Perte de poids et hypnose?

-

Qu’il s’agisse de quelques kilos superflus ou d’obésité, le surpoids a souvent une composante psychologique.
Face à la frustration engendrée par les régimes, et aux dangers des traitements classiques, l’hypnose permet de faciliter la perte de poids durablement, en s’attelant aux causes profondes de la suralimentation.

Les causes du surpoids

Le surpoids est la conséquence d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques : au quotidien, la personne consomme trop d’aliments caloriques, et son mode de vie est sédentaire. Ce déséquilibre peut avoir plusieurs causes.

Mode de vie et habitudes

L'hypnose peut être intéressante pour faciliter la perte de poids.

L’évolution des modes de vie favorise l'embonpoint. D’abord, les aliments transformés sont très riches en sucres et en graisses, et pauvres en nutriments. Ensuite, particulièrement en ville, les transports en commun et les modes de travail favorisent la station assise prolongée, ce qui limite les dépenses énergétiques.

Aussi, on parle de plus en plus d’addiction au sucre, en raison de la présence en grande quantité de sucres raffinés dans l’alimentation industrielle. Toutefois, une étude a montré que le sucre ne génère pas d’addiction proprement dite, mais une légère dépendance ; et que celle-ci n’est pas directement responsable de la prise de poids1.

Causes organiques et génétiques

Dans certains cas, des facteurs génétiques peuvent intervenir : il a été montré que le risque est plus élevé chez les enfants de parents obèses. L’anomalie génétique peut concerner la dépense énergétique (anormalement faible au repos, à l’effort ou après les repas) mais aussi l’accumulation des tissus adipeux.

Aussi, certaines maladies et certains traitements médicamenteux peuvent entraîner une prise de poids : c’est le cas de l’hypothyroïdie, du diabète, et de la prise d’antidépresseurs ou d’antiépileptiques.

Cependant, le plus souvent, le surpoids est lié à des troubles d’ordre psychologique et comportemental, qui se traduisent par une alimentation déséquilibrée.

Troubles du comportement alimentaire

Les troubles pouvant entraîner un surpoids sont nombreux. Les plus connus sont:

  • Le grignotage : prise plus ou moins régulière d’aliments en dehors des repas, sans sensation de faim
  • Le syndrome d’alimentation nocturne : la personne se lève la nuit pour absorber des quantités de nourriture parfois importantes
  • La boulimie : ingestion compulsive de grandes quantités de nourriture, généralement suivie d’une purge (vomissements ou prise de laxatifs)
  • L’hyperphagie : alimentation quotidienne excessive sans besoin énergétique ou physiologique

Emotions négatives, stress et dépression

Le stress et la détresse psychologique sont des facteurs bien connus de prise de poids. Face à des émotions négatives, suite à un choc ou à une dépression, nous sommes nombreux à chercher du réconfort dans des aliments gras et sucrés2.

Une étude montre notamment que le stress altère le fonctionnement de régions du cerveau impliquées dans le circuit de la récompense, favorisant des comportements alimentaires addictifs et compulsifs3. Une autre recherche, effectuée sur 121 patients, met en évidence un lien entre anxiété, dépression et prise de poids4.

Maigrir : les méthodes classiques

Régimes

Les régimes sont très efficaces pour perdre du poids à court terme, parfois de manière spectaculaire. Mais ils présentent de nombreux inconvénients. Certains, comme le régime hyperprotéiné, reposent sur une alimentation déséquilibrée qui entraîne des carences. Tous ont en commun de générer de la frustration, et d’installer un “effet yo-yo” qui limite leur efficacité à long terme.

Médicaments

Plusieurs médicaments brûle-graisses et coupe-faim sont disponibles sur le marché. La plupart d’entre eux contiennent des substances néfastes (dérivés d’amphétamines pour les coupe-faim), qui peuvent nuire à la santé sur le long terme. En France, un seul médicament existe pour le traitement de l’obésité (orlistat). Son efficacité est modérée, et ses effets secondaires potentiellement dangereux.

Pour maigrir, on peut aussi s’aider de compléments alimentaires, qui agissent indirectement sur le poids en accélérant la digestion ou par un effet diurétique. Là encore, leur utilisation prolongée est déconseillée, car ils entraînent des carences.

Chirurgie

En dernier recours pour l’obésité, la chirurgie peut être indiquée. Plusieurs possibilités existent : gastrectomie (ablation partielle de l’estomac), bypass (dérivation du tube digestif), ou encore pose d’un anneau gastrique. Ces interventions sont très mutilantes, peuvent causer d’importantes carences, des ulcères ou encore des gastrites. En outre, elles sont souvent vouées à l’échec sur le long terme : les patients reprennent du poids faute d’un suivi nutritionnel et psychologique adapté.

Autres approches

Face aux limites et aux dangers des méthodes classiques, de plus en plus de personnes se tournent vers les médecines douces et l’accompagnement psychologique. La naturopathie et la médecine traditionnelle chinoise notamment, traitent l’individu dans sa globalité, pour un amincissement naturel et durable. Les variations de poids étant étroitement liées aux émotions et au vécu personnel, une thérapie psychologique peut aussi être pertinente.

L’hypnose, en intervenant sur les mécanismes inconscients de l’alimentation excessive, est une méthode particulièrement efficace. Elle permet d’opérer un changement global du comportement alimentaire, durable et respectueux de la personne.

Efficacité

Avec l’arrêt du tabac, la perte de poids est un des motifs les plus fréquents de consultation en hypnothérapie.

Premières études

Dès les années 70 et 80, alors que l’hypnose thérapeutique en était encore à ses débuts, la recherche s’est intéressée à son potentiel sur la perte de poids.  En effet, avec l’évolution rapide des modes de consommation, l’obésité devenait déjà un problème de santé publique, particulièrement aux Etats-Unis.

En 1975, une expérience met en évidence l’efficacité des suggestions directes, de la visualisation et de l’auto-hypnose5. Quatre ans plus tard, une revue de différents articles sur le traitement de l’obésité par l’hypnose appelle à plus de recherches dans ce sens6.

Pendant les décennies suivantes, les études se sont multipliées et précisées, dans l’objectif de prouver l’efficacité de l’hypnothérapie, mais surtout d’identifier les techniques les plus pertinentes7.

Un des intérêts principaux de l’hypnose, par rapport aux autres thérapies, est de mettre en lumière les intentions et mécanismes inconscients à la base des comportements problématiques8. Cela permet de traiter le problème à sa cause, et de proposer des comportements alternatifs viables.

Une efficacité reconnue

L'hypnose agit sur le fond du problème, la perte de poids peut alors se maintenir dans le temps. C’est ce que montre une étude menée sur 109 patients, qui compare les effets de la thérapie cognitivo-comportementale avec et sans hypnose, deux ans après la fin du traitement.

Le groupe ayant reçu l’hypnose a perdu significativement plus de poids au bout des deux ans, que celui soumis à la thérapie comportementale seule, malgré des résultats similaires à court terme 9.

Aujourd’hui, de plus en plus, l’hypnose est pratiquée en milieu hospitalier pour l’accompagnement des patients obèses. Son application est double : un travail de fond et de long terme pour encourager le changement, et un travail plus technique à court terme pour gérer les pulsions alimentaires10 11.

Stratégies thérapeutiques

Stratégies inconscientes et intentions cachées

Pour orienter le travail thérapeutique, une étape indispensable est de caractériser le trouble alimentaire du patient, et de mettre en lumière ses intentions et modes de fonctionnement inconscients (8). La suralimentation est-elle compulsive (crises de boulimie) ou permanente lors des repas ? La personne se lève-t-elle la nuit pour s’alimenter ?

Il s’agit également de comprendre l’intention positive qui motive ce comportement. Parmi les plus courantes : la recherche de réconfort, la gestion du stress et des émotions négatives, le besoin de se “protéger” des autres et du monde extérieur avec des kilos superflus. Une fois l’intention connue, le thérapeute pourra vous aider à trouver des comportements alternatifs adaptés.

Cette étape nécessite de remonter aux causes profondes du surpoids, souvent enracinées dans l’enfance. Une longue phase de questionnement est nécessaire, et l’établissement d’un rapport de confiance entre le patient et son thérapeute est primordial. 

Notons que les problèmes de poids font souvent émerger d’autres problématiques (par exemple des traumatismes), qui pourront être traitées en parallèle, pour un meilleur résultat.

Renforcement de la motivation

Un autre aspect important du travail en hypnose est l’identification et le renforcement des motivations relatives à la perte de poids. Il s’agit d’abord de fixer un objectif pertinent et réaliste.

Le praticien se base avant tout sur la connaissance du patient pour élaborer des images et des suggestions motivantes, en fonction de ses ressources intérieures et de ses représentations. L’idée est de visualiser l’image corporelle désirée, et les bénéfices souhaités de cet amincissement, pour créer une dynamique de réussite.

Croyances et habitudes

L’état de détente et de réceptivité dans lequel vous vous trouvez sous hypnose favorise la perte de poids : en effet, elle est propice à la mise en place de nouvelles croyances, et de nouveaux comportements.

Il s’agit d’abord de rompre avec les croyances erronées sur la nourriture et le corps, souvent héritées de l’éducation ou d’un long passé de troubles alimentaires. Ces pensées contre-productives seront progressivement remplacées par d’autres, plus aidantes. Par exemple, on remplace la croyance que l’on doit finir son assiette, par celle que l’on doit simplement manger à sa faim.

En modifiant votre système de croyances sur l’alimentation, vous pourrez plus facilement adopter et maintenir dans le temps de bonnes habitudes alimentaires. L’objectif est de mettre à jour les représentations, de sorte que ces habitudes soient naturelles et non forcées. C’est tout l’inverse des régimes, qui génèrent un conflit intérieur et de la frustration.

Perceptions et sensations corporelles

Une autre part importante du travail consiste à se réhabituer aux sensations physiologiques de faim et de satiété.

En effet, la nourriture industrielle, la publicité, les régimes ou encore la mauvaise gestion des émotions, font que beaucoup de personnes confondent la faim, qui est physiologique, et l’envie de manger, qui est psychologique.

Cette confusion est inconsciente : nous pensons réellement avoir faim, lorsque nous mangeons sous le coup d’une émotion négative. Cela conduit à s’alimenter au-delà des besoins du corps, et donc à prendre du poids.

En se plaçant à ces niveaux inconscients, l’hypnose est un outil de choix pour la perte de poids :apprendre à distinguer la faim de l’envie de manger, et renouer avec les signaux du corps. A la fin de la thérapie, l’objectif est de manger uniquement lorsque vous avez faim, et de gérer les émotions autrement que par la nourriture.

Anneau gastrique virtuel

Enfin, une méthode en vogue dernièrement est celle de l’anneau gastrique virtuel, mise au point par l’hypnothérapeute londonienne Sheila Granger en 2011. En plusieurs séances, le thérapeute réalise une opération imaginaire sur son patient sous hypnose. Celui-ci doit intégrer à un niveau inconscient que son estomac a été rétréci par la pose de l’anneau.

Les résultats attendus sont les mêmes qu’avec un anneau gastrique réel : portions réduites et amaigrissement rapide. Toutefois, une étude a montré qu’il n’existe pas de différence significative, en termes d'amaigrissement, entre l’hypnothérapie classique et l’anneau gastrique virtuel12.

Durée de la thérapie

L’accompagnement en hypnose pour la perte de poids peut être long. En effet, le travail thérapeutique intervient à plusieurs niveaux, de la gestion des émotions et des comportements liés à la nourriture, à la guérison de traumatismes anciens. Cependant, quelques séances suffisent pour constater des changements au niveau du comportement alimentaire et du poids.

Précautions et dangers

La prise en charge des troubles du comportement alimentaire et du surpoids est généralement pluridisciplinaire : un suivi médical et nutritionnel complète l’approche par l’hypnose et la psychothérapie.

L’hypnose est contre-indiquée aux personnes souffrant de maladies mentales dissociatives (schizophrénie, paranoïa, psychose, trouble bipolaire)  car elle peut déclencher des bouffées délirantes.

Questions fréquentes

L'hypnose est-elle efficace pour perdre du poids ?

L'hypnose permet d'accéder à l'inconscient. Elle est très efficace pour modifier nos croyances sur la nourriture, et nos comportements alimentaires. Elle permet donc une perte de poids durable.

Comment l'hypnose peut-elle aider à maigrir ?

L'hypnose permet de :
- Connaître les mécanismes inconscients de l'alimentation
- Renforcer la motivation de perte de poids
- Modifier les croyances et les habitudes
- Se réconcilier avec la faim et la satiété

L'anneau gastrique virtuel est-il efficace ?

Cette méthode, qui consiste à opérer virtuellement un patient sous hypnose, n'est pas plus efficace que des séances classiques.


Bensoussan Alexandra

Rédactrice santé. Formation en hypnose et PNL en cours de validation.