Berbérine : quels dangers et contre-indications?

-

La berbérine est un composé d’origine végétale qui offre une large palette de bienfaits sur l’organisme. Toutefois il convient de prendre des précautions lorsque l’on souhaite en prendre. En effet, quels sont les dangers d'une supplémentation en berbérine ? Nos précisions et conseils pour un choix éclairé.

Un alcaloïde à tout faire

Fleurs de Berbéris : elles contiennent de la Berbérine.

C'est un composé que l'on tire de plusieurs arbustes de la famille des berbéridacées. Le plus connu est l’épine-vinette, un arbuste que l’on rencontre fréquemment dans nos contrées. La berbérine est un alcaloïde. Cette famille de molécules a pour point commun au moins un atome d’azote et surtout de formidables propriétés thérapeutiques. Elle est utilisée depuis des siècles dans les pharmacopées de l’ayurveda (médecine traditionnelle indienne) et de la médecine chinoise. 

La berbérine est notamment connue pour ses effets : 

  • antidiabétiques 
  • antimicrobiennes
  • anticholestérol 
  • neuroprotectrices
  • anticancer
  • anti-inflammatoires
  • … 

Une bombe thérapeutique, souvent citée comme une alternative naturelle à de nombreux traitements. Toutefois, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a émis des réserves importantes quant à la consommation de compléments alimentaires à base de berbérine.1

La berbérine est largement utilisée en complément alimentaire. Vous pouvez retrouver et comparer différents produits, en vous rendant sur l'article: Berbérine avis et tests.

Quels effets secondaires ?

Dosage

L’ANSES pointe en effet du doigt le dosage à partir duquel elle estime que la berbérine devient un médicament. En France elle est considérée comme un complément alimentaire, le dosage n’est pas réglementé. Toutefois l’ANSES estime qu’au-delà de 400 milligrammes de berbérine par jour, on doit parler de médicament.

Or, les études suggèrent qu’une moyenne de 900 à 1000 milligrammes de berbérine par jour portera ses fruits. Certains pays ont fixé des limites légales. La Belgique par exemple limite à 10 milligrammes par jour la consommation de cet alcaloïde.

Effets indésirables

L'excès de berbérine peut présenter un danger. En effet, des effets indésirables importants ont été constatés. Les principaux sont d’ordres gastro-intestinaux : l’organisme tente en effet activement d’expulser cet alcaloïde lorsqu’il passe dans l’estomac.

Par ailleurs, la berbérine montre une forte action anti-diabétique. Une surdose peut donc occasionner une hypoglycémie, c’est-à-dire une chute du taux de sucre dans le sang. Des chercheurs ont aussi documenté des effets secondaires comme une baisse importante de la tension artérielle, des difficultés à respirer, ou encore un état grippal.2

Interactions avec d’autres traitements

La berbérine modifie le comportement de nombreuses protéines, et de leurs récepteurs dans l’organisme3. C’est ainsi que certaines molécules censées avoir un effet thérapeutique se retrouvent incapables de trouver leurs cibles dans les cellules.

Elles se retrouvent alors en excès dans la circulation sanguine et atteignent plus facilement leur seuil de toxicité. C’est notamment le cas des médicaments anticoagulants, comme la warfarine. Les médicaments hypoglycémiants tels que le tolbutamide peuvent aussi être concernés. 

En outre, la berbérine présente une interaction nette avec les cytochromes p450. Ces protéines, que l’on retrouve en majorité dans le foie, ont de nombreux rôles métaboliques. Ils sont donc dans le viseur d’un grand nombre de traitements différents. La berbérine interfère donc avec ces traitements qui ciblent les cytochromes p450.4 
La berbérine peut présenter un danger lorsqu'elle est associée à ces traitements.

Recommandations

Il recommandé de ne consommer que de la berbérine purifiée, d’une part. D’autre part, au vu de ses effets thérapeutiques puissants, il est fortement déconseillé d’en prendre si vous êtes sous traitement :

  • antidiabétique ; 
  • anticoagulant ; 
  • antihypertenseur artériel ; 
  • sédatif (benzodiazépines, fentanyl…) ; 
  • immunosuppresseur (cyclosporines) ; 

Comme vu précédemment, tout traitement ciblant les cytochromes p450 doit également empêcher la prise de cet alcaloïde. En effet, cette association représente un danger: la berbérine peut supprimer ou accélérer les effets des médicaments avec lesquels elle interagit. Aucun des deux cas n’est souhaitable.

Il est donc recommandé de consulter un professionnel de santé avant toute prise de berbérine. Un naturopathe peut aussi vous aiguiller quant à vos besoins en compléments alimentaires.


Cécile Gonzalez Delacour

Rédactrice scientifique. Titulaire d'un master en biologie et d'une licence en sciences végétales.