Quels sont les dangers et effets secondaires de la levure de riz rouge?

-

La levure de riz rouge est connue pour son rôle en tant que traitement alternatif du cholestérol. Les scientifiques ont élucidé ses effets sur les lipides, mais aussi ses dangers sur l’organisme. On fait le point sur les dangers éventuels de la levure de riz rouge et ses effets secondaires. On vous prodigue enfin quelques conseils pour limiter les risques et l’utiliser en toute sécurité.

Caractéristiques

Levure de riz rouge ou red yeast rice: dangers et effets secondaires

Il s’agit d’un champignon que l’on cultive sur du riz blanc, et qui lui donne sa teinte rouge très nette et si caractéristique. Cette levure est largement utilisée dans de nombreuses cuisines asiatiques. En effet, elle y est utilisée comme une épice, un colorant naturel et un conservateur. C’est elle qui colore de rouge le canard laqué, par exemple.

La levure à l’origine de tout ceci se nomme Monascus Purpureus. Et elle contient en quantité importante la monacoline K, qui lui donne une importance pharmacologique majeure.

Quels liens avec le cholestérol?

C’est bien la monacoline qui est à l’origine des capacités anti-cholestérol de la levure de riz rouge. En effet, il s’agit ni plus ni moins d’une statine naturelle. On connaît bien les statines, qui sont administrées à plus de 6 millions de personnes en France pour réguler leur taux de cholestérol.

La monacoline K est une molécule naturelle identiquement semblable à la lovastatine, ce qui explique qu’elle fasse baisser les taux excessifs de cholestérol. Concrètement, elle bloque la synthèse du cholestérol dans le foie. L’organisme n’a plus alors qu’une source majeure de cholestérol, à savoir l’alimentation, et est davantage capable de le métaboliser et l'utiliser.

La levure de riz rouge représente donc une alternative prometteuse à la prise de médicaments, lorsque ceux-ci peuvent encore être évités.

À noter : la monacoline K bénéfice de l'aide d'autres composés de la levure de riz rouge. Les oméga-6 sont par exemple des acides gras essentiels à la régulation du cholestérol, de même que les phytostérols. Ceux-ci ont une structure similaire au cholestérol animal, et contribuent à l'équilibre des lipides dans l'organisme : ils diminuent les "mauvaises graisses" et favorisent les "bonnes graisses".1

Effets indésirables de la levure de riz rouge

La levure de riz rouge présente les avantages des statines, mais présente également des effets secondaires.

Pour comprendre, il est nécessaire de revenir à la production de cholestérol dans le foie. Ce processus métabolique permet aussi la production de métabolites secondaires, parmi lesquels le coenzyme Q10. Il s'agit d'une molécule proche de la vitamine K. Le coenzyme Q10 est essentiel à la respiration cellulaire, qui est l'une des sources d'énergie dans l'organisme.

Les statines, en bloquant la synthèse de cholestérol, ont donc pour conséquences de faire baisser les taux de coenzyme Q10 dans l'organisme, une observation confirmée par les chercheurs. On constate alors une baisse d'énergie générale, et des effets secondaires variés.

Les douleurs musculaires sont particulièrement citées dans les études menées sur le traitement par statines : elles sont notamment dues à la chute de coenzyme Q10 dans l'organisme. Cette chute pourrait aussi être liée à des troubles cardiovasculaires et neurologiques. Enfin, comme dans le cas des statines, la prise de levure de riz rouge peut entraîner des effets secondaires importants et présenter un danger. On constate notamment des atteintes au niveau des muscles et du foie2.

Contre-indications

Toute prise de complément alimentaire à visée thérapeutique doit se faire sous contrôle médical : c'est un principe de base. Par ailleurs, les autorités par la voie de l'ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) ont émis des doutes raisonnables et incitent à la prudence quant à la levure de riz rouge.

Les études sont plutôt rassurantes concernant la prise de levure de riz rouge par des patients intolérants aux statines. Toutefois, il est essentiel d'appliquer un principe de précaution et de consulter un médecin en cas de doute.

Les femmes enceintes, allaitantes, les jeunes enfants et les personnes de plus de 70 ans doivent bannir la levure de riz rouge.
De même, la levure de riz rouge est proscrite si vous suivez déjà un traitement à base de statines. Si vous souffrez d’hypothyroïdie, d’insuffisance cardiaque, hépatique, rénale, ou de pathologie musculaire, il convient d'appliquer la même politique.

De même si vous consommez beaucoup d’alcool - dans ce cas levure de riz rouge ou pas, nous vous conseillons la modération. Également, cela s'applique si vous buvez beaucoup de jus de pamplemousse. Celui-ci déséquilibre en effet l'absorption des statines et augmente le risque d'effets secondaires graves.

En outre, vous devez vous abstenir de prendre de la levure de riz rouge si vous suivez un traitement susceptible de modifier le métabolisme des graisses : les anticoagulants, les antifongiques, les antiprotéases…
Nous résumerons cela de la manière suivant : afin d’éviter tout risque, mieux vaut consulter un professionnel de santé avant toute prise de levure de riz rouge.3

Recommandations

En plus de lire soigneusement les contre-indications détaillées dans le paragraphe ci-dessus, vous pouvez appliquer quelques conseils. Il peut être pertinent de commencer par une faible dose de levure, afin de jauger son effet sur votre organisme avant d'augmenter le dosage progressivement.

En outre, une supplémentation en coenzyme Q10 peut naturellement limiter le risque d'effets secondaires liés à sa carence4 : Pourquoi associer levure de riz rouge et coenzyme Q10 ?

En conclusion, la levure de riz rouge semble être une candidate sérieuse pour les alternatives thérapeutiques contre l'hypercholestérolémie. Mais comme pour tous les extraits utilisés en traitements, il convient de se montrer prudent. Les professionnels de santé et les naturopathes peuvent vous accompagner : n'hésitez pas à faire appel à eux.


Cécile Gonzalez Delacour

Rédactrice scientifique. Titulaire d'un master en biologie et d'une licence en sciences végétales.