Éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus)

-

L'Éleuthérocoque est un arbuste épineux originaire de d'Asie du Nord et Sibérie, également cultivé en Chine, en Corée et au Japon. La médecine traditionnelle chinoise l'utilise notamment pour ses vertus tonifiantes, sa capacité à accroître la longévité et à renforcer le système immunitaire. Aujourd'hui, l'Éleuthérocoque est majoritairement consommé sous forme de capsule ou d'infusion.

Description

L’Éleuthérocoque ou Eleutherococccus senticosus est un arbuste épineux aux baies noires et charnues. Utilisé depuis plus de 4000 ans en Chine par la médecine traditionnelle, il tire sa notoriété de racines aux multiples vertus. De la famille des araliacées et originaire de Sibérie d’où lui vient son nom commun mais inexact du point de vue de la botanique « ginseng de Sibérie », l’Éleuthérocoque est également cultivé en Chine, en Corée et au Japon. Consommer ses racines est recommandé pour leur capacité à accroître la longévité,leur effet favorable sur le stress, le dynamisme et le système immunitaire ainsi que sur les performances sportives.

L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et la Commission E. (conseil consultatif scientifique de l’administration allemande des denrées alimentaires et des médicaments) valident l’utilisation de l’Éleuthérocoque en tant que stimulant de l’organisme durant les périodes de fatigue ou lors d’une convalescence.

Propriétés et bienfaits

Parmi les principaux principes actifs de l'Éleuthérocoque, se trouvent des polysaccharides, des hétérosides, les éleuthérosides similaires aux molécules connues sous le nom de ginsénosides présentes dans le Panax ginseng, des composés phénoliques, syringine (éleuthéroside B), acides phénoliques et lignanes ainsi que des terpénoïdes, saponines et stérols.

Lutte contre le stress

En 1947 le toxicologue russe Nicolaï Lazarev, découvre le concept de plante adaptogène. Depuis, de nombreuses études ont été menées à ce sujet notamment concernant les propriétés de l’Éleuthérocoque.

Il est prouvé qu’Éleuthérocoqueaugmente l’endurance et la performance mentale chez des patients présentant une fatigue et une faiblesse légères. 1 Son effet bénéfique face au stress est lié comme c’est le cas pour tous les adaptogènes, à la régulation de l’homéostasie (processus par lequel l’organisme maintient ses différentes constantes). *

Chez la souris, face à une épreuve de nage forcée, l’éleuthéroside E contribue à l’action anti-fatigue et à l’inhibition de l’élévation de la corticostérone induite par le stress nautique. *

Stimule le système immunitaire

L’activité antivirale à large spectre d’Éleuthérocoque est démontrée par le test d’un extrait liquide face aux rhinovirus humains (HRV), virus respiratoire syncytial (RSV) et virus de la grippe A cultivés. Tous ont cessé de se répliquer.* L’Éleuthérocoque entre également dans la composition d’une préparation destinée à traiter la pneumonie.*

Chez la souris, l’Éleuthérocoque présente des propriétés immunomodulatrices qui améliorent la réponse cellulaire du système immunitaire.*

Une étude japonaise menée sur 50 femmes en bonne santé atteintes d’œdème, a pu démontrer une réduction significative de l’œdème des membres inférieurs 2 et 4 heures après l’ingestion de ginseng de Sibérie. Celui-ci semble donc également favoriser la fonction lymphatique.*

Tonifie le métabolisme

L’Éleuthérocoque présente des propriétés avérées pour lutter contre la fatigue physique et mentale. Chez la souris, l’éleuthéroside E parvient notamment à prolonger le temps de nage jusqu’à épuisement.*

Sur l’homme, des résultats de recherche montrent une efficacité possible pour les patients atteints de fatigue chronique modérée, et l’intérêt de poursuivre les études en ce sens.*

Sur des sujets plus âgés, les bénéfices de l’extrait sec d’Éleuthérocoque dosé à 300 mg/jour semblent décliner au-delà de 4 semaines. L’étude conclue cependant à une amélioration sans danger certains aspects de la santé mentale et du fonctionnement social avant atténuation.*

Protège le système neuronal et cognitif

Dans certains cas, grâce à la présence d’éleuthéroside B, l’extrait d’Éleuthérocoque protège de l’atrophie des neurones et de la mort cellulaire.*

Le volume de l’infarctus lié à une occlusion transitoire de l’artère cérébrale moyenne chez le rat, a été considérablement réduit après injection péritonéale de ginseng de Sibérie.*

Des souris privées de sommeil pendant 72 heures ont été traitées à l’aide de sérum physiologique 10 ou 50 mg/kg d’éleuthéroside E, un composant principal d’Éleuthérocoque. Les résultats ont montré un effet bénéfique pour atténuer les changements de comportement induits par le manque de sommeil.*

Améliore la mémoire

L'administration d'un extrait liquide d'Éleuthérocoque améliore significativement la mémoire à court terme chez l'homme sain. Elle influe également sur la sensibilité rétinienne.*

Une autre étude fait état d'une augmentation notable du volume de la mémoire auditive.*

Régule la glycémie

Dans une étude menée par le Graduate Institute of Pharmacognosy de Taipei à Taiwan, les effets de la plante Éleuthérocoque administrée par injection intraveineuse, ont été mesurés par rapport aux taux de glucose plasmatique chez des rats diabétiques induits par la streptozotocine. Trente minutes après la perfusion à jeun, les taux de glucose plasmatique ont diminué en fonction de la dose. Sur des rats normaux, la seringue à la dose efficace (1,0 mg/kg) a considérablement atténué l’augmentation de la glycémie causée par une provocation intraveineuse au glucose.*

Une autre japonaise montre que le ginseng de Sibérie peut être utile pour améliorer l’hyperglycémie postprandiale et prévenir le diabète sucré de type II.

Augmente les performances sportives

Concernant l’augmentation des capacités physiques, l’efficacité du ginseng de Sibérie reste elle aussi sujette à la tenue d’études supplémentaires.

Si un effet positif de l'Éleuthérocoque a pu être mesuré par rapport au taux d’oxygénation du métabolisme*, la plupart des études liées à l’activité ergogénique du corps humain concluent à une insuffisance de données ou à de graves lacunes méthodologiques.*

Autres bienfaits

L’Éleuthérocoque est utilisé depuis des millénaires en médecine orientale pour ses effets anti-inflammatoires. Aussi, une étude menée par le College of Oriental Medicine de Corée du Sud a cherché à en savoir plus. Sa conclusion est qu’en utilisant les inhibiteurs standard (MAPK et Akt), Éleuthérocoque régule à la baisse l’expression inflammatoire d’iNOS (oxyde nitrique synthase).*

Concernant l’efficacité du ginseng de Sibérie dans le traitement de l’herpès génital, plusieurs études se contredisent ou sont à approfondir. Toutefois, 93 hommes et femmes atteints de HSV-2 ont constaté une réduction de la gravité, de la durée et de la fréquence des crises. L’étude tempère malgré tout ce résultat par l’exigence d’une prise régulière durant trois mois avant d’obtenir les effets les plus probants.*

Les différentes formes

L’Éleuthérocoque se consomme sous différentes formes simples à retrouver notamment en pharmacie et magasins bio :

  • Capsules ou comprimés de racine séchée
  • Infusion de racine séchée
  • Décoction de racine séchée
  • Teinture mère 1:10 ou 1:5, obtenue par macération dans l’alcool
  • Extrait fluide 1:1 obtenu par extraction à l’aide d’un solvant

En pratique

De façon générale, l’Éleuthérocoque ne présente aucun risque. Il est toutefois important de respecter les doses recommandées, ainsi que certaines indications.

Dosage et posologie

En capsules ou en comprimés le dosage recommandé est de 0,5 à 4 grammes par jour à prendre en deux ou trois fois selon la concentration.

Pour préparer une infusion, infuser 2 à 4 grammes de racines sèches dans 150 ml d’eau bouillante, et consommer une à deux tasses chaque jour.

La décoction demande de faire bouillir 50 grammes de racines séchées pendant 20 minutes avant de filtrer et de consommer 3 tasses chaque jour.

Sous forme de teinture mère, consommer l’Éleuthérocoque à raison de 10 à 20 ml chaque jour en 2 ou 3 prises.

Avec l’extrait fluide, prévoir 2 ou 3 doses quotidiennes pour un total de 2 à 4 ml par jour.

Durée des cures

En cure préventive l’Éleuthérocoque s'utilise3 à 4 fois par an à raison de 4 à 6 semaines de cure à chaque fois.

La cure curative peut être poursuivie jusqu’à amélioration ou disparition des symptômes avec toutefois, des pauses thérapeutiques régulières.

Utilisation

En raison de l’effet tonifiant de l’Éleuthérocoque, il est recommandé de le consommer le matin ou le midi, avant ou pendant les repas, afin de ne pas perturber le sommeil.

Précautions d'emploi

En cas d’athérosclérose ou de cardite rhumatismale, il est prudent d’éviter la consommation d’Éleuthérocoque. La racine peut être à l’origine de troubles du rythme cardiaque et d’hypertension.

Par précaution, la consommation de cette racine est également à éviter chez les femmes enceintes, allaitantes, et les enfants de moins de 12 ans.

Contre-indications

L’Éleuthérocoque est contre-indiqué pour les personnes présentant une tension artérielle élevée, ou des troubles cardiaques.

On signale aussi l’Éleuthérocoque comme ayant une action potentiellement proche de celles des œstrogènes. En cas de cancer ou de maladie du sein, il est donc préférable de ne pas en consommer.*

Effets secondaires

En cas de surconsommation de rares effets secondaires peuvent apparaître tels que des palpitations, des maux de tête, une irritabilité, des troubles du sommeil ou de la digestion et notamment, le déclenchement de diarrhées passagères.

Interactions médicamenteuses

Il est déconseillé de consommer des produits contenant de la caféine en même temps que l’Éleuthérocoque (café et thé, mais aussi guarana ou colas).

De même, la prise simultanée à un traitement anticoagulant, hypoglycémiant, hypotenseur ou hypertenseur, n’est pas recommandée.


Yann Poulhalec
, Auteur

Naturopathe et praticien en médecine traditionnelle chinoise de 2004 à 2018. Formateur en médecine chinoise depuis 10 ans. Titulaire d'un diplôme de biologiste.