Diabète de type 2 : quelle alimentation?

-

Le Diabète de type 2 (ou gras ou de l'âge mur) peut parfaitement se réguler simplement avec un régime adapté. Tour d'horizon du diabète de type 2 et son alimentation.

Définition

Diabète de type 2 : diabétique réalisant un dextro ou relevé de sa glycémie.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, le diabète de type 2 est une maladie chronique qui se caractérise par une élévation de la concentration en glucose dans le sang. Cette élévation est aussi appelée hyperglycémie. Le diabète de type 2 survient lorsque l’organisme utilise de façon inadéquate l’insuline que sécrète le pancréas. Il en résulte une concentration accrue de glucose dans le sang. Cette mauvaise utilisation est souvent la conséquence d’une mauvaise hygiène de vie accompagnée d’un excès pondéral ou d’une inactivité physique123‌. Pour en savoir plus, rendez vous sur diabète, causes et traitements naturels.

Diabète de type 2: quel régime alimentaire?

Chiffres clés

Une alimentation adaptée dans le cadre du diabète de type 2 n'est autre que l'équilibre alimentaire selon les recommandations de l’ANSES pour un individu lambda. Le sujet diabétique devra consommer de tout mais en quantité adaptée à sa dépense énergétique. Sa journée se compose de 3 repas/par jour, et éventuellement d’une collation. Les nutriments énergétiques se répartissent de la sorte : 1

  • Protéines : 10 à 15% de l’apport énergétique total
  • Lipides : 35 à 40% de l’apport énergétique total
  • Glucides : 50 à 55% de l’AET dont <10% de glucides simples (à éviter en prise isolée)
  • Fibres : 25 à 30g/jours (fonctionnement intestinal, satiété, diminution de risque de MCV, régulation de la glycémie).

Les grands principes

Dans le cadre du diabète de type 2, l'alimentation doit être modifiée :

  • Consommer des glucides complexes à chaque repas (en favorisant les céréales complètes).
  • Limiter les glucides simples : sucre, confiture, miel, sirop, soda sauf en cas d’hypoglycémie.
  • Veiller à un apport optimal en acides gras essentiels, au travers des huiles végétales, des fruits oléagineux et des poissons gras. Limiter les acides gras saturés et les acides gras trans.
  • Éviter les produits industriels, ultra-transformés.
  • Introduire une portion de légumes à chaque repas.
  • Manger 2 portions de fruits par jour.
  • Inclure deux à trois portions de produit laitier par jour en limitant le fromage à 30-40g/jour.
  • Attention aux sodas, aux jus de fruits qui ont un index glycémique plus élevé que les fruits frais entiers.
  • Favoriser les aliments à index glycémique faible de façon à éviter les pics de glycémie. Voir à ce sujet le régime IG et le tableau IG des aliments.
  • Faire de l’eau une boisson de choix afin d’assurer une hydratation optimale.
  • Éviter la consommation d’alcool, car ce dernier potentialise les effets de l’insuline.

Néanmoins, une personne diabétique doit être suivie par un médecin ou un diététicien nutritionniste et gérer avec cette même personne les portions adaptées à son organisme, l'alimentation adaptée à son diabète de type 2, ses habitudes de vie et son activité physique.23

Bienfaits et répercussions

Adopter ce régime alimentaire, va permettre :

  • Une perte de poids si besoin ou stabiliser ce dernier par une alimentation adaptée. On tiendra compte des besoins nutritionnels du patient, de son mode de vie et de son activité physique.
  • De bien répartir les aliments glucidiques dans la journée.
  • Veiller à un apport en fibres suffisant pour normaliser les glycémies.
  • Prévenir les complications ou limiter leur progression en choisissant au mieux le type de lipides consommés.
  • Assurer une consommation de végétaux frais suffisante pour l’apport en fibres et en antioxydants.
  • Assurer une éducation nutritionnelle, voire une éducation thérapeutique du patient.

Spécificité enfants/adolescents

On assure dans un premier temps une cohérence entre les besoins de ces jeunes patients et leurs apports alimentaires. Ces derniers étant les mêmes que pour des enfants ou adolescents non diabétiques. L’objectif est d’éviter les fluctuations de la glycémie nocives pour la santé.

Conseils :

  • On conseille d’introduire les éventuels produits sucrés au sein des repas principaux.
  • Les repas principaux devront systématiquement contenir des aliments riches en fibres afin de diminuer l’index glycémique global.
  • Un objectif à la fois. Car il est parfois difficile de faire accepter les changements des habitudes antérieures. Comme des légumes à chaque repas ou l’instauration d’un goûter équilibré.
  • Lorsque les enfants ou adolescents sont sous insuline, il est important de réaliser avec eux un schéma alimentaire régulier, en évitant les grignotages
  • Mettre en place un Plan d'Accueil Individualisé pour les repas à la cantine.

Les femmes enceintes

Lorsque la future maman est diabétique, la surveillance est stricte. Il est important de connaitre les besoins de la maman avant la grossesse et ceux liés à celle-ci.
Il faut rester vigilant les premiers mois en cas de vomissements importants.

En cas de diabète de type 2, surpoids ou obésité, une alimentation contrôlée en énergie améliore l’équilibre glycémique et diminue la prise de poids durant la grossesse. Cette restriction doit être modérée et ne jamais être en dessous de 6500 kJ ou 1500kcal/jours.

Recommandations :

  • Limiter les glucides à index glycémiques élevés. S’ils sont consommés, ils doivent être pris en petite quantité et au cours d’un repas.
  • Favoriser la consommation de fibres pour réguler la glycémie.
  • Introduire un féculent à chaque repas, de type complet de préférence.
  • 2 à 3 fruits par jour.
  • Un produit laitier à chaque repas
  • Limiter les graisses saturées et varier les matières grasses.

Les personnes âgées

Dans un contexte où le patient est diabétique depuis longtemps, il connait sa maladie et son traitement y compris alimentaire. S’il est autonome et sans déclin cognitif l’objectif est de lui permettre de poursuivre cet équilibre de vie.

Lorsque la personne âgée est fragile avec d’autres pathologies, le diététicien en prend compte mais avec beaucoup de souplesse. L’objectif premier étant de prévenir une dénutrition, qui accélérerait une perte d’autonomie. S’il est dépendant, voire en fin de vie, son confort est prioritaire.

Conclusion

La connaissance des conditions de vie est importante pour adapter les conseils : mode d’hébergement, environnement, problèmes dentaires. Il est important de prévenir les hypoglycémies survenant notamment la nuit (repas du soir souvent trop léger).

Dans le cadre du diabète de type 2, en plus de l'alimentation, une bonne hydratation est aussi à surveiller, pour limiter les risques de coma hyperosmolaire par déshydratation.

Les aliments en détail

A favoriser

Légumes : artichauts, asperges, aubergines, avocats, betteraves, blettes, brocoli, carottes, céleri branche ou rave, choux (chou-fleur, choux de Bruxelles, Romanesco, brocolis, choux vert, blanc, rouge), citrouille, concombres, courgettes, endives, épinards, fenouil, haricots verts, plats d’Espagne, beurre, navets,oignons, oseille, poireaux, poivrons, radis, salsifis, tomates, petits pois, salades
Tofu Aromates : Aneth, Basilic, Cerfeuil, Ciboulette, Coriandre, Estragon, Menthes, Origan, Persil, Romarin, Sauge, Thym.
Champignons : Cèpes, shiitakes, girolles, mousserons…

Fruits : Abricots, ananas, banane, cassis, cerises, citrons, dattes, figues, fraise, framboises, grenades, groseilles, kaki, kiwi, mangue, melon, myrtilles, pamplemousse, pastèque, pêche pomme, raisins, tomate.
Secs : dattes, abricots, pruneaux, figues, raisins, bananes, mangue, ananas, pommes, cranberries, myrtille, goji.
Fruits oléagineux : Amandes, noix (brésil, pécan, cajou…), noisettes, pistaches, arachides…
Légumineuses : haricots (flageolet, azukis, bancs de Vendée, rouges), lentilles (vertes, corail), pois, fèves, pois cassés, pois chiche, soja. Céréales avec gluten (complètes) : blé, seigle, orge, avoine, triticale, épeautre, kamut.
Céréales sans gluten : millet, amarante, quinoa, riz, sarrasin, sorgho, teff, maïs (farine, semoule, flocons).
Graines : Graines de lin, de sésame, de tournesol, de pavot, de courge, pignons de pin.

Boissons végétales : lait d’amande, d’avoine, de châtaignes, de coco, de chanvre, de graines de tournesol ou de sésame, lait d’épeautre, de kamut, de millet, de noisette, de noix, d’orge, de quinoa, de riz et de soja.
Crèmes végétales : Avoine, Amande, Riz, Soja, noix de coco.
Algues : laitue de mer, kombu, haricot de mer, wakamé, dulse avec des crudités, nori sushis, spiruline.
Condiments : Gomasio, vinaigre de cidre, levure de bière, épices, moutarde, cornichons, câpres.
Pomme de terre, patate douce.
Graines germées
: de légumineuses, de céréales, alfalfa, radis, brocoli, poireaux, moutarde, courge, persil, cresson, roquette, chou chinois, navet.

Huiles oméga 3 : noix, chanvre, colza, lin, cameline, germe de blé.
Huiles oméga 6 : olive, tournesol, carthame, sésame.
Fromage de brebis ou chèvre Produits lactofermentés : choucroute, miso, tamari, kombucha, kéfir de fruits.
Protéines concentrées végétales : seitan, tofu, tempeh, humus.
Viande blanche : veau, porc, lapin, volaille (poulet, poule, dinde, canard, pintade, pigeon), jambon blanc
Poissons maigres* : cabillaud, colin, églefin, limande, merlan, sole, thon en boîte.
Poissons mi-gras : hareng, maquereau, truite.
Poissons gras: sardine, saumon.
Crustacés : Huîtres, moules, Coquilles St Jacques, Calamars, Crevettes, Langoustine, Langouste, Homard.
Œufs

*Les poissons contenant trop de toxiques ne sont pas énumérés.

A limiter

Viande rouge : Bœuf, cheval, agneau (2x/semaine maximum)
Sel (surtout blanc).
Miel et confiture
Chocolat
: pris séparément des repas.
Vin : 2 verres de vin/jour maximum (et pas tous les jours).
Bières

Charcuterie : viande fumée, séchée ou salée, le jambon cru, le bacon, les lardons, les saucisses sèches, le saucisson, la viande des Grisons, ainsi que les hot-dogs et certaines saucisses.
Pain blanc, galettes turques, bagel, naan, baguette blanche, pain libanais.
Pâtes blanches
Riz Blanc

Aliments interdits

Sucre et produits sucrés (surtout blanc) : réduire autant que possible le sucre raffiné, les biscuits, les bonbons.
Pâtisserie/viennoiserie (fréquence limitée)
Céréales petits déjeuner : Corn flakes, riz soufflé, coco krispies…
Les boissons sucrées : sodas, jus de fruits (même 100% pur jus).
Produits transformés et industriels (plats préparés, conserves, pain de mie, desserts, pizzas, mayonnaise et ketchup…).
Les conservateurs, exhausteur de gout, parfums de synthèse.
Les fritures.
L’huile d’arachide et l’huile raffinée.
Toutes les graisses et huiles chauffées à plus de 110 / 120 degrés.
Les aliments allégés.

Petit déjeuner (Thé ou café au choix non sucré)

Yaourt à base de lait demi-écrémé, müesli et pépites de chocolat, fruit frais au choix.

Ou

Avocado toast à base de tartines de pain complet, une portion de fromage à tartiner

Déjeuner

Velouté d’endives, filet de poulet et petits légumes en papillote, patate douce rôtie épicée, 1 portion de fromage affinée + compote pomme cannelle sans sucre ajouté.

Collation

Poignée de fruits oléagineux.

Dîner

Salade de betterave persillée, Dahl de lentilles corail au curry, carottes et thym, accompagné de riz basmati, faisselle.

Questions fréquentes

Quel régime alimentaire adopter en cas de diabète de type 2?

Dans le cadre du diabète de type 2, le régime alimentaire est sensiblement le même que pour un individu lambda.

Quelles sont les caractéristiques de ce régime alimentaire?

- Favoriser les aliments à index glycémique faible, la consommation de glucides complexes et d'acides gras essentiels (huiles végétales, poissons gras...)
- Manger 2 portions de fruits, une portion de légumes et 2 à 3 portions de produits laitiers par jour
- Eviter les glucides simples, les plats préparés, les boissons sucrées et la consommation d'alcool.

Pourquoi adopter ce type d'alimentation?

- Répartition adaptée des aliments glucidiques dans la journée
- Prévention de certaines complications liées au diabète
- Consommation de fibres et de végétaux suffisante, pour permettre de régulariser la glycémie


  • 1On fait ingérer au patient à jeun 75mg de glucose + 300mL d’eau, pour faire un prélèvement à jeun, 30 minutes après, 1h, 1h30 et 2h. Chez la femme enceinte on tolère 1,53g/L et les autres 1,4g/L au maximum à 2h
  • 2Haute autorité de santé (HAS) (2014). Actualisation du référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé. Prévention et dépistage du diabète de type 2 et des maladies liées au diabète. https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/referenciel_pratiques_diabete.pdf
  • 3Anses, (2019). Actualisation des repères du PNNS : étude des relations entre consommation de groupes d’aliments et risque de maladies chroniques non transmissibles. Rapport d’expertise collective https://www.anses.fr/en/system/files/NUT2012SA0103Ra-3.pdf
  • 4INSERM - La science pour la santé - From science to health - Diabète de type 2Sous titreUn trouble du métabolisme principalement lié au mode de vie
  • 5Organisation mondiale de la santé - Le diabète
  • 6Fédération française des diabétiques - Qu'est ce que le diabète ?
  • 7Diabète quebec -Comprendre le diabète - Diabète de type 2
  • 8Diabète quebec - les symptômes
  • 9Risk of Cardiometabolic Disease and All-Cause Mortality in Female Survivors of Domestic Abuse.Chandan JS1,2, Thomas T1, Bradbury-Jones C3, Taylor J3,4, Bandyopadhyay S5, Nirantharakumar K1.Author information1Institute of Applied Health Research College of Medical and Dental Sciences University of Birmingham United Kingdom.2Warwick Medical School University of Warwick Coventry United Kingdom.3School of Nursing College of Medical and Dental Sciences University of Birmingham United Kingdom.4Birmingham Women's and Children's Hospitals NHS Foundation Trust Birmingham United Kingdom.5The Department of Economics University of Birmingham United Kingdom.
  • 10Benefit of lifestyle-based T2DM prevention is influenced by prediabetes phenotype.Campbell MD1,2,3, Sathish T4,5,6, Zimmet PZ7, Thankappan KR8, Oldenburg B5,9, Owens DR10, Shaw JE11, Tapp RJ12,13.Author information1School of Food Science and Nutrition, University of Leeds, Leeds, UK.2Leeds Institute of Cardiovascular and Metabolic Medicine, University of Leeds, Leeds, UK.3School of Food Science and Bioengineering, Zhejiang Gongshang University, Hangzhou, China.4Population Health Research Institute, McMaster University, Hamilton, ON, Canada.5Melbourne School of Population and Global Health, University of Melbourne, Melbourne, VIC, Australia.6Centre for Population Health Sciences, Lee Kong Chian School of Medicine, Nanyang Technological University, Singapore, Singapore.7Department of Diabetes, Central Clinical School, Monash University, Clayton, VIC, Australia.8Central University of Kerala at Kasargod, Kerala, India.9WHO Collaborating Centre on Implementation Research for Prevention and Control of Noncommunicable Diseases, University of Melbourne, Melbourne, VIC, Australia.10Diabetes Research Unit Cymru, Swansea University, Swansea, UK.11Baker Heart and Diabetes Institute, Melbourne, VIC, Australia.12Melbourne School of Population and Global Health, University of Melbourne, Melbourne, VIC, Australia. [email protected] Health Research Institute, St George's, University of London, London, UK. [email protected]
  • 11Prognostic value of arterial stiffness measurements in cardiovascular disease, diabetes, and its complications: The potential role of sodium-glucose co-transporter-2 inhibitors.Patoulias D1, Papadopoulos C2, Stavropoulos K1, Zografou I1, Doumas M1,3, Karagiannis A1.Author information1Second Propedeutic Department of Internal Medicine, General Hospital "Hippokration", Aristotle University of Thessaloniki, Thessaloniki, Greece.2Third Department of Cardiology, General Hospital "Hippokration", Aristotle University of Thessaloniki, Thessaloniki, Greece.3Veterans Affair Medical Center, George Washington University, Washington, DC, USA.
  • 12Risk factors for type 2 diabetes mellitus.Fletcher B1, Gulanick M, Lamendola C.Author information1University of North Florida, Department of Nursing Jacksonville Beach, USA.
  • 13Glucose Fluctuations Are Linked to Disrupted Brain Functional Architecture and Cognitive Impairment.Xia W1, Luo Y2, Chen YC1, Chen H2, Ma J1, Yin X2.Author information1Department of Endocrinology, Nanjing First Hospital, Nanjing Medical University, Nanjing, China.2Department of Radiology, Nanjing First Hospital, Nanjing Medical University, Nanjing, China.
  • 14Weight loss induced by whole grain-rich diet is through a gut microbiota-independent mechanism.Wu WC1, Inui A2, Chen CY3.Author information1Department of Medicine, Taipei Veterans General Hospital, Taipei 11217, Taiwan.2Pharmacological Department of Herbal Medicine, Kagoshima University Graduate School of Medical and Dental Sciences, Kagoshima 890-8544, Japan.3Division of Gastroenterology and Hepatology, Department of Medicine, Taipei Veterans General Hospital, Taipei 11217, Taiwan.
Fedwa Ayachi
Fedwa Ayachi, Auteur

Diététicienne Nutritionniste diplômée.