Côlon irritable: causes et traitement naturel

-

Le syndrome du côlon irritable ou le syndrome de l’intestin irritable, également appelé colopathie fonctionnelle, est un trouble fonctionnel digestif qui inquiète souvent du fait de l’absence fréquente de soulagement complet des symptômes et de la succession des poussées de la maladie ou de la crainte d’avoir une pathologie plus grave.
Ces inquiétudes se doublent souvent d’une répétition angoissante des examens complémentaires et d’un sentiment de rejet social en raison des répercussions de la maladie sur la vie quotidienne.
Il atteint 5 à 10% de la population et touche 2 fois plus de femmes que d’hommes. Quels sont les symptômes, causeset traitement naturel du syndrome du côlon irritable?

Causes et déterminants

Homme souffrant du syndrome du colon irritable : causes et traitement naturel.
  • La pathogenèse du côlon irritable est multifactorielle1‌:
    • Trouble de la motricité digestive et de la perméabilité intestinale, avec comme conséquences un ralentissement (constipation) ou une accélération (diarrhée) du transit digestif avec une consistance trop ferme ou trop liquide des selles.
    • Un état inflammatoire des intestins, à l’origine d'un inconfort abdominal plus ou moins intense.
    • Des modifications du microbiote digestif majorant les troubles du transit et l’état inflammatoire digestif et impliqué dans l’inflammation locale intestinale2‌.
    • Une hypersensibilité à la perception de la douleur intestinale, expliquant pourquoi le syndrome du côlon irritable peut être retrouvé associé à la fibromyalgie ou au syndrome de fatigue chronique.
    • Une vulnérabilité somatique faisant que les problèmes psychologiques ou les soucis de répercutent sur la sensibilité intestinale.
    • Des facteurs alimentaires aggravant ou entretenant les symptômes digestifs.

Signes et symptômes

Les symptômes du côlon irritable débutent le plus souvent à un âge relativement jeune, entre 20 et 45 ans1.

Ils se manifestent par2 :

  • Des douleurs abdominales de type "coliques", qui peuvent être légères ou importantes avec un retentissement notable sur la vie quotidienne et de survenue de fréquence élevée (au moins une fois par semaine depuis plus de 6 mois).
  • Des ballonnements, pesanteurs, flatulences.
  • Des troubles du transit avec modification de la consistance des selles qui peuvent être de la constipation, des diarrhées ou une alternance des deux.
  • Parfois des inconforts abdominaux difficiles à caractériser.

Le syndrome du côlon irritable est souvent associé à un syndrome dépressif ou à une anxiété importante, du fait de la durée de son évolution et de l’altération de la qualité de vie qu’il entraîne ou du déséquilibre du microbiote intestinal3.

L’évolution se fait par poussées entrecoupées de périodes de rémissions.

Diagnostic

Aucun examen ou test n’est spécifique du syndrome de l'intestin irritable. Le diagnostic du côlon irritable ne peut donc en être affirmé qu’après élimination des autres diagnostics possibles4.

Les examens complémentaires réalisés ont en revanche une importance pour éliminer d’autres diagnostics (maladie inflammatoire digestive, polypes pathologiques, maladie cœliaque, problème thyroïdien, parasitose intestinale, etc.)5.

Il s’agit essentiellement d’examens sanguins (prise de sang) et de la coloscopie (examen de l’intérieur des intestins avec une petite caméra introduite par l’anus).

L’importance majeure de l’hygiène de vie

Une bonne hygiène de vie, notamment sur les plans alimentaires et des activités physiques, est le premier traitement naturel du syndrome du côlon irritable. Une bonne hygiène de vie est indispensable et permet souvent un soulagement symptomatique notable.

Alimentation

Les recommandations de base peuvent se résumer ainsi :

  • Faire 3 repas par jour, suffisants en quantité pour ne plus avoir faim et ne pas se sentir trop plein.
  • Manger lentement en mâchant suffisamment.
  • Répartir les apports en fruits et légumes sur l’ensemble des 3 repas.
  • Favoriser les légumes cuits et les apports en fibres solubles (avoine, orge, sarrasin, seigle, pommes épluchées).
  • Limiter les plats gras ou épicés, le café, l’alcool.
  • Éviter les boissons gazeuses et les édulcorants.

En effet, pour les personnes souffrant du syndrome du colon irritable, il est nécessaire d'adopter une alimentation spécifique: Syndrome du côlon irritable: quelle alimentation?

Aucun régime d’exclusion alimentaire ne se justifie dans le syndrome de l’intestin irritable6. Beaucoup de sujets font un lien entre certains éléments de leur alimentation et la survenue ou la recrudescence des symptômes de leur maladie. Il peut s’en suivre une exclusion de certains aliments, très variable selon les individus, pouvant être préjudiciable à un bon équilibre alimentaire.

Il faut souligner que certains régimes alimentaires, comme les régimes alimentaires riches en fibres (légumes, fruits en excès) ou en aliments fermentant (pois, lentilles, choux, etc.), favorisent la production de gaz intestinaux ou une fermentation qui peuvent aggraver la distension intestinale. Ils doivent donc être évités7.

Au contraire, un régime pauvre en « FODMAPs » (glucides à chaîne courte peu absorbés par l’intestin et générateurs de gaz intestinaux dont font partie le fructose et le lactose) est souvent préconisé pour le syndrome du côlon irritable.

Un conseil diététique est donc fréquemment souhaitable pour équilibrer les repas.

Activité physique

L’activité physique réduit la sévérité de la maladie et son effet se maintient durablement dans le temps.

Elle constitue un axe essentiel du traitement naturel du côlon irritable.

Elle doit bien sûr être adaptée aux aptitudes physiques de chacun et à ses préférences (marche, natation, vélo, jardinage, etc.).

Respect de son sommeil

Le respect de ses besoins et de son rythme de sommeil est important pour éviter l’effet aggravant des dettes de sommeil sur l’anxiété liée à la maladie.

Médicaments

Il n’existe aucun traitement définitivement curatif de l’intestin irritable, ce qui peut mettre en échec la médecine conventionnelle et être à l’origine de difficultés relationnelles avec le corps médical.

Les symptômes peuvent en revanche être soulagés et la fréquence de leur survenue réduite.

Les principaux médicaments utilisés sont :

  • Les antispasmodiques contre les douleurs.
  • Les laxatifs contre la constipation.
  • Les antidiarrhéiques contre la diarrhée.
  • Certains antidépresseurs avec une double action à la fois contre les douleurs et lorsqu’il existe une répercussion dépressive de la maladie.

Intestin irritable: les autres traitements

Homéopathie

Les traitements homéopathiques sont assez décevants dans le syndrome du côlon irritable8.

Quelques-uns peuvent toutefois s’avérer efficaces et ne doivent pas être négligés:

  • Contre les douleurs abdominales de forte intensité : Colocynthis 5 CH, Chamomillavulgaris 15 CH, Dioscoreavillosa 5 CH (une prise de 5 granules toutes les 30 minutes).
  • Contre les ballonnements et flatulences : CuprumMetallicum 5 CH associé à belladonna 5 CH et Raphanus 5 CH.
  • Contre la diarrhée : China Complexe n°107, China rubra 7 CH,Carbovegatalis 5 CH (1 prise par heure le premier jour puis 2 prises par jour jusqu’à la normalisation du transit).
  • Contre la constipation : Nuxvomica 5 CH, 5 granules trois fois par jour, ou 5 granules de Magnesia 5 CH trois fois par jour.

Compléments alimentaires

Les probiotiques, autre traitement naturel intéressant, pour soulager les douleurs liées au syndrome du côlon irritable.

Les probiotiques possèdent une efficacité pour soulager les troubles du transit : Bifidobacteriuminfantis 35624, Lactobacillus plantarum 299v.

Ils agissent par action antibactérienne directe sur les déséquilibres du microbiote, aboutissant à une correction de la perméabilité intestinale et à une modulation favorable de l’inflammation.

La supplémentation en lysine, acide aminé essentiel d’origine alimentaire, est doublement intéressante dans l’intestin irritable en raison de ses propriétés anxiolytiques et anti-inflammatoires intestinales. Elle se prend en gélule, comprimé ou poudre à la dose de 40 mg/kg/j chez un sujet adulte.

La bromélaïne, extraite de l’ananas, peut grâce à l’amélioration de la digestion qu’elle procure, atténuer les ballonnements dans le syndrome de l’intestin irritable. Elle se prend en 1 ou 2 gélule de 500 mg par jour à distance des repas.

La berbérine est un alcaloïde d’origine végétale, qui possède une action normalisatrice de la flore microbiotique intestinale doublée d’une action anti-inflammatoire intestinale. Elle se prend en gélules ou en poudre à la dose usuelle de 900 mg/j en 3 prises.

Le curcuma, épice de la cuisine indienne et ayurvédique, a montré son efficacité sur les douleurs abdominales dans l’intestin irritable9. Il se prend en épice alimentaire à la dose de 1,5 à 3 g/j.

Phytothérapie

La phytothérapie, traitement naturel par les plantes, permet de soulager certains symptômes du syndrome du côlon irritable.

De nombreuses plantes administrées en infusion ont les vertus de soulager les inconforts abdominaux, les troubles du transit et les flatulences10.

  • Contre les spasmes intestinaux : camomille, mélisse, anis, fenouil, menthe poivrée, angélique.
  • Contre la constipation : racine de pissenlit, réglisse, chicorée.
  • Contre la diarrhée : agrémoine, sauge, tormentille, association de bistorte et racine de guimauve, ratanhia.
  • Contre les flatulences : fenouil, cardamone, anis, verveine, menthe poivrée.

Le psyllium présente des propriétés laxatives douces en cas de constipation et se prend à raison de 10 g/j en 2 à 3 prises dans un grand verre d’eau.

Solutions externes

Hydrothérapie, balnéothérapie

L'hydrothérapie, tout comme la balnéothérapie, est un traitement naturel intéressant, pour soigner le côlon irritable car 2 dimensions essentielles sont abordées :

  • La souffrance psychique liée au stress de la survenue des troubles digestifs par la détente qu’elles procurent.
  • La douleur abdominale par la combinaison de massages manuels (enveloppements, modelages) et de massages par l’eau (douche à jet).

Huiles essentielles

Plusieurs huiles essentielles apportent un soulagement des troubles abdominaux et des ballonnements :

  • L’HE de menthe poivrée a montré son efficacité sur les douleurs abdominales versus placebo en application sur le ventre 3 fois par jour pendant 6 semaines11 12.
  • L’HE de basilic en massage du ventre diluée dans une huile végétale conjugue un effet antispasmodique et une réduction des flatulences13.
  • L’HE d’estragon administrée en friction sur le ventre soulage les flatulences14.
  • L’HE de gingembre, administrée en massage sur le ventre, réduit les ballonnements et améliore la constipation15.
  • L’HE de fenouil en massage diluée dans une huile végétale améliore la constipation et les flatulences16.
  • L’HE de cannelle en massage sur l’abdomen réduit les douleurs abdominales associées à la diarrhée.
  • L’HE de mandarine améliore la motricité intestinale et possède également des propriétés laxatives douces en cas de constipation modérée. Elle s’administre mélangée à de l’huile essentielle de menthe poivrée et de gingembre à raison de 2 gouttes du mélange sur un sucre 1 à 3 fois par jour.

Le charbon activé

En régularisant le transit intestinal et en réduisant la fermentation intestinale, la prise de charbon activé est un appoint intéressant pour calmer ballonnements et douleurs abdominales.

Les doses usuelles sont de 30 g/j pour un adulte (2 cuillères à soupe à chaque repas), à administrer dans un grand verre d’eau et en réduisant la dose en cas de survenue de constipation.

Il faut également savoir que la prise de charbon actif empêche l’absorption de nombreux nutriments et inhibe l’action de nombreux médicaments, dont les contraceptifs oraux ce qui peut être problématique puisque les femmes en période d’activité génitale constituent la population le plus touchée par le syndrome de l’intestin irritable.

Ce n’est donc pas un traitement à prendre au long cours mais uniquement sur de brèves périodes, lors des poussées et avec l’accord de son médecin en cas de prise de médicament y compris contraception orale.

Thérapies alternatives

Les thérapies alternatives occupent une place de premier plan, comme traitement naturel, dans la prise en charge du syndrome du côlon irritable par les bénéfices qu’elles procurent :

  • Physiquement sur le plan digestif (mobilisation intestinale).
  • Psychiquement sur le plan de la gestion des événements ou pensées stressantes et sur la maîtrise de la sensation douloureuse.

Acupuncture

L’acupuncture n’a pas fait la preuve de son efficacité et ses résultats sont encore très discordants17.

Une étude Cochrane a notamment évalué 17 essais randomisés de l’acupuncture dans le syndrome de l’intestin irritable et a conclu à l’absence d’effet probant18.

Massages

La pratique des auto-massages permet de soulager efficacement les troubles abdominaux :

  • Massages circulaires avec la paume de la main autour du nombril, combinés à une respiration ample et profonde en position allongée, en augmentant progressivement la pression pendant 5 minutes, contre les douleurs à type de colique.
  • Pression abdominale avec les doigts des 2 mains de part et d’autre du nombril en inspirant profondément pour gonfler le ventre en position assise et en étirant le ventre vers l’extérieur avec les doigts, en cas de ballonnement. Recommencez 5 fois l’exercice.

La seule respiration abdominale ample et profonde permet un massage « interne » des organes digestifs grâce aux mouvements du diaphragme.

Par ailleurs, certaines techniques de massage dérivées du Qi Gong, massage via des effleurages appuyés, soulagent les ballonnements et les spasmes à l'estomac. Ils sont pratiqués dans les instituts de massage et les établissements de balnéothérapie.

Ostéopathie

L’ostéopathie viserait à corriger une perte de mobilité du côlon, qui serait à l’origine du syndrome du côlon irritable19. Son bénéfice n'a pas encore été prouvé.

Deux études ont néanmoins montré une amélioration symptomatique et de la qualité de vie et elle doit être essayée20 21.

Les techniques dites « corps-esprit »

Toutes les pratiques aboutissant à une meilleure gestion du stress, de l’anxiété et des perceptions douloureuses peuvent contribuer à réduire l’anxiété liée à la pathologie et donc à réduire la fréquence et l’intensité des poussées.

Thérapies cognitivo-comportementales (TCC)

Les TCC peuvent apporter un bénéfice chez 60% des patients22.

Leur objectif est de modifier la réactivité émotionnelle envers les symptômes, notamment en modifiant les stratégies d’adaptation aux symptômes du sujet.

Yoga

La pratique du yoga permet d’associer un travail de relaxation et une mobilisation du corps favorable à l’appareil digestif :

  • Meilleure gestion du stress.
  • Amélioration de la perception de la gêne corporelle.
  • Mobilisation du tube digestif via la respiration abdominale.
  • Exercices posturaux en flexion, en inversion et en torsion mobilisant les intestins et favorisant la normalisation du transit.
  • Renforcement des muscles de la ceinture abdominale de soutien des organes digestifs.

Les bienfaits du yoga sont observés après 2 à 3 semaines d’exercices quotidiens.

Relaxation

La relaxation est une approche opérante, en particulier si le stress apparaît être un facteur déclenchant des poussées.

La pratique de la respiration abdominale, élément fondamental de la technique de relaxation, permet à la fois l’apprentissage d’une méthode de gestion du stress et la réalisation d’un massage « interne » des intestins apportant, par le biais de leur mobilisation, une amélioration des douleurs, des ballonnements et du transit.

Hypnose

L’hypnose semble efficace et d’un effet durable dès 2 à 3 séances, en particulier pour réduire l’hypersensibilité aux perceptions douloureuses.

Le patient est amené à prendre conscience de sa sensibilité viscérale et de sa motricité intestinale et à les contrôler.

Elle pourrait améliorer 50 à 80% des patients en échec des traitements médicaux classiques.

Méditation de pleine conscience

En apprenant au sujet à se focaliser sur l’instant présent et sur ses perceptions internes, la méditation améliore la qualité de vie des personnes souffrant de cette pathologie chronique23.

Que conclure ?

  • Le syndrome de l’intestin irritable est une vraie maladie, bénigne mais handicapante.
  • Une bonne relation entre le patient et ses soignants est primordiale pour favoriser une relation de confiance indispensable à une bonne continuité et cohérence des traitements.
  • Savoir qu’il s’agit d’une pathologie bénigne et comprendre les mécanismes de l’intestin irritable est important pour réduire l’anxiété liée à la maladie et donc les résurgences symptomatiques d’origine psychologique.
  • Toutes les options de prise en charge doivent être proposées en association ou de façon successive. Un échec à une modalité de prise en charge n’est en aucun cas un échec du traitement de cette pathologie.
  • Une association à connaître et où s’adresser, l’Association des patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le syndrome du côlon irritable?

Le syndrome du côlon irritable ou de l'intestin irritable est un trouble digestif, qui se manifeste par des douleurs localisées dans l'intestin.

Quels sont ses symptômes?

- Des douleurs ou inconforts abdominaux
- Des ballonnements et des flatulences
- Des troubles du transit intestinal

Comment soulager les symptômes du côlon irritable?

Il existe de nombreux traitements naturels :
- L'homéopathie et la phytothérapie
- L'hydrothérapie et la balnéothérapie
- L'acupuncture, l'ostéopathie et la pratique des auto-massages
- Les techniques dites « corps-esprit »
- L'usage de compléments alimentaires
- L'utilisation d'huiles essentielles


  • 1Sabate JM. Syndrome de l’intestin irritable. Rev. Prat., MG, 2017 ; 31 : 628-631
  • 2Fond G. Syndrome de l’intestin irritable : de la comorbidité anxiodépressive au microbiote. Rev. Prat., 2019 ; 69 : 219-220
  • 3Vivre avec un syndrome de l’intestin irritable. Rev. Prat., 2017 ; 67 : 1095-1096
  • 4Vivre avec un syndrome de l’intestin irritable. Rev. Prat., 2017 ; 67 : 1095-1096
  • 5Fond G. Syndrome de l’intestin irritable : de la comorbidité anxiodépressive au microbiote. Rev. Prat., 2019 ; 69 : 219-220
  • 6Vivre avec un syndrome de l’intestin irritable. Rev. Prat., 2017 ; 67 : 1095-1096
  • 7Sabate JM. Syndrome de l’intestin irritable. Rev. Prat., MG, 2017 ; 31 : 628-631
  • 8Freydt C. Le syndrome de l’intestin irritable. Le Généraliste, 2012 ; 2625 : 23-26
  • 9Ducrotté P, Melchior C. Soulager l’intestin irritable. Rev. Prat. MG, 2018 ; 32 : 317-318
  • 10Peckham EJ, Cooper K, Roberts ER, Agrawal A, Brabyn S, Tew G. Homéopathie pour le traitement du syndrome du côlon irritable. Étude Cochrane, septembre 2019
  • 11Bundy R, Walker AF, et al. Turmeric extract may improve irritable bowel syndrome symptomology in otherwise healthy adults: a pilot study. J Altern Complement Med. 2004 Dec;10(6):1015-8
  • 12Encyclopédie des plantes médicinales. Larousse Ed., 2001 : 305-307
  • 13N. Purchon, Huiles essentielles – mode d’emploi, Marabout, 2001
  • 14Alam MS, Roy PK, Miah AR, et al., Efficacy of Peppermint oil in diarrhea predominant IBS – a double blind randomized placebo – controlled study, Mymensingh Med J, 2013
  • 15G. Gérault, R. Mary, Le guide de l’aromathérapie, Albin Michel, 2009
  • 16N. Grosjean, Le grand livre de l’Aromathérapie, Eyrolles, 2013
  • 17Haniadka R, Saldanha E, Sunita V, et al., A review of the gastroprotective effects of ginger (Zingiberofficinale Roscoe), Food Funct, 2013
  • 18Haniadka R, Saldanha E, Sunita V, et al., A review of the gastroprotective effects of ginger (Zingiberofficinale Roscoe), Food Funct, 2013
  • 19Sabaté JM. Cibler les traitements contre le SII. TLM, 2020, 119 : 18
  • 20Manheimer E, Cheng K, Wieland LS, Acupuncture for treatment of irritable bowel syndrome, Revue Cochrane, 16 mai 2012
  • 21Richeux V. Syndrome de l’intestin irritable : les traitements complémentaires au banc d’essai. Medscape France, 2015
  • 22Hundscheid H, Pepels M, Engels L, Treatment of irritable bowel syndrome with osteopathy: results of a randomizedstudy, J. Gastroenterology Hepatology, 2007 ;22 : 1394-1398
  • 23Attali TV, Bouchoucha M, Benamouzig R, Treatment of refractory irritable bowel syndrome with visceral osteopathy:short-term and long-term results of a randomized trial, J. Digestive Diseases, 2013 ;14 : 654-661
  • 24Richeux V. Syndrome de l’intestin irritable : les traitements complémentaires au banc d’essai. Medscape France, 2015
  • 25Holzel BK, Hoge EA, Greve DN, Neural mechanisms of symptoms improvements in generalized anxiety disorder following mindfulness training, Neuroimage Clinical, 2013 ;2 : 448-458
Philippe Schwartz

Sexologue, relaxologue à Paris. Docteur en médecine.