Il vous reste 5 articles à consulter ce mois-ci.
Pour consulter un nombre illimité d’articles et plus encore :
 Abonnez-vous dès 4 €/mois !

Plante antiparasitaire

-

On appelle parasites les vers intestinaux mais également certains champignons qui colonisent les intestins (candidose) ou des hématozoaires (amibe). Cela concerne également les parasites cutanés (gale, teigne, aoûtat, tique…), et ceux du sang et des globules rouges (Plasmodium de la malaria ou paludisme). Certaines plantes ont des propriétés vermifuges pour éliminer les parasites présents par exemple dans nos intestins et issus de l’alimentation (viande insuffisamment cuite, légumes insuffisamment lavés). D’autres auront cet effet sur la peau ou dans le sang. Plante pour lutter contre les parasites : quel antiparasitaire naturel privilégier ?

Phytothérapie, les plantes : tisanes, teintures-mères, gélules, poudres

Absinthe (Artemisia absinthium)                                         

Tique sur une feuille : quelle plante antiparasitaire choisir ?

Famille : Astéracées 
Parties utilisées : feuilles, sommités fleuries.
Principes actifs : huile essentielle (thujone, thujol, acétate de sabinyle), lactones sesquiterpéniques, flavonoïdes, lignanes.
Propriétés : amère, apéritive, vermifuge, insecticide, emménagogue1 2.     

Préparation : 1 cuillère à dessert pour un bol (1/4 de litre), infuser 10 minutes, et boire 2 à 3 bols par jour mais son goût est très amer. Contrairement à ce que nous recommandons habituellement, le miel adoucira son goût.

Contre-indications : ulcères. Pas d’usage prolongé compte tenu d’une légère toxicité.

Ail (Allium sativum)                                                                   

Famille : Alliacées

Parties utilisées : bulbe.

Principes actifs : huile essentielle (sulfure d’allyle, allicine), vitamines A, B, C, E, sélénium, glucides, composés soufrés.

Propriétés : hypotenseur, antiagrégant, circulatoire, antiseptique, vermifuge, antispasmodique, hypocholestérolémiant, plante antiparasitaire.

Mode de préparation :

  • Émincé dans l’huile d’olive.
  • 2 gélules 3 fois par jour.
  • En décoction : 3 gousses pour 1 litre d’eau avec 2 à 3 cuillères à soupe de thym, faire bouillir quelques minutes et laisser infuser 15 minutes. 2 à 3 bols par jour.

Ail des ours (Allium ursinum)                                                

Famille : Alliacées

Parties utilisées : plante. C’est un ail sauvage.

Principes actifs : huile essentielle (sulfure d’allyle, allicine), vitamines A, B, C, E, sélénium, glucides, composés soufrés.

Propriétés : hypotenseur, antiagrégant, circulatoire, artériosclérose, antiseptique, vermifuge, antispasmodique, hypocholestérolémiant, asthme, bronchite, emphysème, détoxiquant des métaux lourds.

Mode de préparation :

  • 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes. 3 bols par jour en dehors des repas.
  • Teinture Mère : 50 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau.

Armoise (Artemisia vulgaris)                                 

Famille : Astéracées

Parties utilisées : feuilles, sommités.

Principes actifs : huile essentielle (caryophyllène, thujone), alcool triterpénique, lactones sesquiterpéniques.

Propriétés : emménagogue, vermifuge, antispasmodique, sédative, digestive, antiparasitaire naturel.

Mode de préparation : infusion 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes, 2 à 3 bols par jour en dehors des repas.

Contre-indications : grossesse, hyperœstrogénie, cancers hormonodépendants. Huile essentielle neurotoxique et abortive.

Aunée (Inula helenium)                                                            

Famille : Astéracées

Parties utilisées : racine.

Principes actifs : inuline, huile essentielle (lactones sesquiterpéniques : alantolactone), saponines triterpéniques, phytostérols, polyacétylènes.

Propriétés : antiseptique des voies urinaires et respiratoires, expectorante (bronchite, asthme, trachéite, grippe), béchique, sudorifique, tonique amère et digestive, vermifuge.
Usage externe : dermatoses.

Mode de préparation :

  • Infusion 60 g/l pendant 15 minutes ou décoction (amère), 30 g/l pendant 1 minute puis infuser 10 minutes, boire 1/2 tasse 2 à 3 fois par jour.
  • Usage externe : décoction de 50 g pour 1/2 l d’eau, en lavage ou en compresses.

Ballote fétide ou Marrube noire (Ballota foetida ou nigra)     

Famille : Lamiacées

Parties utilisées : sommités.

Principes actifs : diterpénoïdes (marubiine), flavonoïdes, tanins, saponines, huile essentielle, lactones.

Propriétés : calmante, nausées, bourdonnements d’oreille, vertige de Menière, emménagogue, énurésie, vermifuge, plante antiparasitaire.
Usage externe : ulcère.

Mode de préparation :

  • Infusion : 1 cuillère à soupe pour 1 bol, ou 15 g/l à infuser 10 minutes. Boire 3 à 4 bols par jour.
  • Teinture Mère : 20 à 50 gouttes par jour dans un verre d’eau.
  • Usage externe : décoction de 30 g/l pendant 5 minutes, puis infuser 10 minutes (nettoyage des plaies).

Balsamite (Tanacetum balsamita)                                      

Famille : Asteracées

Parties utilisées : feuilles.

Propriétés : antispasmodique, tonique, vermifuge, emménagogue, carminative, digestive.

Mode de préparation :

  • 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes. 2 à 3 bols par jour.
  • Usage externe (brûlures) : feuilles macérées dans l’huile.

Citron (Citrus limonum)

Famille : Rutacées

Parties utilisées : épicarpe (zeste), jus, huile essentielle.

Principes actifs : huile essentielle (terpènes : limonène, etc. ; aldéhydes, furocoumarines), vitamine C, flavonoïdes, caroténoïdes.

Propriétés : reminéralisant, antirhumatismal, diurétique, astringent, vermifuge, plante antiparasitaire, fébrifuge, tonique hépatique, antinévralgique, antiseptique, bactéricide. Angine, rhume, grippe, stomatite, lithiase (avec l’huile essentielle), artériosclérose, fragilité capillaire.

Mode de préparation :

  • 1 jus de citron dans 1 verre d’eau.
  • La cure de jus de citron, qui consiste à prendre jusqu’à 12 jus de citrons par jour n’est réservée qu’aux tempéraments sanguins ! Néanmoins, la cure reminéralisante d’œuf/citron est en général bien tolérée : un œuf laissé à tremper une nuit dans un verre de jus de citron. Boire le jus au matin.

Citrouille ou courge (Cucurbita pepo)                                

Famille : Cucurbitacées

Parties utilisées : graines, fruit, huile.

Principes actifs : acide aminé cyclique (3-amino-3-carboxy-pyrrolidine), delta-7-stérols et divers phytostérols, squalène, minéraux (magnésium, sélénium), vitamine E, caroténoïde.

Propriétés : vermifuge (ténias, ascaris), antiparasitaire naturel, adénome prostatique, incontinence, inflammation des voies urinaires.

Mode de préparation :  

  • prostatisme : 1 à 2 cuillères à soupe de graines par jour, à bien mâcher ;
  • vers : mixer 30 g de graines avec du miel. Avaler en trois ou quatre fois, toutes les 1/2 heures. 1 heure après, prendre une tisane laxative avec 1 cuillère à soupe d’écorce de bourdaine, faire bouillir 3 minutes, ajouter une pincée de folioles de séné, laisser infuser 10 minutes. Suivre ce traitement à la pleine lune, et à la nouvelle lune, pendant 3 à 4 jours autour de ces dates si une fois ne suffit pas ;
  • problèmes urinaires : graines à mâcher, ou huile (2 gélules matin et soir).

Gentiane (Gentiana lutea)                                                      

Famille : Gentianacées

Parties utilisées : racine.

Principes actifs : sécoiridoïdes de type lactone, xanthones, alcaloïde (gentianine), acides phénols, oligosaccharides.

Propriétés : tonique apéritive, eupeptique : douleurs gastriques, digestion lente ; vermifuge, fébrifuge, antipyrétique, antidépressive, antipsychotique.

Mode de préparation :

  • La décoction est très amère : 30 g/l, faire bouillir 3 minutes, infuser une nuit. Boire 1 bol avant repas.
  • En Teinture Mère : 30 gouttes dans un verre d’eau avant chaque repas.

Contre-indications : ulcère gastroduodénal, antidépresseurs IMAO (Inhibiteurs de la Mono Amine Oxydase).

Grenadier (Punica granatum)                                                

Famille : Lythracées

Parties utilisées : écorce du fruit, fruit, écorce de la racine.

Principes actifs :

  • écorce : alcaloïdes (pelletiérine), tanins ellagiques ;
  • fruit : triterpènes (acide ursolique), acides phénols (acide chlorogénique), anthocyanines, tanins hydrolysables (punicalagines), vitamine C, potassium, vitamines B5, B6, acide folique (vitamine B9), fer, cuivre, isoflavones.

Propriétés :

  • écorce de racine ou de fruit : vermifuge puissant (tænia, ascaris, bothriocéphale), plante antiparasitaire reconnue ;
  • Fruit : antioxydant majeur, hypocholestérolémiant, hypotenseur, neuroprotecteur, phyto-œstrogène, prévention du risque cardiovasculaire, de l’athérosclérose, du cancer de la prostate, de l’ostéo-arthrite.

Mode de préparation :

  • macérer pendant 24 heures, 60 g d’écorce de racine dans 3/4 de litre d’eau. Au matin, faire bouillir à feu doux jusqu’à réduction à 1/4 de litre. Boire en 3 fois le matin, à 15 minutes d’intervalle. 1h30 plus tard, prendre une tisane laxative avec 1 cuillère à soupe d’écorce de bourdaine, faire bouillir 3 minutes, ajouter une pincée de folioles de séné, laisser infuser 10 minutes. Suivre ce traitement à la pleine lune, et à la nouvelle lune, pendant 3-4 jours autour de ces dates si une fois ne suffit pas ;
  • écorce de fruit : faire bouillir 30 g/l pendant 15 minutes, boire en 2 jours (ascaris). Usage externe : lavements ;
  • fruit : 1 à 2 verres de jus par jour, ou 1 gélule d’extrait sec par jour.

Contre-indications :

  • écorce toxique : interdite aux enfants de moins de 5 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes. Préférer les graines de courge ;
  • fruit : à éviter en cas de cancers hormonodépendants ou d’hyperœstrogénie.

Laurier (Laurus nobilis)                                                                             

Famille : Lauracées

Parties utilisées : feuilles.

Principes actifs : lactones sesquiterpéniques (costunolide), alcaloïdes, huile essentielle (1.8 cinéole, linalol, eugénol).

Propriétés : tonique stomacal, apéritif, antiparasitaire naturel, mucolytique, analgésique, antirhumatismal. On accroche parfois les feuilles de laurier pour éloigner les mites.

Mode de préparation :

  • 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes. 3 bols par jour avant les repas.
  • Huile essentielle en application locale (aphtes et stomatite ; voir page XX).
  • Rhumatismes : baume au laurier.

Lierre grimpant (Hedera helix)                                                              

Famille : Araliacées

Parties utilisées : feuilles.

Principes actifs : saponosides triterpéniques (hédérasaponine-C), dérivés polyacétyléniques, flavonoïdes, huile essentielle, stérols, acides phénols, mucilages.

Propriétés : antibactérien, antifongique, plante antiparasitaire, vasoconstricteur (varices, hémorroïdes) et antispasmodique (toux quinteuse, coqueluche, trachéite…), emménagogue, amincissant (cellulite : usage externe surtout sous forme de gel cosmétique). Dermatoses prurigineuses (usage externe).

Mode de préparation :

  • 1 cuillère à soupe pour 1 bol, faire bouillir 3 minutes, infuser 10 minutes. Pas plus de 8 g par jour.
  • Gel en application locale (dermites, cellulite).
  • Usage externe :
    • Décoction de 200 g/l, faire bouillir 10 minutes, infuser 10 minutes (bains, cataplasmes chauds, pommades, gels).
    • Cataplasmes de son de blé associé au lierre contre les douleurs abdominales (foie, bas-ventre, rein, poitrine) : 5 poignées de son et 2 poignées de lierre grimpant. Faire bouillir 10 minutes dans un peu d’eau jusqu’à disparition de l’eau. Appliquer en cataplasmes épais par-dessus une gaze (R. Dextreit).

Contre-indications : les baies sont toxiques. Pas d’usage prolongé des feuilles en interne. Dermites de contact possibles. Hémolytique à fortes doses (détruit les globules rouges).

Mousse de Corse (Alsidium helminthocorton)                

Famille : Rhodomélacées

Parties utilisées : thalle.

Principes actifs : polysaccharides, mucilages, alginates, acide kaïnique, sels, calcium, sodium, fer, iode.

Propriétés : vermifuge, goutte.

Mode de préparation :

  • Usage interne : 20 g pour 1 litre d’eau bouillante, verser l’eau bouillante puis laisser macérer 3 heures. Boire 1 bol avec un peu de miel environ 1/2 heure avant le petit déjeuner, 3 matins de suite, de préférence autour de la pleine lune ou de la nouvelle lune.
  • Usage externe : lavements avec une forte infusion contre les oxyures ; contre la goutte : mousse de corse associé au son de blé en cataplasmes.

Contre-indications : dysfonctionnement thyroïdien. Plante peu utilisée aujourd’hui, ayant une certaine neurotoxicité (acide kaïnique). Ne pas dépasser les doses ci-dessus.

Santoline (Santolina chamoecyparissus)                         

Famille : Synanthérées

Parties utilisées : feuilles.

Principes actifs : huile essentielle (cétones).

Propriétés : vermifuge (ascaris, oxyures…), plante antiparasitaire.

Mode de préparation : 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes, 1 bol par jour le matin à jeun, une semaine autour de la pleine lune.

Contre-indications : grossesse, allaitement. Plante peu utilisée aujourd’hui, ayant une certaine toxicité (pas d’usage prolongé).

Tanaisie (Tanacetum vulgare)                                               

Famille : Astéracées

Parties utilisées : sommités fleuries.

Principes actifs : huile essentielle (cétones : thujone, camphre), lactones sesquiterpéniques, flavonoïdes.

Propriétés : vermifuge (antihelminthique), antispasmodique, digestive, antiseptique, anti-inflammatoire.

Mode de préparation :

  • Autour de la nouvelle lune, et de la pleine lune, prendre 4 jours avant et 4 jours après 1 tasse matin et soir : 1 cuillère à café pour 1 tasse, laisser infuser 10 minutes.
  • Usage externe : appliquer un cataplasme de feuilles fraîches pilées sur le ventre des enfants (vermifuge), ou faire bouillir 40 g/l d’eau salée pendant 5 minutes puis infuser 10 minutes (lavements, compresses chaudes sur coups, contusions, ou sur le ventre contre les vers).
  • Dans un lit, une armoire, des sommités fleuries séchées de tanaisie chassent les insectes (mites, punaises, puces).

Contre-indications : grossesse, allaitement. Pas d’usage prolongé en respectant le protocole ci-dessus. L’huile essentielle est toxique, mais la variété marocaine (Tanacetum annuum) ou camomille bleue, ne contient que peu de cétones, et ne présente pas cette toxicité.

Thym (Thymus vulgaris)                                                           

Famille : Lamiacées

Parties utilisées : feuilles, sommités fleuries.

Principes actifs : huile essentielle (phénols : thymol, carvacrol ; monoterpénols ; plusieurs chémotypes), flavonoïdes, acides phénols.

Propriétés : anti-infectieux, fébrifuge, antigrippal, expectorant, vermifuge, digestif (ballonnements, flatulences), tonique.

Mode de préparation : 1 cuillère à soupe pour 1 bol, infuser 10 minutes. 3 bols par jour en dehors des repas.

Aromathérapie : les huiles essentielles et les essences

Outre une plante antiparasitaire adaptée, nombre d’huiles essentielles peuvent avoir des propriétés similaires3. Certaines peuvent être employées avec prudence en interne, à raison d’une à 2 gouttes 3 fois par jour sur un support (une cuillère à café d’huile ou de miel), pendant 7 jours. Certaines peuvent être appliquées sur la région abdominale. Et il est préférable de les diluer à 10 ou 20 % maximum dans une huile végétale pour éliminer toute sensibilité cutanée. On évitera les plus puissantes qui seront trop irritantes pour des muqueuses (sarriette, origan, thym…). Elles sont à éviter notamment chez les enfants.

  • Ail (Alium sativum) : vers intestinaux : ascaris, oxyures, tænia (Usage interne)
  • Ajowan (Trachyspermum ammi) : usage interne ou externe en dilution à 5-10 %, sur infection intestinale ou cutanée
  • Arbre à thé (Melaleuca alternifolia) : parasites intestinaux et cutanés, mycoses, usage interne/externe
  • Baie rose (Schinus terebinthifolia/molle) : usage externe en dilution, vers cutanés
  • Basilic tropical (Ocimum basilicum) : usage interne contre les vers intestinaux / application sur l’abdomen pure ou diluée
  • Baume du Pérou (Myroxylon balsamum var. pereirae) : parasites cutanés, usage externe, en dilution à 20 %
  • Bay de St Thomas (Pimenta dioïca / racemosa) : usage interne/externe en dilution, parasites cutanés
  • Bergamote (Citrus bergamia) : usage externe, parasites cutanés.
  • Contre-indications : exposition au soleil, car photosensibilisant
  • Bois de Hô (Cinnamomum camphora ct linalol) : candidose et vers intestinaux
  • Bouleau blanc (Betula alba) - Bouleau jaune (Betula alleghaniensis) – bouleau rouge (Betula lenta) : usage externe, dilué à 20 %. Vers et mycoses
  • Bois de cade (Juniperus oxycedrus) : usage externe, parasites intestinaux ou cutanés
  • Cajeput (Melaleuca cajuputii) : infestions intestinales, amibiase. Usages interne et externe
  • Camomille bleue du Maroc (Tanacetum annuum) : parasites cutanés + démangeaisons                
  • Camomille noble (Anthemis nobilis) : vers intestinaux  (oxyures, ascaris…), démangeaisons des parasites cutanés – usages interne/externe
  • Cannelle écorce (Cinnamomum verum) – cannelle de Chine (Cinnamomum cassia) : amibiase, mycoses, vers intestinaux. En interne, 1 goutte diluée dans une cuillère d’huile ou de miel, 3 fois par jour
  • Cardamome (Elettaria cardamomum) : usage interne – vermifuge
  • Copahu (Copaifera officinalis) : usage externe – parasites cutanés (gale), mycoses
  • Coriandre (Coriandrum sativum) : de préférence en externe, diluée à 20 % - vermifuge
  • Criste marine (Crithmum maritimum) : usage interne ou externe – parasites intestinaux
  • Curcuma (Curcuma longa) : usage interne ou externe – vers intestinaux
  • Epinette noire (Picea mariana) : en interne -  vers intestinaux
  • Eucalyptus polybracté à cryptone (Eucalyptus polybractea cryptonifera) : usage interne – amibiase et paludisme
  • Genévrier de Virginie (Juniperus virginiana) : parasites cutanés (aoûtats, teignes, puces ; tiques…) application locale
  • Giroflier (Eugenia caryophyllata ou Syzygium aromaticum) : usage interne, parasites intestinaux – paludisme, amibiase, dysenterie. 1 à 2 gouttes diluées dans une cuillère d’huile ou de miel 3 fois par jour – Usage externe, en dilution à 20 %, sur parasites cutanés : gale, aoûtats ; tiques…
  • Hysope couchée (Hyssopus officinalis var decumbens) : usage interne, 7 jours maximum. Vers intestinaux, candidose
  • Iary (Psiadia altisima) : parasites cutanés : poux, puces, teigne, aoûtats, gale. Application locale
  • Kunzea (Kunzea ambigua) : application locale sur parasitose (teigne, gale), piqûres d’insecte
  • Linaloe (Bursera delpechiana) : usage interne, parasites intestinaux
  • Livèche (Levisticum officinalis) : usage interne ou externe, vermifuge et antiparasitaire naturel
  • Maniguette fine (Aframomum angustifolium) : usage externe, vers intestinaux
  • Manuka (Leptospermum scoparium) : parasites cutanés (gale, teigne…), piqûres d’insecte (aoûtats, moustiques)
  • Mélisse (Melissa officinalis) : usage interne sur parasites intestinaux, candidose
  • Menthe bergamote (Mentha citrata)/ Menthe des champs (Mentha arvensis var. piperascens) / Menthe sylvestre (Mentha longifolia) : parasites intestinaux, vers, voire parasites tropicaux (paludisme, fièvre jaune), en usage interne
  • Monarde (Monarda fistulosa) : vers intestinaux, en usage interne
  • Muscade (Myristica fragrans) : antiparasitaire intestinal. Préférer l’usage externe
  • Myrrhe (Commiphora molmol/myrrha) : usage interne/externe. Vermifuge
  • Néroli (Citrus aurantium ssp amara fleurs) : usage interne. Vermifuge
  • Niaouli (Melaleuca quinquenervia) : parasiticide sur vers intestinaux voire paludisme
  • Origan compact (Origanum compactum) / Origan kalitéri (Origanum vulgaris var kalitéri) : antiparasitaire naturel (amibiase) et antifongique (tourista), paludisme, usage interne de préférence en gélules pour le voyage : 2 à 4 gélules par jour pendant 7 jours.
  • Ormenis (Ormenis mixta) : usage interne contre parasites intestinaux (oxyures, ascaris), voire amibiase
  • Palo santo (Bursera graveolens) : usage externe sur moustiques ou parasites cutanés (teignes, aoûtats, tiques).
  • Patchouli (Pogostemon cablin) : usages interne (vermifuge) et externe (parasites cutanés : gale, teigne…)
  • Rosalina (Melaleuca ericifolia) : en local sur parasitoses cutanées (gale, teigne, piqûres, aoûtats)
  • Saro (Cinnamosma fragrans) : vers intestinaux (tourista)
  • Sarriette (Satureja montana) : usage interne avec prudence, diluez 1 goutte dans un cuillère de miel ou d’huile, 3 fois par jour pendant 7 jours. Champignons, parasites (amibiase, paludisme), vers intestinaux. Ou Usage externe en dilution à 10 % dans l’huile végétale
  • Serpolet (Thymus serpyllum) : usage interne avec prudence, diluez 1 goutte dans un cuillère de miel ou d’huile, 3 fois par jour pendant 7 jours. Champignons, vers intestinaux. Ou Usage externe en dilution à 10 % dans l’huile végétale
  • Thym à cinéole (Thymus hyemalis ct 1.8 cinéole) : parasites cutanés (gale, teigne, aoûtats…), en usage externe en dilution à 20 % dans l’huile végétale
  • Thym à linalol (Thymus vulgaris ct linalol) : usage interne, vermifuge
  • Thym à bornéol (Thymus satureioides) : vermifuge (ascaris, oxyures…) en interne, parasitoses cutanées en externe
  • Thym à thymol / à carvacrol (Thymus vulgaris ct thymol/carvacrol) Thym rouge (Thymus zygis ct thymol) : parasitose intestinale. usage interne avec prudence, diluez 1 goutte dans un cuillère de miel ou d’huile, 3 fois par jour pendant 7 jours.
  • Verveine citronnée (Lippia citriodora) : parasites intestinaux, dysenteries d’origine amibienne (amibiase), usage interne ou externe (diluée à 20 %)
  • Ylang-ylang (Canaga odorata) : parasites cutanés (gale, teigne…).

Bourgeons et gemmothérapie

Il n’y a pas spécifiquement de bourgeons qui peuvent être qualifiés "d'antiparasitaire naturel', mais on peut citer les 2 suivants qui régulent la flore intestinale4 5. Leur posologie est généralement la même : 5 gouttes 3 fois par jour dans un verre d’eau pour un adulte, pour une cure de 3 semaines. A partir de 5 ans, 2 à 3 gouttes une seule fois par jour dans un verre d’eau pour un enfant.

  • Myrtillier (Vaccinium myrtillus)
  • Noyer (Juglans regia)

Autres compléments alimentaires : gélules, poudres

En plus d'une plante antiparasitaire adaptée6 7, d'autres compléments alimentaires peuvent être également employés.

Olivier (Olea europaea), extrait de feuilles                      

Famille : Oléacées

Parties utilisées : extrait de feuilles.

Principes actifs : séco-iridoïdes (oleuropéoside), triterpènes, flavonoïdes.

Propriétés : anti-infectieux : antifongique (candidose), antibactérien.

Mode de préparation : 1 gélule 2 à 3 fois par jour.

Papaye (Carica papaya)                                                           

Famille : Caricacées

Parties utilisées : fruit, latex du fruit.

Principes actifs : enzymes (papaïne, chymopapaïnes, papayaprotéinase).

Propriétés : détoxiquante, cure minceur, lyse des plaques d’athérome et des kystes. Parasites intestinaux. Digestion des protéines, troubles digestifs, problèmes vasculaires.

Mode de préparation : poudre (1 cuillère à café dans un ½ verre d’eau après repas), ou 2 gélules 3 fois par jour ; fruit.

Et en usage externe :

  • Beurre de karapa ou andiroba (Carapa guianensis) : arbre d’Amazonie : désinfectant, antiparasite naturel, antipiqûres, cicatrisant, santé des cheveux et du cuir chevelu, douleurs articulaires et rhumatismales.

Questions fréquentes

Qu'est-ce qu'une plante antiparasitaire ?

C'est une plante utilisée pour lutter contre les parasites cutanés, intestinaux, du sang ou des globules rouges.

Quelle plante choisir ?

- Santoline
- Grenadier
- Citrouille ou courge, citron, ail...

Quelles sont les autres recommandations ?

Certains bourgeons ou huiles essentielles sont également efficaces.


  • 1Le manuel Merck des symptômes, Merck Research Laboratories, NJ 2008, éditions d’après
  • 2Guide de thérapeutique PERLEMUTER, éditions Elsevier Masson
  • 3Petit Larousse des Huiles Essentielles, Thierry Folliard, éditions Larousse, Paris 2014 réédité 2020 – Bible Larousse des Huiles Essentielles, Thierry Folliard, éditions Larousse, Paris 2016
  • 4Gemmothérapie, les bourgeons au service la santé, Stéphane Boistard, éditions de Terran 2016
  • 5Dictionnaire complet de gemmothérapie, Thierry Folliard, éditions du Dauphin, à paraître Paris 2021
  • 6ABC de l’herboristerie familiale, Thierry Folliard, éditions Grancher, Paris 2009
  • 7Traité Pratique de Phytothérapie, Dr Jean-Michel Morel, éditions Grancher Paris 2008
Thierry Folliard

Naturopathe depuis 2009. Auteur de plusieurs livres dont la bible Larousse des huiles essentielles (2016) et l’ABC de l’herboristerie familiale (2009). Consulte à Paris 13ème.