Bioélectronique de Vincent: définition et grands principes

-

C’est au début de ce siècle que des recherches éparses, faites par des chercheurs du monde entier, ont été entreprises sur une approche physique des phénomènes électriques et électromagnétiques, liés à la vie sur terre. Comment définir un terrain? Comment le reconnaître? Comment le corriger? Quel est le terrain idéal? Tel est l’objectif que s’est fixé une science: la «Bioélectronique de Vincent».

Présentation

Un procédé réputé

La bioélectronique de Vincent (BEV) fut mise au point vers 1950 par le chercheur français Louis-Claude VINCENT (1906-1988). Elle fut alors inspirée par les travaux de Fred Vlès, professeur de physique biologique à l’Université de Strasbourg et de Charles Laville, fondateur de la biologie électronique.

D'autres scientifiques de haut niveau se sont également intéressés à cette discipline: messieurs J.M. Danze, R. Cannenpasse-Riffard, J.A. Giralt-Gonzalez, et P. Bressy. Plus près de chez nous, un autre ancien disciple de Vincent, monsieur le professeur André Fougerousse, doyen retraité de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg qui continue à travailler sur ce procédé.

Hors de nos frontières, le professeur Joseph Orszagh de la Faculté des Sciences de Chimie et Physique appliquée de l’Université de Mons-Hainaut en Belgique, grand spécialiste de la bioélectronique de Vincent. Il met en pratique ce procédé quotidiennement, pour ses recherches sur la récupération des eaux de pluie et usées.

Un nombre de plus en plus croissant de médecins, Heilpraktiker, dont le réputé Peter Mahr de chez MedTronik, pharmaciens de laboratoires, scientifiques et autres chercheurs autodidactes, s’acharnent à faire connaître cette merveilleuse et précieuse méthode scientifique. Elle mériterait d’être beaucoup plus répandue. Pour l’instant elle est plus connue et utilisée en Allemagne, au Canada et aux Etats-Unis, qu’en France.

Malheureusement, elle ne figure plus sur les listes officielles européennes des analyses de biologie humaine.

Historique et origine de cette discipline

Louis-Claude VINCENT était ingénieur des travaux d’hygiène publique, spécialiste en hydrologie, professeur à l’école d’Anthropologie de Paris. Il était également titulaire de la chaire de bioélectronique à la faculté de médecine de Paris et l’un des créateurs de la S.I.B.E.V. avec le médecin allemand, le docteur Morell. Le gendre de ce denier Eric Rasche, ingénieur, modernisa l’appareil de mesure en BEV. 

Dès 1936, grâce au concours de ses collègues et de nombreux maires en France, il constate, après une étude de longue haleine, le fait important suivant:
« Les taux de mortalité de maladies de tous ordres, sont directement liés à la qualité des eaux délivrées aux populations. Ils croissent en particulier lorsqu'elles sont très minéralisées et rendues artificiellement potables, après traitement et adjonctions de produits chimiques oxydants ». Après 10 années de recherche il aboutit à la découverte des « LOIS BIOELECTRONIQUES » applicables à tous les milieux aqueux.

La seconde découverte commence au Moyen-Orient, au Liban en 1950, ou L. Cl. VINCENT, spécialiste en hydrologie  est chargé d’apporter l’eau courante aux habitants. Il effectue pour cela des milliers d’analyses d’échantillons et constate que la santé des villageois, souffrant d’épidémies, est en rapport direct avec la composition de l’eau des sources et des puits.

Il remarque aussi que l’on peut re-équilibrer la santé des habitants d’un même village en changeant la provenance des eaux (non polluées), alimentant les adductions. Devant ce succès, le président de l’ordre des médecins lui permet de faire des mesures de bioélectronique dans les hôpitaux, sur le sang de plus de 2.000 sujets.

Possibilités de la méthode

Le professeur L. Cl. VINCENT nous a légué une méthode précise et applicable dans beaucoup de domaines.

Aujourd’hui, la « Bioélectronique de Vincent » nous permet l’évaluation de notre terrain face aux maladies. Elle nous permet aussi de mieux choisir notre alimentation, la qualité de notre eau, notre type de boisson, nos compléments alimentaires, nos médicaments, les produits agricoles et même la qualité de nos sols de culture avec la possibilité d’utilisation d’engrais choisis, etc. Tout ceci pour nous permettre de retourner dans la zone de la santé.

Le « Bioélectronigramme », graphique simple et pratique divisé en quatre zones, nous permet de définir notre terrain actuel ou celui des produits cités plus haut. Cette possibilité de démarche préventive, meilleur choix possible qui caractérise cette méthode, lui donne une utilité indispensable dans notre vie quotidienne actuelle.

Bioélectronigramme de L.C. Vincent
Caractéristiques bioélectroniques d’aliments et substances

Rôle essentiel de l'eau, élément dynamique

C’est le principal élément constitutif des cellules et du corps humain, qui en contient près de 70 %. Elle subordonne toute possibilité de vie sur terre. Si quantitativement cet élément tient une place si importante dans notre organisme, il y a de fortes chances pour que son rôle soit également essentiel1.

L. Cl. VINCENT a ainsi retenu trois paramètres liés aux caractéristiques électromagnétiques de l’eau2, permettant de reconnaître sa qualité et de mesurer de façon précise ses variations avec quatre types de terrains s’y rapportant.

Bioélectronique de Vincent: les trois paramètres fondamentaux

Le pH ou facteur magnétique

C’est la concentration en ions hydrogène (ou protons) d’une solution. (pH =  potentiel hydrogène). Il exprime la capacité énergétique du milieu et le caractère acide ou alcalin. La vie ne peut se créer qu’en milieux acides (et réducteurs).

Plus notre état est alcalin, plus il est perméable aux maladies, plus il est acide et plus il est résistant.
La valeur du pH peut varier entre 0 et 14, 7 (réalité: 7,07) étant la neutralité.
De 0 à 7 la mesure est acide. Ex: le vinaigre, ou les jus de fruits.
De 7 à 14 elle est alcaline ou basique. Ex: la soude ou l’ammoniaque

Le rH2 ou facteur électrique

Le rH2 permet de donner une mesure objective du terrain, favorable ou défavorable à la vie. Elle ne peut se créer qu’en milieux réducteurs (et acides). Au cours de la fécondation, l’ovule féminin est avide d’électrons et les obtient dans la semence mâle (spermatozoïdes) qui en est très riche.

Le rH2 mesure la potentialité dit "pouvoir ou potentiel d’oxydo-réduction", qui consiste en un transfert d’électrons avec indication de sa richesse en électrons. Le couple Redox (Red = réduction, ox = oxydation) est constitué par la forme oxydée et par la forme réduite. Il indique la capacité régulatrice du milieu.

Le rH2 peut osciller entre 0 et 42. La neutralité ou l’indifférence Rédox des solutions aqueuses (eau pure) se trouve à 28 (réalité 27,6) ce qui correspond à + 402 mV. De 0 à 28 la solution est réductrice. De 28 à 42 la solution est oxydante.

La conductivité (ou résistivité) ou facteur diélectrique

Anciennement indiquée en résistivité elle est actuellement exprimée en conductivité. Elle traduit la facilité d’expression de l’énergie électro-magnétique potentielle, contenue dans le milieu et induite par l’environnement extérieur.

Elle traduit rapidement une valeur approchée de la concentration en ions de ce liquide par la facilité plus ou moins importante à conduire le courant électrique dans cette solution. Plus le milieu est riche en ions conducteurs, plus le passage du courant à travers le milieu en question est aisé.

De ce fait la conductivité peut indiquer le facteur de salinité minérale ou de viscosité de cette solution. Elle est exprimée en micro-Siemens (µS) ou pour la résistivité en ohms (W). Une solution est d’autant moins chargée en minéraux que sa valeur en µS (conductivité) est basse. Elle est d’autant plus chargée en minéraux que sa valeur en µS (conductivité) est plus haute. Pour la résistivité les valeurs sont inversées.

Les quatre terrains

La région 1 : milieu acide et réducteur (zone des forces vitales)

Bioélectronigramme de L. C. Vincent: les quatre terrains
Bioélectronigramme de Vincent

C’est le milieu favorable à la création et au développement de la vie, des algues vertes, de l’amer et des microbes banaux (utiles). Un bon aliment vital (Lebensmittel) doit se situer dans cette zone acide (mais organique) et réductrice. C’est le lieu des eaux de qualité et des eaux thermales à la source.

On y trouve aussi la fermentation avec ses ferments, les produits lacto-fermentés, les enzymes et les vitamines naturelles. Il comporte beaucoup de protons et beaucoup d’électrons. C’est le milieu et la région de la parfaite santé.

On trouve sur ce terrain N° 1: l’amer, les algues vertes, les acides organiques, le vin, whisky, les aliments crus (fruits-légumes) l’eau de qualité, les eaux thermales à la source, les produits et aliments fermentés et lacto-fermentés, les microbes banaux, les enzymes et vitamines naturelles. C’est le terrain de la création et du développement de la vie. C’est un un milieu régénérateur3.

La région 2 : milieu acide et oxydé  (zone des forces de conservation)

C’est le milieu favorable aux champignons, mycoses, lichens et celui des antibiotiques. Les aliments non vitaux (Nahrungsmittel) se situent dans cette zone comme par exemple les produits alimentaires cuits ou industriels de conservation (stérilisation), fasts-foods, etc. Il comporte beaucoup de protons et peu d’électrons.

On trouve sur le terrain N° 2: l’aigre, les champignons, les mycoses, le lichen, les antibiotiques, les aliments cuits, industriels, de conservation et stérilisés.

La région 3 :  milieu alcalin et oxydé  (zone des forces de dégradation)

C’est le milieu favorable aux virus et aux grandes maladies de la civilisation. C’est aussi celui du doux (sucré), des vaccins et des eaux de surface ou souterraines souillées qui ont été traitées par des produits oxydants ou stérilisés (eaux de robinet des villes). Il comporte peu de protons et peu d’électrons. C’est le milieu et la région de vie de l’homme moderne.

On trouve sur le terrain N° 3: le doux, le sucré, les virus, les grandes maladies de civilisation, les vaccins, les eaux de surface ou souterraines souillées et stérilisées par traitement oxydant, les pyrogènes.

La région 4:  milieu alcalin et réducteur  (zone des forces de destruction)

C’est le milieu favorable aux maladies infectieuses à microbes pathogènes, à la putréfaction, au salé et aux algues brunes. C’est aussi celui des eaux de surface ou souterraines souillées et non encore traitées. Il comporte peu de protons et beaucoup d’électrons.

On trouve sur le terrain N° 4:  le salé, les maladies infectieuses, les microbes pathogènes, la putréfaction.

Limites de la méthode

Ce n’est pas un hasard que la prestigieuse NASA avait choisi en son temps la bioélectronique de Vincent pour la surveillance à distance de l’état de santé de ses astronautes. Elle permet une photographie instantanée d’un organisme ou des éléments cités auparavant.

La bioélectronique de Vincent n’est pas à vrai dire une méthode de diagnostic. Elle permet pourtant de prévoir ou de confirmer des tendances ou des risques. Les mesures en bioélectronique n’ont pas de sens en dehors des milieux aqueux. Bien appliquée, elle est une méthode préventive de choix, aussi bien en ce qui concerne les maladies que pour le choix de nos aliments, de l’eau, des médicaments.

Facteurs de perturbations, de corrections et conseils

Il faut absolument éviter de se trouver sur le terrain N° 3, celui des grandes maladies de civilisation, qui se trouve en haut à droite du bioélectronigramme. Pour rester ou revenir en bonne santé, il faut que l’Homme soit le plus près possible du triangle de la « Parfaite Santé » sur le même graphique.

Les coordonnées bioélectroniques peuvent être influencées par de nombreux facteurs: le rythme des saisons, les conditions cosmiques et telluriques, notre vie actuelle, le stress, notre environnement moderne, les vêtements synthétiques, l’inaction physique avec son manque d’oxygénation, l’alimentation chimique, la surcharge minérale des eaux, l’architecture,  l’abus de médicaments, la sur-vaccination, les diverses pollutions, etc.

En plus de la correction des éléments cités ci-dessus, il faudra revenir rapidement à une alimentation biologique vivante et équilibrée avec du cru, riche en fruits et légumes, aux produits lacto-fermentés, à la consommation d’une eau très peu minéralisée (eau du Mont Roucous, Rosée de la Reine ou eau osmosée) et à une réduction des protéines animales. Vous pouvez en apprendre davantage sur les caractéristiques d'une eau de qualité, au sein de l'article: Purification de l'eau: les différentes façons de dépolluer l'eau potable

Il ne faudra pas négliger la relaxation et la négativation. Bref, ce ne sont pas les solutions qui manquent. Vouloir modifier un terrain implique pour le sujet de changer son mode de vie et d’alimentation par l’utilisation de correcteurs d’origine naturelle, qui auront des valeurs légèrement acides et réductrices pour être efficaces.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que la bioélectronique de Vincent?

La bioélectronique de Vincent est une méthode mise au point vers 1950 par le chercheur français, spécialisé en hydrologie, Louis-Claude VINCENT. Elle permet l’évaluation de notre terrain face aux maladies. Notre hygiène de vie peut alors être modifiée et adaptée.

Bioélectronique de Vincent: quel fonctionnement?

La bioélectronique de Vincent permet de définir l'état de santé d'un être vivant, grâce aux mesures réalisées par un appareil spécifique. En fonction des résultats obtenus, l'hygiène de vie ou l'alimentation peuvent être modifiées, afin de rétablir la pleine santé.

Quelles sont ses limites?

La bioélectronique de Vincent n’est pas une méthode de diagnostic, mais une méthode préventive de choix: choix des aliments, de l’eau, des médicaments...


  • 1Purifiez votre eau de table, la santé à 100 % Nadette & Richard Haas Editions Trajectoire 2008
  • 2Soigner l’arthrose naturellement, Richard Haas, Editions Granger. 2014
  • 3Comment purifier et revitaliser votre eau de table, guide pratique. Richard Haas, Editions Chariot d’Or. 2015
Richard Haas
Richard Haas, Auteur

Naturopathe Heilpraktiker à la retraite. Auteur de nombreux livres dont "Purifier votre eau de table" et "Guérir l'arthrose naturellement".