Cumin (plante médicinale): bienfaits et effets secondaires

-

Plante herbacée d'Orient, les fruits du cumin sont généralement employés comme condiment. En Europe, elle est cultivée en Allemagne et aux Pays-Bas.
Le cumin est généralement utilisé en phytothérapie pour ses bienfaits sur la digestion. Découverte.

Présentation

Cumin : plante utilisée en phytothérapie.

Nom commun : Cumin
Nom latin : Cuminum cyminum
Noms populaires : Faux anis, faux aneth.
Famille botanique : Apiacées

Propriétés thérapeutiques

  • Digestif : stimulant des secrétions digestives, dyspepsies, troubles hépatovésiculaires, anorexie, aérophagie
  • Reins
  • Aphrodisiaque
  • Cœur : insuffisance cardiaque
  • Génital : emménagogue, hyperménorrhée
  • Poumon : antispasmodique, spasmes bronchiques, asthme
  • Galactogène et favorise la sécrétion du lait chez les femmes allaitantes

Usages populaires

Antispasmodique, antihystérique, excitant, stomachique
Reins
Génital : emménagogue, sudorifique, leucorrhée, aménorrhée
Digestif : dyspepsies, carminatif
Poumon : catarrhe chronique

Utilisations et dosages

  • Décoction de Cumin - lavages ou cataplasmes chauds des graines écrasées : dosages - 1 à 2 grammes en poudre ou 2 à 4 grammes en infusion.
  • Infusion : prendre 1 cuillerée à café de graines de cumin pour une tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes, boire chaud et sucrer au miel.

Alimentation

Les graines ou semences de cumin, très utilisées dans la cuisine orientale, sont également très populaires en Allemagne, en Hollande et au Royaume-Uni.
En effet, on les trouve en abondance dans les pains, les gâteaux et les fromages.

Précautions et contre-indications

Aucune contre-indication majeure n'a été constatée.

Le cumin est leucocytogène. Comme l'anis vert, il stimule les défenses immunitaires : il augmente le nombre de globules blancs.

Par principe de précaution, sa consommation est déconseillée pour les femmes enceintes et allaitantes.

Principes chimiques actifs

Les fruits du Cumin contiennent, en abondance, une essence qui est extraite par distillation à la vapeur (2,36 à 4%), de l'huile (7%), des matières résineuses et pectiques, des grains d'aleurone et un peu de tanin.

L'essence de cumin, d'abord incolore puis jaunâtre, d'odeur forte, presque repoussante, est constituée d'un mélange d'aldéhyde cuminique, de cymol, de pinène, de phellandrène, d'alcool cuminique, et parfois, si elle a été longtemps exposée à l'air, d'acide cuminique. Elle s’emploie, en frictions, contre les spasmes stomacaux et comme carminatif.
Le cymol est également utilisé en parfumerie.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.