Chaga : bienfaits et effets secondaires

-

Le chaga, un champignon parasite du bouleau qui veille sur sa bonne santé.
Ce champignon, dur, à la couleur de charbon n’est pas sans intérêt.
En effet, depuis que des études cliniques ont dévoilé les bienfaits du chaga: notamment ses propriétés antioxydantes et adaptogènes, il fait la faveur de bon nombre d’utilisateurs.

Présentation

Chaga : bienfaits et effets secondaires de ce champignon.

Le chaga (Inonotus obliquus) est un champignon qui pousse sur l’écorce des bouleaux, ormes, hêtres, merisier, avec lesquels il vit en symbiose.
En effet, il est dit que l’insertion d’un chaga sur un bouleau affaibli, lui redonne vigueur et croissance.
D’où son surnom de «champignon de l’immortalité » ou « diamant de la forêt ».

Il apprécie les températures négatives de – 40°C. C’est pourquoi, il est essentiellement présent dans les steppes de Sibérie, l’Alaska et le nord du Canada. Cependant, il a été rencontré dans les forêts de Normandie, où il concentre 2 des principes actifs en quantité supérieure aux chagas poussant dans d’autres contrées1.

Son utilisation a commencé par les peuples autochtones pour prévenir la maladie en général. Puis les études scientifiques ont montré son intérêt dans l’accompagnement du cancer.

Propriétés et vertus

Les bienfaits du chaga reposeraient sur la présence de 3 principes actifs : l’acide bétulinique, la bétuline et l’acide bétulonique. Ces composants sont considérés cytotoxiques.

Cancer

Un extrait purifié de Chaga montre sa cytotoxicité par apoptose sur des cellules cancéreuses du poumon prélevées chez l’Homme2.

Un autre actif a été identifié : l’ergostérol. Il est capable d’inhiber la prolifération de cellules cancéreuses du côlon chez la souris3.
Lorsque la dose de 6 mg / kg / jour, qui correspond à la quantité absorbée par les japonais sous forme d’infusion, est administrée à des souris durant 3 semaines, le développement des cellules cancéreuses s’est réduit de 60%. Tandis que celles présentant des métastases ont vu une baisse de 25% du nombre de nodules4.
D’autre part, leur température corporelle s’élevait ce qui témoigne d’une augmentation de leur métabolisme.

Plusieurs chercheurs ont relevé des propriétés anti-tumorales du chaga dans le cas d’hépatome (cancer primitif du foie), de leucémie, de carcinome du côlon ou des cervicales5,6,7 .

Selon Won, la  concentration optimale d’extrait de polysaccharides serait de 150 mg / ml pour une action anti-tumorale8.

Immunité

Une infusion de chaga agit sur l’immuno-modulation9, c’est-à-dire qu’elle régule la réponse immunitaire selon le contexte. Cet effet est relié aux polysaccharides spécifiques du chaga10.

D’autre part, Sharikov11 a démontré ses propriétés antibactériennes envers les espèces Mycobacterium smegmatis and Francisella tularensis12.

La première est présente sur les chancres de syphilis et dans les sécrétions génitales normales. Il est généralement considéré non pathogène mais peut le devenir dans certains cas rares.
La seconde est hébergée par les mammifères et les invertébrés et peut être transmise à l’homme. Elle provoque la tularémie ulcéro-ganglionnaire par infection des ganglions lymphatiques.

L’extrait de chaga a également montré des effets positifs en stomatologie sur des biofilms générant une inflammation de la cavité buccale13.

Diabète

Le chaga serait une thérapeutique naturelle intéressante dans la prise en charge du diabète. Chez la souris, ses polysaccharides réduisent la glycémie, le taux de triglycérides, d’acides gras et de cholestérol. Après des observations histologiques, les chercheurs suggèrent que le chaga pris à la dose de 1 g / kg de poids, agit par une régénération du parenchyme pancréatique14.

Tandis que l’expérience de Park15 sur des rats, ne constate pas d’impact significatif sur la glycémie avec des doses de 0.5 et 5 g / kg . Par contre les dommages sur l’ADN des leucocytes générés par un taux de glucose élevé sont abolis dans le groupe recevant la plus forte dose de chaga.
Ces résultats témoignent de ses propriétés antioxydantes.

Activité antioxydante

Les bienfaits du chaga ne s'arrêtent pas là.

Effectivement, plusieurs auteurs valident ses capacités antioxydantes.
Ainsi une décoction à chaud de chaga comparée à d’autres champignons présente la plus forte activité antioxydante16. Cette activité serait le fait de 7 composants phénoliques dont 3 sont également antibactériens17.

Ainsi, sa prise peut être une thérapeutique naturelle intéressante dans les cas de stress oxydatif, tel que dans l’intestin irritable, la maladie de Crohn ou des ulcères coliques.
Les lymphocytes extraits de patients souffrant de côlon inflammatoire ont vu leur ADN protégé de l’oxydation (- 54.9% du taux de dommage dû au stress oxydatif) après mise en contact d’extrait de chaga18.

Enfin, Yong Cui met en évidence l’activité antioxydante des polyphénols de chaga et sa protection des membranes cellulaires du stress oxydatif dès 50 microgr/ ml19.

Les différentes formes

Le chaga n’est pas consommable en son état naturel. Sa paroi est composée de chitine qui lui confère sa dureté et avec, son indigestibilité.
Il nécessite donc une longue décoction :

  • En morceaux : 15 g / litre d’eau. Temps de décoction à petit frémissement 30 à 90 min jusqu’à obtenir un liquide de la couleur du café.
  • En poudre obtenu par séchage à basse température : 10 g / litre d’eau avec un temps d’infusion à 80°C durant 1 heure.
  • Autre solution : versez la poudre de chacun dans une thermos contenant 1 litre d’eau à 80°C. Laissez infuser la nuit. Votre boisson est prête le lendemain matin.
  • Élixir par extraction hydro-alcoolique, non adapté aux femmes enceintes et enfants, du fait de la présence d’alcool
  • En gélules ou comprimés, avec un titrage minimum à 30% en polysaccharides bêta-glucanes.

Le chaga peut être associé à d’autres champignons médicinaux tels que le reishi, le maitaké, le shiitaké pour renforcer son action immunitaire et régénérative.

De la vitamine C naturelle peut aussi le compléter pour optimiser l’assimilation de ses composants bio-actifs.

Posologie et utilisation

La dose journalière recommandée est de 500 à 2000 mg en plusieurs prises:

  • Gélules ou comprimés: 1 à 4 par jour pour des gélules de 300 mg.
  • Poudre: 1 cc pour 250 ml d’eau.
  • Élixir ou teinture-mère: 20 gouttes, 1 à 3 fois par jour.

Précautions d’emploi, contre-indications et danger

Quels sont les effets secondaires et contre-indications du chaga?

Sa consommation est déconseillée aux :

  • enfants
  • femmes enceintes et allaitantes
  • personnes allergiques au bouleau
  • diabétiques de type 1 sans avis médical

Effets indésirables

A haute dose, le chaga présente des effets secondaires: il peut être toxique pour les reins en raison de sa concentration en acide oxalique.

Interactions médicamenteuses

Le chaga ayant des propriétés hypoglycémiantes et immuno-modulatrices, il est déconseillé en cas de prise d’hypoglycémiants et d’immuno-suppresseurs.
Autres interactions possibles : anti-coagulants.
Il est également recommandé d’arrêter sa supplémentation avant une opération.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le chaga?

Le chaga est un champignon qui pousse sur l'écorce du bouleau. Il est reconnu pour ses propriétés antioxydantes.

Pourquoi en prendre?

- Activité anti-cancéreuse
- Régulation de la réponse immunitaire
- Antidiabétique
- Propriétés antioxydantes

Quelles sont les mises en garde?

Le chaga peut interagir avec certains médicaments: anti-coagulants, hypoglycémiants et immunodépresseurs


Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.