Chrome picolinate: bienfaits et posologies

-

Le chrome est un oligo-élément non essentiel de l’organisme. Cofacteur de l’insuline, il représente une piste sérieuse dans le traitement du diabète de type 2. Cependant, beaucoup de découvertes restent encore à faire pour percer les mystères de ce nutriment. Tour d’horizon.

Présentation

Le chrome jour un rôle de régulier de la glycémie et des envies de sucre.

Bien connu dans la métallurgie, le chrome est également un oligo-élément non essentiel du corps humain1‌. Les scientifiques ne s'intéressent à lui que depuis peu de temps. Il reste donc encore de nombreuses applications à découvrir, notamment sur son rôle dans la glycémie.

Histoire

Bien que présent dans des ruines chinoises de plus de 2000 ans, le chrome semble avoir fait son apparition en Occident au cours du XVIIIe siècle.

C’est en 1761 que le chimiste allemand Johann Gottlon Lehman met pour la première fois à jour un minerai appelé chromate de plomb. Sur le même site, quelques années plus tard, c’est la crocoïte, qui fut découverte.

Les chimistes s’intéressèrent d’abord à la variété chromatique de ces différents minerais avant de parvenir à en isoler les composants.

À cette époque, le chrome est principalement utilisé comme pigment. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que de premières utilisations plus industrielles font leur apparition. En effet, certains complexes inorganiques du chrome permettent un tannage plus facile du cuir.

Dans les années 1870, les chimistes commencent à utiliser le chrome dans les aciers inox. Peu coûteux et résistant, le métal acquiert alors ses lettres de noblesse dans l’industrie. Au début du XXIe siècle, c’est d’ailleurs sa principale utilisation.

Ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que les premières études du chrome en tant qu’oligo-éléments sont entreprises. Si de premières applications thérapeutiques ont été mises à jour, de nombreux travaux sont encore nécessaires pour découvrir tous les secrets de ce nutriment.

Rôles

L’étude de l’implication du chrome sur le fonctionnement du corps humain n’en est qu’à ses balbutiements. Cependant, les études révèlent quelques tendances générales sur les rôles de ce métal sur l’homme.

Si ses modes de fonctionnement sont encore quelque peu mystérieux, les scientifiques estiment néanmoins que le chrome est impliqué dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines. Ils lui prêtent notamment une action de sensibilisation à l’insuline. Des espoirs sont donc permis dans le domaine de la régulation de la glycémie, du diabète et principalement du diabète de type 2.

Représentations chimiques

Sur la terre, il existe 2 formes chimiques principales du chrome : le chrome trivalent et le chrome hexavalent.

Le chrome trivalent1, aussi appelé chrome 3, est la forme nécessaire à la bonne santé de l’organisme humain. Il se trouve en petite quantité dans la majorité des denrées alimentaires.

Le chrome hexavalent, aussi appelé chrome 4 ou chrome 6, est une forme cancérigène principalement issue des travaux de l’industrie. En grande quantité, elle est fortement toxique pour l’être humain. C’est cette forme de chrome qui a causé la pollution pour laquelle la PG&E a été condamnée (affaire Erin Brokovitch).

Propriétés et bienfaits du chrome

Régulation du sucre

Le chrome est un minéral reconnu par les autorités européennes pour son rôle sur la régulation de la glycémie2. Il favoriserait la sensibilité des tissus à l'insuline, Ainsi, cela permettrait une meilleure efficacité de la gestion de la glycémie par l'insuline.

D'un point de vue clinique, le chrome aide particulièrement à réguler la glycémie chez les personnes:

  • au tempérament hypoglycémique
  • étant sujettes aux variations constantes de glycémie
  • en excès de graisses

Diabète de type 2

Naturellement, par son impact sur la glycémie, le chrome est étudié pour le diabète de type 2 et son stade précoce: la résistance à l'insuline.

Bien qu’il existe des présomptions d’efficacité dans ce sens, les 15 études d’intervention menée sur plus de 600 participants ne permettent pas de conclure à son intérêt. Les différentes analyses n’ont pas permis de démontrer une modification de la glycémie et du taux sanguin d’insuline chez les personnes prenant le supplément de chrome. Seule une large étude a montré une baisse significative de la glycémie 3.

Par précaution, l’agence américaine du diabète estime que les résultats des études sont trop peu convaincants que pour recommander la complémentation en chrome dans un traitement contre le diabète ou le prédiabète4.

Équilibrage du bilan lipidique

Le chrome agit dans le métabolisme des nutriments, et en partie dans celui des graisses5. C'est pourquoi quelques études ont testé son impact dans le rééquilibrage du bilan lipidique.

Là encore, les résultats des différentes études divergent.

Dans certaines études, des compléments alimentaires de chrome dosé entre 200 et 1000 microgrammes par jour ont permis de réduire le mauvais cholestérol (LDL cholestérol) et les triglycérides et d’augmenter le bon cholestérol (HDL cholestérol)6,7.

Cependant, dans d’autres études, l’utilisation de compléments alimentaires à base de chrome n’a pas eu de résultats favorables8 sur le bilan lipidique des participants9.

Aide à la perte de poids

En raison des vertus supposées du chrome sur le fonctionnement du métabolisme du sucre et par répercussion celui de la graisse, il est très souvent associé aux compléments alimentaires dédiés à la perte de poids.

Le chrome est donc vanté pour réduire la masse graisseuse en favorisant une modification de la composition corporelle. Toutefois, même si certaines études tendent à prouver une implication de l’oligo-élement dans ces mécanismes, ces allégations ne sont pas entièrement prouvées scientifiquement. Les groupes sur lesquels ont été menées ces analyses sont trop petits ou ne justifient pas d’une prise du complément alimentaire durant un temps suffisant1011.

Néanmoins, l'autorité européenne EFSA12 autorise l'allégation suivante: le chrome contribue au métabolisme normal des nutriments (lipides, glucides, protéines). Les nutriments sont donc mieux utilisés dans l'organisme, ce qui peut avoir une conséquence sur le poids.

D'un point de vue clinique, certains observent une diminution de la graisse au niveau abdominal et des hanches. Ceci s'explique assez facilement parce que le chrome augmente la sensibilité à l'insuline, évitant ainsi la conversion des sucres en graisse.

Aussi, le chrome peut aider aussi à mieux réguler les envies de sucré, vraisemblablement par son action sur l'insuline. Par conséquence, moins de pulsions sucrées aboutit sur moins de graisses stockées.

D'après ces observations cliniques, on peut en supposer que le chrome intervient sur le poids par son action sur la régulation du sucre et par conséquent des graisses. Il serait donc moins efficace chez les personnes dont le pancréas fait correctement son travail.

Les différentes formes

Le chrome est présent sur la terre dans différents sels.

Traditionnellement, les compléments alimentaires utilisés du chlorure de chrome dans leur composition. Cependant, cette forme est relativement peu assimilée bien que peu onéreuse également.

Aujourd’hui, pour favoriser une bonne assimilation de l’oligo-élément, c’est la forme de picolinate qui est privilégiée13. En effet, l’acide picolinique est parfaitement bien reconnu par l’organisme humain et donc totalement assimilé.

Posologies et utilisations

Apports nutritionnels recommandés

Les données scientifiques relatives à l’utilisation du chrome en tant qu’oligo-éléments sont relativement peu fournies. Par conséquent, il n’existe aucun consensus sur les apports nutritionnels recommandés. Les 2 tableaux de référence dans le domaine sont donc ceux émis par la France en 200014 et par les experts nord-américains en 200115.

Les apports nutritionnels recommandés en France

PopulationChrome en microgramme
Enfants de 1 à 3 ans25
Enfants de 4 à 6 ans35
Enfants de 7 à 9 ans40
Enfants de 10 à 12 ans45
Adolescents de 13 à 19 ans50
Femmes adultes de moins de 55 ans55
Hommes adultes de moins de 65 ans65
Femmes adultes de plus de 55 ans60
Hommes adultes de plus de 65 ans70
Femmes enceintes60
Femmes allaitantes55

Les apports nutritionnels recommandés par l’institut de médecine nord-américain

Population Chrome en microgramme
Enfants de 1 à 3 ans11
Enfants de 4 à 8 ans15
Filles de 9 à 13 ans21
Garçons de 9 à 13 ans25
Adolescentes de 14 à 18 ans24
Adolescents de 14 à 18 ans35
Femmes adultes de moins de 50 ans25
Hommes adultes de moins de 50 ans35
Femmes adultes de plus de 50 ans20
Hommes adultes de plus de 50 ans30
Femmes enceintes30
Femmes allaitantes45

Dosage et posologie

Aucun dosage maximal n’a été défini par l’agence de sécurité alimentaire.

Cependant, le picolinate de chrome vendu en complément alimentaire ne dépasse généralement pas la dose de 200 µg par gélule.

Cette dose de 100 à 200 µg est à privilégier pour le poids et la régulation de la glycémie.

Pour essayer de réguler la glycémie lors de pré-diabète ou diabète, cette dose peut être doublée sous contrôle médical.

Utilisations

Le chrome se prend en gélule de 100 µg, 5 minutes avant le repas principal. Pour une dose de 200 µg par jour, prendre les 100 µg avant un autre repas.

L’assimilation du chrome est facilitée par la présence de vitamine B3 et de vitamine C.

À l’opposé, la présence de phytates est soupçonnée de réduire l’assimilation du chrome. Cependant, cela n’a jamais été clairement démontré. Les phytates sont présents dans les céréales et mes légumineuses.

Précautions

Précaution d'emploi

À ce jour, aucune étude n’a mis à jour de problème particulier à la complémentation en chrome. Il convient cependant, comme pour tous les compléments, de ne pas abuser de la substance sans prendre un avis médical.

Contre-indications

Il n’existe actuellement aucune contre-indication à la prise d’un complément alimentaire à base de chrome.

Cependant, les personnes ayant un déséquilibre glucidique, et notamment les personnes sous insuline, demanderont conseil à leur médecin avant d’utiliser un tel complément.

Les personnes poursuivant en traitement contre l’excès ou le déséquilibre de cholestérol demanderont aussi un avis médical avant l’utilisation d’un complément alimentaire contenant du chrome.

Effets secondaires

Les effets secondaires durant la prise en compléments alimentaires contenant cet oligo-élément sont extrêmement rares.

Si la complémentation est trop fortement dosée se poursuit au-delà d’une limite raisonnable, l’excès de chrome peut provoquer une insuffisance rénale, des dommages au foie, des ulcères gastro-intestinaux, des éruptions cutanées ou des vertiges. En cas de doute, un avis médical s’impose.

Interactions

Il recommandé de ne pas mélanger de compléments alimentaires contenant du chrome avec un traitement contre le diabète sans avis médical.

Sources

Sources alimentaires

Le chrome est présent à l’état de traces dans la grande majorité des denrées alimentaires. Les produits carnés et céréaliers semblent néanmoins mieux pourvus dans cet oligo-élément.

Teneurs des aliments

La table de composition nutritionnelle des aliments ne donne pas de teneur précise en chrome. Cependant, certains aliments sont réputés pour être riches dans cet oligo-élément :

  • la levure de bière ;
  • le foie de veau ;
  • le jaune d’œuf ;
  • le foie de volaille ;
  • le poivre ;
  • le flocon d’avoine ;
  • le brocoli ;
  • le gruyère ;
  • le haricot vert ;
  • le champignon ;
  • l’asperge ;
  • la prune ;
  • la noix ;
  • le jardin de blé ;
  • les céréales complètes ;
  • le chocolat noir ;
  • le cresson ;
  • la pomme de terre ;
  • la bière ;
  • le thym.

Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée en nutrition, bien-être et santé naturelle. Spécialiste certifiée en techniques de santé naturelle. Formation de coaching en nutrition et bien-être en cours de validation.