Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica): toxicité et utilisation

-

Le Nerprun purgatif ou Rhamnus cathartica est un arbuste appartenant à la famille des Rhamnacées. Très peu employé de nos jours en phytothérapie, il est reconnu pour ses propriétés laxatives et purgatives. Cependant, d'autres vertus thérapeutiques lui sont également associées.

Présentation

Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica): toxicité et utilisation de  cet arbre en phytothérapie.

Nom commun : Nerprun purgatif
Nom latin : Rhamnus cathartica
Noms populaires : Nerprun d'Europe, Rhamnus, Bourge-épine, Épine de cerf, Noirprun.
Famille botanique : Rhamnacées

Propriétés thérapeutiques

Digestif - fortement laxatif : constipation
Peau - dépuratif : éruptions cutanées, dartres
Reins - diurétique : hydropisie, goutte, rhumatisme, urémie
Système nerveux - révulsif : congestions cérébrales, apoplexie, paralysies Dépuratif sanguin

Usages populaires

Laxatif, purgatif

Dosage et posologie

Ce sont essentiellement les baies du nerprun purgatif, qui sont utilisées.
A utiliser uniquement sous contrôle médical.

  • Infusion - purgative : 10 à 20 baies pour 1 L d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.
  • Suc de baies fraîches : prendre 15 à 30 g de suc par jour dans une tisane appropriée.
  • Baies - purgatives : consommer 25 à 30 fruits par jour.
  • Poudre de graines torréfiées - purgative : prendre 4 g de poudre par jour dans une boisson appropriée.
  • Décoction - laxative (contre la constipation) : 10 à 20 g d'écorce par litre d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 15 minutes, puis filtrer. Boire une tasse par jour avant chaque repas.

Alimentation

Les baies sont reconnues pour leurs propriétés purgatives: elles peuvent entraîner des troubles digestifs.

Précautions et contre-indications

L'écorce et les fruits du nerprun purgatif sont toxiques (puissant laxatif). Leur usage est peu recommandé et doit se faire sous contrôle médical.

Principes chimiques actifs

Les baies du Nerprun purgatif contiennent: des glucosides anthraquinoniques, de la franguloside (rhainnoxanthine), glucoside insoluble dans l'eau, de l'émodine, de la quercétine, de la rhamnétine, de la rhamnocathartine, de la xanthorhamnine, des sucres, de l'acide succinique, de la résine, une huile grasse, une enzyme et des saponines.

Les graines (noyaux) renferment de l'aleurone et une huile grasse.

Le nerprun purgatif est également riche en vitamine C.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.