Tyrosine: bienfaits, posologies

-

La tyrosine est un acide aminé précurseur des catécholamines (l’adrénaline, la noradrénaline, la dopamine et la L-DOPA) 1 2 des hormones thyroïdiennes (thyronine) et de la mélanine (le pigment naturel de la peau et des cheveux) 3 . Elle est présente dans les aliments riches en protéines et peut être naturellement synthétisée par l’organisme.

Présentation

La tyrosine est un acide aminé non essentiel pour l'organisme humain puisque nous savons la synthétiser. Cependant, elle peut être produite en quantité insuffisante d'où la nécessité d'en apporter suffisamment via une alimentation protéinée et équilibrée.

Chez les mammifères, elle est synthétisée par hydroxylation d’un acide aminé indispensable, la phénylalanine, catalysée par l’enzyme phénylalanine hydroxylase, sauf dans un cas pathologique de phénylcétonurie (maladie génétique rare résultant d'une accumulation de phénylalanine dans le sang, due à une réduction de l'activité hydroxylase).

Par conséquent, la synthèse de tyrosine est donc étroitement associée à la présence de phénylalanine.

La tyrosine contribue à la fabrication de plusieurs substances chimiques importantes dans l’organisme, notamment :

Dopamine: La dopamine régule les centres de récompense et de plaisir. Cet important neurotransmetteur du cerveau est également crucial pour les processus de mémorisation et les capacités motrices.

Adrénaline et noradrénaline: Ces hormones catécholamines sont responsables de la réaction de combat ou de fuite face à des situations stressantes.

Hormones thyroïdiennes: Produites par la glande thyroïde, elles interviennent principalement dans la régulation de la croissance et du métabolisme.

Mélanine: Ce pigment naturelle donne à la peau, aux cheveux et à aux yeux leur couleur.

Il est important de noter que l’organisme produit des neurotransmetteurs, qui ont tendance à diminuer lors de périodes de stress ou de troubles mentaux.

A ce titre, la tyrosine, précurseur de certains neurotransmetteurs, possède de nombreux atouts, elle peut aider à lutter contre le stress et s’avère intéressante pour le renforcement de la mémoire. Elle peut être également utile pour traiter les troubles de l’humeur, la dépression, l’anxiété, la fatigue ou encore le trouble du déficit de l'attention.

Propriétés et bienfaits de la tyrosine

Régulation du stress

Plusieurs études ont établi l’intérêt de la tyrosine dans la prévention du stress4  4 5 6 7.

La noradrénaline est un neurotransmetteur utile pour l’attention, le sommeil, les émotions et l’humeur. En effet, un déficit en noradrénaline conduit à des troubles de l’humeur et une baisse de motivation.

Aussi il est bien établi que le stress peut réduire les niveaux de noradrénaline dans différentes régions du cerveau (locus coeruleus, hippocampe et hypothalamus) 8.

La tyrosine, en tant que précurseur de la noradrénaline, aide à combattre le stress et participe à l’état de bien‐être aussi bien physique que mental.

De fait, une étude sur des rats soumis à un choc a montré que leur niveau de noradrénaline est fortement diminué, mais lorsque la tyrosine a été injectée dans les rats, les niveaux de noradrénaline restent inchangés. Ceci est probablement dû au fait que la tyrosine a amélioré le taux de noradrénaline produit pour répondre à des situations stressantes 9.

Ainsi, la tyrosine supplémentée a amené les rats à ne présenter aucun déficit comportemental, alors que les rats qui n’ont pas eu de suppléments de tyrosine ont montré des changements de comportement induits par le stress. 

L’hypothèse des chercheurs est également que la tyrosine ne peut améliorer la performance physique que si l’exercice en cours produit suffisamment de stress cognitif et épuise les niveaux de dopamine ou de noradrénaline.

Régulation de l'humeur

Lorsque les patients ont été soumis à des conditions stressantes telles que le froid ou des hautes altitudes, il a été observé que des niveaux élevés de tyrosine amélioraient l’humeur du patient. Ce résultat est la conséquence notamment d’une réduction de l’intensité des symptômes.

Une étude scientifique à long terme a été réalisée sur des patients séjournant en Antarctique, ayant reçu des suppléments de tyrosine tous les jours de manière saisonnière, en été et en hiver. Les suppléments de tyrosine ont été efficaces pour améliorer l’humeur seulement en condition de stress soit en période hivernale 10.

Dépression

Il a été découvert que la tyrosine pouvait aider à atténuer la dépression chez certains patients dans certains essais cliniques. La tyrosine pourrait être donc conseillée pour améliorer le traitement en cas de symptômes dépressifs.

Cependant, des essais cliniques élargis à 65 patients souffrant de dépression  n’ont pas permis de confirmer l’efficacité de la tyrosine comme antidépresseur 11. Cela peut être attribué au fait que l’état de dépression est complexe, multifactorielle, et ne se limite pas simplement à un manque de dopamine ou de noradrénaline.

La tyrosine comme antidépresseur pourrait être utilisée chez les patients dont la dépression provient de faibles niveaux de dopamine et de noradrénaline 12.

Néanmoins, plus de preuves scientifiques sont nécessaires pour évaluer l’intérêt de la L-Tyrosine pour traiter efficacement les états de dépression 13.

Mémoire

Plusieurs études cliniques ont conclu qu’une supplémentation en tyrosine (100-300 mg/kg) peut contrer le déclin mental et améliorer, par rapport au placebo, la cognition dans des situations à court terme, stressantes (exposition au froid, au bruit, privation de sommeil par exemples) ou exigeantes sur le plan mental 14 15 16 17 18 19 20.

Par exemple, dans une étude clinique américaine de 1999, publiée dans la revue Pharmacology, Biochemistry and Behavior, il a été évalué l’effet d’une adminnistration d’une dose de 150 mg/kg de L-Tyrosine, 1 heure avant l’exécution d’une batterie de test multitâche mesurant la flexibilité cognitive (capacité de basculer entre des tâches ou des pensées).

Les chercheurs ont montré une amélioration significative de la mémoire de travail (garder en parallèle en mémoire un certain nombre d’informations) des sujets traités avec de la L-Tyrosine, comparativement au placebo 21.

Aussi un essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo d’une étude scientifique, incluant 22 adultes en bonne santé, a été réalisé en 2015. De manière concordante, les conclusions de l’étude confirment l’effet positif d’un traitement par la tyrosine sur la flexibilité cognitive lors d’un test de performance de commutation de tâches 22.

Déficit de l'attention

Plusieurs études ont permis de rendre compte de l’effet de la tyrosine dans le traitement du déficit de l’attention. 23 24 25

Les résultats préliminaires des essais cliniques sur l’utilisation de la tyrosine pour essayer d’améliorer les symptômes du déficit de l’attention chez les humains semblent prometteurs.

Sur les 12 adultes qui se sont portés volontaires pour les essais cliniques, huit ont montré une certaine amélioration en deux semaines262. Néanmoins, après six semaines, les huit patients ont manifesté une tolérance à la tyrosine et les améliorations ont cessé.

Un métabolisme altéré des neurotransmetteurs (dopamine et noradrénaline)  peut être une prédisposition au trouble du déficit de l’attention. Bien que cela ne représente que de 5 à 10% des cas de déficit de l’attention, il est plus probable que de tels cas pourraient tirer bénéfices, à court terme, des suppléments de tyrosine. Ces derniers pourraient alors avoir des effets favorables sur l’attention, la distractibilité et l’impulsivité.

En ce sens, au cours d’un essai clinique sur le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), il a été utilisé une administration de tyrosine par voie orale, en conbinaison avec le 5-HTP (précurseur immédiat de la sérotonine) et un certain nombre de cofacteurs et d'adjuvants. Les résultats ont démontré une amélioration significative des anomalies neuropsychologiques chez 67 % des 85 participants à l’étude 27.

L’évaluation de la mesure de l’excrétion des métabolites urinaires a permis, par la suite, d'ajuster la dose chez les sujets qui ne répondaient pas au traitement, le taux de succès s'élevait alors à 77 %.

Parkinson

La maladie de Parkinson se caractérise par une dégénérescence des neurones dopaminergiques, ce qui conduit à une baisse significative de la production ainsi que de la libération de dopamine.

Neuf patients atteints de Parkinson ont été traités avec de la tyrosine et du probénécide. Ces patients ont montré une augmentation de l’acide homovanillique dans le liquide céphalo-rachidien. La présence de l’acide homovanillique, un produit du métabolisme de la dopamine, est en corrélation avec le fait que la dopamine cérébrale est libérée 28.

Ces taux élevés d’acide homovanillique démontrent que la tyrosine pourrait potentiellement être utilisée pour traiter la maladie. 

Performance physique

En cas d'activité physique, afin de maintenir leur niveau de performance et enchaîner l’intensité des entraînements jour après jour, une complémentation en tyrosine peut être envisagée par les sportifs. Celle-ci va stimuler la production de dopamine et faciliter une meilleure récupération. Aussi l’augmentation du niveau de dopamine dans le cerveau va influencer favorablement la vigilance, l’attention, la concentration et le temps de réaction.

Dans ces conditions, un athlète qui s'entraîne intensivement peut donc tirer profit d'un complément de L Tyrosine qui, en régulant les niveaux de dopamine, peut aider à combattre la fatigue et le stress associés à des séances d'entraînement lourdes et intensives.

Contrôle du poids

Certaines études semblent aussi indiquer que la L-Tyrosine pourrait être utile dans la perte de poids.

Les différentes formes

En complément alimentaire

En complément, la tyrosine est disponible sous forme d’acide aminé libre ou de N-acétyl L-Tyrosine en capsules de 500 mg.

Dérivés

La N‐Acétyl L‐Tyrosine est un complément alimentaire particulièrement adaptée aux sportifs. Elle est bien plus soluble dans l’eau que la forme libre mais son taux de conversion en tyrosine dans le corps est faible.

Dosages et posologies

Pour améliorer la vigilance : 150 mg / kg / jour de tyrosine. Cette dose semble efficace pour préserver la performance mentale pendant les situations de stress physique ou les périodes de privation de sommeil.

La tyrosine est généralement administrée à des doses de 500 à 2 000 mg 30 à 60 minutes avant l'effort.

En préventif : 150 mg / kg de L-Tyrosine par jour. Cure de 3 mois (1 ou 2 fois par an).

Utilisation

Concernant la supplémentation en tyrosine, une dose de 150 mg / kg de L-tyrosine par jour est préconisée, à prendre de préférence en première partie de journée.

Associations et synergies

En clinique, l'association de la DOPA et de la tyrosine est employée pour traiter certains troubles de l'attention tels que l'hyperactivité.

Précautions et dangers

Utilisation

Les doses journalières ne doivent pas dépasser 150 mg / kg par jour pendant un maximum de 3 mois.

Ne pas prendre plus de 150 mg / kg en usage prolongé (plus de 3 mois) sans recommandation d’un thérapeute. En effet, peu de données sont disponibles sur la prise à long terme. Elle n’engendre pas d’effets négatifs sur 3 mois.

Pour les femmes enceintes, allaitantes, il n’y a pas suffisamment d’informations disponibles pour savoir si la tyrosine peut-être utilisée. Mieux vaut être prudent et éviter son utilisation.

Hyperthyroïdie ou Maladie de Basedow : le corps utilise de la tyrosine pour fabriquer de la thyroxine, une hormone thyroïdienne. Une supplémentation en tyrosine pourrait augmenter le taux de thyroxine et aggraver ces maladies. Les personnes atteintes de pathologies de la glande thyroïde risquent des complications et par conséquent ne doivent pas en consommer.

Contre indications

Les compléments alimentaires à base de tyrosine peuvent, à ce jour, être consommés en totale innocuité.

Effets secondaires

Par voie orale, la tyrosine peut provoquer des effets secondaires tels que des nausées, des maux de tête, de la fatigue, des brûlures d’estomac et des douleurs articulaires 29.

Interactions médicamenteuses

La tyrosine peut interagir modérément avec ces traitements :

- le lévodopa : En diminuant la quantité de lévodopa absorbée par le corps, la tyrosine pourrait diminuer l’efficacité de la lévodopa. Ne prenez pas la tyrosine et la lévodopa en même temps (consulter un médecin avant tout usage de la L-tyrosine).

- les hormones thyroïdiennes : Le corps produit naturellement les hormones thyroïdiennes. La tyrosine, en tant que précurseur métabolique, pourrait augmenter la quantité d’hormone thyroïdienne produite par le corps. Cela pourrait augmenter leur effet ainsi que  les effets secondaires associés.

La tyrosine dans les aliments

Apportée par les aliments riches en protéines, la tyrosine est notamment présente dans les aliments suivants: produits laitiers, fromages à pâte dure, poissons, viande (volaille) avocat, amandes, noix de cajou, les graines de sésame, les graines de citrouille …

A noter que les aliments d’origine animale sont des sources bien plus concentrées et bien plus complètes de tous les acides aminés / protéines dont l’organisme a besoin.


  • 1Acworth IN, During MJ, Wurtman RJ (1988). Tyrosine: effects on catecholamine release. Brain Res Bull. 21(3):473-7.
  • 2Rasmussen, D. D., Ishizuka, B., Quigley, M. E., and Yen, S. S. (1983). Effects of tyrosine and tryptophan ingestion on plasma catecholamine and 3,4-dihydroxyphenylacetic acid concentrations. J.Clin.Endocrinol.Metab 57(4):760-763.
  • 3Van Spronsen FJ, van Rijn M, Bekhof J (2001). Phenylketonuria: tyrosine supplementation in phenylalanine-restricted diets. Am J Clin Nutr 73:153-7.
  • 4Reinstein DK, Lehnert H, Scott NA, Wurtman RJ (1984). Tyrosine prevents behavioral and neurochemical correlates of an acute stress in rats. Life Sci. 34(23):2225-31.
  • 5Reinstein, D. K., Lehnert, H., and Wurtman, R. J (1985). Dietary tyrosine suppresses the rise in plasma corticosterone following acute stress in rats. Life Sci. 37(23):2157-2163.
  • 6Banderet, L. E. and Lieberman, H. R. (1989). Treatment with tyrosine, a neurotransmitter precursor, reduces environmental stress in humans. Brain Res Bull 22(4):759-762.
  • 7Reinstein, D. K., Lehnert, H., and Wurtman, R. J (1985). Dietary tyrosine suppresses the rise in plasma corticosterone following acute stress in rats. Life Sci. 37(23):2157-2163.
  • 8Banderet, L. E. and Lieberman, H. R. (1989). Treatment with tyrosine, a neurotransmitter precursor, reduces environmental stress in humans. Brain Res Bull 22(4):759-762.
  • 9Dollins AB, Krock LP, Storm WF, Wurtman RJ, Lieberman HR (1995). L-tyrosine ameliorates some effects of lower body negative pressure stress. Physiol Behav. 57(2):223-30.
  • 10Jongkees BJ, Hommel B, Kühn S, Colzato LS (2015). Effect of tyrosine supplementation on clinical and healthy populations under stress or cognitive demands-A review. J Psychiatr Res. 70:50-7.
  • 11Reinstein DK, Lehnert H, Scott NA, Wurtman RJ (1984). Tyrosine prevents behavioral and neurochemical correlates of an acute stress in rats. Life Sci. 34(23):2225-31.
  • 12Jongkees BJ, Hommel B, Kühn S, Colzato LS (2015). Effect of tyrosine supplementation on clinical and healthy populations under stress or cognitive demands-A review. J Psychiatr Res. 70:50-7.
  • 13Palinkas LA, Reedy KR, Smith M, Anghel M, Steel GD et al. (2007). Psychoneuroendocrine effects of combined thyroxine and triiodothyronine versus tyrosine during prolonged Antarctic residence. Int J Circumpolar Health. 66(5):401-17.
  • 14Neri DF, Wiegmann D, Stanny RR, et al. (1985). The effects of tyrosine on cognitive performance during extended wakefulness. Aviat Space Environ Med 66:313-9.
  • 15Deijen, J. B. and Orlebeke, J. F. (1994). Effect of tyrosine on cognitive function and blood pressure under stress. Brain Res Bull 33(3):319-323.
  • 16Shurtleff, D., Thomas, J. R., Schrot, J., Kowalski, K., and Harford, R (1994). Tyrosine reverses a cold-induced working memory deficit in humans. Pharmacol Biochem Behav 47(4):935-941.
  • 17Magill, R. A., Waters, W. F., Bray, G. A., Volaufova, J., Smith, S. R., Lieberman, H. R., McNevin, N., and Ryan, D. H. (2003). Effects of tyrosine, phentermine, caffeine D-amphetamine, and placebo on cognitive and motor performance deficits during sleep deprivation. Nutr.Neurosci. 6(4):237-246.
  • 18O'Brien, C., Mahoney, C., Tharion, W. J., Sils, I. V., and Castellani, J. W. (2007). Dietary tyrosine benefits cognitive and psychomotor performance during body cooling. Physiol Behav. 90(2-3):301-307.
  • 19Mahoney, C. R., Castellani, J., Kramer, F. M., Young, A., and Lieberman, H. R. (2007). Tyrosine supplementation mitigates working memory decrements during cold exposure. Physiol Behav. 92(4):575-582.
  • 20Colzato LS, Jongkees BJ, Sellaro R, Hommel B (2013). Working memory reloaded: tyrosine repletes updating in the N-back task. Front Behav Neurosci. 7:200.
  • 21Thomas, J. R., Lockwood, P. A., Singh, A., and Deuster, P. A. (1999). Tyrosine improves working memory in a multitasking environment. Pharmacol Biochem Behav 64(3):495-500.
  • 22Steenbergen L, Sellaro R, Hommel B, Colzato LS (2015). Tyrosine promotes cognitive flexibility: evidence from proactive vs. reactive control during task switching performance. Neuropsychologia. 69:50-5.
  • 23Wood DR, Reimherr FW, Wender PH (1985). Amino acid precursors for the treatment of attention deficit disorder, residual type. Psychopharmacol Bull 21:146-9.
  • 24Wood DR, Reimherr FW, Wender PH (1985). Amino acid precursors for the treatment of attention deficit disorder, residual type. Psychopharmacol Bull 21:146-9.
  • 25Reimherr FW, Wender PH, Wood DR, Ward M (1987). An open trial of L-tyrosine in the treatment of attention deficit disorder, residual type. Am J Psychiatry. 144(8):1071-3.
  • 26Hinz M, Stein A, Neff R, Weinberg R, Uncini T (2011). Treatment of attention deficit hyperactivity disorder with monoamine amino acid precursors and organic cation transporter assay interpretation. Neuropsychiatr Dis Treat. 7:31-8.
  • 27Reimherr FW, Wender PH, Wood DR, Ward M (1987). An open trial of L-tyrosine in the treatment of attention deficit disorder, residual type. Am J Psychiatry. 144(8):1071-3.
  • 28Hinz M, Stein A, Neff R, Weinberg R, Uncini T (2011). Treatment of attention deficit hyperactivity disorder with monoamine amino acid precursors and organic cation transporter assay interpretation. Neuropsychiatr Dis Treat. 7:31-8.
  • 29Growdon JH, Melamed E, Logue M, Hefti F, Wurtman RJ (1982). Effects of oral L-tyrosine administration on CSF tyrosine and homovanillic acid levels in patients with Parkinson's disease. Life Sci. 30(10):827-32.
  • 30Gelenberg AJ, Wojcik JD, Falk WE, et al. (1990) Tyrosine for depression: a double-blind trial. J Affect Disord 19:125-32
  • 31McLean A, Rubinsztein JS, Robbins TW, Sahakian BJ (2004). The effects of tyrosine depletion in normal healthy volunteers: implications for unipolar depression. Psychopharmacology (Berl). 171(3):286-97.
  • 32Meyers S (2000). Use of neurotransmitter precursors for treatment of depression. Altern Med Rev. 5(1):64-71.
  • 33Wood DR, Reimherr FW, Wender PH (1985). Amino acid precursors for the treatment of attention deficit disorder, residual type. Psychopharmacol Bull 21:146-9.
Mounir Belkouch
Mounir Belkouch, Auteur

Rédacteur scientifique nutrition et santé – Biochimiste de formation et Doctorat en neurosciences – Chercheur pendant 11 ans ayant publié plusieurs études.