douloureuses et les sensations corporelles agréables.

Hypnose

L’hypnose à visée antalgique est d’efficacité modérée dans les lombalgies mais peut néanmoins représenter une aide chez certains patients. Elle vient renforcer les autres modalités thérapeutiques utilisées et agit notamment en réduisant le stress et l’anxiété générés par la douleur.

Méditation de pleine conscience

La méditation de pleine conscience, basée sur la réduction du stress apporte une diminution des douleurs du dos mais aussi une amélioration fonctionnelle de la mobilité vertébrale, de façon semblable aux thérapies cognitivo-comportementales.

Elle favorise une réduction du besoin médicamenteux, antalgique et améliore l’insomnie due aux douleurs.

Que conclure ?

La lombalgie est une souffrance fréquente, en particulier la lombalgie chronique qui voit s’intriquer douleur physique et déclenchement ou entretien psychique.

Une approche thérapeutique unique s’avère être insuffisante pour prendre en compte toutes les composantes de la douleur lombalgique. Les sujets qui souffrent de lombalgie, doivent bénéficier de toutes les ressources possibles, pour diminuer leur souffrance et les conséquences de ce handicap, tant personnelles que professionnelles. Les traitements naturels peuvent être une alternative intéressante pour traiter la lombalgie.

Ces ressources existent, chacun pourra trouver les associations et combinaisons qui lui conviennent.

Questions fréquentes

Les traitements naturels sont-il efficaces pour traiter la lombalgie?

Les lombalgies désignent l'ensemble des douleurs du dos. Les traitements naturels représentent une alternative intéressante pour soulager les maux de dos. En effet, ils se sont révélés particulièrement efficaces.

Quels traitements naturels pour soigner le mal de dos?

1. L'homéopathie
2. La phytothérapie
3. Une supplémentation en compléments alimentaires
4. Les fleurs de Bach

Quelles sont les autres alternatives?

- Massages - port d'une ceinture lombaire
- Intervention chirurgicale
- Baume du tigre ou application de chaleur
- Balnéothérapie, ostéopathie
- Utilisation d'huiles essentielles
- Chiropraxie, Acupuncture, Techniques "corps-esprit"


  • 1Pillastrini P. et al. Recommandations cliniques pour la prise en charge des lombalgies communes en médecine de premier recours. Rev. Rhum., 2011 ; 78 : 557-567
  • 2Lawford BJ and al. Does walking improve disability status, function, or quality of life in adults with chronic low back pain? A systematic review. Clin. Rehabil Juin 2016; 30: 523-536
  • 3Cochrane systematic review. Herbal medicine for low-back pain, dec. 2014
  • 4HAS. Prise en charge du patient présentant une lombalgie commune. Mars 2019
  • 5Cochrane systematic review. Herbal medicine for low-back pain, dec. 2014
  • 6Bontoux D et al. Thérapies complémentaires. Académie nationale de médecine, Rapport, mars 2013
  • 7Beaumont M. Qi gong et douleur. Douleurs, 2013 ; 14 : 67-74
Philippe Schwartz

Sexologue, relaxologue à Paris. Docteur en médecine.