Excès d’urée dans le sang: quel régime alimentaire adopter?

-

Le taux d’urée varie à la fois en fonction de l’âge d’une personne, de son hydratation, de l’état de sa fonction rénale mais aussi de son alimentation. En effet, l’apport en protéines joue un rôle dans l’excès d’urée puisque de leur dégradation résulte l’urée. Ainsi, un apport trop important en protéines, associé à un manque d’hydratation, par exemple, peut entraîner un taux d’urée trop important dans le sang. Quel régime alimentaire adopter lorsqu'on est en excès d'urée? Découvrez comment avoir une alimentation saine.

Impacts de l’alimentation sur l’excès d’urée

Rôti de porc et régime alimentaire : aliment très riche en protéines, à limiter en cas d’excès d'urée.

L’urée, à ne pas confondre avec l’acide urique, est le résultat de la destruction des protéines. Celles-ci sont éliminées dans les urines et dans les selles. Ainsi, on parle d’excès d’urée lorsque l’urée sanguine (dosage fait par prise de sang) est trop importante. Cela signifie qu’il peut y avoir une insuffisance rénale ou une insuffisance hépatique.

En effet, dans ces deux cas la destruction des protéines est ralentie fortement et peut entraîner des effets tels que maux de tête, difficultés de concentration, douleurs, allant jusqu’à un coma urémique.

Dès lors, l’alimentation peut alors jouer un rôle lors d’excès d’urée, notamment en limitant l’apport en protéines1. En effet, le régime alimentaire peut influencer sur le taux d'urée dans le sang.

Grands principes

Quel régime alimentaire adopter afin de réguler le taux d'urée dans le sang?
Voici les grands principes :

  • S’hydrater régulièrement avec plus d’1,5 L d’eau par jour. L'hydratation est nécessaire au bon fonctionnement des reins.
  • Limiter l’alcool.
  • Diminuer l’apport en sel, qui altère les fonctions du foie et augmente encore l’excrétion de protéines. 
  • Privilégier une alimentation équilibrée avec 3 repas par jour.
  • Limiter l’apport en protéines, notamment animales.
  • Eviter les régimes hyper-protéinés qui sur-sollicitent les reins et augmentent l’excès d’urée.

Recommandations nutritionnelles en protéines

Pour information, les recommandations nutritionnelles recommandée sont de 50 g de protéines pour les femmes et de 60 g pour les hommes (soit 0,83 g de protéines par kg et par jour)2

Cependant, dans notre alimentation quotidienne ces recommandations sont souvent largement dépassées. Dans le cadre d’un régime alimentaire lié à un taux d’urée en excès, il est donc important de limiter les protéines, en ne dépassant pas les recommandations.

Les protéines sont toutefois nécessaires à la construction musculaire et à de nombreux processus physiologiques.       

En pratique

Facilité du régime

Ce type d’alimentation avec une réduction de l’apport en protéines peut être difficile au démarrage pour les personnes ayant l’habitude de manger de la viande à chaque repas par exemple. Une nouvelle hygiène de vie devra donc être adoptée pour privilégier les légumes, les féculents et les protéines végétales.

Durée

Ce régime peut être mis en place à vie sans contre-indication. En fonction des résultats de prise de sang, si l’urée a diminué et avec l’accord du médecin, un retour à votre alimentation antérieure peut être envisagé.

Avec quel type de régime prendre le relais?

L’alimentation de type crétoise, ou méditerranéenne, peut tout à fait prendre le relais une fois le taux d’urée stabilisé. Dans tous les cas, une alimentation équilibrée, évitant les produits transformés, sera à privilégier.

Les aliments en détails

Aliments autorisés

Légumes : artichauts, asperges, aubergines, avocats, betteraves, blettes,brocoli, carottes, céleri branche ou rave, choux (chou-fleur, choux de Bruxelles, Romanesco, brocolis, choux vert, blanc, rouge), citrouille, concombres, courgettes, endives, épinards, fenouil, haricots verts, plats d’Espagne, beurre, navets, oignons, oseille, poireaux, poivrons, radis, salsifis, tomates, petits pois, salades,....

Pomme de terre, patate douce.

Aromates : aneth, basilic, cerfeuil, ciboulette, coriandre, estragon, menthe, origan, persil, romarin, sauge, thym.

Champignons : cèpes, shiitakes, girolles, mousserons…

Fruits : abricots, ananas, banane, cassis, cerises, citrons, dattes, figues, fraise, framboises, grenades, groseilles, kaki, kiwi, mangue, melon, myrtilles, pamplemousse, pastèque, pêche pomme, raisins, tomate...

Fruits secs : dattes, abricots, pruneaux, figues, raisins, bananes, mangue, ananas, pommes, cranberries, myrtille, goji.

Oléagineux : amandes, noix (brésil, pécan, cajou…), noisettes, pistaches, arachides...

Céréales (surtout complètes): avoine, blé, millet, amarante, quinoa, riz, sarrasin, sorgho, teff, maïs (farine, semoule, flocons).

Graines : graines de lin, de sésame, de tournesol, de pavot, de courge, pignons de pin.

Laits végétaux : lait d’amande, d’avoine, de châtaignes, de coco, de chanvre, de graines de tournesol ou de sésame, lait d’épeautre, de kamut, de millet, de noisette, de noix, d’orge, lait de quinoa, de riz ou de soja.

Crèmes végétales : avoine, amande, riz, soja, noix de coco.

Algues : laitue de mer, kombu, haricot de mer, wakamé, dulse avec des crudités, nori sushis, spiruline.

Condiments : gomasio, vinaigre de cidre, levure de bière, épices, moutarde, cornichons, câpres.

Graines germées : de légumineuses, de céréales, alfalfa, radis, brocoli, poireaux, moutarde, courge, persil, cresson, roquette, chou chinois, navet.

Huiles oméga 3 : noix, chanvre, colza, lin, cameline, germe de blé.

Huiles oméga 6 : olive, tournesol, carthame, sésame.

Produits lactofermentés : choucroute, miso, tamari, kombucha, kéfir de fruits.

Œufs

A limiter

Tofu

Produits laitiers : lait, fromage, yaourt, fromage blanc

Légumineuses : haricots (flageolet, azukis, bancs de Vendée, rouges), lentilles (vertes, corail), pois, fèves, pois cassés, pois chiche, soja.

Poissons maigres* : cabillaud, colin, églefin, limande, merlan, sole, thon en boîte.

Mi-gras*: hareng, maquereau, truite.

Gras*: sardine, saumon.

Crustacés : huîtres, moules, coquilles St Jacques, calamars, crevettes, langoustine, langouste, homard.

Viande blanche : veau, porc, lapin, volaille (poulet, poule, dinde, canard, pintade, pigeon).

Viande rouge : bœuf, cheval, agneau

Charcuterie : viande fumée, séchée ou salée, jambon blanc, jambon cru, bacon, lardons, saucisses sèches, saucisson, viande des Grisons, ainsi que les hot-dogs et certaines saucisses.        

A éviter

Les boissons acidifiantes : sodas, eau gazeuse, bière, café, alcools forts, vin blanc.

Produits transformés et industriels (plats préparés, conserves, pain de mie, desserts, biscuits, pizzas, mayonnaise et ketchup…) trop riches en sodium.

Les conservateurs, rehausseurs de gout, parfums de synthèse.

Idées menus

Petit déjeuner

  • Pain aux céréales, margarine et fruits (ou jus de fruits)

Ou

  • Porridge et lait d’amande, fruits rouges

Ou

  • Salade de fruits, biscottes et beurre de cacahuètes

Repas du midi

  • Dahl de lentilles corail et patates douces (recette indien avec lait de coco).

Ou

  • Chili sin carne (haricots rouges, carottes, sauce tomate, cumin, oignon, maïs)

Ou

  • Blanc de poulet, poêlée de champignons et pommes de terre vapeur

Repas du soir

  • Soupe de légumes, tartines fromage, jambon et salade verte

ou

  • Spaghettis au pesto, courgettes et mozzarella

ou

  • Salade de quinoa, crevettes, tomates cerises et concombre

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'urée?

L'urée est le résultat de la destruction des protéines: elles sont éliminées dans les urines. On parle d’excès d’urée lorsque l’urée sanguine est trop importante. L'excès d'urée peut entraîner une insuffisance rénale ou une insuffisance hépatique.

Quel régime alimentaire adopter pour faire baisser le taux d'urée?

- Limiter la consommation de protéines animales
- Ne pas consommer d'alcool
- Privilégier une alimentation saine, diversifiée et équilibrée
- S'hydrater correctement : boire plus d'1,5 L d'eau par jour
- Réduire l'apport en sel
- Ne pas suivre de régime hyper-protéiné

Quels sont les aliments et produits interdits?

- Les produits industriels, transformés
- Les boissons sucrées et acidifiantes
- Les conservateurs


Julie Hetru
Julie Hetru, Auteur

Diététicienne et nutritionniste. Formatrice en communication auprès des diététiciens.