Il vous reste 5 articles à consulter ce mois-ci.
Pour consulter un nombre illimité d’articles et plus encore :
 Abonnez-vous dès 4 €/mois !

Armoise annuelle (Artemisia Annua): bienfaits, propriétés

-

L’armoise annuelle ou Artemisia Annua est utilisée depuis longtemps dans la médecine traditionnelle chinoise pour traiter la malaria (ou paludisme). La médecine occidentale s’est emparée aussi de son principe actif, l’artémisinine, pour développer des traitements. Elle montre aussi des capacités anti-cancer, anti-bactériennes et anti-inflammatoires prometteuses. Nous faisons le tour de l’armoise annuelle, de ses bienfaits pour la santé et des conseils pratiques pour en faire bon usage.

Présentation

Armoise annuelle (Artemisia annua): plante aux nombreux bienfaits et propriétés médicinales.

Artemisia Annua est une plante originaire de Chine de la famille des Astéracées. Cette dernière est une très grande famille botanique, qui inclut entre autres le tournesol, le pissenlit, la camomille, la salade, l’absinthe…

L’armoise annuelle est aujourd’hui cultivée dans de nombreuses zones du globe, y compris en Europe. C’est notamment sa richesse biochimique et son potentiel pharmacologique qui a étendu sa culture.

Composition chimique et nutritionnelle

L’armoise annuelle contient de très nombreux métabolites secondaires : des terpénoïdes, des flavonoïdes, des coumarines, des stéroïdes, des purines, des lipides, et de nombreux composés phénoliques. On compte également dans toutes les parties de la plante des vitamines, des protéines, des acides aminés et des fibres. Enfin, elle est riche en minéraux et oligoéléments tels que potassium, calcium, magnésium, manganèse, zinc… 

Une panoplie complète très intéressante sur le plan nutritionnel. On note que sa richesse en métabolites secondaires et en vitamines A et E notamment lui confèrent une bonne activité antioxydante. 1

Il est par ailleurs essentiel de s’arrêter sur le principe actif principal d’Artemisia Annua : l’artémisinine. Il s’agit d’une lactone sesquiterpénique, associé à un groupe péroxyde. C’est cette molécule complexe qui montre des effets spectaculaires sur le paludisme. La médecine occidentale s’étant penchée sur ce composé avec des résultats concluants, la culture d’armoise à visée thérapeutique s’est tendue.

Les laboratoires ont donc commencé à synthétiser des composés analogues à l’artémisinine, comme l’artésunate, l’artéméther ou la dihydroartémisinine. Ceux-ci sont efficaces, mais se voient confrontés au phénomène de résistance de la part du parasite responsable du paludisme. L’artémisinine fait l’objet d’un article dédié sur notre site. 

Médecine traditionnelle chinoise

De nombreux usages de l'armoise annuelle ou Qing Hao ont été répertoriés au fil des siècles : il améliore le chi, allège le corps, prévient le vieillissement et freine l’empoisonnement du vent. Il est utile pour la guérison et la cicatrisation des blessures et des piqûres d’insectes. En outre, il traite la fièvre et la fatigue concomitante.2   

Vertus

Rôle dans le traitement du paludisme

L’artémisinine a montré dans de nombreuses études son efficacité contre Plasmodium Falciparum, le parasite à l’origine du paludisme.3 Toutefois les chercheurs se sont aussi penchés sur l’effet de la plante entière, ou de ses feuilles séchées, afin de comprendre si l’armoise annuelle présentait davantage d’atouts contre la malaria. L’artémisine fait l’objet d’une résistance du parasite, et d’une absorption délicate dans l’organisme.

In vitro, Artemisia Annua, sous forme d’extrait de plante entière, montre déjà des propriétés antipaludiques.4

Une étude menée sur des rats a montré que l’extrait de plante entière était plus efficace que l’artémisinine pure contre un modèle de malaria. Les chercheurs suggèrent que les métabolites d’Artemisia Annua entraînent une synergie, et améliorent nettement la biodisponibilité de l’artémisinine.5

Les mêmes chercheurs ont montré un peu plus tard que la plante entière surmontait la résistance à l’artémisinine dans le cas d’une forme de paludisme chez des rats. Encore une fois, c’est bien la synergie entre l’artémisinine et les autres métabolites de la plante que les chercheurs envisagent comme raison à ces résultats.6

Une autre étude mentionne des résultats similaires chez des souris. Tandis que chez l’homme, l’artémisinine administrée sous forme de feuilles séchées d’armoise était nécessaire en quantité bien moindre pour avoir une action thérapeutique, par rapport au composé pur.7

Des études cliniques randomisées ont été menées sur des petits groupes de personnes. L’une d’entre elles a montré une nette amélioration des symptômes après 2 à 4 jours de prise de thé de feuilles d’armoise.8

Une autre étude a montré un effet thérapeutique intéressant de ce thé, en comparaison avec la quinine. Toutefois l’étude a montré un taux de rechute important, rendant nécessaire de plus amples recherches.9

Une action antiparasitaire au-delà de Plasmodium Falciparum

Artemisia Annua a été étudiée pour son action sur des parasites pathologiques. Une étude clinique menée sur 800 personnes a montré l’effet significatif de l’armoise sur Schistosoma Mansoni, responsable de la bilharsioze.10 La plante stimule aussi la mort du parasite Leishmania donovani, à l’origine de la leishmaniose.11 En outre, elle se révèle efficace aussi sur le parasite de la toxoplasmose12 et de la trypanosomiase.13

Antimicrobien naturel

L’activité d’Artemisia Annua a été également mise en évidence pour des souches bactériennes pathogènes 14 :

  • Staphylococcus aureus ou staphylocoque doré, qui cause de nombreuses infections communes telles que des intoxications alimentaires, des otites… 
  • Salmonella enterica, la bactérie notamment responsable de la salmonellose comme son nom l’indique. 
  • Klebsiella pneumoniae, l’une des souches qui provoque des pneumonies.
  • Shigella dysenteriae, une autre bactérie causant des intoxications alimentaires. 
  • Escherichia coli, un bacille présent dans l’organisme humain et non pathogène la plupart du temps. Certaines de ses souches peuvent toutefois occasionner des infections sévères, urinaires ou gastro-intestinales. 

Par ailleurs, la recherche se porte aussi sur son activité antivirale. Des chercheurs ont montré que le thé est efficace in vitro sur le virus de l’immunodéficience humaine, le VIH.15 L’étude mentionne que l’artémisinine ne serait pas seule à l’origine de cette activité antivirale. De même, les extraits d’armoise annuelle se montrent actifs contre le virus de l’herpès.16

Une action anti-cancer prometteuse

Plusieurs études se sont penchées sur le potentiel anti-cancer d’Artemisia Annua. De premiers résultats positifs ont été publiés sur la métastatisation du cancer du sein notamment. Également, l’administration d’armoise a montré des effets anti-prolifératifs, anti-métastases et pro-apoptotiques, c’est-à-dire stimulant le suicide des cellules tumorales, dans l’ostéosarcome.17 Un effet pro-apoptotique aussi observé sur des lignées cellulaires de cancer du colon18 et de l’estomac.19 Le contrôle de la prolifération s’observe lui dans des cellules tumorales de leucémie20, et de cancer du poumon non-à-petites cellules.21

Une autre étude menée in-vitro suggère que l’activité anticancer d’Artemisia Annua pourrait être liée à l’inhibition de l’angiogénèse, à savoir la création de nouveaux vaisseaux pour alimenter les tumeurs.22

En outre, une étude rapporte 4 cas de sarcome chez des animaux de compagnie. Deux chiens traités avec l’armoise annuelle après la chirurgie n’ont pas observé de rechute, tandis qu’un autre chien et un chat ont rechuté tardivement.23 Enfin, un patient souffrant de cancer de la prostate a vu l’évolution de sa maladie nettement ralentie après la prise d’une combinaison d’un traitement hormonal et d’armoise.24

Les résultats de ces études sont encourageants et mériteraient des études cliniques poussées afin de comprendre le rôle précis d’Artemisia Annua dans le cancer. 

Des propriétés anti-inflammatoires utiles en rhumatologie

La littérature scientifique documente le contrôle inflammatoire des extraits d’armoise, in vitro. L’acide rosmarinique contenu dans l’armoise inhibe in vitro l’expression des interleukines, qui sont des cytokines, des composés inflammatoires.25 Dans une autre étude, l'extrait de la plante inhibe l’activité de l’oxyde nitrique et de l’anticholinestérase, qui favorisent tous deux la surinflammation.26 Une autre analyse montre des résultats semblables vis-à-vis des TNF alpha et des prostaglandines, d’autres facteurs inflammatoires.27

En outre, une étude menée sur des souris montre le rôle des flavonoïdes d’Artemisia Annua dans le contrôle de la réponse inflammatoire.28

Cette action anti-inflammatoire se traduit par une amélioration des symptômes de l’arthrose, observée dans une étude menée sur 42 patients. L’administration de 150 milligrammes d’extraits d’armoise 2 fois par jour pendant 12 semaines a entraîné une diminution des douleurs et des raideurs articulaires.29

Enfin, une étude menée sur 159 personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde a été conduite. Les participants subissaient soit un traitement classique à base de corticoïdes, soit ce traitement combiné à un extrait d’armoise. Les patients ayant suivi cette combinaison ont montré une plus grande diminution des douleurs et des gonflements, ainsi qu’une baisse des effets secondaires par rapport aux autres.30

Anomalies métaboliques

C’est sur un modèle de rats soumis à un régime riche en graisses que les chercheurs ont observé son activité sur le métabolisme lipidique. Ellediminue les taux de triglycérides et de cholestérol, la masse grasse, la taille des adipocytes (cellules de stockage de lipides), et limite la prise de poids. Les chercheurs suggèrent que c’est notamment dû à l’inhibition des gènes à l’origine de l’adipogénèse.31 Celle-ci se caractérise par la différenciation des pré-adipocytes en adipocytes. 

Du côté des rats diabétiques, on observe une amélioration globale des signaux métaboliques : amélioration de l’insuline et du glucose sanguins, diminution du mauvais cholestérol et des triglycérides, augmentation du bon cholestérol, amélioration des fonctions rénales et hépatiques.32

Ces résultats prometteurs sont encore peu documentés par la recherche clinique. 

Les différentes formes

Tisane, gélules, poudre

On trouve l’armoise annuelle sous forme de feuilles séchées, utilisable en infusion. On la trouve aussi en gélules, plus ou moins concentrées en artémisinine, en poudre ou en teinture-mère. Attention à bien choisir Artemisia Annua, et non Artemisia Vulgaris : les deux sont souvent confondues.  

De l'artemisia annua bio?

L'Artemisia annua est une plante, elle peut donc être issue de cultures biologiques et être certifiée bio.

Posologie de l'Artemisia annua

Le naturopathe Michel Dogna préconise les posologies suivantes : 

  • en poudre : 3 capsules par jour, à prendre à distance de toute prise de médicament.
  • en teinture mère : 10 à 15 gouttes, 2 fois par jour en dehors des repas et aussi à distance des médicaments.

Effets secondaires et contre-indications

Effets indésirables

Différents effets indésirables ont été reportés, tels que des troubles gastriques et intestinaux : nausées, vomissement, diarrhées, douleurs abdominales. On a aussi constaté quelques cas d’étourdissements, d’acouphènes et de démangeaisons.33 Par ailleurs, un cas grave d’hépatite aiguë a été consigné, potentiellement lié à la prise d’armoise annuelle.34    

Précautions d’emploi

En l’absence de recommandations officielles, il convient d’appliquer le principe de précaution pour les femmes enceintes ou allaitantes, ainsi que pour les jeunes enfants lorsqu’il s’agit de compléments alimentaires à base d’armoise annuelle.

De même, les personnes souffrant d’ulcères ou de troubles gastro-intestinaux doivent s’abstenir35.

Il convient de demander conseil à un professionnel de santé avant de prendre un complément alimentaire à visée thérapeutique. 

L’armoise annuelle se montre utile depuis des siècles dans la médecine traditionnelle chinoise, avec de nombreuses indications. Si la science s’est surtout penchée sur l’artémisinine et son rôle dans la lutte contre le paludisme, de nombreuses pistes de recherche différentes ont été dévoilées ces vingt dernières années. C'est une plante qui mérite que l’on s’intéresse à elle au-delà de son artémisinine.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur l'armoise annuelle et ses substances chimiques :

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'armoise annuelle?

L’armoise annuelle ou Artemisia Annua est une plante originaire de Chine, appartenant à la famille des Astéracées.
Cultivée dans le monde entier, elle est utilisée en médecine traditionnelle chinoise pour traiter la malaria.

Pourquoi en prendre?

- Traitement contre le paludisme
- Activités antimicrobienne et antiparasitaire
- Action anti-cancer prometteuse
- Propriétés anti-inflammatoires
- Amélioration de certaines maladies métaboliques

Quelles sont les mises en garde?

L'armoise annuelle est contre-indiquée pour les femmes enceintes, allaitantes et pour les jeunes enfants.
Elle est également déconseillée pour les personnes souffrant d’ulcères ou de troubles gastro-intestinaux.


Cécile Gonzalez Delacour

Rédactrice scientifique. Titulaire d'un master en biologie et d'une licence en sciences végétales.