Centaurée scabieuse (plante médicinale): vertus et utilisation

-

Originaire d'Asie, la Centaurée Scabieuse ou Centaurea scabiosa est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées. Répandue dans toute la France, elle pousse dans des terrains secs et calcaires. Grâce à ses propriétés stomachiques, la centaurée scabieuse est reconnue pour faciliter la digestion. D'autres vertus médicinales lui sont également associées.

Présentation

Centaurée scabieuse (centaurea scabiosa) : vertus et utilisation de cette plante médicinale.

Nom commun : Centaurée scabieuse
Nom latin : Centaurea scabiosa
Noms populaires : Tête de moineau/d’alouette/de caille, Cabosse, Bouton de jupon, Chardon des prés, Trésor de prés, Fleur de galant, Herbe d’amour
Famille botanique : Astéracées

Propriétés thérapeutiques

  • Anti-inflammatoire : troubles digestifs (stomachique) et respiratoires (expectorant)
  • Antitumoral, anti-bactérien, antibiotique, antiviral
  • Émollient
  • Diurétique

Usages populaires

Fébrifuge : fièvres intermittentes
Reins : diurétique
Affections cutanées : dartre
Dépuratif du foie et de la rate
Tonique de l’estomac
Traitement de la gale
Cholagogue, anti-diarrhéique, astringent

Dosages et posologie

La plante entière est utilisée en phytothérapie.

  • Infusion : 40 g de racines séchées par litre d’eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes puis sucrer. Boire 2 à 3 tasses par jour.
  • Usage externe - compresses - décoction : 50 g de plante pour un litre d'eau bouillante. Laisser mijoter puis laisser infuser pendant 10 minutes. Humecter les compresses de gaze avec la décoction. A appliquer sur la zone à traiter.

Une plante comestible

La centaurée scabieuse est une plante comestible.

La racine de la plante peut être consommée comme un bâton de réglisse.

Précautions et contre-indications

Aucune contre-indication n'a été signalée.

Principes chimiques actifs

La centaurée scabieuse renferme des séco-iridoïdes (swertiamarine, swéroside et gentiopicroside), des acides phénols, de l'acide oléanolique et des flavonoïdes (kaempférol, hétérosides flavoniques).

Elle contient également de la cire et de la résine.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.