Grenadier (Punica granatum): bienfaits et vertus

-

Le grenadier ou Punica granatum est un arbre appartenant à la famille des
Punicacées. Originaire du Moyen-Orient, le grenadier est présent en Europe et plus particulièrement dans le bassin méditerranéen. Cultivé pour les qualités gustatives de ses fruits, la grenade, il offre également des vertus thérapeutiques intéressantes.

Présentation

Grenadier (Punica granatum): bienfaits et utilisation de cet arbre en phytothérapie.

Nom commun : Grenadier
Noms populaires : Balaustier
Nom latin : Punica granatum
Famille botanique : Punicacées

Propriétés thérapeutiques

  • Troubles digestifs : diarrhées chroniques
  • Génital: leucorrhées
  • Circulatoire - hémostatique: hémorragies
  • Vermifuge, ténifuge: ascaris, ténia

Usages populaires

Digestif : diarrhée, dysenterie, inappétence, nausées, contre les vers intestinaux
Circulatoire : hémorragies passives, anémie
Génital : leucorrhée, blennorrhée, aménorrhée
Faiblesse générale, convalescence, migraine, fébrifuge

Utilisation et posologie

L'écorce, les fleurs et le fruit du grenadier sont utilisés en phytothérapie.

  • Vermifuge - macération - contre le Ténia: faire macérer pendant 24 heures 60 à 90 g d'écorce sèche dans 500 ml d'eau. Puis faire réduire à feu doux. Filtrer. A boire dans la journée.
  • Infusion - leucorrhées: 15 à 30 g de fleurs par litre d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.

Alimentation

La grenade, fruit du grenadier, est riche en potassium et en vitamine C.

Les grains peuvent être incorporés dans une salade de fruits.

Précautions et contre-indications

Le grenadier est contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants.

En effet, la pelletiérine est un alcaloïde potentiellement toxique.

Principes chimiques actifs

Le grenadier renferme des alcaloïdes, des tanins, un colorant jaune, des acides ellagique et malique, de la mannite, des matières résineuses, des oxalates et 3 à 20% de substances minérales. L'écorce comprend de la pelletiérine.

La grenade mûre contient 75 à 78% d'eau, 10 à 12% de sucre interverti, des acides citrique et malique, 1 à 2% de matières grasses, 1,3 à 1,6% de substances azotées et 2,6 à 2,8% de matières fibreuses.

L'écorce du fruit contient jusqu'à 28% de tanins, de la granitine et des colorants.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.