NADH: bienfaits, effets secondaires et posologie

-

Le NADH, de son nom scientifique « hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide » est la base de notre énergie cellulaire. Pourtant, de nombreuses personnes en manquent, avec à la clef, fatigue, baisse de libido, dépression et maladies. Voyons ensemble comment fonctionne cet hydrogène biologique. Découverte des bienfaits, posologie et effets secondaires du NADH.

Présentation

Molécule de NADH: bienfaits, effets secondaires et posologie de cet hydrogène.

Mis en lumière par le professeur de biochimie viennois, Georg Birkmayer, le NADH est un composé essentiel de l’organisme. Responsable du développement cellulaire et de la transmission d’énergie dans l’organisme, l’hydrogène biologique ouvre de grandes perspectives médicales. Focus.

Définition

Sous le nom d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide se cache en vérité une forme d’hydrogène biologique stabilisée. Au contact de l’oxygène présent dans les cellules, ce NADH génère de l’énergie. Il s’agit donc d’une molécule qui est l’essence même de notre énergie vitale.

Un peu de biologie

Toutes les cellules du corps humain ont besoin d’énergie pour vivre et pour fonctionner. Cependant, leurs besoins diffèrent selon leurs activités. Il semble que la quantité de NADH soit alors proportionnelle aux besoins.

Au niveau biologique, ce sont le cœur et le cerveau qui ont les plus grands besoins énergétiques. Ils reçoivent dès lors la majeure partie du NADH disponible. Viennent ensuite les poumons, le foie et les reins qui utilisent également une quantité significative d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide.

Aussi, comme l’hydrogène biologique est leur combustible, plus ils en reçoivent, plus ils sont en mesure bien travailler.

NAD, NADH et NAD+

Le NAD est l’acronyme de la coenzyme « nicotinamide adénine dinucléotide ». Elle existe sous deux formes : le NAD+, sa forme oxydée et le NADH, sa forme réduite.

Le NAD+ est donc la forme oxydée du NAD. Cela signifie qu’il est preneur d’électrons.

Le NADH est la forme réduite du NAD. Cela signifie que c’est un agent donneur d’électrons.

Rôles au sein de l'organisme

L’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide remplit plusieurs fonctions physiologiques (et vitales) de l’organisme. En réalité, les scientifiques estiment que plus d’un millier de processus métaboliques sont catalysés par la présence de cet hydrogène biologique.

Parmi les champs d’interventions de l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide, on peut dire qu’il :

  • augmente l’énergie dans les cellules, notamment au niveau du cœur et du cerveau ;
  • répare l’ADN altéré ;
  • régénère les cellules endommagées ;
  • renforce le système immunitaire ;
  • stimule la production de neurotransmetteurs comme la dopamine et la sérotonine ;
  • baisse le cholestérol et la tension artérielle.

Alimentation

Il semble peu probable que l’alimentation apporte une quantité significative de NADH dans l’organisme. En effet, même si certains aliments en sont pourvus, parfois même en quantités notables, l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide est détruite par la cuisson.

Si l’idée vous effleure de manger viandes et poissons crus afin de préserver l’hydrogène biologique, sachez que ça ne modifierait en rien la situation. Le NADH est également détruit par l’acide des sucs gastriques.

Propriétés et applications

Depuis sa mise en lumière, l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide a fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Elles ont permis de démontrer les bienfaits impressionnants du NADH pour la santé. Panorama.

Syndrome de fatigue chronique

Le syndrome de fatigue chronique, défini par l’acronyme SFC, se caractérise par un épuisement extrême. Actuellement, aucun traitement n’existe pour redonner de l’énergie aux personnes atteintes par le syndrome de fatigue chronique.

À l’université de Georgetown une étude comparative, avec placebo, a été menée afin de déterminer si un complément de 10 mg d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide pouvait améliorer l’état de ces personnes. Au bout de 4 semaines, 31 % de volontaires ayant absorbé le NADH observaient une amélioration. Après 6 mois de traitement, le pourcentage de personnes ayant une amélioration bondissait à 82 %1,2,3,4.

Dépression

La dépression est une maladie du système nerveux fréquente. Les statisticiens estiment qu’elle touche entre 300 et 400 millions de personnes à travers le monde.

Selon les recherches médicales les plus récentes, les neurotransmetteurs, et singulièrement la noradrénaline, la dopamine et la sérotonine, jouent un rôle majeur dans le développement de cette pathologie. Aussi, comme l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide intervient sur la production de ces derniers, des essais ont été menés pour découvrir l’utilité ou non du NADH pour soulager les symptômes de la dépression.

Entre 1990 et 1992, une clinique viennoise a produit une étude sur le traitement de patients dépressifs à partir de 10 mg d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide par jour. Après 6 mois, 93 % des patients ont déclaré ressentir une amélioration significative de leurs symptômes. Si l’on se réfère à l’échelle de dépression de Hamilton (une échelle mondialement reconnue et utilisée), l’amélioration atteignait 44 % des malades traités5,6.

Les troubles de la ménopause

La ménopause, passage obligé dans la vie des femmes, apporte souvent son lot de désagréments. En effet, avec la baisse de production d’œstrogène, certains symptômes peuvent nuire à la qualité de vie de certaines femmes.

Les symptômes les plus souvent évoqués sont :

  • bouffées de chaleur ;
  • fatigue ;
  • troubles du sommeil ;
  • dépression ;
  • nervosité ;
  • manque d’entrain.

Par ailleurs, une étude collaborative entre l’Autriche et la Suisse a été menée auprès de femmes présentant ces symptômes, dans une mesure qui nuisait à leur qualité de vie. Après 3 mois de traitement à raison de 10 mg d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide par jour, les symptômes ont diminué chez 49 patientes.

Ces résultats ont confirmé ceux d’une précédente étude, plus parcellaire, établie par un gynécologue autrichien, auprès des femmes ménopausées de sa propre patientèle.

Maladie de Parkinson

En raison du vieillissement généralisé de la population, la maladie de Parkinson est de plus en plus présente dans nos sociétés. Cette atteinte cérébrale se caractérise par :

  • les tremblements ;
  • la rigidité ;
  • l’akinésie.

Ces symptômes sont particulièrement invalidants au fur et à mesure que la maladie progresse. En 1987, le professeur Walter Birkmayer essaie pour la première fois l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide chez un patient atteint par la maladie de Parkinson, qui pouvait à peine se mouvoir. Après la perfusion, ce même patient était capable de marcher.

Forts de cette première expérience positive, les essais ont continué. En 1 an, 480 patients ont été traités avec des comprimés de NADH. Au bout de 4 à 6 semaines, 10 à 60 % (selon les symptômes) des participants ressentaient déjà une amélioration. À la fin de l’étude, ils étaient 85 %7,8,9.

Le glaucome

Le glaucome est une affection oculaire pouvant mener à la cécité. Aujourd’hui, cette pathologie touche plus de 10 % de la population âgée de plus de 70 ans.

Au cours d’une observation appliquée, le Docteur Marion Uhlig et le Professeur Manfred Krauß ont démontré l’efficacité de l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide dans le traitement du glaucome.

Après 4 semaines de traitement au NADH, 90 % des patients avaient une amélioration significative de leurs facultés visuelles. Par ailleurs, 100 % des patients ont vu leur pression oculaire diminuer.

D’autre part, l’étude a démontré que l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide améliorait aussi le champ visuel chez 70 % des participants, la sensibilité à l’éblouissement chez 80 % des volontaires et la vision crépusculaire chez 100 % de patients.

Une cure d’énergie

En dehors de toute pathologie, le NADH apporte aussi un regain d’énergie. Ainsi, une étude effectuée auprès de sportifs professionnels a démontré que la prise de 10 mg d’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide pendant 1 mois apportait de meilleures performances aux athlètes10,11.

Une autre étude, réalisée par le Docteur Bill Misner sur des athlètes professionnels, confirme ces résultats. Il en va de même pour une étude supplémentaire, menée en Allemagne, à l’université de Freiburg. Réalisée en double aveugle, elle a mesuré les performances des athlètes avant et après un traitement au NADH, à raison de 30 mg par jour pendant 1 mois.

Les différentes formes

En complément alimentaire, le NADH est disponible en gélules et en comprimés.

Dosage et indications

À ce jour, le NADH ne fait l’objet d’aucune posologie stricte de la part des autorités.

À titre indicatif, et parce que c’est le dosage employé dans la majorité des études, il est recommandé de prendre 5 à 10 mg de NADH, en cure de 20 jours. Les cures doivent être espacées de 2 semaines minimum.

Utilisation

Lors des études, l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide était consommée à jeun. Dans tous les cas, le NADH doit être pris avant 14 heures.

Précautions d’utilisation

Comme tous les compléments alimentaires, le NADH fait l’objet de plusieurs précautions d’emploi et de contre-indications.

Précautions générales

En raison de l’absence de preuve d’innocuité, l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide ne convient pas aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 18 ans.

Contre-indications

En raison de son caractère énergétique, l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide ne peut être consommé par les personnes :

  • épileptiques ;
  • diabétiques ;
  • hypertendues ;
  • cardiaques, et plus généralement souffrant de troubles du cœur ;
  • souffrant de dérèglements de la thyroïde.

Effets indésirables

À ce jour, aucun effet secondaire n’a été rapporté pour le NADH.

Interactions

Dans l’état actuel des connaissances médicales, aucune interaction entre l’hydrure de nicotinamide adénine dinucléotide et une plante ou un médicament n’a été rapportée.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le NADH?

Le NADH est un composé central de l'organisme. Au contact de l'air, il favorise la production d'énergie. Il présente de nombreux bienfaits pour l'organisme.

Pourquoi en prendre?

- Améliore le syndrome de fatigue chronique
- Atténue les symptômes de la dépression
- Diminution des troubles de la ménopause
- Traitement contre la maladie de Parkinson et le glaucome

Quelles sont les mises en garde?

Le NADH est contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants. Les personnes présentant de l'épilepsie, du diabète, des troubles cardiaques ou de la thyroïde ne doivent pas en consommer.


  • 1« The therapeutic effect of NADH in patients with Chronic Fatigue Syndrome » Forsyth L,Preuss. H,Carneiro ML, Chiazze R, Birkmayer GD, Bellanti J; Ann.Allergy Asthma and Immunol., 199.9; 82: 185-191.
  • 2« Functional Herbal Medicines & Dietary Supplements » Mertens G, Nicholas Hall & Company, 2000 ; S.17-23.
  • 3« Die Wirkung von oralem NADH bei Symptomen des  Chronischen Müdigkeitssyndroms“ Birkmayer JGD, Journal Orthomolekulare Medizin, 1999; 2: 107-116.
  • 4“ NADH improves symptoms of patients with chronic fatigue syndrome” Birkmayer JGD, The Original Internist; 1999; 6: 6-8.
  • 5“ The reduced nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) as biological antidepressive agent. Experience with 205 patients” Birkmayer JGD, Birkmayer W, New trends in Clinical Neuropharmacology 1991; 5: 75-86.
  • 6“ Antidepressant-like effect of nicotinamide  adenine dinucleotide in the forced  swim test in rats.” Rex A, Schickert R, Fink H Pharmacology,  Biochemistry and Behaviour 2004; 77: 303-307.
  • 7“Nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) – a new therapeutic approach to Parkinson’s disease: Comparison of oral and parenteral application” Birkmayer JGD, Vrecko C, Volc D, Birkmayer W, Acta Neurol Scand. 1993;  87: 32-35.
  • 8“Nicotinamide adenine dinucleotide (NADH) – a new therapeutic approach to Parkinson’s disease: Comparison of oral and parenteral application” Birkmayer JGD, Vrecko C, Volc D, Birkmayer W, Acta Neurol Scand. 1993;  87: 32-35.
  • 9“Stimulation of dopamine biosynthesis in culture  PC12 pheochromocytoma  cells by the coenzyme nicotinamide adenine dinucleotide (NADH)” Vrecko K,Birkmayer JGD, Krainz J. J.Neural.Transm. 1993; 5: 147-156.
  • 10„Einfluss einer NADH Supplementation auf die muskuläre Energiebereitstellung  beim  Menschen” „Influence of NADH supplementation for  the muscular energy supply in humans“ Grathwohl D, Klann M, Müller HM, Schlachter H und Berg A. Deutsche Zeitschrift für Sportmedizin, 11/2000.
  • 11“ENADAlert® improves physical and mental performance in highly conditioned   athletes” Birkmayer GD  and Nadlinger K. J. Tum.Marker Oncol.  2003; 18: 51-55.
Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée. Naturopathe certifiée et spécialiste en techniques de santé naturelle.