Asperge: ses bienfaits et vertus

-

L'asperge est une plante vivace bien connue, poussant dans les terrains sablonneux et en cultures. On la rencontre en Europe. Sa floraison s'étend de juin à juillet. Elle dispose également de nombreux bienfaits pour l'organisme.

Présentation

Asperge : plante également utilisée en phytothérapie.

Nom commun : Asperge
Nom latin : Asparagus officinalis
Famille botanique : Liliacées

Propriétés thérapeutiques

  • Diurétiques : élimination de l’urée, des chlorures, des phosphates, rétention d’eau
  • Sédatif cardiaque : palpitations, œdème des chevilles
  • Adjuvant contre l'obésité
  • Stimule l'appétit

Usages populaires

Diurétiques : hydropisie, faiblesse vésicale, goutte, rhumatisme aigu, calculs urinaires, coliques néphrétiques
Affections cardiaques : palpitations, sédatif
Foie : jaunisse, maladies de poitrine, obstructions de la rate et du foie
Aphrodisiaque

Utilisations

  • Décoction ou infusion : 50 à 60 g. par litre d'eau.
  • Sirop de pointes d'asperges : Extraire au mixeur le jus des asperges. Filtrer, peser, faire cuire au bain-marie. Ajouter 2 fois le volume en sucre jusqu'a l'obtention d'un sirop. Mettre en bouteilles et fermer hermétiquement. Vous pouvez prendre 2 cuillères a soupe matin et soir.
  • Infusion : 1 cuillère a dessert pour 1/4 de litre d'eau froide. Faire bouillir 2 à 3 minutes.

Alimentation

L'asperge est appréciée pour ses qualités gustatives. Elle est consommée depuis l'époque romaine. De nos jours, l'asperge se déguste essentiellement au printemps, cuite à la vapeur ou à l'eau.
Elle peut être servie en entrée, ou pour accompagner un plat.

Précautions et contre-indications

L'asperge contient de l'acide urique en abondance. Pour les personnes présentant des troubles rénaux, sa consommation peut aggraver certains symptômes.

Principes chimiques actifs

Les turions contiennent de la saponine, de l'asparagine (une substance diurétique), du rutoside et des tanins.

Les asperges comportent, dans toutes le parties, de l'asparagine, des matières résineuses de la coniférine, de l'inositol, un tanin gallique.

Dans les jeunes pousses, on trouve entre autres, de la tyrosine de la vanilline et de la coniférine.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.