Comment l’hypnose traite-t-elle les TOC ?

-

Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) sont fréquents et généralement peu handicapants. Cependant, dans certains cas, les rituels incontrôlables de rangement, nettoyage ou vérification empoisonnent la vie de ceux qui en souffrent et poussent à consulter. Pour ceux qui ne souhaitent pas recourir aux antidépresseurs, l'hypnose ericksonienne pour le traitement des TOC est une option efficace.

TOC : définition et symptômes

Qu'est-ce que le trouble obsessionnel compulsif?

Homme souffrant de TOC: les troubles obsessionnels compulsifs peuvent être soignés par l'hypnose.

Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) sont une maladie psychique chronique, faisant partie de la famille des troubles anxieux. Ils se définissent par la présence de deux principaux symptômes : les obsessions et les compulsions. Celles-ci peuvent se manifester simultanément ou de manière isolée.

Les obsessions sont des pensées envahissantes et dérangeantes, qui sont source d’angoisse.

Les compulsions sont des gestes ou actes mentaux répétitifs incontrôlables. Les personnes atteintes se sentent obligées d’effectuer ces gestes et rituels pour chasser leur obsession et l’anxiété associée.

En fonction de son intensité, le TOC peut être très invalidant au quotidien. Les personnes peuvent consacrer plusieurs heures par jour aux obsessions compulsions, ce qui interfère avec un ou plusieurs domaines de vie : professionnelle, sociale ou familiale.

On estime que 2 à 3% de la population générale est atteinte de TOC1. Ce trouble concerne aussi bien les hommes que les femmes.

Exemples

Chez les personnes souffrant de TOC, on retrouve souvent les mêmes thématiques d’obsessions et de compulsions.

Les obsessions concernent en majorité :

  • La peur de la saleté et de la contamination
  • Des pensées d’agressivité
  • Des représentations sexuelles
  • L’ordre et la symétrie
  • Des peurs corporelles

Ces pensées se présentent de manière répétée et intrusive, contre la volonté du patient, qui en ressent une grande souffrance. Il a conscience que ces obsessions sont irrationnelles, mais ne parvient pourtant pas à les éviter.

Pour soulager ses obsessions et son anxiété, le patient a mis en place des rituels de pensée ou de comportement, qu’il exécute de manière compulsive. Les plus courants sont :

  • Le lavage de mains
  • Le nettoyage
  • Les vérifications multiples
  • Les rituels de rangement
  • Le comptage
  • Les ruminations
  • Les prières

Troubles associés et complications

Les TOC sont des troubles complexes. La plupart du temps, ils sont associés à d’autres désordres psychiques, ce qui accentue leur impact sur la qualité de vie des patients.

Un certain nombre d’études ont mis en évidence l’association des TOC avec d’autres pathologies. Les plus fréquemment rencontrées sont :

  • La dépression2
  • Le trouble bipolaire
  • D’autres troubles anxieux (phobie sociale3, trouble anxieux généralisé)
  • Les troubles du comportement alimentaire
  • Les addictions, l’abus de substances

Il est important de repérer ces pathologies associées. Les traiter augmente les chances de guérison du trouble obsessionnel compulsif.

Causes

Les TOC admettent plusieurs causes. Celles-ci sont d’ordre génétique, biologique et environnemental.

Des recherches ont mis en évidence le rôle de plusieurs gènes liés au développement cérébral dans l’apparition des TOC4. Ce facteur génétique explique qu’on trouve fréquemment plusieurs patients atteints de TOC au sein d’une même famille.

Des mécanismes neurobiologiques ont aussi été mis en évidence.. En effet, les TOC s’expliquent en partie par un dysfonctionnement de la production de certains neurotransmetteurs. La sérotonine serait notamment produite en quantité insuffisante. Cela permet d’utiliser les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine comme traitement de référence pour les TOC5. Un déséquilibre au niveau de la dopamine6 a également été constaté chez les patients.

Enfin, le facteur environnemental doit être pris en compte. Une éducation stricte, portée sur la propreté, est par exemple favorable à l’apparition du TOC d’hygiène. De manière générale, les troubles obsessionnels sont favorisés par un environnement familial anxiogène.

Trouble obsessionnel compulsif: quel traitement?

Médicaments

Les antidépresseurs sont les médicaments les plus fréquemment indiqués pour le traitement des TOC. En effet, ils agissent efficacement sur les obsessions.

En raison du lien entre TOC et production de sérotonine, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont les plus utilisés. Notamment la fluoxétine, la fluvoxamine et la paroxétine.

Lorsque les effets de ce premier traitement sont insuffisants, un autre antidépresseur, la clomipramine, peut être prescrit.

Approches non médicamenteuses

Les TOC font partie des troubles anxieux. La prise en charge psychologique est donc pertinente pour en comprendre les causes et les mécanismes, et en venir à bout.

La thérapie cognitive et comportementale (TCC) donne de bons résultats, en peu de temps. Elle agit directement sur les pensées (obsessions) et les comportements (rituels) problématiques, grâce à des exercices adaptés. En particulier, la technique d’exposition graduée avec prévention de la réponse est très efficace pour traiter les TOC et les phobies. Il s’agit d’exposer progressivement le patient à la situation source d’angoisse (par exemple le désordre), sans avoir recours à la compulsion (le rangement).

L’hypnose thérapeutique pour le traitement des TOC est une autre approche qui a fait ses preuves. Elle permet de corriger efficacement les automatismes de pensée et d’action, pour retrouver le contrôle sur son comportement.

Enfin, la méditation et la relaxation, qui permettent de retrouver un calme intérieur, sont des pratiques souvent recommandées pour compléter ces accompagnements.

Efficacité de l’hypnose

L’hypnose est un état modifié de conscience, qui permet de comprendre et corriger des mécanismes échappant au contrôle de l’individu. Or c’est précisément ce qui caractérise un TOC, et qui le rend si difficile à éradiquer par la pensée consciente. Cela explique l’intérêt pour l’hypnose dans le cadre des recherches sur le traitement des TOC.

Par exemple, une étude a mis en évidence l’efficacité de l’hypnose pour corriger une phobie de la contamination, avec lavage de mains compulsif. L’hypnose y est associée à la technique de l'exposition graduée. Les deux approches conjointes se sont révélées plus efficaces que la psychothérapie analytique, avec un maintien de l’amélioration plusieurs années après les séances7. Une autre recherche rapporte l’efficacité d’une technique de visualisation pour réduire la peur de la contamination chez des sujets à tendance obsessionnelle8. La visualisation est un procédé courant en hypnose thérapeutique. Elle consiste à utiliser une représentation imagée du trouble du patient, pour le mener vers la guérison.

Une autre étude intéressante montre l’impact positif des suggestions hypnotiques sur une patiente atteinte d’acné excoriée. Ce trouble se caractérise par une obsession des lésions cutanées au niveau du visage, avec grattage ou nettoyage compulsif. Chez cette patiente, les séances ont mis fin à 15 ans de TOC9.

Enfin, parmi les autres TOC, l’hypnose a aussi fait ses preuves pour le traitement de la trichotillomanie, un trouble qui consiste à arracher ses propres cheveux10 11.

La plupart de ces recherches sont des études de cas, qui s’appuient sur le suivi d’un seul patient ou d’un petit groupe. Les résultats, bien que très encourageants, ne sont donc pas généralisables.

Méthodes thérapeutiques

En hypnose ericksonienne, qui est la pratique la plus répandue en cabinet, le choix d’une stratégie thérapeutique s’appuie avant tout sur la connaissance du patient. C’est après vous avoir questionné longuement au cours d’une anamnèse, que le thérapeute choisit la stratégie et les techniques les plus adaptées à votre cas.

Plusieurs techniques sont utilisées en hypnose pour le traitement des TOC. Parmi les plus courantes se trouvent la régression, le recadrage et la prescription du symptôme.

Régression

La régression est une méthode qui consiste à retracer son passé pour y retrouver des souvenirs, ressources et émotions enfouis.

Dans le cadre du traitement des TOC, la régression permet de retrouver l’événement traumatique à l’origine du trouble, si celui-ci a été oublié. En effet, tout comme les phobies, les TOC viennent souvent de traumatismes ou de peurs d’enfance qui n’ont pas été rassurés. Ils ont donc perduré dans le temps sous la forme symbolique de l’objet obsessionnel.

C’est seulement une fois l’événement traumatique identifié, que vous pouvez travailler avec le thérapeute sur la neutralisation des émotions. 

Recadrage

Le recadrage est une technique héritée de la PNL, souvent employée en hypnose. Il peut s’effectuer dans la discussion avec le thérapeute, ou pendant la transe hypnotique, pour faire intervenir l’inconscient.

L’objectif est double. D’abord, il s’agit de déceler l’intention positive de l’obsession. En effet, l’hypnose part du postulat que tout comportement et tout symptôme ont une intention positive pour le patient : exprimer une émotion, rassurer, protéger d’un danger...Par exemple, l’obsession de la contamination peut être recadrée et comprise comme un désir de rester en bonne santé. 

Une fois cette intention bien comprise, l’objectif du recadrage est de mettre en place un comportement de substitution, en lieu et place du rituel d’évitement.  Par exemple, remplacer le rituel de lavage des mains par des affirmations positives sur le système immunitaire.

Il semble difficile, dans l’état de conscience ordinaire, d’intégrer ainsi de nouveaux comportements. L’hypnose rend les choses plus simples. En effet, la transe hypnotique se caractérise par une grande réceptivité, via l’abaissement des résistances mentales. Cela en fait un état fécond pour l’apprentissage, aussi bien des connaissances théoriques que des comportements.

Prescription du symptôme

L’hypnothérapie ne s’arrête pas à la séance en cabinet. Le thérapeute peut vous donner des exercices pour renforcer l’effet des séances, et améliorer concrètement votre vie quotidienne.

Un exercice couramment donné en hypnose pour le traitement des TOC est la prescription du symptôme, ou prescription paradoxale. Le principe est simple : accentuer le rituel pour qu’il ne soit non plus un comportement automatique de réconfort, mais un comportement forcé et inconfortable. Ainsi, le rituel ne sera plus perçu comme un automatisme, mais comme une action contrainte et donc désagréable. Cela permet de l’abandonner plus facilement.

Cette technique comportementale est très efficace. Elle nécessite cependant un travail préalable sur l’origine du trouble et son intention positive. A défaut, votre TOC risque d’être remplacé par un autre symptôme (autre TOC, addiction, somatisation)...

Durée de la thérapie

Le nombre de séances dépend du type et de l'ancienneté de votre trouble. Toutefois, l’hypnose pour le traitement des TOC donne généralement des résultats rapides. Il est fréquent de voir un TOC léger disparaître en 2 à 3 séances.

Précautions et contre-indications

L’hypnose ne présente aucun danger. Elle est seulement contre-indiquée aux personnes souffrant de troubles dissociatifs (schizophrénie, paranoïa, trouble bipolaire). En effet, la transe augmente le risque de décompensation.

Questions fréquentes

L'hypnose est-elle efficace pour le traitement des TOC ?

L'hypnose permet de soigner durablement les troubles obsessionnels compulsifs. Des études portant sur plusieurs types de TOC (trichotillomanie, obsession de contamination, acné excoriée) ont montré son efficacité.

Quelles sont les techniques pour traiter les TOC en hypnose ?

En hypnothérapie, plusieurs techniques peuvent être utilisées pour soigner un TOC. Les plus connues sont :
- La régression
- Le recadrage
- La prescription paradoxale

Y a-t-il des contre-indications ?

Seules les maladies mentales dissociatives, comme la schizophrénie, la paranoïa et le trouble bipolaire, constituent une contre-indication à l'hypnose.


  • 1Karno M, Golding JM, Sorenson SB, Burnam MA. The epidemiology ofobsessive-compulsive disorder in five US communities. Arch Gen Psychiatry. 1988Dec;45(12):1094-9. PubMed PMID: 3264144.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3264144
  • 2Tibi L, van Oppen P, van Balkom AJLM, Eikelenboom M, Rickelt J, Schruers KRJ, Anholt GE. The long-term association of OCD and depression and its moderators: A four-year follow up study in a large clinical sample. Eur Psychiatry. 2017Jul;44:76-82. doi: 10.1016/j.eurpsy.2017.03.009. Epub 2017 Apr 7. PubMed PMID:28545012.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28545012
  • 3Angst J, Rufer M, Fineberg N, Ajdacic-Gross V, Rössler W.[Obsessive-compulsive Disorder: Prevalence, Comorbidity and Remission from theAges of 20 to 50]. Praxis (Bern 1994). 2015 Nov 25;104(24):1323-8. doi:10.1024/1661-8157/a002205. Review. German. PubMed PMID: 26602849.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26602849
  • 4Bozorgmehr A, Ghadirivasfi M, Shahsavand Ananloo E. Obsessive-compulsivedisorder, which genes? Which functions? Which pathways? An integrated holisticview regarding OCD and its complex genetic etiology. J Neurogenet. 2017Sep;31(3):153-160. doi: 10.1080/01677063.2017.1336236. Epub 2017 Jun 13. Review. PubMed PMID: 28608743🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28608743
  • 5Barr, L. C., Goodman, W. K., Price, L. H., & McDougle, C. J. (1992). The serotonin hypothesis of obsessive compulsive disorder: implications of pharmacologic challenge studies. The Journal of clinical psychiatry.🔗 https://psycnet.apa.org/record/1992-36182-001
  • 6Goodman, W. K., McDougle, C. J., Price, L. H., Riddle, M. A., Pauls, D. L., & Leckman, J. F. (1990). Beyond the serotonin hypothesis: a role for dopamine in some forms of obsessive compulsive disorder?. The Journal of clinical psychiatry.🔗 https://psycnet.apa.org/record/1991-04613-001
  • 7C. B. Scrignar M.D. (1981) Rapid Treatment of Contamination Phobia with Hand-washing Compulsion by Flooding with Hypnosis, American Journal of Clinical Hypnosis, 23:4, 252-257, DOI: 10.1080/00029157.1981.10404030🔗 https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00029157.1981.10404030
  • 8Riskind, J. H., Wheeler, D. J., & Picerno, M. R. (1997). Using mental imagery with subclinical OCD to ‘freeze’contamination in its place: Evidence for looming vulnerability theory. Behaviour Research and Therapy, 35(8), 757-768.🔗 https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0005796797000235
  • 9Philip D. Shenefelt M.D. (2004) Using Hypnosis to Facilitate Resolution of Psychogenic Excoriations in Acne Excoriée, American Journal of Clinical Hypnosis, 46:3, 239-245, DOI: 10.1080/00029157.2004.10403603🔗 https://medicalforum.ch/fr/article/doi/fms.2017.02887
  • 10Christenson, G. A., & Crow, S. J. (1996). The characterization and treatment of trichotillomania. The Journal of clinical psychiatry, 57, 42-7.🔗 https://europepmc.org/article/med/8698680
  • 11Joseph Meyerson & Andres Konichezky (2011) Hypnotically Induced Dissociation (HID) as a Strategic Intervention for Enhancing OCD Treatment, American Journal of Clinical Hypnosis, 53:3, 169-181, DOI: 10.1080/00029157.2011.10401755🔗 https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00029157.2011.10401755
Bensoussan Alexandra

Rédactrice santé. Formation en hypnose et PNL en cours de validation.