Lin (Linum Usitatissimum): plante médicinale

-

Plante médicinale, le lin ou lin cultivé est reconnu pour ses propriétés laxatives. En phytothérapie, ce sont les graines de la plante qui sont utilisées.

Présentation

Lin : plante médicinale utilisée en phytothérapie.

Nom commun : Lin
Nom latin : Linum Usitatissimum
Noms populaires : Lin cultivé.
Famille botanique : Linacées

Propriétés thérapeutiques

  • Laxatif
  • Émollient, adoucissant (dermatoses, affections cutanées)
  • Antiseptique, cicatrisant, antidermatosique

Usages populaires

Digestif - Laxatif et émollient : gastrite, diarrhée, douleurs intestinales
Reins : cystite, néphrite, lithiase rénale
Poumon : pleurésie, pneumonie, bronchite
Peau : dermatose prurigineuse, ulcère, contusion
Névralgies
L’huile renferme des acides gras qui réduisent le risque de thrombose et préviennent les carences nutritives.

Utilisations et dosages

  • Infusion de graines - constipation : 20 g par litre d’eau. Laisser infuser 5 minutes. Prendre 3 à 4 tasses par jour.
  • Lotion tiède - affections cutanées : 50 g de graines dans un litre d'eau. Faire bouillir pendant 2 minutes, laisser infuser 10 minutes.
  • Macération : laisser macérer pendant 2 heures 20 g de graines de lin et 8 g de réglisse, dans un demi-litre d’eau bouillante. Filtrer, puis boire en dehors des repas.
  • Bain - usage externe - décoction : 100 g de guimauves et 50 g de lin, pour adoucir la peau et calmer les démangeaisons des dermatoses.

Alimentation

L'huile de lin est obtenue à partir des graines pressées à froid : très riche en omégas 3, elle doit être consommée crue.

Pressée à chaud, elle est utilisée dans l'industrie, pour lier les couleurs des peintures à l'huile.

Précautions et contre-indications

A forte dose, les graines de lin sont toxiques : il y a un risque d’empoisonnement.

Le lin est contre-indiqué pour les femmes enceintes, allaitantes et pour les personnes présentant des troubles de la thyroïde.

Principes chimiques actifs

Le lin contient du mucilage en abondance, des acides gras (omégas 3), des
glycosides cyanogènes, du magnésium, des protéines et de la vitamine B1.

Grâce à la présence de mucilage, le lin présente des propriétés laxatives, émollientes et adoucissantes.

La graine contient 30 à 40% d'huile : elle renferme essentiellement des acides linolénique et linoléique, auxquels elle doit ses propriétés antidermatosiques.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.