Kelp : bienfaits et dosage

-

Petite algue brunâtre commune des côtes Atlantique et Pacifique, le kelp (appelé aussi fucus vesiculosus ) est considéré comme un allié de la silhouette. Sa richesse minérale est également au centre de recherches médicales prometteuses. Entre mythes et réalités, décryptage de cet étonnant aliment.

Présentation

Les fucus sont toniques pour l'organisme.

Échoués le long des plages, les thalles du fucus ne passent pas inaperçus. Les feuilles caoutchouteuses de cette algue sont tour à tour des aliments à part entière ou des compléments alimentaires. Parfois nommée varech ou kelp, cette algue a une histoire longue dans les campagnes et fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques.

Histoire

L’histoire du Kelp remonte à la nuit des temps. Plus précisément, dans la Rome antique. En effet, déjà à cette époque, l’algue est connue pour ses propriétés médicinales. Elle connaît son âge d’or au Moyen Âge avant de retomber dans l’oubli.

Abondamment, présente dans les assiettes japonaises, cette algue commence à faire reparler d’elle avec l’essor de la phytothérapie et de la nutrition.
En effet, les scientifiques la soupçonnent de faire partir des habitudes nipponnes qui maintiennent la population en bonne santé. En Europe et en Amérique du Nord, elle est surtout utilisée comme additif dans les charcuteries, crèmes glacées et desserts préparés.

Avec l’essor de la nutrithérapie, le fucus est devenu le centre d’attention de nombreux scientifiques qui cherchent à déterminer ses vertus réelles.

Composition

En raison de sa richesse nutritionnelle, le kelp peut presque être qualifié d’aliment complet à lui seul. Sa composition extraordinaire est la suivante :

  • polyphénols ;
  • polysaccharides et mucilages dont acide alginique à hauteur de minimum 12 % ;
  • protéines contenant tous les acides aminés essentiels à hauteur de minimum 10 % ;
  • caroténoïdes ;
  • vitamines (A, B1, B2, B6, B12, C, E, D 3, K, PP) ;
  • minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, sodium, soufre et phosphore) ;
  • oligo-éléments sous forme de traces.

Utilisations empiriques

Les utilisations actuelles du Kelp découlent directement de l’histoire riche et longue de l’algue. En effet, dans la romantique déjà, Pline l’Ancien le recommandait pour soigner les douleurs rhumatismales. Au Moyen Âge, des écrits témoignent de son utilisation pour soigner des maladies d’origine tuberculeuse, les affections du goitre ainsi que l’asthme.

Ces applications ont malheureusement été oubliées au profit de l’action amincissante du kelp. En effet, c’est au cours du XIXe siècle que le Docteur Duchesne-Duparc remarque que les algues favorisent la résorption des tissus graisseux en stimulant le système endocrinien. Le médecin conseille alors d’utiliser les fucus, et principalement le varech, pour réduire la cellulite. Aujourd’hui, les algues sont d’ailleurs très communément utilisées dans les soins de thalassothérapie.

Officiellement mentionné par l’agence européenne du médicament, le kelp intéresse de plus en plus les chercheurs par ses différents actifs et modes d’action.

Bienfaits du Kelp

Le kelp est une algue brune originaire des faibles profondeurs marines. Particulièrement riche en sels minéraux, oligo-éléments et vitamines, il entraîne une stimulation générale de l’organisme. Traditionnellement utilisée pour faciliter la perte de poids et réduire les états de fatigue, l’algue pourrait révéler de nombreuses autres vertus. Découverte.

Traitement de douleurs et affections gastriques

Les bienfaits du Kelp permettraient de traiter certains troubles intestinaux.
Riche en acide alginique et en alginates, le kelp a des propriétés intéressantes pour lutter contre les reflux gastriques.

Souvent utilisé dans les antiacides classiques, l’acide alginique forme un gel dans l’estomac. Consommé après le repas, il maintient la nourriture dans l’estomac et contribue ainsi à protéger les parois et à limiter les reflux gastriques vers l’œsophage1. Contrairement à l’algue entière, l’acide alginique ne contient que très peu d’iode.

Équilibrage des taux d’iode

L’iode stimule la production d’hormones thyroïdiennes. Le kelp a donc très longtemps été utilisé pour corriger les hypothyroïdies légères et ainsi soigner les goitres. Cependant, cet usage est devenu obsolète en raison de la grande variabilité de la teneur en iode des différents fucus.

Protection contre le cancer

Les bienfaits du Kelp ne s'arrêtent pas là.
Certaines recherches laissent à penser que les polysaccharides contenus dans le fucus ont une activité antitumorale2.

Selon plusieurs études, la fucoxanthine, un caroténoïde présent dans le kelp, serait en mesure de diminuer la viabilité des cellules cancéreuses du côlon en laboratoire. Par ailleurs, plusieurs algues ont montré des capacités à empêcher le développement des cancers chez les animaux.

Cependant, des études complémentaires doivent être menées afin de démontrer l’implication réelle des algues dans les cancers du sein, de la prostate et du sang.

Accélération de la perte de poids

Depuis très longtemps, les algues, riches en iode, sont associées aux préparations destinées à la perte de poids. Cependant, les résultats d’une étude portant sur 39 patients obèses n’ont pas permis de démontrer une réelle efficacité du kelp comme adjuvant à un traitement amaigrissant3.

Néanmoins, même s’il ne peut être prouvé, à l’heure actuelle, que l’iode du fucus fait maigrir, il n’en reste pas moins que les algues sont des alliés des régimes amaigrissants.

En effet, les alginates contenus dans les algues ont la propriété de gonfler dans l’estomac au contact de l’eau. Véritable coupe-faim, le kelp donne alors une impression de satiété plus rapide, limitant par ricochet l’apport calorique global des repas.

Lutte contre la fatigue et l’asthénie

Le kelp est un aliment très riche en nutriments essentiels. Les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments contribuent à lutter contre la fatigue et l’asthénie.

Par ailleurs, les algues sont très riches en iode, ce qui stimule le système endocrinien.

Régulation hormonale chez la femme préménopausée

Les bienfaits du kelp permettraient également de traiter les symptômes de la ménopause.
Des données cliniques préliminaires laissent penser que le fucus pourrait avoir un effet sur la régulation hormonale des femmes en préménopause.

Selon les données récoltées, la prise de varech peut prolonger le cycle menstruel et exercer une action anti-œstrogénique chez la femme en préménopause4. Des travaux, menés in vitro, ont confirmé ce résultat.

Selon les scientifiques, cette action pourrait également expliquer, pour le moins en partie, la faible incidence des cancers hormone-dépendants chez les Japonaises5. En effet, leur alimentation est particulièrement riche en algues. En général, elles représentent 10 % du bol alimentaire.

Lutte contre la constipation

Les mucilages présents dans les algues ont une action régulatrice de la fonction intestinale. En effet, en absorbant une forte quantité d’eau, ces molécules se déplacent aisément dans le côlon pour lutter contre la constipation. Par ailleurs, elles absorbent également très fortement les matières grasses contenues dans le bol alimentaire, ce qui leur permet de glisser jusqu’au bout du tube digestif.

Les différentes formes

Poudre et solution liquide

Quelle que soit leur forme galénique, les produits de phytothérapie utilisent la plante entière, c’est-à-dire le thalle. Actuellement, il existe 3 formes galéniques de kelp en vente sur le marché :

  • la poudre,
  • l’extrait fluide,
  • la teinture mère.

Existe-t-il en bio ?

Le kelp est une algue. Elle peut être issue de l'agriculture biologique et donc être certifiée bio.

Dosages et posologie

Les autorités sanitaires n’ont pas émis à ce jour de dosage et de posologie officielle sur les compléments de fucus. Cependant, les spécialistes s’accordent sur des dosages de :

  • 100 à 250 mg par jour pour les produits en poudre,
  • 5 à 15 gouttes par jour pour les produits en extrait fluide,
  • 20 à 50 gouttes par jour pour les produits en teinture mère.

Dans tous les cas, les spécialistes recommandent de ne pas dépasser 120 µg d’iode (c’est-à-dire 120 à 240 mg de poudre de fucus selon sa concentration) par jour lors d’un traitement continu et prolongé afin d’éviter tout risque d’effets secondaires.

Utilisation

Pour obtenir un effet coupe-faim, et donc participer à un objectif amaigrissant, le kelp sera consommé avant le repas. Cela lui permet d’offrir un meilleur sentiment de satiété.

Pour lutter contre les reflux et les douleurs gastriques, le fucus sera davantage consommé après les repas. De cette manière, il forme une couche de protection sur le dessus de l’estomac.

Précautions et dangers

Précaution d’emploi

Le kelp, en lui-même, ne requiert pas de précautions d’emploi. Cependant, deux facteurs liés aux conditions de croissance de l’algue doivent attirer votre attention:

  • Les algues sont les filtres des océans. Par conséquent, elles peuvent accumuler les métaux lourds présents dans l’eau. Même si le risque est mineur, il faut absolument contrôler la provenance et la pureté de votre produit. En effet, des cas d’empoisonnement à l’arsenic6 7 8 ont été répertoriés suite à la consommation de varech, un type de fucus. De même, la même algue a donné lieu à des cas de toxicité rénale et neuronale suite à une contamination en métaux lourds9 10.
  • Par ailleurs, la teneur en iode du kelp peut être très variable selon sa région d’origine. En effet, certaines espèces contiennent jusqu’à 600 µg par gramme, ce qui est nettement supérieur à la porte maximale recommandée. Dès lors, des cas d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie peuvent se déclarer. Un respect strict des dosages indiqués sur les emballages est donc nécessaire.

Contre indications

En raison de sa richesse en minéraux et en oligo-éléments, notamment en iode, le kelp présente certaines contre-indications :

  • Hyperthyroïdie et acné (des cas d’aggravation des symptômes ont été rapportés11 12) ;
  • Enfants, femmes enceintes et allaitantes (l’usage de telles concentrations d’iode n’a pas encore prouvé son innocuité sur ces populations, par mesure de prudence il est donc déconseillé) ;
  • Maladies cardiaques et rénales (la présence massive d’iode et de sodium est déconseillée dans de tels troubles, un cas d’arythmie cardiaque a été rapporté avec la consommation d’algues chez une jeune femme obèse, sans toutefois que le complément alimentaire ait pu être mis directement en cause13) ;
  • Hypersensibilité à l’iode.

Effets secondaires

Il n’existe actuellement aucun effet secondaire signalé.

Interactions

En raison de la forte teneur du kelp en iode, mais également en polysaccharide et en acide alginique, ces algues présentent les interactions suivantes :

  • Lithium et amiodarone (l’iode présent dans l’algue pourrait augmenter les effets de ces molécules sur la fonction thyroïdienne) ;
  • Insuline et hypoglycémiants (le kelp a provoqué une activité hypoglycémiante chez des animaux de laboratoire, elle pourrait donc s’ajouter à celle des médicaments) ;
  • Laxatif (l’acide alginique présent dans ces algues agit comme un laxatif doux, il pourrait donc théoriquement s’ajouter à ceux d’autres laxatifs) ;
  • Anticoagulant (des études réalisées in vitro ont révélé un potentiel anticoagulant chez les polysaccharides du fucus, par prudence, il est donc déconseillé de consommer un tel complément alimentaire en concomitance avec des médicaments anticoagulants, dont la marge thérapeutique est toujours faible).

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le kelp ?

Le kelp est une algue brunâtre, que l'on peut trouver le long des côtes atlantiques et pacifiques.
Elle dispose de nombreuses propriétés.

Quels sont les bienfaits du kelp ?

Le kelp dispose des bienfaits suivants :
1. Diminution de l'acidité gastrique
2. Régulation des hormones thyroïdiennes
3. Amélioration de certains troubles intestinaux
4. Activité anticancéreuse
5. Accélération de la perte de poids
6. Lutte contre la fatigue
7. Soulagement des symptômes de la ménopause

Quels sont les dangers du kelp ?

Aucun effet secondaire a été signalé.
En raison de sa concentration importante en iode, il est contre-indiqué pour les femmes enceintes, allaitantes ou les enfants.
Il est également déconseillé pour les personnes soufrant de maladies cardiaques et rénales ou présentant une hyperthyroïdie.

Quels sont les risques d'interactions médicamenteuses ?

Le kelp peut entrer en interaction avec certains médicaments :
1. Les laxatifs et anticoagulants
2. Les hypoglycémiants
3. Les traitements contenant du lithium et de l'amiodarone


Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée en nutrition, bien-être et santé naturelle. Spécialiste certifiée en techniques de santé naturelle. Formation de coaching en nutrition et bien-être en cours de validation.