Il vous reste 5 articles à consulter ce mois-ci.
Pour consulter un nombre illimité d’articles et plus encore :
 Abonnez-vous dès 4 €/mois !

Eutonie : une pratique de bien-être et de développement personnel

-

L’eutonie a pour but d’harmoniser notre tonus. Par des expériences de mouvements corporels, elle amène à une meilleure conscience de son corps. Elle procure détente et confiance. Elle permet progressivement de mieux prendre sa place et de s’affirmer positivement Elle aide à s’épanouir parmi les autres dans le respect de sa propre personne.

Fondements

Femme en tenue de sport, en train de pratiquer l'eutonie.

Comme bien souvent dans l’histoire des pratiques psycho-corporelles, la personne qui en est à l’origine a connu des problèmes physiques qu’elle a cherché à alléger en créant une approche novatrice du lien corps-esprit.

Ici pour l’eutonie, il s’agit de Gerda Alexander1. Cette allemande a rencontré des problèmes de santé lors de sa jeunesse. Ceux-ci l’ont empêchée de suivre la carrière artistique qu’elle souhaitait. Sensibilisée à la musique et au travail du rythme via le mouvement corporel, elle devient enseignante de rythmique. Peu à peu, elle va personnaliser son enseignement en prenant son corps comme terrain d’expérimentation.

Sa recherche personnelle vise bien sûr la libre expression, l’aisance de mouvement, l’harmonie intérieure et la confiance en soi. Elle tâtonne pour trouver comment faciliter les mouvements, les rendre plus aisés et réalisables avec le moindre effort, tout ceci à l’aide de jeux rythmiques et corporels. Elle met au point cette discipline en 1957. Ce mot vient du grec : « eu » signifie harmonie et « tonie » correspond au tonus.

Principes et bienfaits

L’eutonie a pour but de rétablir un tonus harmonieux, équilibré, juste face à toute situation. Ainsi, elle permet au quotidien d’agir et réagir corporellement et émotionnellement en toute autonomie et dans le respect de soi et des autres.

C'est une pratique à la fois ludique et consciente. On peut la comparer à d’autres pratiques corporelles, comme le yoga. En effet, elle permet de rétablir une unité corps-esprit. Elle s’en différencie cependant nettement : cette pratique ne s’appuie pas sur des textes sacrés, elle s’adresse à tous et toutes quelle que soit notre condition et s’adapte entièrement à nos modes de vie et de pensée occidentales.

Elle aide à redécouvrir son corps par une exploration simple et joyeuse. Mais elle possède une dimension plus grande encore : cette méthode nous aide à prendre conscience de notre singularité tout autant que de celle des autres. C’est un véritable moyen d’épanouissement à la fois corporel, émotionnel et social. Les bénéfices sont nombreux :

  • amélioration du sommeil ;
  • diminution des tensions musculaires ;
  • gestes plus aisés ;
  • station debout ou assise plus confortable ;
  • amélioration de l’équilibre ;
  • diminution du stress ;
  • mouvements plus fluides ;
  • expression personnelle plus facile et positivement affirmée.

Son enseignement se déploie généralement à travers trois grands axes :

  • l’éducation somatique pour les enfants comme pour les adultes (c’est-à-dire l’éducation corporelle, la conscience de son corps) ;
  • la santé (comme méthode de prévention ou de soulagement) ;
  • la création artistique (en tant que complément aux pratiques artistiques).

Contenu des séances et exercices d’eutonie

Le praticien guide la personne à travers des consignes qui sont surtout des propositions d’exploration du corps via le mouvement. Les pratiquants vont observer comment leur tonus varie selon les positions ou déplacements effectués : est-ce qu’on fournit plus ou moins d’effort pour arriver à telle position ? Est-ce qu’on peut alléger le mouvement ? Quelle sensation procure une action de frottement, de traction, de tapotement ?

L’enseignant en eutonie fournit un cadre sécurisant dans lequel chacun peut se réapproprier ses sensations, prendre conscience de ses possibilités, jouer avec le mouvement. Cette discipline s’intéresse principalement à l’expérience du tonus ressenti via trois « lieux » du corps : les muscles, les os, la peau.

Les séances permettent d’approfondir la connaissance de son anatomie par l’observation des ressentis, mais aussi d’établir une meilleure perception de la gravité, de sa position dans l’espace, de ses déplacements. C’est un moment de découverte où l’on travaille à la fois sur sa proprioception et sur la perception de l’environnement direct, donc de son corps dans l’espace proche.

Des séances individuelles ou collectives

L’apprentissage en eutonie peut se faire lors de séances individuelles ou collectives. En individuel, le praticien part des besoins exprimés par la personne. Il va l’amener à observer par les mouvements effectués, comment il vit son corps, comment il le ressent dans l’espace et comment il intériorise les sensations. Le travail est évidemment entièrement personnalisé. Il permet d’approfondir chaque zone du corps ayant besoin d’être déployé et mieux appréhendé.

Les séances collectives se déroulent sur la même trame, avec des interactions possibles entre les participants. Les exercices proposés d'eutonie sont effectués par chacun sous la guidance orale du praticien. Celui-ci peut proposer que les participants travaillent ponctuellement à deux ou à plusieurs.

Cette mise en situation est propice au développement de la confiance en soi, de l’affirmation saine et positive. Chacune peut ainsi mieux prendre conscience de la place qu’il occupe physiquement dans l’espace et la place qu’il ose prendre dans le groupe. En appréhendant le corps de l’autre et son propre corps au travers des mouvements effectués à deux, on installe un respect mutuel rassurant. Cet aspect fait progresser la confiance dans sa capacité à l'habiter et à en discerner les limites : qu’est-ce que je supporte comme sensation et donc à quoi vais-je dire non en termes de sollicitation extérieure ? Quelles sont les limites corporelles que je veux mettre entre moi et l’autre ? 

L’utilisation d’objets est alors très utile, car ils vont servir de médiateurs pour transmettre des mouvements entre soi et les autres. Par exemple, il peut s’agir de se mettre dos à dos en plaçant une balle entre soi et son partenaire, puis de se mouvoir lentement pour conscientiser les déplacements et les ressentis. Tous les mouvements de pression, traction, translations, sont propices à l’exploration des sensations et des possibilités de bouger tout en contrôlant le degré de contact avec l’autre personne.

C’est également une façon douce et respectueuse d’appréhender la façon dont l’autre vite son propre corps. L’eutonie ouvre sur davantage d’empathie vis-à-vis d’autrui, une meilleure écoute des ressentis de l’autre, un respect profond des besoins et des limites de chacun.

Affiner le toucher

L’exploration du toucher est un pilier de cette discipline. Rétablir un contact apaisé avec son propre corps et ce qui nous entoure est un gage d’harmonisation intérieure. Cela amène aussi à prendre sa place sereinement parmi les autres.

Parfois le praticien propose l’utilisation d’objets pour affiner les sensations et s’entraîner à améliorer la proprioception. Par exemple, on pourra utiliser une petite poche souple remplie de graines et la passer sur différentes zones du corps. L’intention au cours de cette expérience est de concentrer l’attention sur le contact entre la peau et l’objet. Ce type d’exercice aide à mieux ressentir ses propres sensations corporelles, mieux différencier la limite entre soi et l’objet.

Les expériences sensorielles peuvent aussi se faire grâce à des balles souples. Le travail sur le toucher est accentué par la texture des objets choisis spécifiquement par le praticien. On explore différents mouvements et actions : pression, effleurements, réception de lancers, frottements… tout ceci avec plus ou moins d’efforts, afin de mesures les différences ressenties dans le corps lors du contact avec l’objet. Par extension dans la vie de tous les jours, ce type d’exercice aide à mettre des limites saines entre soi et les autres.

Dénouer les tensions musculaires

Elle permet d’accéder à la détente corporelle. Or, cette détente est grandement facilitée par la simple prise de conscience de nos tensions corporelles. En nous rendant compte des efforts que nous mettons dans nos mouvements, des crispations inutiles dans nos postures, nous pouvons de nous-mêmes réguler notre tonus. Nous pouvons alors insérer plus détente dans notre corps.

Lors des séances et exercices d'eutonie, l’utilisation des balles de tennis est par exemple un bon moyen pour accéder à cette expérience de détente consciente. En plaçant une balle sous le pied et en la faisant rouler doucement, nous pouvons sentir toutes les petites zones tendues grâce au contact avec l’objet. En faisant pression sur la balle, on libère peu à peu ces tensions musculaires. Le pied retrouve alors un tonus équilibré.

Les bénéfices se font sentir lors de la marche bien sûr, puisque le pied peut se déployer plus librement, mais également dans la posture debout puisque le pied est en lien direct avec la colonne vertébrale. S’il est détendu, alors la colonne le sera plus facilement aussi.

Renforcer l’équilibre

En eutonie, on fait également souvent appel à des bûches pour travailler l’équilibre et la posture. Quand on doit se tenir pieds nus sur le plateau pour éviter de tomber, la colonne se redresse, les pieds se tonifient et les abdominaux travaillent pleinement. Cet exercice renforce la sensation d’ancrage intérieur. Il développe bien sûr aussi les muscles participant à l’équilibre postural.

En repoussant le support par les pieds, on met en œuvre ce qui est appelé, dans cette discipline, le "transport". Tout le corps retrouve le tonus nécessaire, des pieds jusqu’au sommet de la tête, pour se redresser en exerçant une pression équilibrée sur le support. C’est là que se joue pleinement l’harmonisation, dans la recherche d’une cohérence entre la posture physique extérieure et le ressenti intérieur associé. Se sentir équilibré passe donc à la fois par le corps et par l’état d’esprit.

Conscience du squelette

Pour compléter le travail de détente musculaire, l’eutonie fait travailler sur la prise de conscience du squelette. Mieux percevoir ses os permet d’éviter les contractions musculaires excessives.

Pour cela, on utilise des objets de type percussif, qui vont résonner sur les zones osseuses du corps. Ce peuvent être des bâtons en bambou, des mailloches de tambour. On va venir tapoter doucement sur l’ensemble des os du corps avec ces objets. Par simple résonance, nous prenons conscience du ressenti déclenché au niveau de nos os. Les muscles vont être plus détendus ou au contraire tonifiés selon le besoin du moment.

Auprès du public handicapé

Sa pratique s’est particulièrement développée auprès des enfants handicapés. Ils bénéficient en premier lieu de l’apaisement procuré par le toucher. Que le handicap soit moteur ou psychique, elle offre l’occasion de se réapproprier son corps et son potentiel interne. Elle restaure également l’image de soi, car elle permet de partir à la découverte de ses possibilités corporelles dans le plaisir de l’expérimentation.

La joie et le jeu sont bien présents et restaurent l’estime de soi, tout autant qu’ils renforcent la qualité des liens entre les participants, entre le praticien et les participants.

Auprès des futurs parents

Lors de la préparation à la naissance et à la parentalité, l’eutonie aide à développer sa créativité pour savoir se soulager, effectuer les mouvements qui font du bien.

Elle permet à la future mère de gagner en autonomie, c’est-à-dire être moins dépendante des soignants pour favoriser l’accès à son propre bien-être par elle-même. La maman développe sa confiance dans ses propres ressources physiques, grâce à une meilleure connaissance de son corps.

La pratique de cette discipline facilite l’accouchement, réduit la peur de l’inconnu et les moments stressants après la naissance. Les parents peuvent pratiquer ensemble. Ils appréhendent alors mieux le ressenti corporel du partenaire, ce qui renforce la compréhension et le respect mutuels.

Auprès des musiciens et danseurs

Les musiciens et danseurs bénéficient de l’eutonie en tant que pratique complémentaire à leur art. Elle amène une détente essentielle pour pouvoir continuer à jouer de son instrument sans tension. Elle donne aux danseurs l’occasion de mettre leur corps en mouvement avec une autre vision, dénuée de performance ou de recherche technique.

Sur le plan anatomique, elle permet de prévenir les troubles musculo-squelettiques pouvant se produire dans la pratique instrumentale ou dansée. Elle allège les tensions en les conscientisant. Elle aide à libérer la respiration. Elle redonne l’équilibre musculaire et postural.

Par conséquent, la pratique régulière amène à davantage de souplesse ainsi qu’une meilleure conscience de l’usage de son corps dans son art. Enfin, elle apporte aux artistes un outil antistress puissant. C’est aussi une technique créatrice en tant que telle, qui ouvre des possibilités dans la pratique quotidienne des musiciens et danseurs.

Elle s’adresse à tous : enfants comme adultes, artistes ou non, quel que soit notre âge, notre condition de santé. Elle nous mène à une conscience du corps apaisée et nous aide à l’utiliser de façon juste. Sa spécificité est de ne pas chercher à imposer une façon de faire : les consignes des séances et exercices d’eutonie laissent une grande part de libre exploration. Cette dimension créatrice est un véritable révélateur de notre potentiel de vie. A la fois sur le plan corporel et mental, nous pouvons renouer avec le plaisir de nous mouvoir plus légèrement et plus en harmonie avec nous-mêmes et les autres.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'eutonie ?

Il s'agit d'une approche novatrice du lien corps-esprit. Elle se caractérise par la réalisation de jeux rythmiques et corporels.

Pour quels bienfaits ?

- Favorise la détente corporelle et musculaire
- Participe à l'équilibre postural
- Facilite l'accouchement
- Permet de prévenir les troubles musculosquelettiques

Qui peut pratiquer cette discipline ?

Elle s'adresse à tous : enfants, adultes, femmes enceintes...

Marion Dorval
Marion Dorval, Auteur

Accompagnatrice en expression vocale créatrice. Spécialisée auprès des personnes hypersensibles. Ex enseignante pendant 10 ans.