Berbérine : bienfaits et utilisation

-

La berbérine est un alcaloïde aux propriétés puissantes et nombreuses pour l’organisme. Diabète, cholestérol, infections… Rien ne lui résiste. Pour vous, on dresse le bilan des bienfaits de ce formidable composé, études scientifiques à l’appui.

Présentation

Définition

Baies de Berbéris : elles contiennent de la berbérine, un composé végétal complexe.

La berbérine est un alcaloïde : c’est un composé végétal complexe, qui a pour particularité de présenter au moins un atome d’azote. Elle est utilisée depuis longtemps dans les différentes pharmacopées traditionnelles asiatiques, la médecine chinoise et l’ayurvéda notamment.

On a commencé à s’intéresser à la berbérine pour les thérapies alternatives occidentales lorsque sa remarquable similitude avec la metformine s’est dévoilée. Ce dernier est un médicament communément utilisé pour traiter le diabète de type 2. Il s'agit du diabète qui apparaît avec l’âge et une hygiène de vie déséquilibrée.

Les sources

On la retrouve dans plusieurs familles botaniques1 :

  • les berbéridacées (Berberis Vulgaris ou épine-vinette, Berberis Aristata…); 
  • les renonculacées (hydraste du Canada, Coptis Teeta…); 
  • les annonacées ; 
  • les ménispermacées ; 
  • les papavéracées ; 
  • les rutacées. 

Ces plantes bénéficient d’une large répartition dans le monde. Cela explique en partie l’utilisation très répandue de la berbérine dans les médecines traditionnelles. C’est par ailleurs à cet alcaloïde que l’on doit la couleur jaune-or de certains de ces végétaux.

Vertus

Activation de l’ampK

Avant de détailler les bienfaits un par un de la berbérine, il est important de mentionner son action sur l’ampK, ou adenosine monophosphate-activated protein kinase. Cette enzyme joue un rôle primordial dans de nombreux processus métaboliques. Elle coordonne notamment les processus énergétiques cellulaires, régule les apports d’énergie alimentaire et la réponse des tissus aux différents signaux biochimiques.

Concrètement, l’ampK module la production, le stockage et l’élimination des lipides, et des glucides. La régulation de l’activation d’ampK est par conséquent une cible majeure des traitements liés aux troubles ou maladies métaboliques, comme l’hypercholestérolémie, le diabète, l’obésité… 2

En plus de son action équilibrante sur l’ampK, la berbérine agit à plusieurs niveaux dans la cellule. Elle représente donc un modèle thérapeutique d’exception.3

Atout contre le diabète

Le potentiel de la berbérine contre le diabète de type 2 est avéré. Des chercheurs chinois se sont penchés sur son efficacité dans une étude réalisée sur un petit groupe de personnes diabétiques. Elle se révèle aussi efficace que la metformine pour réguler le taux de sucre sanguin chez ces personnes4. La metformine est l’un des traitements les plus courants pour équilibrer le diabète de type 2.

Par ailleurs, une étude menée sur 116 personnes diabétiques signale qu’un gramme de berbérine par jour a fait chuter leur glycémie à jeun de 20% et leur hémoglobine glyquée de 12%.5 Cette dernière est l’indicateur principal de suivi du diabète, représentant le nombre de globules rouges accompagnés de glucose dans le sang. 

Pour équilibrer la glycémie, ce composé agit de manière multiforme. 
Par ailleurs, il existe d'autres traitements naturels pour améliorer la gestion du diabète, vous pouvez obtenir davantage d'informations au sein de l'article : Le diabète de type 2 : causes et traitements naturels.

Optimisation de l'activité de l'insuline

Des chercheurs ont montré que cette molécule augmente la sensibilité des cellules à l’insuline. Cela permet à cette dernière de jouer son rôle hypoglycémiant lorsque le sucre est en excès dans le sang. Ce mécanisme a notamment été mis en évidence sur des rats. Il serait lié à l’activation des protéines kinases C, qui stimulent la sensibilité à l’insuline des cellules6.

En outre, la berbérine jouerait un rôle d’épargne d’insuline. Elle empêcherait les cellules bêta du pancréas de libérer trop d’insuline chez les personnes sujettes au prédiabète. Cette économie d’insuline permettrait donc de limiter la résistance à l’insuline qui s’observe par la suite chez les diabétiques. Ces observations ont été réalisées sur des rats, il est prudent d’attendre des études cliniques afin de conclure sur son rôle véritable sur l’économie d’insuline chez les prédiabétiques7.

Le rôle anti-inflammatoire de la berbérine est également mis en jeu dans le diabète. Certaines cytokines, molécules inflammatoires, augmentent la résistance des cellules à l’insuline. La berbérine bloque le mécanisme qui déclenche la libération des cytokines8

Circulation et absorption du glucose

Elle active les protéines kinases B, qui sont essentielles au transport du glucose et à son élimination de la circulation sanguine9. La berbérine améliore aussi l’utilisation du glucose par les muscles et le foie, même en l’absence d’insuline, ce qui libère le sang du sucre en excès10.

Par ailleurs, elle diminue la transformation des glucides complexes en glucides simples au cours de la digestion. Elle inhiberait l’activité de l’alpha-glucosidase, une enzyme qui “digère” le maltose en glucose. Cela diminue par conséquent le passage des glucides simples dans la circulation, et donc la glycémie.11

Stimulation de la glycolyse

Des chercheurs chinois ont également mis en évidence le rôle de la berbérine dans la glycolyse. Celle-ci permet à l’organisme de dégrader le glucose pour en faire de l’énergie, au cours de processus métaboliques complexes.12

Elle agirait directement au niveau des mitochondries, ces petits métabolites cellulaires qui jouent le rôle de moteurs à énergie. Il s’agit d’une voie indépendante de la stimulation de l’ampK, ce qui a aussi été constaté pour la metformine, dans des proportions similaires.13

Inhibition de la néoglucogénèse

La néoglucogenèse est un processus qui a lieu dans le foie, et qui a pour objectif de synthétiser des glucides. Si c’est un phénomène qui permet naturellement de réguler la glycémie lorsque l’organisme manque de sucre, lors d’un jeûne par exemple, il s’exprime en excès dans le cas du diabète. Des chercheurs ont montré que la berbérine enrayait la néoglucogenèse directement dans le foie des rats diabétiques14

Impact sur le microbiote intestinal

C’est une voie un peu inattendue que suggèrent les chercheurs. Le microbiote intestinal jouerait un rôle sur les processus inflammatoires qui aggravent le diabète.

Les chercheurs estiment donc qu’en modifiant la flore intestinale, la berbérine régulerait la voie inflammatoire du diabète. Effectivement, elle est plutôt mal absorbée dans le circuit gastrique, ce qui lui permet d’arriver jusqu’aux intestins et d’agir directement sur sa flore microbienne.15

Métabolisme des lipides

La berbérine agit aussi sur les taux de graisses dans l’organisme. Une méta-analyse effectuée sur 18 études a mis en avant : 

  • une baisse du taux de cholestérol total
  • une baisse du taux de “mauvais” cholestérol
  • une hausse du taux de “bon” cholestérol
  • une baisse du taux de triglycérides, des lipides complexes qui augmentent le risque cardiovasculaire lorsqu’ils sont présents en excès dans le sang. 

La berbérine doit son action complète sur le profil lipidique notamment grâce son action sur l’ampK.16 Des études suggèrent aussi qu’elle diminue le taux de mauvais cholestérol en annulant le travail d’une enzyme favorable au mauvais cholestérol.17

Protection cardio-vasculaire

Perte de poids

Son action globale contre le diabète et les mauvaises graisses fait déjà de la berbérine un exceptionnel protecteur cardiovasculaire. On constate aussi qu’elle exerce une pression favorable côté perte de poids. Une étude menée sur 37 hommes montre une perte de poids importante après sa consommation18, tandis qu’une autre met aussi en avant une perte de masse grasse19.

En outre, elle améliore le rapport leptine/adiponectine. Le déséquilibre entre ces deux hormones est un marqueur typique du syndrome métabolique. Celui-ci se caractérise par le cumul de facteurs de risque cardiovasculaire, et représente un enjeu de santé publique capital.

Au-delà de l’effet de la berbérine sur les hormones métaboliques, on constate aussi une action moléculaire. Elle empêcherait les cellules graisseuses (ou adipocytes) de se différencier.20 De la même manière, cette molécule active la thermogénèse dans les adipocytes.21 C’est ce que l’on appelle communément “brûler les graisses”. 
Pour maigrir et accélérer la perte de poids, la berbérine semble efficace.

Appareil cardiovasculaire

Les chercheurs se sont aussi penchés sur son efficacité dans le cas de la stéatose hépatique non alcoolique. Cette maladie, que l’on retrouve souvent sous le nom de NASH, est liée à une hygiène de vie déséquilibrée, trop riche en graisses et en sucres.

1500 milligrammes de berbérine chaque jour ont eu des effets spectaculaires sur les 60 patients traités dans une étude. Perte de poids et baisse du tour de taille, diminution du volume du foie, amélioration significative du profil lipidique…22

Chez des rats, elle a montré une capacité à limiter l’hypertension artérielle.23 

Cette activité préventive s’accompagne d’une efficacité thérapeutique importante dans le cadre de l’insuffisance cardiaque chronique. 79 patients d’une étude ont pris de la berbérine (jusqu’à 2 grammes par jour) en plus du traitement habituel. Au final, ces patients ont vu un amélioration plus importante côté symptômes, mais aussi une diminution de leur mortalité comparé au groupe témoin.24

Activité antimicrobienne

La berbérine est traditionnellement utilisée pour lutter contre les infections, qu’elles soient dues à des bactéries, des virus ou des champignons. 

Elle lutte efficacement contre le virus de la grippe25, ou Influenza, contre celui de l’herpès26 ainsi que le cytomégalovirus.27 

Du côté des champignons, ce sont les Candida qui sont dégradés par la berbérine.28 Ils sont responsables des candidoses, comme le muguet. 

Les chercheurs ont aussi mis en évidence l’action de la berbérine sur le parasite à l’origine de la giardiase, avec des effets comparables à ceux des traitements classiques.29 Elle est aussi efficace dans le cas de la leishmaniose, des résultats démontrés in vitro.30 

Côté bactéries : la berbérine est surtout efficace sur les bactéries de type staphylococcus, streptococcus et enterococcus.31 Celles-ci peuvent coloniser l’organisme et occasionner des infections de gravité variable. Escherichia Coli est aussi sensible à la berbérine, ainsi que Vibrio Cholerae.32 Ces deux souches bactériennes sont responsables de diarrhées aiguës, et sont l’une des raisons de l’utilisation centenaire de cette molécule.

Apaisement gastro-intestinal

La berbérine est redoutable sur les bactéries qui causent des désordres gastriques. Mais elle empêche aussi ces bactéries de libérer des toxines dans les intestins ! Ses propriétés anti-inflammatoires sont en outre utiles dans notre “deuxième cerveau”.

Elle modifie la composition de la flore intestinale, favorisant les “bonnes bactéries” et éliminant les “mauvaises”. En inhibant l’expression des molécules inflammatoires, la berbérine renforce la muqueuse de l’intestin et diminue les symptômes de la rectocolite, une maladie inflammatoire très douloureuse. C’est également le cas pour les symptômes du syndrome du côlon irritable.33 

Par ailleurs, des expériences menées sur des rongeurs ont montré que la molécule apaisait aussi les spasmes de l’intestin, avec une nette diminution des douleurs.34

Santé mentale et vieillissement

La berbérine est aussi porteuse de promesses en termes de protection du système nerveux. L’une de ses cibles thérapeutiques est la démence sénile, incluant la maladie d’Alzheimer.

Elle protège notamment les neurones en empêchant la formation des plaques amyloïdes néfastes. Ses côtés anti-inflammatoires, hypolipémiant et hypoglycémiant permettent de réduire naturellement le risque de développer la maladie d’Alzheimer. 35

C’est aussi le cas pour la maladie de Parkinson. Chez des souris, la berbérine diminue la mort des cellules nerveuses dopaminergiques, essentiels pour le contrôle des mouvements du corps. Des résultats à prendre avec précautions, le modèle de souris utilisé n’étant pas transposable de façon sûre à tous les mammifères pour cette pathologie.36 

La berbérine aurait aussi un rôle dans le maintien des fonctions cognitives et de la mémoire en particulier. Elle bloque l’activité de l’acétylcholinestérase, une enzyme qui empêche la transmission des messages nerveux. Un effet optimisé par les propriétés antioxydantes de l'alcaloïde. 37

Enfin, cette dernière aurait un rôle protecteur vis-à-vis de la dépression, comme le suggèrent des études conduites sur des rongeurs.38 

Cancer

Plusieurs études ont été menées in vitro sur des lignées cellulaires de cancer (sein, foie, poumon, prostate…), afin de comprendre les mécanismes anti-tumoraux de la berbérine. Celle-ci a la capacité de bloquer le cycle cellulaire des cellules tumorales et empêche leur prolifération.

Via son action sur l’ampK ainsi que sa stimulation de la protéine p53, elle induit également l’apoptose, ou suicide des cellules cancéreuses. La berbérine inhibe aussi la formation de métastases en bloquant la réalisation des métalloprotéinases, qui en sont à l’origine, en partie. Elle bloque en outre l’angiogénèse, c’est-à-dire la formation des vaisseaux qui alimentent les tumeurs formées. 

Enfin, elle a montré son efficacité en association avec la radiothérapie sur des cellules de cancer du foie. 39

Effet sur la santé des femmes

Le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques) est une affection hormonale qui entraîne des difficultés de reproduction. Elle concerne environ 10 % des femmes et représente la première cause d’infertilité féminine.40 La metformine est un traitement communément administré afin de rétablir des rapports hormonaux corrects.

Plusieurs études randomisées en double aveugle ont mis en évidence une plus grande efficacité suite à la prise régulière de berbérine, notamment dans le cadre de la procréation médicalement assistée41. Elle présente en outre moins d’effets secondaires que la metformine.42

C’est aussi lors de la période délicate qu’est la ménopause que la berbérine se fait utile. Elle améliore le profil lipidique comme on l’a déjà constaté, mais elle apaise aussi les sautes d’humeur.43

Elle serait aussi une alternative thérapeutique d’avenir pour l’ostéoporose, cette affection qui fragilise les os, fréquente lors de la ménopause. Cette molécule équilibre l’activité des ostéoclastes et des ostéoblastes, des cellules qui respectivement détruisent et reconstruisent le capital osseux.44 

Les différentes formes

En gélules, en poudre ou en tisane

Vous pouvez trouver des baies séchées d’épine-vinette dans le commerce, que l’on peut utiliser facilement dans l’alimentation quotidienne. Toutefois leur teneur en berbérine est très faible et on ne peut pas garantir d’effet pharmacologique. 

Pour une efficacité plus directe, vous pouvez trouver la berbérine sous forme de gélules, de 300 ou 500 milligrammes en général. Elle est aussi disponible en poudre, et peut être consommée en tisane.

Choisissez une berbérine aussi pure que possible, c’est-à-dire un composé avec 90% de berbérine au minimum. Faites attention aux compléments alimentaires de Berberis ou aux “extraits” de berbérine. Ils ne contiennent en général que peu de berbérine, aux alentours de 2%. 

Existe-t-elle en bio ?

La berbérine est un alcaloïde (molécule), extrait d'une plante. Les molécules ne peuvent pas être certifiées "biologique".

Posologie

Dosage

Il n’existe pas de recommandation officielle quant au dosage quotidien recommandé. La plupart des études se basent sur une dose de 900 à 1500 milligrammes par jour. Mieux vaut éviter de dépasser les 900 milligrammes afin de limiter le risque de surdosage et les effets secondaires associés. 

Utilisation

La berbérine montre une faible biodisponibilité et une demi-vie courte. Mieux vaut la prendre en trois prises, juste avant chaque repas pour optimiser son absorption.  

L’efficacité pharmacologique de la berbérine est avérée. Des études cliniques supplémentaires seront les bienvenues pour confirmer ses bienfaits et apporter davantage de détails quant à son utilisation en pratique. Toutefois et dans le cas d'affections métaboliques en particulier, la berbérine représente un traitement alternatif d’avenir. Une molécule prometteuse qui n’a pas encore livré tous ses secrets ! 

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur la berbérine :

Questions fréquentes

Qu'est-ce que la berbérine ?

La berbérine est un alcaloïde : un composé végétal complexe, présent dans certains végétaux. Elle est utilisée traditionnellement dans la médecine chinoise et l’ayurvéda.

Pourquoi prendre de la berbérine ?

Elle dispose de nombreuses propriétés :
1. Régulation de l'ampK, responsable de nombreux processus métaboliques
2. Réduction de la glycémie
3. Diminution du taux de mauvais cholestérol
4. Prévention des maladies cardiovasculaires et neurodégénératives
5. Action antimicrobienne
6. Soulagement des troubles gastro-intestinaux
7. Participe à la lutte contre le cancer

Où trouver de la berbérine ?

La berbérine est présente dans de nombreuses plantes :
1. Les berbéridacées ;
2. Les renonculacées ;
3. Les annonacées ;
4. Les ménispermacées ;
5. Les papavéracées ;
6. Les rutacées. 


Cécile Gonzalez Delacour

Rédactrice scientifique. Titulaire d'un master en biologie et d'une licence en sciences végétales.