Vitamine B12: Bienfaits et posologie

-

La vitamine B12 ou Cobalamine est une vitamine hydrosoluble appartenant à la famille des vitamines du groupe B.
Contrairement aux autres vitamines, elle est peu présente dans l’alimentation. Pourtant, elle est nécessaire à la synthèse des hématies, des acides aminés et des protéines. Elle participe à de nombreuses réactions enzymatiques. Elle est essentielle au fonctionnement du système nerveux.

Présentation

vitamine b12 dans la viande

La vitamine B12 a une structure chimique proche de l’hème dont l’atome fer est remplacé par un ion cobalt.
Elle existe sous divers formes : cyanocobalamine, hydroxocobalamine, méthylcobalamine, adénosylcobalamine.

La forme naturelle est l’hydroxocobalamine produite par les bactéries. Elle est ensuite convertie en méthylcobalamine, adénosylcobalamine, les formes les plus actives à très faible dose.
La cyanocobalamine est la forme commercialisée en raison de sa stabilité.

Origine de la vitamine B12

Sa caractéristique est son origine bactérienne. Elle est synthétisée par les bactéries vivant dans le système digestif des animaux. Elle est ensuite absorbée par le tissu digestif pour se concentrer dans les abats et le foie
Les hommes la synthétisent en faible quantité par leur microbiote au niveau du gros intestin, soit après la zone d’absorption et ne peuvent l’assimiler.
Aussi, leur source d’apport sera d’origine exogène par la consommation de produits animaux.
Les fruits et légumes crus et non lavés en présentent à leur surface.

Assimilation de la vitamine B12

Son assimilation présente plusieurs étapes.
La première au niveau de l’estomac nécessite la sécrétion de pepsine qui permet de détacher la vitamine B12 de son support protéique animal.
Une fois libérée, elle se fixe sur une protéine d’origine salivaire (haptocorrine) pour arriver dans le duodénum.
De nouveau libérée de son support par les enzymes pancréatiques, elle se lie à un nouveau facteur : le facteur intrinsèque (FI) produit au niveau de l’estomac. Présent en faible quantité, il ne peut fixer plus de 2 micro/gr de cobalamine / jour.
Ainsi conjuguée, la vitamine B12 traverse l’intestin pour finalement être absorbée au niveau de l’iléon, partie terminale de l’intestin grêle.

La couverture des besoins en vitamine B12 nécessite donc :

  • une alimentation composée de produits animaux
  • une acidité suffisante au niveau de l’estomac
  • la présence du facteur intrinsèque
  • la sécrétion de sucs pancréatiques

Causes des carences en vitamine B12
> Par défaut d’assimilation :

  • les traitements anti-acide IPP (inhibiteurs de la pompe à neutrons)
  • lorsque les sécrétions acides diminuent avec l’âge
  • la maladie de Biermer responsable d’une atrophie de la muqueuse gastrique et de la non synthèse du FI
  • une insuffisance pancréatique
  • une inflammation intestinale : intestin irritable, maladie de Crohn…

> Par des besoins accrus en vitamine B12 :

  • alcool et drogue
  • stress oxydatif
  • parasitose qui consomme la vitamine B12
  • alimentation riche en sucre

L’homme stocke la vitamine B12 au niveau du foie, du cerveau et du pancréas. Les réserves permettent de couvrir les carences d’absorption durant 5 à 6 ans.

Propriétés et bienfaits

Malgré un besoin journalier des plus faibles parmi les vitamines (3 microgr / jour), toute déficience révèle ses bienfaits et son rôle majeur dans l’organisme.

Anémie

La vitamine B12 est anti-anémique en participant à l’hématopoïèse. Avec la vitamine B9 (acide folique), elle intervient dans la synthèse de l’ADN et ainsi dans la division cellulaire. Tout déficit affecte en priorité les cellules à renouvellement rapide telles que les hématies, les cellules de la muqueuse digestive.

L’anémie peut survenir par une carence d’apport exogène dans le cadre d’un régime végétalien ou par défaut de synthèse du facteur intrinsèque permettant son assimilation.
Toutefois, ces 2 causes de carence restent mineures1.

Anémie par non-dissociation de la vitamine B12 de ses ligands
 La majorité des déficits en vitamine B12 provient dans 60% d’une malabsorption2 par non-dissociation de la vitamine B12 de ses ligands (FI et haptocorrine).

Les causes sont en relation avec une perte d’intégrité de la muqueuses digestive :

  • gastrite
  • résection gastrique
  • infection à Helicobacter Pylori3
  • insuffisance pancréatique
  • pullulation bactérienne
  • la prise d’anti-acide4 qui inhibe la libération de la vitamine B12 de l’hapocorrine.

Anémie de Biermer
Elle représente 18% à 50% des cas d’anémie par carence de vitamine B125. Il s’agit d’une maladie auto-immune qui se caractérise par une destruction de la muqueuse gastrique et la présence d’un anti-corps anti-FI.
La maladie de Biermer peut être associée à d’autres maladies auto-immunes : vitiligo, maladie d’Addison … ]

Anémie par malabsorption
Cette anémie est retrouvée dans 6% des cas des déficits en vitamine B12.
La malabsorption a pour origine :

  • une insuffisance pancréatique
  • une gastrectomie
  • une inflammation intestinale
  • un traitement à la metformine > 2g/j6

Anémie par carence d’apport alimentaire
Dans 2%  des cas, la carence est d’origine alimentaire. Elle s’installe insidieusement au fur et à mesure de la diminution des réserves. Elle concerne plus fréquemment la femme jeune.
Les manifestations sont un teint jaunâtre, les cheveux sont gris et le visage légèrement bouffi.

Troubles nerveux

La cobalamine est nécessaire à la synthèse de myéline entourant les nerfs. C’est pourquoi une carence en vitamine B12 impacte le système nerveux central.
Les troubles neurologiques sont pluriels associés ou non à une anémie : polynévrites, perte de sensibilité, paresthésie (fourmillement, picotement), trouble de la coordination des mouvements, atteinte des nerfs crâniens (atrophie optique, névrite optique), troubles sphinctériens.
Il a été constaté une déficience en vitamine B12 plus fréquente dans les démences, maladie d’Alzheimer, AVC, Parkinson7.

Hyperhomocystéinémie

Avec les vitamines B6 et B9, la cobalamine est impliquée dans le métabolisme de l’homoscystéine. Toute carence en ces vitamines augmente le taux d’homocystéine.
Or une hyperhomocystéinémie expose :

  •  au risque d’infarctus du myocarde8
  • au risque d’accident vasculaire cérébral9
  • à une thrombose10
  • à une prévalence aux démences et à la maladie d’Alzheimer11
  • au risque dépressif12 mais aussi à l’irritabilité, la fatigue

Trouble stomacal

Une autre des manifestations d’une carence en vitamine B12 avancée est la  glossite de Hunter13.
Elle se présente sous une 1ère forme inflammatoire avec perte de l’aspect velouté de la langue et présence de plaques érythémateuses. Elle est suivie d’une phase atrophique avec disparition des papilles filiformes et une couleur rose à rouge de la langue.

Des douleurs au niveau de la cavité buccale, des troubles du goût, des picotements dans la bouche14 sont des symptômes stomatologiques d’une carence en cobalamine.
Ils sont généralement les 1er signes d’une carence en vitamine B12 avant l’anémie et les troubles mentaux..
En effet, la cobalamine est nécessaire à la synthèse de l’ADN. Sa division ralentit le renouvellement des cellules, en particulier celles à turn-over rapide telles que les papilles gustatives.

Ces symptômes peuvent précéder de 4 ans une anémie par carence en cobalamine15.

Les différentes formes

La vitamine B12 se présente sous 4 formes différentes de biodisponibilité différente.

  • hydroxocobalamine
  • méthylcobalamine
  • adénosylcobalamine
  • cyanocobalamine

Méthylcobalamine et adénosylcobalamine sont les formes actives.
Malgré cela, la forme cyanocobalamine est fréquemment proposée que ce soit en injection ou en préparation orale.
Par contre, elle se montre suffisante en prévention des carences.

La méthylcobalamine agit principalement au niveau des cellules nerveuses, la synthèse de l’ADN et de l’érythropoïèse.
L’adénosylcobalamine est active dans les mitochondries avec amélioration de l’énergie, de l’activité cérébrale, de la fonction musculaire.

Dosages et posologie

Besoins journaliers

Besoin en vit B12 μg / Jour
Adolescent et adulte 14 ans et +2,4
Femme enceinte2,6
Allaitement2,8
Enfant de 9 à 13 ans1,8
Enfant de 4 à 8 ans1,2
Bébé 1 à 3 ans0,9
Nouveau-né à 12 mois

Posologie

La vitamine B12 se prend par injection lorsque la carence n’est pas d’origine alimentaire, en spray sublingual ou nasal, en comprimés.
Cependant, pour toute cause confondue, l’administration de vitamine B12 par voie orale ou intramusculaire normalise de façon équivalente l’hypovitaminose16.

Pour les carences par malabsorption :
Par injection intramusculaire : 1 mg / jour pendant 10 jours.
Puis en traitement d'entretien : 1 mg (une ampoule) en I.M. par mois.

Pour les carences d’apport alimentaire chez les végétaliens :
Voie oral : 1 ampoule / jour pendant 15 jours à 1 mois
Puis en entretien : 1 ampoule tous les 10 jours

Précautions

Contre-indications

- Antécédents d'allergie aux cobalamines (vitamine B12 et substances apparentées).
- Tumeur maligne : en raison de l'action de la vitamine B12 sur la croissance des tissus à taux de multiplication cellulaire élevé, le risque de poussée évolutive doit être pris en compte. `

Effets secondaires

Réactions allergiques : prurit, urticaire, eczéma, érythème, œdème pouvant être sévère : choc anaphylactique, nécrose cutanée ou œdème de Quincke
 Risque d'acné
 Possibilité de douleur au point d'injection
Coloration rouge des urines (correspondant à l'élimination urinaire de la vitamine B12).

Interactions médicamenteuses

- antihistaminiques
- inhibiteurs de la pompe à protons

La réduction de l’acidité gastrique par ces médicaments pouvant diminuer l’absorption digestive de la vitamine B12.

Sources alimentaires

Aliments les plus riches en vitamine B12

La vitamine B12 provenant des produits laitiers est mieux assimilé que celle des produits animaux lesquels ont subi une cuisson qui détruit une partie de la vitamine. Deux minutes de cuisson détruit 30% de la cobalamine.
A noter que le facteur intrinsèque n’est capable de transporter que 1,5 à 2 mcg de vitamine B12 par repas.
Concernant la vitamine B12 des algues, il s’agit davantage de composés de structure chimique proche de la cobalamine mais d’une biodisponibilité très faible17.

Aliments μg / 100 g
Foie de boeuf, veau65
Foie d'agneau35
Caviar16
Huîtres14,5
Pâté de foie13,5
Lapin10
Maquereau, hareng, moules9
Boeuf, truite, thon, oie5
Saumon de mer3,5
Camembert, gruyère3,1
Agneau, canard3
Fromage blanc 0,9
Lait brebis, vache, yaourt0,4