Souci officinal (Calendula officinalis): bienfaits et utilisation

-

Originaire d'Egypte, le souci officinal ou Calendula officinalis est une plante annuelle répandue dans toute la région méditerranéenne. Sa floraison intervient en été. Cultivée pour ses qualités ornementales, elle offre également de nombreuses vertus médicinales. Ce sont essentiellement les pétales qui sont utilisés en phytothérapie.

Présentation

Souci officinal (Calendula officinalis): plante aux propriétés médicinales intéressantes.

Nom commun : Souci officinal
Nom latin : Calendula officinalis
Noms populaires : Fleur de calendule, fleur de tous les mois, souci des jardins, souci officinal.
Famille botanique : Astéracées

Propriétés thérapeutiques

  • Poumon : expectorant
  • Reins : anti-inflammatoire, goutte, calculs rénaux
  • Digestif - cicatrisant : ulcérations du tube digestif et de l'intestin
  • Estomac - anti-inflammatoire : ulcère de l'estomac et du duodénum
  • Foie : cholérétique, dyspepsies d'origine hépatique, hépatomégalie, insuffisance biliaire
  • Génital : emménagogue, dysménorrhée, hyperménorrhée, troubles de la ménopause
  • Peau : brûlures, croûtes de lait, impétigo du cuir chevelu, engelures, ulcères cutanés, crevasses, gerçures, abcès, furoncles, acné, piqûres d'insectes, brûlures, dartres, eczéma, adénite, mammite
  • Cœur : hypotenseur, hypertension artérielle
  • Sudorifique et diurétique
  • Vulnéraire, antiseptique, émollient

Usages populaires

Génital : emménagogue, aménorrhée, dysménorrhée
Peau : sudorifique, antiseptique, plaies, brûlures, engelures, ulcères, eczéma, impétigo
Digestif - anti-inflammatoire et cicatrisant gastro-intestinal : états ulcéreux, gastrite, entérite, antiémétique
Poumon : grippe, pneumonie
Foie : cholagogue, jaunisse, troubles hépatiques, sécrétion biliaire
Fièvres éruptives, cancer de l'estomac et de l’utérus, névropathie, anémies

Utilisations et posologie

  • Teinture mère - emménagogue : 50 g de fleurs séchées dans 250 ml d'alcool à 60°. Faire macérer pendant 10 jours. Prendre 10 gouttes 3 fois par jour.
  • Infusion :
    • Sudorifique : 5 g de fleurs séchées par tasse bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.
    • Diurétique : 20 g de fleurs séchées par litre d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. A boire dans la journée.
  • Suc frais des feuilles - vomissements et ulcérations internes : prendre 1 à 2 cuillerées par jour, à diluer dans une tisane.
  • Usage externe - feuilles fraîches ou macérées dans du vinaigre - verrues : à appliquer directement sur le peau.
  • Alcoolat - plaies: faire macérer pendant 20 jours 200 g de pétales dans 1 litre l'alcool à 70° ou à 90°. Passer en exprimant. A appliquer directement sur la peau.

Alimentation

La plante est comestible. Les jeunes feuilles peuvent être consommées en salade.

Précautions et contre-indications

Par principe de précaution, le souci officinal est déconseillé pour les femmes enceintes et allaitantes.

L'usage interne de la plante doit se faire sous contrôle médical.

Principes chimiques actifs

Le souci officinal renferme des substances amères, de l'acide malique, de la résine, de la calenduline, des gommes, du mucilage et de l'albumine.

La plante contient également une huile essentielle, de l'acide salicylique, flavonoïdes, des tanins et des saponines.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.