Cardère sauvage (Dipsacus sylvestris): propriétés et utilisation

-

Plante herbacée bisannuelle, la cardère sauvage est répandue dans toute l'Europe et en Afrique du Nord. Très commune en France, à l'exception du Sud-Ouest, elle pousse dans des terrains sauvages, à faible altitude. Plante stimulante et apéritive, elle est indiquée dans le traitement des troubles digestifs. Elle est également active contre les bactéries impliquées dans la maladie de Lyme.

Présentation

Cardère sauvage (Dipsacus sylvestris): plante utilisée en phytothérapie pour ses propriétés médicinales.

Nom commun : Cardère sauvage
Nom latin : Dipsacus sylvestris, Dipsacus fullonum
Noms populaires : baignoire de Vénus, cabaret des oiseaux, cuvette de Vénus, grande verge à pasteur, lavoir de Vénus, peigne de loup.
Famille botanique : Dipsacacées, Caprifoliacées

Propriétés thérapeutiques

  • Peau : acné, eczéma, impétigo, psoriasis
  • Dépuratif : activité antibactérienne, contre la maladie de Lyme
  • Digestif : apéritif
  • Diurétique
  • Sudorifique

Usages populaires

Affections oculaires : ophtalmies légères, inflammations de l’œil
Maladies de la peau : eczéma, psoriasis, impétigo
Diurétique, sudorifique (transpiration excessive) et apéritif (digestif)

Utilisations et posologie

Ce sont les racines et les fruits qui sont utilisés en phytothérapie.

Décoction : 10 grammes de racines séchées pour un demi-litre d'eau froide. Faire bouillir 5 à 6 minutes. Laisser infuser pendant 10 minutes. A boire en trois fois en dehors des repas.
Teinture mère : prendre 25 à 30 gouttes trois fois par jour. A diluer dans un verre d'eau.

Alimentation

Aucun usage alimentaire.

Précautions et contre-indications

Aucune contre-indication n'a été signalée.

Principes chimiques actifs

La cardère sauvage renferme des saponines, des flavonoïdes, des sels de potasse, des glucosides d'iridoïdes, de l'acide silicique et des oxydes métalliques.

Les feuilles contiennent également des tanins.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.