Pterostilbène: bienfaits et posologie

-

Le pterostilbène est un antioxydant synthétisé par les plantes (myrtille, raisin, cranberry, écorce du Kino de Malabar…). Il leur permet de se protéger des infections et du rayonnement solaire.
Son activité et sa structure moléculaire sont similaires au resveratrol, plus connu en raison de sa teneur dans la peau du raisin. Mais la biodisponiblité du pterostilbène est supérieure au resveratrol et ses bienfaits décuplés.

Présentation

la myrtille contient du pterostilbene

Les bienfaits du pterostilbène sont nombreux.
En effet, la particularité du pterostilbène réside en sa capacité à corriger un fonctionnement anormal d’une cellule, que la cause soit pathologique ou dû à l’effet du vieillissement.
Ainsi, agit-il en stimulant ou modérant l’expression des gènes selon le besoin, et par là-même, le programme cellulaire. Il est considéré comme une molécule antioxydante et anti-cancer puissante.
C'est pourquoi, il est capable de moduler les pathologies neurologiques et vasculaires, d’améliorer le diabète1.

Propriétés et bienfaits

Perte de poids

La restriction calorique est reconnue comme efficace pour réduire les réactions inflammatoires, activer la régénération des cellules en stimulant l’expression de leurs gènes et favoriser la perte de poids.

Or le pterostilbène mime ces effets. Ainsi, chez l’animal, il conduit à une diminution du tissu gras, de la lipogenèse dans le foie et à une activation de l’oxydation des graisses.
Souvent associé au resveratrol dans les études, plusieurs équipes2‌,3‌ ont constaté les effets minceur du pterostilbène:

  • régulation de la prise alimentaire
  • modification des fonctions et du cycle de vie des adipocytes
  • baisse de l’accumulation et l’inflammation de la graisse blanche abdominale
  • augmentation de la dépense énergétique issue des graisses plutôt que des glucides
  • modification du microbiote intestinal.

Ces effets avaient précédemment été validés sur l’animal soumis à une nourriture hypercalorique. La supplémentation de leur régime avec 30 mg/ kg/ j de resveratrol et de ptérostilbène prévient le développement du tissu adipeux.
Finalement, cet effet est dû à une hypométhylation par le ptérostilbène des gènes codant pour l’adipogenèse2.

D’autre part, le ptérostilbène s'avère également efficace pour réduire la stéatose hépatique3.

Sur des adipocytes humains, le ptérostilbène inhibe la transformation du glucose en lipide de la même manière que la caféine ou le resveratrol. Il abolit aussi l’effet lipogène de l’insuline. Le ptérostilbène agit directement sur les adipocytes4.

Glycémie

Des rats présentant une résistance à l’insuline ont reçu 15 ou 30 mg / kg/ jour de ptérostilbène, soit entre 215 à 430 mg pour une personne de 70 kgs. Si la résistance à l’insuline a diminué dans les 2 cas, elle a été plus importante avec l’apport de 15 mg/ kg/ jour. Elle passe par une meilleure capture du glucose au niveau hépatique et musculaire5.
Il est à noter que parallèlement la sécrétion d’insuline diminue6.

Chez le rat, la dose de 40 mg/ kg exerce les mêmes effets que la metformine (500 mg / kg). L’hémoglobine glyquée diminue en même temps que la teneur en hémoglobine totale augmente7.
Enfin, des rats diabétiques montrent une augmentation du stress oxydatif par diminution des enzymes de détoxification hépatique (superoxyde dismutase et glutathion).
L’apport de ptérostilbène réduit ce stress tandis que l’insulino-résistance et le contrôle glycémique sont significativement améliorés 8.

Santé cardio-vasculaire

La consommation de 250 mg / jour de ptérostilbène par des adultes traités pour hypercholestérolémie, diminue leur pression artérielle systolique et diastolique avec augmentation du LDL-c et baisse du HDL-c9. Lorsqu’il est combiné avec du resvératrol (100 mg 2 fois / jour) cette augmentation du cholestérol n’a pas lieu.

En effet, une autre étude sur des hamsters associe les 3 stilbènes (pterostilbene, piceatannol, and resveratrol). Elle montre une activation des PPARs (peroxisome proliferator-activated receptor alpha) qui modulent le métabolisme des lipides au niveau du foie. Cette activation est supérieure à celle des fibrates. Il en résulte une baisse de 7% du LDL-c et une augmentation de 14% du HDL-c10. Ces résultats sont obtenus avec de faibles doses de ptérostilbène (25 mg / kg/ jour).

Concernant les triglycérides, une baisse de 30% est obtenu avec 40 mg / kg / jour chez le rat, effet supérieur à la metformine (500 mg / jour). Chez l’humain hypercholestérolémique mais avec un taux normal de triglycérides, 50 mg ou 125 mg 2 fois par jour n’affecte pas leur triglycéridémie comparativement au groupe contrôle
En conclusion, sa combinaison  avec 100 mg de resveratrol n’apporte pas d’effet supplémentaire11.

Fonctions cognitives

De précédentes études ont montré les propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires des composés phénoliques présents dans les fruits et légumes colorés.
C’est pourquoi, les effets du pterostilbène ont été étudiés sur la réversibilité des dysfonctionnements cérébraux liés à l’âge où une inflammation chronique est fréquemment rencontrée.

Effectivement, la consommation de baies et de fruits rouges riches en resveratrol et ptérostilbène améliore la cognition12.
Cependant leur biodisponibilité est faible et nécessite une consommation régulière bien avant l’apparition des symptômes.

Pour cette raison, la recherche se concentre sur l’action d‘extraits concentrés.
En effet, le pterostilbène semble capable d’agir sur la réversibilité des troubles cognitifs lorsqu’il est ajouté dans l’alimentation de rats âgés. à une concentration faible (0,004%) ou forte (0,016 %)13. La mémoire et la libération de dopamine sont proportionnellement améliorées.
Son activité neuroprotective est supérieure à celle du resveratrol en raison de sa nature lipophile14. Les effets positifs sur la mémoire et le comportement cognitif sont obtenus dès 25 mg / kg / jour après 20 jours de supplémentation15.

Anti-inflammatoire

Les bienfaits du pterostilbène permettent également un effet anti-inflammatoire.
En effet, il réduit la synthèse de PGE2 inflammatoires par les leucocytes16 et les macrophages17, et ce dès une faible dose (30 mg / kg / jour). Cet effet anti-inflammatoire est potentialisé en présence de resveratrol.
A plus forte dose, il diminue également la production d’oxydants par les neutrophiles et participe ainsi à la modulation de la réponse inflammatoire18. Mais cette propriété semble moins performante que la curcumine, le resveratrol ou encore la piceatannol.
Lorsque la supplémentation en pterostilbène (30 mg / kg / jour) est appliquée dans la prise en charge de l’arthrite, l’effet anti-inflammatoire n’est pas suffisamment sensible19.

Cancer

Le cancer étant une cause majeure de décès, la prévention par des alternatives naturelles peut s’avérer intéressante. D’autant que le pterostilbène a prouvé son intérêt dans la prévention et l’accompagnement de cancers variés et à des stages d’évolution différents20.
De part ses propriétés antioxydantes, le pterostilbène diminue le stress oxydatif. Il augmente l’expression des gènes codant pour la catalase, la super oxyde dismutase, la glutathion réductase et peroxydase.
D'autre part, il est capable d’agir directement sur le mécanisme du facteur Nrf2  impliqué dans la prévention des pathologies comme le cancer, les maladies neurodégénératives21.
Une autre propriété anti-cancer du ptérostilbène est d’induire l’apoptose. L’apoptose cellulaire est une arme efficace contre les métastases22.

Par ailleurs, le ptérostilbène stimule l’autophagie des cellules tumorales23.
Le ptérostilbène montre ainsi plusieurs mécanismes d’action anti-cancer efficaces, seul et en complément d’autres thérapies, dans la prévention que le traitement des tumeurs24.

Différentes formes

Le ptérostilbène proposé en complément est majoritairement tiré d’un exsudat de l’écorce du Kino de Malabar (Pterocarpus marsupium), un arbre poussant au Sri Lanka, l’Inde et le Népal.
Cependant, les extraits de myrtille dont le pterostilbène est le principal antioxydant, sont également proposés sous forme liquide liposomale.

Autres sources:

  • Bois de santal rouge (pterocarpus santalinus)
  • Arbuste Ku Ma Du (Sphaerophysa salsula)
  • Rhubarbe chinoise (Rheum palmatum)

Dosage du pterostilbène

Amélioration de la santé cardio-vasculaire et de la glycémie:

  • 215 à 430 mg / jour < 70 kgs
  • 290 à 580 mg / jour jusqu’à 90 kgs
  • 365 à 730 mg / jour > 90 kgs

Bénéfice cognitif :

  • 5.5 à 11mg / jour  pour 70 kgs
  • 7,3 à 14,5 mg / jour jusqu’à 90 kgs
  • 9 à 18 mg / jour > 90 kgs

Augmentation de l’effet anti-inflammatoire, cognition, fonte du tissue gras: ajout de 100 mg de resveratrol.

Précautions d’emploi et danger

Effets secondaires

Aucun effet secondaire ou danger lié au ptérostilbène n'a été signalé.

Contre-indications

  • femmes enceintes et allaitantes
  • enfants de moins de 12 ans
  • Allergie à l’un des composants

Interactions médicamenteuses

Non renseignées aux doses recommandées

Sources alimentaires

Les aliments contenant du pterostilbène à dose significative :

  • myrtille et baies rouges
  • raisin

A faible dose :

  • cacahuète
  • racine de rhubarbe sauvage

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le ptérostilbène ?

Le ptérostilbène est un anti-oxydant présent dans certaines plantes : raisin, cranberry, myrtille. Il dispose de nombreux bienfaits pour l'organisme.

Quels sont les bienfaits du ptérostilbène ?

Le ptérostilbène dispose des propriétés suivantes :
1. Favorise la perte de poids
2. Diminution de la résistance à l'insuline
3. Amélioration de la santé cardio-vasculaire
4. Renforce les fonctions cognitives
5. Action anti-inflammatoire et anti-cancéreuse

Quels sont les dangers du ptérostilbène ?

Aucun effet secondaire ou danger a été signalé. Néanmoins, il est contre-indiqué pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 12 ans.
A ne pas consommer, si vous êtes allergique.


Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.