Comment traiter les phobies grâce à l’hypnose?

-

Les phobies sont un motif fréquent de consultation en psychothérapie. Si certaines sont bénignes, comme la peur des araignées, d’autres peuvent être très invalidantes. Parmi les solutions possibles, l’hypnose pour traiter une phobie, est une approche particulièrement efficace.

Les phobies

Définition 

Araignée : la phobie des araignées ou arachnophobie peut être traitée avec l'hypnose.

La phobie désigne la peur irrationnelle d’un objet ou d’une situation. Il s’agit d’un véritable trouble psychologique, qui déclenche une forte angoisse à l’approche de l’objet ou de la situation phobogène.

La plupart du temps, les personnes phobiques sont conscientes du caractère irrationnel de leur trouble ; mais cela n’enlève rien à son intensité. C’est pourquoi elles mettent en place des stratégies pour éviter soigneusement l’objet de leur aversion. En fonction de celui-ci, la phobie peut avoir un retentissement plus ou moins important sur la qualité de vie de la personne (par exemple, une peur de la foule a plus d’impact au quotidien qu’une aversion pour les serpents).

Les différents types

Il en existe deux grandes catégories : les phobies simples etcomplexes.

Les phobies simples ou spécifiques se déclenchent en présence d’un objet précis, ou d’une situation définie. Par exemple, toutes les phobies en lien avec des animaux se trouvent dans cette catégorie. On y retrouve aussi la peur de certains actes médicaux et types d’endroits. Voici une liste de quelques phobies spécifiques parmi les plus courantes :

  • Araignées (arachnophobie)
  • Serpents (ophidophobie)
  • Sang (hématophobie)
  • Injections (bélonéphobie)
  • Avion (aérophobie)
  • Ascenseurs (ascensumophobie)

Les phobies complexes concernent des situations ou des contextes souvent liés aux relations et à la vie en société. L’agoraphobie et la phobie sociale sont les plus connues.

  • L’agoraphobie désigne la peur des endroits dont il serait difficile de s’échapper ou de trouver du secours. Elle se manifeste généralement dans les grands espaces (centres commerciaux, grandes places) et autres lieux publics (restaurants, transports en commun…).
  • La phobie sociale, aussi appelée anxiété sociale, désigne la peur des situations dans lesquelles la personne est exposée au regard des autres. Elle peut prendre diverses formes : peur de parler en public, des entretiens d’embauche, d’être observé en train de manger ou d’écrire, de parler à des inconnus, de rougir, de décevoir...

Elles sont généralement l’expression d’un trouble anxieux plus profond, et le corollaire d’un manque de confiance en soi.

Symptômes

Les symptômes des phobies sont nombreux, et d’intensité variable. Certains rendent l’exposition à l’objet phobogène particulièrement difficile à vivre. Les principaux signes sont, à court terme

  • L’hyperventilation
  • Une accélération du rythme cardiaque
  • Des bouffées de chaleur et des sueurs froides
  • Dans certains cas, un évanouissement

A long terme, si elle n’est pas prise en charge, d’autres conséquences peuvent survenir, notamment :

  • La consommation excessive d’alcool (pour ses effets anxiolytiques)
  • Des crises d’angoisse et de panique
  • L'isolement
  • La dépression

Causes

La phobie est un trouble psychologique ; son origine, qu’elle soit directe ou indirecte, se trouve toujours dans l’histoire de vie du patient. Il existe trois causes principales :

  • L’éducation : c’est lorsque la peur est transmise par l’entourage, généralement par les parents au cours de l’enfance. Par exemple, une mère phobique des chiens aura tendance à transmettre cette peur à ses enfants.
  • Un traumatisme : c’est la cause la plus directe et évidente des phobies, généralement simples. Suite à une expérience désagréable dans une situation donnée, la personne développe une peur irrationnelle de reproduire cette expérience. Ainsi, avoir été coincé dans un ascenseur peut faire développer la phobie correspondante.
  • Le terrain psychologique : nous ne sommes pas égaux devant la probabilité de développer une phobie. Les personnes anxieuses, ayant une faible estime d’elles-mêmes, présentent un risque accru.

Traitements classiques

Les phobies légères ne nécessitent pas de traitement spécifique : l’évitement de leur objet est suffisant. Cependant, lorsque des symptômes apparaissent et deviennent handicapants, mieux vaut en parler à un professionnel de santé. Deux approches sont envisageables (et souvent complémentaires) pour les traiter.

Prise en charge psychologique

L’accompagnement psychologique est au fondement de l’amélioration des phobies, puisqu’il permet d’en comprendre la cause, et de rectifier les comportements. Plusieurs approches sont possibles, les plus connues étant :

  • La thérapie cognitivo-comportementale : son objectif est de diminuer la peur en exposant progressivement la personne à l’objet phobogène.
  • La psychothérapie d’inspiration analytique : elle concerne surtout les personnes qui s’intéressent au sens et aux origines psychiques de leur phobie.
  • L’EMDR (intégration neuro émotionnelle par les mouvements oculaires) : très efficace pour traiter le stress post-traumatique, elle l’est également pour toutes les phobies.
  • Enfin l’hypnothérapie permet, en quelques séances, d’éliminer bon nombre de phobies grâce à une reprogrammation des pensées et des comportements.

Médicaments

Lorsque les symptômes physiques de la phobie sont très invalidants, certaines classes de médicaments peuvent être prescrites :

  • Les antidépresseurs agissant sur la sérotonine (notamment la fluoxétine, la paroxétine et le citalopram)
  • Les anxiolytiques, pour apaiser l’anxiété qui accompagne la phobie
  • Enfin les bêtabloquants, qui réduisent l’hypertension artérielle et agissent sur les palpitations

Ces médicaments ne remplacent pas la prise en charge psychologique : ils interviennent en complément de celle-ci, pour réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Efficacité

L’hypnose est une technique de choix pour traiter efficacement les phobies. Un de ses avantages par rapport aux autres approches psychothérapeutiques est la rapidité du traitement. Une phobie légère peut être solutionnée en une seule séance. Lorsqu'elles sont plus complexes, deux à trois séances suffisent généralement pour observer des résultats.

Plusieurs recherches ont prouvé l’efficacité de l’hypnose pour soigner les phobies simples et complexes.

Peurs spécifiques

Les phobies spécifiques (qui concernent une situation ou un objet précis) sont les plus simples à traiter en hypnothérapie. Elles font l’objet de recherches depuis plusieurs décennies.

Ainsi, dès 1977, l’hypnose a été testée sur une jeune femme souffrant de phobie de l’avion : la thérapie s’est avérée très efficace, et ce en moins de séances qu’avec la thérapie comportementale, d’après le rapport1. Quatre ans plus tard, une étude réalisée sur 21 participants a confirmé l’intérêt de l’hypnose pour apaiser la peur de l’avion2.

Sur un autre thème, la phobie du sang, des injections et autres actes médicaux est courante en milieu hospitalier. C’est pour répondre à cette problématique que les soignants sont de plus en plus nombreux à être formés à l’hypnose, qui a prouvé son efficacité.

Par exemple, un rapport récent montre comment l’hypnose apaise la phobie du sang3, rendant possible une opération des dents. Un autre rapport explique comment elle a permis à trois patients phobiques de recevoir les injections nécessaires à leur traitement4. La phobie des soins dentaires est un autre domaine courant d’application de l’hypnothérapie en milieu médical5.

Enfin, quelques études ont mis en évidence l’efficacité de l’hypnose sur des phobies liées à des animaux, comme par exemple les serpents6, ou encore les limaces7.

Peurs complexes

Les phobies complexes nécessitent une approche plus profonde, et à plus long terme, que les phobies simples. En effet, elles soulèvent des problématiques qui requièrent un accompagnement psychothérapeutique complet, comme l’anxiété et la confiance en soi.

De nombreuses études présentent l’hypnothérapie comme méthode de choix pour le traitement de la phobie sociale. Elle est le plus souvent utilisée en complément d’autres approches 8 9.

Par exemple, un rapport australien de 2008 montre l’impact positif de diverses techniques d’hypnose, dont notamment la régression et le renforcement du moi, sur une femme de 55 ans souffrant de phobie sociale depuis 30 ans10.

Une autre étude a mis en évidence l’intérêt de l’hypnose pour apaiser la peur liée à la prise de parole en public. Dans cette étude et beaucoup d’autres, l’hypnose est pratiquée en complément d’une thérapie cognitivo-comportementale11.

Enfin, plusieurs rapports ont conclu à l’efficacité de l’hypnose pour améliorer durablement les symptômes de l’agoraphobie12 13.

Approches thérapeutiques

En hypnose pour traiter les phobies, le choix d’une stratégie thérapeutique va surtout dépendre du type de phobie : les phobies simples sont généralement traitées en tant que symptôme, dans l’objectif de maîtriser la situation. Les phobies complexes nécessitent le plus souvent un accompagnement profond, impliquant une exploration du passé.

Régression

Technique très courante en hypnose, la régression en âge permet d’explorer votre passé pour retrouver l’origine de votre phobie : le plus souvent, un traumatisme ou l’éducation. Une fois ces événements identifiés, le thérapeute vous aide à changer de regard, en remplaçant les émotions négatives (notamment la peur) par d’autres plus agréables. Ce travail permet de désamorcer durablement la phobie.

Dissociation

La dissociation est une technique d’hypnose très efficace pour vaincre tous types de peurs. Elle peut être pratiquée pendant le protocole de régression ou en dehors. Le principe est simple : sous hypnose, vous revivez une scène phobogène du passé ou du présent, mais de manière dissociée (c’est-à-dire en tant que spectateur). 

Cela vous permet, sous hypnose et en étant guidé par le praticien, de prendre de la distance par rapport à  votre phobie, tout en trouvant des perceptions et comportements plus adaptés. La répétition d’exercices de dissociation amène progressivement plus de calme intérieur, et un meilleur contrôle sur la situation.

Relaxation

L’état d’hypnose, par la détente musculaire et le relâchement mental qu’il induit, est déjà en lui-même un bon exercice de relaxation. Dans le cadre des phobies (surtout spécifiques), le thérapeute vous apprend des techniques de relaxation, qui vous permettent de mobiliser ces ressources de façon autonome face à l’objet phobogène.

Confiance en soi

Enfin, surtout pour les phobies complexes (sociale et agoraphobie), une amélioration de la confiance en soi est souvent nécessaire. 

En hypnothérapie, outre le travail de fond qui peut être proposé, cela peut passer par des métaphores et suggestions de renforcement du moi. L’objectif est que vous vous sentiez suffisamment sûr de vous et en contrôle pour ne plus être sujet à l’agoraphobie, à la peur de parler en public, et autres manifestations de l’anxiété sociale.

Durée de la thérapie

En général, une seule séance suffit pour venir à bout d’une phobie simple (araignées, autres animaux, sang, ascenseurs, avions). Pour les phobies complexes, il faut compter au minimum deux à trois séances. Si votre phobie est liée à un trouble plus profond, comme l’anxiété ou la dépression, le praticien en hypnose peut vous proposer d’autres séances.

Contre-indications et dangers

L’hypnose ne présente aucun danger pour la santé. Cependant, elle est contre-indiquée aux personnes souffrant de troubles mentaux dissociatifs (paranoïa, schizophrénie, trouble bipolaire), car la transe peut provoquer des bouffées délirantes.

Questions fréquentes

L’hypnose est-elle efficace pour le traitement des phobies ?

L’hypnose est une thérapie efficace pour le traitement de toutes les phobies, qu’elles soient simples (araignées, chiens, avion, endroits clos, piqûres, dentiste) ou complexes (phobie sociale, peur de parler en public, de rougir, agoraphobie…).

Comment soigner une phobie par l’hypnose ?

Pour le traitement des phobies, le thérapeute peut recourir à plusieurs techniques, comme par exemple :
- La régression
- La dissociation
- La relaxation
- Le renforcement de la confiance en soi

Combien de séances ?

Une phobie simple peut être traitée en une seule séance. Deux ou trois séances sont généralement nécessaires pour une phobie complexe.


Bensoussan Alexandra

Rédactrice santé. Formation en hypnose et PNL en cours de validation.