Germandrée petit-chêne: bienfaits et utilisation

-

Plante vivace, poussant dans les terrains secs et calcaires, la germandrée petit-chêne est répandue dans toute la France, à l'exception de la Bretagne. Sa floraison a lieu de mai à septembre. Les sommités fleuries sont utilisées en phytothérapie. 

Présentation

Germandrée petit-chêne: plante médicinale qui présente de nombreux bienfaits.

Nom commun : Germandrée petit-chêne
Nom latin : Teucrium Chamaedrys
Noms populaires : Calamandrier, chênette, germandrée officinale, petit chêne, sauge amère, thériaque d'Angleterre.
Famille botanique : lamiacées

Propriétés thérapeutiques

  • Digestif : tonique, stomachique
  • Poumon : bronchite chronique
  • Reins : rhumatismes, goutte, diurétique
  • Stimulant, antiscrofuleux
  • Fébrifuge, vermifuge
  • Antiseptique

Usages populaires

Reins : diurétique, goutte
Peau : scrofule
Digestif : stomachique, typhoïde, vermifuge, diarrhée
Système respiratoire : grippe
Poumon : bronchite chronique
Circulatoire : chlorose
Génital : aménorrhée
Foie
Stimulant, tonique
Fébrifuge, affections fébriles
Antiseptique

Utilisations et dosages

  • Infusion : 30 à 60 g par litre d'eau bouillante. Prendre trois tasses par jour.
  • Vin : 50 à 60 g par litre de vin, laisser macérer quelques jours. Prendre un verre à bordeaux pendant les repas.
  • Alcoolature - plante en début de floraison : 30 à 50 gouttes avant chaque repas.
  • Poudre : 2 à 10 g dans une boisson appropriée. Prendre trois fois par jour.
  • Infusion : 1 cuillerée à soupe pour un quart de litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 2 tasses par jour après les repas. Ajouter du miel (boisson amère).

Alimentation et boisson

La germandrée entre dans la fabrication de certaines liqueurs (Chartreuse, Vermouth).

Précautions et contre-indications

La germandrée est déconseillée pour les personnes souffrant de troubles cardiaques. Elle est également contre-indiquée pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Principes chimiques actifs

La germandrée petit-chêne contient une essence, du tanin, un glucoside, de la marrubine, de la choline et un saponicide.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.