Huile de krill : bienfaits et posologie

-

L’huile de krill, comme toutes les huiles marines, est souvent vantée pour ses acides gras. L’huile de cette petite crevette renferme cependant d’autres nutriments d’un grand intérêt pour l’organisme humain. Plongée dans les eaux froides de l’Antarctique à la découverte de ce crustacé.

Présentation

L'huile de krill est riche en astaxanthine.

Le krill est un petit crustacé. Cette sorte de petite crevette mesure entre 0,6 cm et 10 cm. Elle est très visible dans l’eau, car ses organes sont luminescents. Elle possède également un corps translucide.
Cet animal habite principalement dans les eaux froides de l’Antarctique. Il constitue la nourriture privilégiée des cétacés, dont les baleines. Aujourd’hui, les scientifiques s’intéressent à son huile.

Histoire

Cette crevette est consommée comme nourriture depuis des centaines d’années. En Asie, tout comme en Russie, le mini crustacé fait partie des aliments de la haute gastronomie.

Le krill sert, depuis plusieurs dizaines d’années, à nourrir les élevages de poissons. C’est donc l’industrie de l’aquaculture qui en est le plus grand pêcheur.

L’huile de krill, quant à elle, est bien plus récente sur le marché. Ce n’est qu’à partir de l’an 2000 qu’elle a attiré l’attention des chercheurs. En effet, c’est à ce moment que des scientifiques québécois ont mis au point un nouveau procédé d’extraction. Cela permet de préserver ses qualités nutritionnelles. Le produit fini garde donc une plus grande proportion d’acides gras essentiels, de phospholipides et d’astaxanthine.

Ce procédé novateur est breveté. Il appartient à une firme québécoise. Cependant, depuis quelques années, d’autres huiles de krill de qualités sont également proposées sur le marché.

Composition et rôles

L’huile de krill a très souvent été citée pour sa richesse en acides gras essentiels, et singulièrement en omégas 3 (dont EPA/DHA ). Pourtant, le petit crustacé a bien d’autres vertus nutritionnelles dans son organisme.

De manière générale, l’huile de krill est riche en :

  • omégas 3 (AEP et DHA) ;
  • phospholipides ;
  • astaxanthine ;
  • protéines et enzymes.

Selon les scientifiques et les études actuellement établies, les omégas 3 présents dans le krill ont les mêmes effets que ceux des huiles de poisson. Par conséquent, ils sont à même de soulager les inflammations, de prévenir les troubles cardio-vasculaires et de réduire les taux de triglycérides. Les analyses effectuées sur l’huile de krill déterminent qu’elle contient 75 mg d’AEP et 45 mg d’ADH par capsules de 500 mg.

À l’instar des huiles de poisson, l’huile de krill a la particularité d’être très riche en phospholipides et en antioxydants. Ces nutriments contribuent à préserver des omégas 3 de qualité et à les transporter dans les cellules. Selon les analyses, elle pourrait contenir jusqu’à 40 % de phospholipides.

La singularité de cette huile est sa teneur en astaxanthine, une sorte d’antioxydant de la famille des caroténoïdes. Selon les scientifiques, ce nutriment, qui donne la couleur rougeâtre de la chair du saumon, a une activité protectrice contre les ultraviolets et les processus inflammatoires1. D’après les analyses, une capsule de 500 mg d’huile de krill contient jusqu’à 0,75 mg d’astaxanthine.

Enfin, l’huile renferme une quantité appréciable de protéines et d’enzymes. Celles-ci sont particulièrement utiles pour nourrir les poissons d’élevage, mais également pour confectionner des substituts de repas dits « amaigrissants ».

Écologie

À l’heure actuelle, le krill ne constitue pas une espèce menacée. Par ailleurs, il se situe abondamment dans des eaux particulièrement épargnées par la pollution.

La commission pour la protection de la faune et de la flore antarctique met cependant un point d’honneur à surveiller de très près cette nouvelle industrie. Depuis 1993, sa pêche est réglementée afin d’assurer la viabilité à long terme de l’espèce, mais également de celles qui s’en nourrissent. Néanmoins, les spécialistes ignorent encore l’impact du réchauffement climatique sur les colonies de la crevette.

De plus, de nouvelles techniques de pêche pourraient bien changer la donne. Elles sont, par ailleurs, concomitantes à la multiplication des fermes de poissons d’élevage et à la création de nouveaux produits pharmaceutiques. Des nouveaux modes de vie qui pourraient également modifier ses conditions de pêche.

Propriétés et vertus

Depuis les années 2000, notamment en France, les chercheurs s’intéressent aux bienfaits de l’huile de krill. Nonobstant de la richesse en EAP et DHA du crustacé, les scientifiques cherchent à découvrir les vertus des particularités de cette huile.

Troubles métaboliques et cardio-vasculaires

Comme tous les produits riches en acides gras polyinsaturés, l’huile de krill a d’abord été étudiée pour ses vertus possibles en prévention des troubles métaboliques et cardio-vasculaires2.

Dans un premier temps, les scientifiques ont procédé à un essai comparatif portant sur l’hypercholestérolémie et l’hypertriglycéridémie. Les participants, souffrant tous de taux élevés de cholestérol et de triglycérides, ont été séparés en plusieurs groupes. Ceux-ci ont été traités avec divers dosages d’huile de krill, de l’huile de poisson ou un placebo.

Au bout de 12 semaines d’études, les résultats étaient très clairs.

Au niveau du cholestérol, les sujets ayant absorbé une complémentation en huile de krill avaient nettement diminué leurs taux de base. Suivant le dosage, la diminution était de l’ordre de 13 à 18 %. L’huile de poisson avait amené une diminution de 5,9 %. Le groupe dit « placebo » avait vu son taux de cholestérol grimper de 9,1 %.

Au niveau des triglycérides, les résultats étaient également exceptionnels.
Le groupe complémenté en krill avait vu son taux de triglycérides baisser de 27 %. L’huile de poisson avait amené une réduction de 3,15 % et le placebo de 9,88 %.

Selon les scientifiques, les résultats exceptionnels obtenus avec cette huile proviennent non seulement de sa richesse en omégas 3, mais également de ses phospholipides et de ses antioxydants. Quoi qu’il en soit, elle améliore le bilan lipidique global.

Dans un second temps, les chercheurs ont également étudié les résultats de la complémentation avec l’huile du crustacé sur le taux de glucose sanguin.

Au cours de la même étude, ils ont constaté un effet positif. Les groupes ayant reçu un complément d’huile de lai crevette ont eu une diminution moyenne de 6 % de leur glycémie. Dans le cas des huiles de poisson, la diminution était de 3,3 % et elle était absente avec le placebo.

Le maintien de la glycémie, du cholestérol et des triglycérides à un taux normal est un facteur essentiel dans la protection des maladies cardio-vasculaires.

Syndrome prémenstruel et dysménorrhée

Ses vertus anti-inflammatoires ont également attiré l’attention des scientifiques. Ils ont alors cherché à savoir si elle pouvait avoir une action bénéfique pour lutter contre le syndrome prémenstruel et la dysménorrhée.

Durant leur existence, la majorité des femmes sont confrontées à des inconforts voire même à des douleurs ayant trait à leur cycle hormonal. Un essai a donc été mené auprès de 70 femmes souffrant du syndrome prémenstruel ou de menstruations douloureuses3.

Durant cet essai, elles ont été complémentées avec de l’huile de krill ou de poisson. Elles ont également dû suivre un rééquilibrage alimentaire pour avoir des repas composés de 40 % d’hydrates de carbone, 40 % de protéines et 20 % de matières grasses.

Ces femmes ont été suivies durant 12 semaines. La complémentation a été journalière durant le premier mois. Durant les 2 mois suivants, elle n’a été effectuée que dans la semaine précédant les menstruations.

Les résultats obtenus indiquent que l’huile issue du crustacé a contribué à réduire les inconforts liés au syndrome prémenstruel et à la dysménorrhée de manière plus efficace que celle de poisson. Cependant, les scientifiques estiment que le rééquilibrage alimentaire a également pu avoir un rôle non négligeable dans ce résultat.

Troubles inflammatoires

Les bienfaits de l’huile de krill sur les inflammations ont poussé les scientifiques à mener des études sur le sujet.

C’est au Canada que des chercheurs ont décidé de tester l’huile de crustacé sur les troubles cardio-vasculaires, l’arthrite rhumatoïde et l’arthrose. Elle a un impact bénéfique sur les articulations. Ils ont volontairement choisi des sujets qui présentaient des signes cliniques d’inflammations chroniques4.

Durant l’étude, les 90 personnes choisies n’ont consommé aucun anti-inflammatoire classique. Ils ont uniquement utilisé de l’huile de krill à un dosage de 300 mg par jour.

Au bout d’un mois, les scientifiques ont dosé le taux de protéine C réactive, un marqueur bien connu des processus d’inflammations. Les résultats ont été sans appel. Chez les sujets qui avaient utilisé le complément d’huile de crustacé, le marqueur avait diminué d’environ 30 %. À l’inverse, dans le groupe placebo, qui n’utilisait plus aucun inflammatoire, le marqueur avait augmenté de 25 % environ.

Interrogés sur leur ressenti, les participants à l’étude ont également indiqué que la douleur, la raideur et les incapacités physiques étaient réduites chez ceux qui avaient ingurgité le complément d’huile de crustacé.

Cette première étude est très encourageante, mais ces résultats doivent encore être corroborés par des devoirs complémentaires.

Désordres psychiques

Des études réalisées sur des animaux démontrent une certaine efficacité de l’huile de krill sur les désordres psychiques5. Cependant, en l’absence d’études réalisées sur des humains, ces résultats restent trop lacunaires que pour être officialisés.

Néanmoins, au vu des connaissances actuelles en biochimie, il est raisonnable de penser que cette piste doit être exploitée. En effet, l’huile renferme un taux élevé de phospholipides et d’omégas 3. Ceux-ci peuvent travailler en concomitance pour pénétrer dans le système nerveux central. Or, les omégas 3 sont particulièrement indispensables dans ce système du corps humain.

Les différentes formes

Capsules ou sous forme liquide

L’huile de krill est commercialisée en capsules/ gélules et sous forme liquide. En effet, elle peut se trouver encapsulée dans de la gélatine afin de dissimuler le goût. Cette forme est également plus pratique à l’usage.

Existe-t-elle en bio ?

L'huile de Krill est extraite de crevettes, qui peuvent provenir d'un élevage bio. L'huile peut donc être certifiée biologique.

Posologie et utilisation

Il n’existe à ce jour aucune posologie standardisée. De manière générale, les compléments d’huile de krill contiennent 500 mg d’huile par capsule.

Les dosages généralement appliqués dans les études scientifiques varient entre 1 g et 2 g par jour.

Précautions

Précaution d’emploi

Elle ne requiert aucune précaution d’emploi particulière.

Contre-indications

L’huile de krill comporte les contre-indications suivantes :

  • Déconseillée aux personnes qui souffrent de problèmes de coagulation. Ne peut donc pas être consommée par des personnes qui prennent des médicaments anticoagulants. Conseil auprès d’un professionnel de la santé nécessaire pour les personnes sujettes aux ecchymoses.
  • Ne peut être consommée par les personnes présentant une allergie aux fruits de mer, aux crustacés ou aux crevettes. Déconseillée également aux personnes présentant une allergie aux acariens, qui peut être croisée avec l’allergie aux crevettes.
  • Déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’aux enfants de moins de 6 ans.

Effets indésirables

À des doses thérapeutiques, l’usage de l’huile de krill est sécuritaire. De rares cas d’effets secondaires mineurs ont été rapportés. Ils concernent principalement :

  • des troubles digestifs mineurs (ramollissement des selles et nausées) lors de la consommation de forte dose ;
  • saignement de nez sans conséquence lors de la consommation de forte dose d’omégas 3 d’origine marine.

Interactions

En raison du mode d’action des omégas 3, l’huile de krill peut présenter des interactions avec les plantes ou molécules suivantes :

  • l’ail et le ginkgo dont elle pourrait augmenter les effets coagulants ;
  • la warfarine et par extension toutes les molécules anticoagulantes ou antiplaquettaires pour des consommations supérieures à 4 g d’omégas 3 par jour ;
  • les hypoglycémiants en raison de l’action de l’huile de krill sur le glucose sanguin des personnes souffrant d’hyperlipidémie. Cependant, les essais cliniques actuellement menés6, avec des dosages classiques, ne démontrent aucune interférence entre les médicaments qui contrôlent la glycémie et l’huile de crustacé7.

Sources dans les aliments

Elle est uniquement contenue dans les krills. L’utilisation de poudre séchée de ce crustacé n’offre pas les bienfaits de l’animal en entier ou de l’huile.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'huile de Krill ?

Cette huile est extraite d'une petite crevette, qui renferme un nombre important de nutriments.

Pourquoi prendre de l'huile de Krill ?

Elle dispose de nombreux bienfaits :
1. Prévention des troubles cardio-vasculaires
2. Traitement contre le syndrome prémenstruel et la dysménorrhée
3. Diminution des troubles inflammatoires
4. Possible amélioration des désordres psychiques.

Quelle dose prendre ?

Conformément aux études scientifiques, il est recommandé de prendre 1 à 2 g par jour d'huile de Krill.

Quels sont les dangers ?

Elle est déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes, aux enfants de moins de 6 ans, aux personnes prenant des anticoagulants et allergiques aux crustacés ou aux acariens.
Elle peut également provoquer : des saignements de nez sans conséquence et des troubles digestifs mineurs.

Quelles sont les contre-indications ?

Elle peut entrer en interaction avec de nombreuses plantes et molécules. Demandez l'avis de votre médecin avant d'en consommer.


Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée. Naturopathe certifiée et spécialiste en techniques de santé naturelle.