L’ail: bienfaits et contre-indications

-

Souvent présenté comme le remède universel, l’ail est une des plus anciennes plantes médicinales. Célèbre pour son utilisation contre la peste du Moyen-Âge et comme protecteur des infections dans les tranchées de la guerre 14-18, cette plante a su traverser les époques. Citée par tous les médecins et naturalistes, la petite gousse à l’odeur caractéristique est connue pour faire baisser la tension artérielle, équilibrer le cholestérol, liquéfier le sang ou encore prévenir les infections. Mais, quels sont les véritables bienfaits et vertus de l'ail et comment en profiter? Y a-t-il des contre-indications et des effets secondaires?

Présentation

L'ail, un condiment en gousses: bienfaits et vertus, contre-indications.

Très souvent utilisé dans les recettes de cuisine traditionnelles, et ce sur tous les continents, l’ail est aussi considéré comme une plante médicinale. De la même famille que l’oignon ou le poireau, il possède de nombreuses propriétés bienfaisantes sur la santé. Découverte de ce condiment hors du commun.

Histoire

L’ail (allium sativum) est une des plus anciennes plantes médicinales. Il trouve son origine en Asie centrale, où il est cultivé par les Égyptiens depuis l’Antiquité. En effet, au Ve millénaire av. J.-C., il figurait déjà en bonne place dans le menu des bâtisseurs des pyramides de Guizeh. À l’époque, les Égyptiens mettaient à l’honneur ses vertus stimulantes.

Petit à petit cependant, il a conquis le reste du monde. Tous les médecins et les naturalistes de l’Antiquité en font mention dans leurs traités. Les bienfaits de l'ail sont mentionnés dans des textes anciens chinois, grecs et arabes. Il est alors préconisé contre des maux aussi divers que les douleurs digestives ou les infections cutanées. Il est aussi utilisé comme vermifuge. 

Cette plante reste populaire, tant comme remède que comme condiment, dans les spécialités culinaires. Au Moyen-Âge, la petite gousse est utilisée pour lutter contre les épidémies de peste. Elle devient alors un remède universel. Les soldats russes l’utilisent même dans les tranchées lors de la guerre 14-18, afin de prévenir les infections des blessures

Aujourd’hui, la science et la médecine s’intéressent également au condiment pour ses nombreux bienfaits, dont notamment sa capacité à baisser la tension artérielle.

Composition

En phytothérapie, c’est le bulbe qui est utilisé. Il est composé de nombreux micronutriments:

  • vitamine A, B (B1, B2, B3, B6) et C,
  • sels minéraux (manganèse, sélénium, cuivre,...),
  • oligo-éléments,
  • enzymes.

Ses principes actifs sont:

  • alliine
  • saponosides (sativosides),
  • flavonoïdes,
  • caroténoïdes,
  • fructanes,
  • lectines.

Les propriétés médicinales de l’allium sativum sont dues à la transformation de l’alliine en allicine, qui en est le véritable principe actif.

En botanique

L’ail, tout comme ses cousins l’oignon, l’échalote, la ciboulette ou encore le poireau, appartient à la famille des liliacées

Cette plante, pouvant être cultivée dans un jardin, peut atteindre une hauteur de 50 à 70 cm environ. Elle est constituée de trois parties: le bulbe, la tige et les fleurs. La partie vivace de la plante est son bulbe. À l’approche de la saison de floraison, il génère une tige qui s’orne de longues feuilles très fines. La partie terminale de la tige se développe en ombrelle de petites fleurs allant du blanc au rose foncé.

En Europe, la saison de la floraison s’étend généralement sur la deuxième partie de l’été.

Culture de la plante dans le jardin

L’ail est une plante incontournable dans le potager. Facile d’entretien, elle pousse quasiment sans soin et donne de belles récoltes.

Planter de l’allium sativum dans un potager est relativement simple. Dans des sillons préalablement creusés sur quelques centimètres de profondeur, il suffit de déposer les caïeux, pointe vers le haut. Après avoir légèrement recouvert de terre, un arrosage régulier permet d’obtenir une belle récolte.

L’ail blanc et violet se plantent dès l’automne, tandis que l’ail rose se plante au printemps, quand le climat est plus doux. Pour stimuler sa pousse, il est intéressant de le planter en compagnie de betteraves, de camomilles, de carottes, de céleris, de fraisiers, de laitues, de poireaux ou de tomates. A contrario, il ne se cultive pas à proximité d’asperges, de choux, de fèves, de haricots ou de pois.

Il se récolte généralement au début de l’été, lorsque les gousses sont assez grandes et bien formées. Les gousses séchées se conservent alors dans un endroit sec, aéré et frais.

En cuisine

Condiment indispensable dans la cuisine, il entre dans la composition de nombreuses spécialités telles que:

  • le gigot d’agneau,
  • l’aïgo-bouïdo,
  • la salade amère à l’ail,
  • le beurre à l’ail,
  • le pain à l’ail,
  • l’ailloli.

Il faut noter que l’ail rose de Lautrec bénéficie d’une appellation d’origine contrôlée.

Les propriétés

En phytothérapie, on attribue à l’allium sativum de nombreuses propriétés:

  • antiseptique,
  • antibactérien,
  • antifongique,
  • antiviral,
  • stimulant du système immunitaire,
  • diurétique,
  • hypotenseur,
  • hypolipidémiant,
  • antiathéromateux,
  • antiagrégant plaquettaire,
  • hypoglycémiant,
  • anti-inflammatoire,
  • vermifuge,
  • antioxydant.

Vertus

En raison de ses nombreux usages traditionnels, l’allium sativum est depuis longtemps étudié par les scientifiques. D’importantes études ont, dès lors, confirmé certaines propriétés médicinales. Panorama.

Lutte contre le cholestérol

En 2012, le célèbre Journal of the Science and Food and Agriculture a publié les résultats d’une méta analyse regroupant 26 études issues des universités les plus prestigieuses1. Cette méta analyse confirme les bienfaits de l'ail sur le cholestérol.

On épingle également les travaux du Dr Ke-Qin Xie, de l’université de Shandong en Chine, qui démontrent qu'il a un effet positif sur les taux de cholestérol et de triglycérides des patients qui en consomment.

Baisse la tension artérielle

L’effet hypotenseur est également très utilisé, tant en médecine traditionnelle qu’en médecine occidentale. Les bienfaits de l'ail ont été démontrés par une étude australienne. C’est précisément la revue Maturitas qui révèle les conclusions de Karin Ried, chercheuse à l’université d’Adélaïde. Son étude a démontré ses effets hypotenseurs sur un groupe de 50 volontaires hypertendus, dont l’hypertension ne répondait pas de manière adéquate à un traitement classique2.

Protection contre la survenue du cancer

Selon certains spécialistes, les composés sulfurés de la plante lui confèreraient des propriétés anticancéreuses.

Si tous les scientifiques ne semblent pas d’accord sur la portée de cette protection, un consensus se dégage néanmoins sur son effet protecteur dans la survenue des cancers colorectaux et digestifs. Un rapport du Fonds mondial de la recherche contre le cancer qualifie de «probable» l’effet protecteur de l’ail (et des différents légumes de la même famille), sur ce type de cancer3.

Le Pr Richard Béliveau de l’Université du Québec à Montréal déclare également: «plusieurs études ont montré que les personnes qui consomment régulièrement des légumes de la famille des liliacées ont un risque moindre de développer plusieurs types de cancers, en particulier ceux du système digestif, comme les cancers de l’estomac et du côlon».

Toujours selon le même professeur: « Lors d’une étude réalisée en Italie, il fut démontré que les consommateurs assidus d’ail étaient deux fois moins touchés par un cancer de l’estomac que les personnes qui n’en consommaient que très rarement ».

Activité anti-microbienne

C’est en 2013 que les capacités antimicrobiennes sont enfin démontrées. Publiée dans le Journal de Chimiothérapie antimicrobienne, l’étude du Dr Xiaonan Lu, de l’Université de Washington, démontre que l’ail inhibe la croissance de la bactérie Campylobacter jejuni4. Cette bactérie est notamment responsable de cas d’infections alimentaires et de diarrhées.

Fluidification du sang

Il est également réputé pour protéger les veines et les artères en diminuant la viscosité du sang. Il réduirait donc les risques cardio-vasculaires et principalement les risques liés à la formation de caillots sanguins.

Une étude in vitro a d’ailleurs démontré cet effet anticoagulant attribué à la présence de saponines dans le condiment.

Allégations officielles

Conformément aux législations européennes en vigueur sur les compléments alimentaires, l’allium sativum possède les allégations suivantes:

  • aide à la circulation du sang et des vaisseaux sanguins;
  • peut contribuer à l’entretien de la flore intestinale et à la défense contre les micro-organismes nocifs (bactéries, champignons);
  • aide à maintenir la bonne santé du système respiratoire;
  • soutient le système immunitaire;
  • aide à maintenir un niveau sain de lipides dans le sang.

Posologie

L’ail peut être utilisé cru ou cuit comme condiment. Cependant, des utilisations plus spécifiques sont possibles avec des compléments alimentaires. Voici comment les utiliser.

Dosage

Pour les infections virales (bronchite, grippe, rhume) :

  • 1 à 3 tasses de 150 ml de décoction d’allium sativum frais,
  • 3 x 30 gouttes de teinture mère par jour,
  • 2 à 4 grammes de poudre en gélule,
  • 800 à 1600 mg d’extrait normalisé à 1,3 % d’allicine 3 fois par jour.

Hypertension et prévention des plaques d’athérome :

  • 1 gousse d’ail frais 2 x par jour,
  • 0,5 à 1 gramme de poudre en gélule,
  • 200 à 400 mg d’extrait normalisé à 1,3 % d’allicine 3x par jour.

Amélioration de la circulation sanguine :

  • 150 mg d’extrait normalisé à 1,3 % d’allicine 2x par jour (cure d’un mois renouvelable).

Utilisation

En gélule, il n’a ni goût ni odeur. Il doit être consommé avec un grand verre d’eau. En décoction ou frais, l’ail donne à l’haleine un parfum chargé. La consommation d’un grain de café ou d’une branche de persil atténue cet effet, dont la durée est généralement de trois heures environ.

Formes galéniques

L’ail peut évidemment être utilisé frais comme condiment, à rajouter à titre préventif à votre alimentation. Cependant, pour des utilisations plus spécifiques, il existe des gélules de poudre et des extraits normalisés.

Précautions

À dose culinaire, il ne pose aucun problème. Cependant, comme complément alimentaire, il existe quelques précautions d'usage.

Précautions d’emploi

En tout état de cause, l’allium sativum, à doses thérapeutiques, ne peut être recommandé chez l’enfant ou la femme enceinte sans un avis médical. Il est également recommandé de solliciter l’avis d’un professionnel de la santé, en cas de traitement préalable, affectant la circulation sanguine ou la glycémie.

Contre-indications

Quelles sont les contre-indications de l'ail?

A doses thérapeutiques, il est déconseillé:

  • pendant la grossesse sans un avis médical,
  • en cas d’ulcère à l’estomac, 
  • en présence d’une fragilité des voies urinaires ou de pemphigus,
  • avant une opération chirurgicale
  • en cas d’anémie,
  • en présence de porphyrie.

Effets secondaires

À hautes doses et selon le degré de sensibilité des individus, l’ail peut provoquer des effets secondaires: des brûlures d’estomac, des reflux gastriques, des diarrhées, des nausées ou des irritations des voies urinaires. Dans de très rares cas, il peut être à l’origine de réactions allergiques de contact, donc des réactions cutanées locales.

Interactions

Il n’existe, à ce jour, aucune interaction connue avec des plantes ou des médicaments. Cependant, en raison des propriétés intrinsèques du condiment, un avis médical s’impose pour une consommation thérapeutique avec des médicaments anticoagulants ou antidiabétiques.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'ail?

L'ail est une plante de la famille des liliacées. Utilisée comme condiment, elle est aussi reconnue pour ses vertus thérapeutiques.

Quelles sont les vertus de l'ail?

- Régulation du taux de cholestérol
- Participe à la lutte contre le cancer
- Diminution de la tension artérielle
- Fluidification du sang

Quelles sont les mises en garde?

Son usage thérapeutique est déconseillé chez la femme enceinte et les enfants. En cas de pathologies, il est recommandé de demander conseil à un médecin.


Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée. Naturopathe certifiée et spécialiste en techniques de santé naturelle.