Glycine (acide aminé): bienfaits et posologies

-

La glycine fait partie des 22 acides aminés protéinogènes. Synthétisé par l’organisme, cet acide aminé est responsable de nombreuses réactions visant à améliorer le fonctionnement du métabolisme. Naturellement sucrée, la glycine se retrouve également dans l’alimentation sous la forme de l’additif E640. Découverte.

Présentation

GLYCINE

Massivement présente dans l’organisme humain, et essentielle à la bonne santé, la glycine possède néanmoins une histoire très récente.

Histoire

La glycine, également connue sous les appellations glycocolle et acide aminoacétique, a été isolée pour la première fois en 1820. C'est le chimiste Henri Braconnot qui, en premier, fit cette découverte en portant à ébullition de la gélatine mélangée à de l'acide sulfurique1.

De plus, des caractéristiques gustatives ont été rapidement découvertes à la protéine. Les industriels se sont alors saisis de cette protéine au goût sucré qu’ils fabriquent désormais à partir d’acide chloroacétique et d’ammoniac.

La glycine fabriquée selon ce procédé est essentiellement destinée aux compléments alimentaires ainsi qu’à l’industrie alimentaire sous la forme d’un exhausteur de goût dont le code est E640. Elle se trouve alors sous une forme de poudre cristallisée de couleur blanche.

Rôle

La glycine a de nombreux rôles essentiels dans le bon fonctionnement du corps humain. Panorama.

En premier lieu, le rôle le plus connu de l'acide aminoacétique est sa participation à la synthèse du collagène. Cette protéine, la plus abondante de l’organisme humain, rentre en action dans de nombreux mécanismes du fonctionnement du corps dont en premier lieu ceux la structure des tissus conjonctifs. Ils sont d'ailleurs souvent associés dans les supplémentations.

Donc en participant à sa synthèse, la glycine possède alors également un rôle essentiel dans le maintien d’une bonne structure mécanique de l’organisme (maintien de la solidité des os et des cartilages et régénération des tissus conjonctifs2 notamment).

Ensuite, cet acide aminé possède aussi un rôle essentiel dans la composition des acides biliaires. À cette fin, il se conjugue aux sels biliaires pour les rendre plus solubles.

De plus, l'acide aminoacétique agit aussi comme un précurseur de différents composés chimiques tels que les porphyrines, la créatine, le glutathion, l’acide urique ou encore l’acétylcholine.

Enfin, l’acide aminé s’ajoute également au syccinyl-CoA pour former un composé indispensable de l’hémoglobine.

En conclusion, cet acide aminé possède de nombreux rôles essentiels à la bonne santé.

Particularités

Contrairement aux autres acides aminés dont la dénomination correcte commence par « L — », la glycine comporte un nom simple. Elle doit ce changement de nomenclature à une particularité chimique. En effet, c’est le seul acide aminé qui ne possède pas de carbone asymétrique et qui est donc considéré comme non chiral.

Propriétés et bienfaits de la glycine

Cet acide aminé possède de nombreuses propriétés médicinales, prouvées scientifiquement, mais généralement méconnues du grand public. Décryptage.

Réduction d’homocystéine

L'acide aminoacétique est un choix judicieux pour réduire efficacement le niveau d’homocystéine dans le sang. Cela est d’autant plus vrai lors de la consommation de repas riches en protéines animales.

L’homocystéine est le résultat de la métabolisation de la méthionine par le foie3. Or, si la méthionine, en elle-même, n’est absolument pas délétère pour la santé, sa consommation excessive, en corrélation avec une hygiène de vie malsaine, augmente le taux d’homocystéine sanguin. Cet acide aminé est en outre hautement réactif et considéré comme dangereux lorsqu’il atteint des taux élevés.

Selon les dernières observations scientifiques, l’homocystéine serait responsable de maladies chroniques et métaboliques dont les troubles cardiaques, l’hypertension artérielle4, les thromboses et les embolies.

Par conséquent, la glycine constitue une piste thérapeutique intéressante pour les maladies cardiovasculaires.

Des expériences menées en laboratoire ont d'ailleurs montré qu’une complémentation en glycine, après un repas riche en protéines, peut réduire l’élévation subite de l’homocystéine dans le système sanguin5. Cela est d’autant plus vrai lorsqu’elle est couplée à d’autres substances nutritives ayant une action similaire (acide folique, vitamine B6 et B12, choline et triméthyglycine).

Amélioration de la longévité

L’impact de la prise de compléments de cet acide aminé sur l’espérance de vie a été mesuré sur une population de rats de laboratoire. Si les résultats sont bien évidemment à prendre avec des réserves, ils sont néanmoins suffisamment encourageants que pour déduire une potentielle activité sur l’humain.

Une expérience a été menée sur une population de 344 rats mâles âgés de 7 semaines. Tout au long du processus, ils ont reçu des repas composés d’une dose stable de méthionine et de doses variables de glycine. La méthionine était invariablement à un taux de 0,43 % tandis que la glycine variait d’un taux de 2,3 à 12 %.

En conclusion, les rats dont la proportion alimentaire de glycine était de 8 % ou de 12 % ont démontré une amélioration de leur longévité. Leur durée de vie a augmenté de 88 à 113 semaines pour le groupe témoin de 8 % et de 91 à 119 semaines pour le groupe témoin à 12 %. En bref, l'augmentation de l'espérance de vie serait directement proportionnelle au ration entre les 2 acides aminés.

Outre l’augmentation de l’espérance de vie, les chercheurs ont également constaté que les rats ayant absorbé la glycine à des teneurs élevées ont démontré une baisse des taux d’insuline, de glucose et de triglycérides.

En conclusion, les scientifiques déduisent que la supplémentation en glycine apporte des changements biochimiques et endocriniens induisant l’augmentation de la longévité6.

Renforcement musculaire

La glycine semble jouer un rôle prépondérant dans le renforcement musculaire7 et la guérison des tissus conjonctifs. Par conséquent, les chercheurs ont approfondi leurs suppositions au moyen d'études ciblées.

Sar ailleurs et selon diverses observations scientifiques, la glycine a également vocation à favoriser le gain de masse musculaire ainsi que le renforcement osseux. À ce titre, la prise d’un complément de glycine après des entraînements sportifs permettrait notamment de récupérer plus facilement de la fatigue physique8.

Selon d’autres expériences scientifiques, la glycine joue également un rôle dans la récupération des blessures. En effet, des observations démontrent que, en cas d’accident, l’apport de glycine en concomitance avec les traitements classiques permet d’accélérer la guérison des tissus conjonctifs et des fractures osseuses9.

En conclusion, cet acide aminé est non seulement utile pour le renforcement musculaire, mais il est aussi intéressant pour la récupération des blessures.

Effets neuroleptiques

Des essais cliniques ont été menés afin de déterminer l’action neuroleptique possible de la glycine.

Pour monter cette étude en double aveugle, les chercheurs ont d'abord choisi 17 patients atteints de schizophrénie. Ensuite, ces derniers ont reçu une dose de glycine de 8 g par kilogramme par jour en complément de leurs médicaments antipsychotiques classiques. Certains recevaient donc un placebo et ont servi de groupe de référence.

Des évaluations ont été menées tous les 15 jours afin de déterminer l’action ou non de la glycine sur le traitement de la maladie. Par ailleurs, au même moment, les scientifiques ont procédé à un contrôle sérique d’acides aminés.

Les résultats de l’expérience ont démontré une baisse des symptômes liés à la schizophrénie tels que les délires et les hallucinations dans une fourchette allant des 10 % à 23 %. Les patients paraissaient également avoir une meilleure logique et des idées plus claires.

L’expérience a donc conclu à une optimisation de l’effet de l’Olanzapine et du Risperidone (les antipsychotiques les plus couramment utilisés) avec une complémentation en glycine10.

Régulation du sommeil

Des scientifiques ont mené une expérience croisée en double aveugle afin de déterminer la possible faculté de la glycine à améliorer le sommeil.

Pour cette expérience, des volontaires souffrant de troubles de l’endormissement ont accepté de se supplémenter avec 3 g de glycine par jour. Le complément était absorbé avant l’heure du coucher. Une partie du groupe a reçu la glycine tandis que les autres volontaires absorbaient un placebo.

Ensuite, chacun des volontaires devait remplir un questionnaire afin d’évaluer son humeur et ses sentiments au réveil. Cela permettait de déterminer le ressenti des patients en plus des observations scientifiques.

Les résultats11 ont démontré que les volontaires ayant absorbé de la glycine ressentaient moins de fatigue et plus de dynamisme que ceux ayant absorbé un placebo12. La qualité de leur sommeil semble également s’être améliorée13.

Aux vues des résultats de l’étude, il semble donc bien que la glycine apporte du confort au sommeil14.

Régulation de la glycémie

Des scientifiques ont cherché à établir le rôle de la glycine dans la régulation de la glycémie15. Ils ont donc procédé à des études sérieuses dans le domaine.

La glycémie est régulée par un équilibre entre le glucagon, une hormone hyperglycémiante, et l’insuline, une hormone hypoglycémiante. Elles sont donc toutes deux antagonistes.

Dans une étude menée sur des patients diabétiques de type 2 et des sujets ne présentant aucun trouble de la glycémie, des chercheurs ont mis en évidence le rôle de la glycine sur le contrôle de la glycémie. Les observations ont notamment permis de mettre à jour le rôle de la glycine sur les cellules alpha des îlots de Langhergans du pancréas. Ces îlots sont les principaux responsables du glucagon.

La glycine pourrait donc améliorer la sensibilité à l’insuline et par conséquent diminuer le stockage de graisse au niveau abdominal16. Des bénéfices sur la santé des vaisseaux sanguins17 ont également été observés en cas de syndrome métabolique (prédiabète).

Régénération des tissus conjonctifs

La glycine intervient activement dans la production de collagène. Il s’agit donc d’un complément utile dans le traitement de la dégénération des tissus conjonctifs et plus singulièrement des marques de vieillesse comme les rides18.

Depuis de nombreuses années, la glycine entre dans la composition de certaines crèmes de beauté. Elle permet ainsi une plus grande synthèse du collagène et donc, par voie de conséquence, une meilleure élasticité de la peau. En encourageant la production du collagène, cet acide aminé stimule également la régénération des tissus cutanés ainsi que la fermeté de la peau.

Différents compléments alimentaire

La glycine est un acide aminé issu d’un processus de synthèse. Elle se présente sous forme de poudre libre ou de gélules.

Il existe différentes qualités de pureté. Choisir une glycine pure à 99% garantit un bon process de fabrication et l'absence de résidus.

Il existe cependant des formes naturelles présentent dans la nourriture.

Posologie et utilisation

Dosage et posologie

Les scientifiques ont fixé à 23 g la dose maximale journalière pour la prise de glycine. Cependant, dans la majorité des cas, des doses bien moins importantes sont déjà efficaces.

Pour des troubles mentaux ou émotionnels (stress, perte de mémoire, difficultés à l’endormissement ou troubles de l’humeur), une complémentation de l’ordre de 4,5 g par jour est suffisante. Le temps idéal de complémentation s’étale sur 15 à 30 jours. Toutefois, des cures plus longues peuvent être entreprises sous contrôle médical.

Dans les cas de lésion organique du système nerveux, la dose journalière recommandée oscille entre 2 et 10 grammes. La durée de la complémentation doit cependant être inférieure à 30 jours. Néanmoins, des thérapies de longue durée sont possibles et doivent toujours être suivies par un thérapeute avisé.

Dans le cas d’un accident vasculaire cérébral ischémique, les scientifiques ont établi que la prise de glycine devait être effectuée dans les 3 à 6 heures qui suivent l’attaque. Cependant, des doses élevées pouvant atteindre les 10 g par jour pendant une semaine peuvent être administrées par un médecin.

Néanmoins, chez les enfants, il convient bien évidemment d’adapter les dosages. La littérature médicale admet une complémentation allant de 500 à 1000 mg sur une durée de 1 à 2 semaines maximum. En outre, pour les traitements plus longs, maximum 15 jours, la dose thérapeutique ne doit pas dépasser 500 mg par jour.

Utilisation

Lorsque le corps est en état d’hypoglycémie, le foie va partiellement transformer la glycine en sucre pour maintenir la glycémie. Ainsi, il est préférable de la prendre à la fin du repas.

Il peut cependant être intéressant de consommer cet acide aminé au moment du coucher pour bénéficier de ses effets sur l’endormissement et le sommeil.

Précautions

Précautions d'emploi

Cet acide aminé est généralement bien toléré. De très rares cas d’allergie ont cependant été répertoriés.

Contre indications

La glycine ne présente aucune contre-indication officielle.

Il est cependant recommandé de solliciter un avis médical pour les personnes présentant des problèmes de diabète ou des troubles mentaux traités avec des médicaments. En outre, les complémentations à fortes doses ou sur le long terme nécessitent un suivi thérapeutique sérieux.

Effets secondaires

La glycine, en complémentation thérapeutique, ne présente aucun effet secondaire connu. Cependant, il convient de respecter les doses prescrites afin d’éviter toute complication.

Interactions

La glycine peut interférer avec certains médicaments.

Il convient donc de prendre le conseil d’un professionnel de la santé avant d’entamer un quelconque traitement contenant cet acide aminé. Cet acide aminé peut en effet avoir des interactions avec les hypnotiques, les anxiolytiques, les antidépresseurs, les neuroleptiques et les antiépileptiques.

Donc, en cas de prise de telles substances, un suivi médical strict doit être observé.

Sources alimentaires

Sources alimentaires

La glycine est abondamment présente dans l’alimentation sous la forme de l’édulcorant E640. Sous sa forme naturelle, cet acide aminé se retrouve notamment dans les viandes, les poissons et les dérivés du soja.

En bref, l'acide animé, comme toutes les protéines, se trouve avant tout dans les produits carnés ou leurs dérivés.

Teneur des aliments

Voici, par ailleurs, comptabilisées sur des portions de 100 g, les teneurs en glycine (en milligrammes) des aliments les plus riches19 (classés avec en premier le plus riche):

  • dinde = 3911 mg de glycine
  • farine de sésame = 3434 mg
  • jarret de porc = 3343 mg
  • éperlan séché = 3280 mg
  • spiruline = 3099 mg
  • graines de tournesol = 3083 mg
  • morue déshydratée = 3015 mg
  • Bacon = 2691 mg
  • steak de bœuf = 2471 mg
  • poudre d’amande = 2448 mg
  • foie de veau = 1288 mg
  • seiche = 2032 mg
  • tofu = 1872 mg
  • graines de courge = 1843 mg
  • poulet = 1837 mg
  • germe de blé = 1791 mg
  • côte de veau = 1770 mg
  • chorizo = 1730 mg
  • salami = 1723 mg

  • 1R.H.A. Plimmer (1912) [1908]. R.H.A. Plimmer; F.G. Hopkins, eds The Chemical composition of the proteins. Monographs on biochemistry. PartI. Analysis (2nd ed.). London: Longmans, Green and Co. p. 82. Retrieved January 18,2010.
  • 2R.H.A. Plimmer (1912) [1908]. R.H.A. Plimmer; F.G. Hopkins, eds The Chemical composition of the proteins. Monographs on biochemistry. PartI. Analysis (2nd ed.). London: Longmans, Green and Co. p. 82. Retrieved January 18,2010.
  • 3Dr. Patricia de Paz Lugo. Cellular Metabolism Institute, La Laguna (Tenerife).
  • 4García-Tevijano ER1, Berasain C, Rodríguez JA, Corrales FJ, Arias R, Martín-Duce A, Caballería J, Mato JM, Avila MA. Hyperhomocysteinemia in liver cirrhosis: mechanisms and role in vascular and hepatic fibrosis. Hypertension. 2001 Nov; 38(5):1217-21.
  • 5Wald DS1, Law M, Morris JK. Homocysteine and cardiovascular disease: evidence on causality from a meta-analysis.
  • 6Fukada S1, Shimada Y, Morita T, Sugiyama K. Biosci. "Suppression of methionine-induced hyperhomocysteinemia by glycine and serine in rats". Biotechnol Biochem. 2006 Oct;70(10):2403-9. Epub 2007 Oct 7.
  • 7Joel Brind, Virginia Malloy, Ines Augie, Nicholas Caliendo, Joseph H Vogelman, Jay A. Zimmerman, Norman Orentreich. "Dietary glycine supplementation mimics lifespan extension by dietary methionine restriction in Fisher 344 rats".
  • 8Mildred A. The influence of glycine on the excretion of creatine and creatinine. American Journal of Physiology. Published 31 March 1935 Vol. 111no. 596-610
  • 9Alexander S. Chaikelis. "The effect of glycocoll (glycine) ingestion upon the growth, strength and creatinine-creatine excretion in man". American Journal of Physiology. Published 31 Marc 1941 Vol. 132no. 578-587.
  • 10Wang W, et al. "Glycine metabolism in animals and humans: implications for nutrition and health". Amino Acids. 2013 Sep;45(3):463-77.
  • 11Heresco-Levy U1, Ermilov M, Lichtenberg P, Bar G, Javitt DC. High-dose glycine added to olanzapine and risperidone for the treatment of schizophrenia". Biol Psychiatry. 2004 Jan 15; 55(2): 165-71.
  • 12Bannai M1, Kawai N. New therapeutic strategy for amino acid medicine: glycine improves the quality of sleep. J Pharmacol Sci. 2012;118(2):145-8.
  • 13YAMADERA, W., INAGAWA, K., CHIBA, S., BANNAI, M., TAKAHASHI, M. and NAKAYAMA, K. (2007), Glycine ingestion improves subjective sleep quality in human volunteers, correlating with polysomnographic changes. Sleep and Biological Rhythms, 5: 126–131.
  • 14Bannai M1, Kawai N, Ono K, Nakahara K, Murakami N. The effects of glycine on subjective daytime performance in partially sleep-restricted healthy volunteers. Front Neurol. 2012 Apr 18;3:61
  • 15Kentaro Inagawa, takenori Hiraoka, Tohru Kohda, Wataru Yamadera, Michio Takahashi. "Subjective effects of glysine ingestion before bedtime on sleep quality". Volume 4, Issue 1 February 2006. Pages 75-77.
  • 16Li C1, Liu C, Nissim I, Chen J, Chen P, Doliba N, Zhang T, Nissim I, Daikhin Y, Stokes D, Yudkoff M, Bennett MJ, Stanley CA, Matschinsky FM, Naji A. "Regulation of glucagon secretion in normal and diabetical human islets by y-hydroxybutyrate and glycine". J Biol Chem. 2013 Feb.
  • 17Lustgarten MS, Price LL, Phillips EM, Fielding RA (2013) Serum Glycine Is Associated with Regional Body Fat and Insulin Resistance in Functionally-Limited Older Adults. PLoS ONE 8(12): e84034.
  • 18Díaz-Flores M, Cruz M, Duran-Reyes G, Munguia-Miranda C, Loza-Rodríguez H, Pulido-Casas E, Torres-Ramírez N, Gaja-Rodriguez O, Kumate J, Baiza-Gutman LA, Hernández-Saavedra D. Oral supplementation with glycine reduces oxidative stress in patients with metabolic syndrome, improving their systolic blood pressure. Can J Physiol Pharmacol. 2013 Oct;91(10):855-60.
  • 19Dr. Patricia de Paz Lugo. Cellular Metabolism Institute, La Laguna (Tenerife)
  • 20http://dietgrail.com/teneur-en-glycine-des-aliments/🔗 http://dietgrail.com/teneur-en-glycine-des-aliments/
Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée en nutrition, bien-être et santé naturelle. Spécialiste certifiée en techniques de santé naturelle. Formation de coaching en nutrition et bien-être en cours de validation.