Douce-amère (Solanum dulcamara): plante médicinale

-

Plante vivace, poussant au bord de l'eau, dans les terrains humides, dans les haies, sur les saules têtards, la douce-amère est connue dans toute l'Europe. Sa floraison intervient de juin à octobre. Les tiges et les feuilles sont utilisées en phytothérapie.

Présentation

Douce-Amère : plante médicinale utilisée en phytothérapie.

Nom commun : Douce-amère
Nom latin : Solanum dulcamara
Noms populaires : Bourreau des arbres, crève-chemin, herbe à la fièvre, herbe à la quarte, morelle douce-amère, morelle grimpante, réglisse sauvage, vigne de Judas, vigne sauvage.
Famille botanique : Solanacées

Propriétés thérapeutiques

  • Peau - dépurative : herpès, psoriasis, eczéma, acné, dartres, furonculose
  • Génital : syphilis, excitation sexuelle
  • Reins : goutte, rhumatismes, arthritisme, douleurs articulaires
  • Poumon : pleurésie, pneumonie, congestion pulmonaire
  • Circulatoire - fluidifiant sanguin : périphlébites, séquelles de phlébites, artériosclérose

Usages populaires

Peau : acné, eczéma sec ou suintant, herpès, psoriasis

Utilisations et dosages

  • Décoction : 8 à 30 g de tiges séchées pour 1 litre d'eau bouillante. Commencer par 8 g, puis augmenter progressivement la dose sans dépasser 50 g. Faire infuser la plante pendant quelques heures puis réduire d'un tiers par ébullition. Prendre 3 tasses par jour (diminuer les doses si nécessaire).
  • Sirop : dans 1,5 L d'eau, faire infuser pendant 6 heures 100 g de douce-amère (tiges). Laisser reposer, décanter, ajouter 180 g de sucre pour 100 g du liquide obtenu. Faire bouillir quelques minutes, passer à nouveau. Prendre 3 à 5 cuillerées à soupe par jour.
  • Infusion : 1 cuillerée à soupe pour 1 tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Sucrer au miel. Prendre 2 à 3 tasses par jour, en dehors des repas. En cas de maladies de la peau, prendre 1 tasse à jeun le matin, répartir les autres prises dans la journée.
  • Compresses : 4 cuillerées à soupe pour 1 litre d'eau froide. Amener à ébullition. Retirer du feu. Laisser infuser 10 minutes.

Précautions et toxicité

Toxique à forte dose, l'usage incontrôlé de la douce-amère peut être dangereux.

L'utilisation ou la consommation de douce-amère est à proscrire chez l'enfant, la femme enceinte, et pour les personnes présentant des irritations des voies digestives et urinaires.

Principes chimiques actifs

La douce-amère contient des glucides, des alcaloïdes (solanine), des saponosides, du tanin et des principes amers.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.