Cochléaire (cochlearia officinalis): plante médicinale

-

Petite plante herbacée vivace, qui pousse dans les endroits humides le long des plages de la Manche et de l'Aquitaine, sa floraison a lieu de mai à juillet. Ce sont les feuilles et la plante qui sont utilisées en phytothérapie. Sa consommation permettait de prévenir le scorbut.

Présentation

La Cochléaire ou Cochlearia officinalis est une plante médicinale utilisée en phytothérapie.

Nom commun : Cochléaire
Nom latin : Cochlearia officinalis
Noms populaires : Cochléaire officinale, cranson, cranson des Alpes, herbe à scorbut, herbe aux cuillères.
Famille botanique : crucifères

Propriétés thérapeutiques

  • Digestif : dyspepsies
  • Système lymphatique : engorgements ganglionnaires
  • Poumon : engorgements des bronches, catarrhes, asthme
  • Peau : maladies chroniques, affections scrofuleuses
  • Bouche : inflammation des gencives, déchaussement des dents
  • Antiscorbutique
  • Reins : diurétique, antigoutteux, oligurie, œdème
  • Tonique : anémie, asthénies, asthme, coqueluche

Usages populaires

Bouche : gencives saignantes et tuméfiées, maux de dents
Système osseux : fractures, rhumatismes
Poumon : bronchite, toux avec expectoration, asthme, catarrhe chronique
Système lymphatique : engorgements
Peau : dépuratif maladies cutanées, ulcères
Digestif
Estomac
Foie : stases
Reins : sécrétion de l'urine, hydropisie, goutte, gravelle
Système circulatoire : hémorroïdes, hémoptysie, congestions sanguines au cerveau
Génital : leucorrhée, gonorrhée
Cœur : palpitations
Système nerveux : paralysie, vertiges, céphalalgie
Antiscorbutique
Fébrifuge
Tonique : anémie, avitaminose
Cachexie

Utilisations et dosages

  • Suc de cochléaria : à mélanger avec du suc de ményanthe et de cresson, à parts égales. Commencer par 90 g, puis augmenter progressivement les doses pour atteindre 200 g.
  • Infusion de la plante fraîche hachée : 20 à 50 g. par litre d'eau, de lait, de bouillon, de bière ou de vin. Prendre 2 à 3 tasses par jour avant les repas.
  • Teinture : 1 partie de suc pour une partie d’alcool à 36°, 2 à. 15 g. par jour dans des tisanes.
  • Sirop : 1 partie de suc pour 2 parties de sucre, 20 à 60 g. par jour en potion.
  • Infusion de plante fraîche pour lotions, fomentations et injections : 50 à 100 g. par litre d'eau.
  • Infusion : 1 cuillerée a soupe de feuilles pour 1 litre d'eau, laisser infuser 10 minutes. Prendre 3 tasses par jour entre les repas.
  • Décoction - Racines : 1 cuillerée à dessert pour 1 tasse d'eau froide. Faire bouillir 3 à 4 minutes, laisser infuser 10 minutes. 2 tasses par jour en dehors des repas.
  • Dentifrice : faire macérer 150 g de feuilles dans 1 litre d'eau-de-vie, pendant 15 jours. Ajouter 1 citron coupé en tranches, 80 grammes de cannelle, de menthe sauvage ou encore de romarin.
  • Contre le déchaussement des dents, mâcher des feuilles fraîches.

Alimentation

Les feuilles de la cochléaire officinale sont riches en vitamine C, la plante permet notamment de prévenir le scorbut.

Elle peut être utilisée comme condiment dans de nombreux plats ou salades.

Précautions et contre-indications

Pour les personnes souffrant d'un état inflammatoire (hémorroïdes, palpitations, hémoptysies), l'utilisation ou la consommation de la cochléaire officinale est déconseillée.

Principes chimiques actifs

Toute la plante, racine et graines comprises, contient, des matières résineuses et pectiques, un ferment soluble, de la myrosine, du glucoside, de l'essence de Cochléaria, qui est irritante et piquante.

La cochléaire officinale est un eupeptique, excitant de la digestion et permet de soulager la douleur (rubéfiant). La plante doit ses propriétés thérapeutiques à un glucosinolate. Cependant, la cochléaire officinale est peu employée en médecine occidentale.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.