Acide hyaluronique : bienfaits et dangers

-

L’acide hyaluronique est naturellement produit par l’organisme. Il apporte de la viscosité au liquide synovial permettant la lubrification des articulations. Il comble l’espace inter-cellulaire, hydratant et donnant ainsi de la cohésion au tissu.
Il intervient dans les processus de cicatrisation, d’inflammation. Il s’oppose à l’angiogenèse d’où son intérêt dans les cancers.

Définition

Gros plan sur la peau d'une jeune femme. L’acide hyaluronique permet d'hydrater la peau et de lui redonner de l'élasticité.

L’acide hyaluronique (AH) a été découvert en 1930 dans l’humeur vitrée d’un œil de bovin. L’identification de la structure chimique de ce nouveau polysaccharide riche en acide uronique lui vaut son nom actuel : hyalos = vitreux et uronique.
Il est présent dans tous les tissus embryonnaires. Ensuite, au sein du corps humain, il est principalement formé par les fibroblastes au niveau de la peau et des chondrocytes pour le cartilage. Il est synthétisé sous l’action d’une enzyme : la hyaluronanesynthetase.

L’AH est très hydrophile. Il se lie à des molécules d’eau, de collagène et de protéoglycane pour constituer un gel dense et visqueux.
Sensible aux UV, capteur des radicaux libres, au fil des années son poids moléculaire diminue entraînant une perte de ses fonctions hydratantes, élastiques et visqueuses.
C’est pourquoi il concentre l’intérêt des thérapies anti-âge pour combler les rides, hydrater et tonifier la peau, soulager les douleurs articulaires.

Propriétés

Du fait de ses excellentes propriétés physico-chimiques (biodégradable, biocompatible, non toxique, non immunogène), l’acide hyaluronique présente de nombreuses applications dans le domaine de la médecine : domaine ostéoarticulaire, chirurgie de l’œil et plastique1.

Peau: un effet anti-âge et hydratant

La moitié de l’acide hyaluronique est concentrée au niveau cutané, dans le derme. Si le collagène donne la structure à la peau, l’AH maintient son hydratation, nourrit le collagène et contribue ainsi à son élasticité et sa fermeté. Mais sous l’impact des radicaux libres, il perd ses fonctionnalités.
Aussi de nombreuses études ont investigué l’efficacité d’une supplémentation orale. Dans un premier temps, il a été observé que l’AH était bien assimilé2.

Ensuite dans une seconde étude randomisée, le groupe suppléé montrait une augmentation significative de l’hydratation de la peau et réduisait les problèmes de sécheresse cutanée3.
En effet, la prise de 240 mg / jour ou 120 mg / jour durant 6 semaines améliore la sécheresse de la peau du visage et de l’ensemble du corps4.

Tandis que l’absorption de 1 g d’un complexe d’AH – collagène – chondroïtine durant 12 semaines a réduit de 76% la sécheresse cutanée et de 13,2% la profondeur des rides5.

En s’intéressant au poids moléculaire de l’AH, la prise de 120 mg d’AH de 2 ou 300 kdalton a estompé le volume et la surface des rides à 4 semaines. Mais après 8 semaines, si l’élasticité de la peau était similaire avec les 2 supplémentations, l’effet anti-rides était plus prononcé avec l’AH 300k.
De même, l’application d’une crème cosmétique à l’acide hyaluronique 2 fois par jour, réduit la profondeur et la surface des rides, l’hydratation et la souplesse cutanée6.

Enfin, du fait de son pouvoir d’hydratation important, la supplémentation ou l’injection en acide hyaluronique apporte également une nette amélioration dans le cas de la sécheresse et l’atrophie vulvo-vaginale qui peut advenir à la ménopause ou sous hormonothérapie.

Cicatrisation

L’acide hyaluronique présente des propriétés antioxydantes,modulatrices de l’inflammation, de l’angiogenèse et de la migration cellulaire qui sont les principales phases de réparation tissulaire.

Aussi, naturellement a-t-il été étudié dans le cadre des problématiques de cicatrisation.
C’est ainsi que l’AH à haut poids moléculaire a été identifié comme plutôt anti-inflammatoire et immuno-suppresseur. Alors que celui à faible poids moléculaire est davantage pro-inflammatoire7.

L’AH favorise les 1ères phases de cicatrisation8 et présente des propriétés bactéricides9 intéressantes dans le cas de plaies ouvertes.
Ainsi, la pose d’un gel à l’AH sur une lésion cutanée a stabilisé l’hydratation de la peau et stimulé l’agrégation de protéines cicatrisantes. Sa perméabilité a réduit le temps de cicatrisation comparativement à un pansement spécifique pour les escarres10.

Tandis qu’en dentisterie, il accélère la guérison après une chirurgie dentaire. Dans le cas d’inflammation, il offre des résultats positifs vis-à-vis des gingivites et parodontites11.

Douleurs d'arthrose

L’AH est un composant du liquide synovial permettant aux articulations de glisser l’une sur l’autre.
C’est pourquoi, sa supplémentation figure parmi les thérapies pour soulager les douleurs ostéo-articulaires, au niveau des articulations, liées à la dégénération du cartilage.

Aussi la prise de 80 à 200 mg / jour d’acide hyaluronique par des personnes âgées de 40 à 70 ans, réduit significative les douleurs des genoux dès 2 semaines de supplémentation12. L’AH était combinée avec des exercices de renforcement musculaire des quadriceps. L’amélioration de la fonction articulaire s’accompagnait d’un meilleur sommeil et équilibre émotionnel avec reprise d’une vie sociale13.

Une dernière méta-analyse confirme l’efficacité d’une telle supplémentation pour lutter contre l'arthrose, tout en s’avérant sûre14 comparativement à l’injection, dont les bénéfices sont moindres avec davantage d’effets secondaires15.

Reflux acide

Les remontées acides causent douleur, lésion et perméabilité de la muqueuse de l’œsophage.
Or, l’acide hyaluronique aiderait à soulager la muqueuse endommagée de l'œsophage en accélérant le processus de cicatrisation et en réduisant la perméabilité16.
Tandis qu’une autre étude a montré que la prise conjointe d’AH et de chondroïtine concomitamment à un médicament anti-acide augmentait de 60% l’efficacité de ce dernier17.

Lorsque cette supplémentation est proposée seule sans autre traitement dans le cas de régurgitations acides non érosives, elle soulage en moins de 30 min avec une disparition totale des symptômes dans 50% des cas18.

Sécheresse oculaire

La cause majeure est due à une sécheresse évaporative avec ou sans manque de larmes. Elle est plus souvent rencontrée avec le vieillissement et concerne 1 sujet sur 7. Les signes sont la sensation de brûlure, de sable dans les yeux, de démangeaisons.

Les larmes sont composées de 0,2 à 0,4 % d’acide hyaluronique. Ainsi, des lentilles de contact à diffusion lente d’AH sont en cours d’expérimentation.
Actuellement, en gouttes, il aide à réduire rapidement l’inflammation de l’œil, sa cicatrisation, son hydratation et ainsi la sécheresse oculaire19.
Il n’est pas encore certain que sa supplémentation orale ait les mêmes effets.

Formation osseuse

Du fait de ses caractéristiques physico-chimiques, l’acide hyaluronique stimule la prolifération des cellules et la différenciation cellulaire. Cette stimulation dépend de son poids moléculaire.
Expérimentalement, elle a démontré sa capacité à activer les ostéoblastes en s’opposant à la résorption. Elle présente un intérêt notoire dans le cadre de l’ostéoporose et en dentisterie20.

Après injection d’AH de haut poids moléculaire à des rats, ceux-ci présentent un taux d’ostéoblastes supérieur au groupe ayant reçu de l’AH à bas poids moléculaire21.

Gélules, poudre et comprimés

L’AH est obtenu industriellement à partir de crêtes de coq ou par fermentation bactérienne, à partir de Streptococcus ou Bacillus subtilis. Cette dernière synthèse est privilégiée.

L’AH se présente sous divers poids moléculaires.
En complémentation orale, l’AH à poids moléculaire (300 kDalton) s’est avéré plus efficace.
Tandis que celui à plus faible poids moléculaire est à préférer, pour une application locale sous forme de crème ou de gel à appliquer, afin de pénétrer plus facilement au travers de la peau.
Quant à l’injection d’acide hyaluronique, elle est réservée aux professionnels de la santé, dans le cadre des douleurs articulaires, de la chirurgie esthétique et ophtalmique.

En compléments alimentaires, l'acide hyaluronique est disponible en gélules, capsules, poudre ou comprimés.

Dosages et durée du traitement

  • Anti-âge : 100 à 120 mg / jour en cure d’entretien de 4 mois
  • Cicatrisation, reflux acide : 100 à 120 mg / jour jusqu’à amélioration
  • Douleurs articulaires : 200 mg / jour en cure de 1 à 2 mois

Contre-indications et effets secondaires

Pour les personnes présentant une hypersensibilité à l’acide hyaluronique, son utilisation est déconseillée.

Aucun effet secondaire renseigné.

Précautions d’emploi

L’acide hyaluronique ne convient pas aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants de moins de 12 ans.

Interactions médicamenteuses

Aucune interaction médicamenteuse renseignée.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur l'acide hyaluronique :

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'acide hyaluronique?

L'acide hyaluronique est une macromolécule, qui constitue un gel dense et visqueux. Il est produit par le corps humain et
il dispose d'excellentes propriétés physico-chimiques.

Pourquoi prendre de l'acide hyaluronique?

Ses bienfaits sont nombreux et variés :
1. Action anti-âge et hydratante
2. Activité anti-inflammatoire
3. Diminution des douleurs articulaires
4. Soulagement des remontées acides
5. Protection oculaire
6. Stimulation de la prolifération des cellules

Quelles sont les mises en garde?

L’acide hyaluronique est déconseillé pour les femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants de moins de 12 ans et pour les personnes présentant une hypersensibilité à l’acide hyaluronique.


Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.