Bêta-carotène: guide complet

-

Le bêta-carotène, aussi appelé provitamine A, est un caroténoïde. Il est omniprésent dans les végétaux. Des études démontrent que le bêta-carotène joue un rôle prépondérant dans l’acuité visuelle. Plongeon à la découverte de ce pigment antioxydant.

Présentation et définition

Le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A.

Le bêta-carotène est le carotène le plus présent dans le corps humain. Avec la lutéine et le lycopène, ils forment le trio le plus célèbre des caroténoïdes. Précurseur de la vitamine A, ou rétinol, il possède également des vertus sur la santé. Découverte.

Histoire

L’histoire du bêta-carotène commence en 1881. C’est à ce moment qu’un chercheur isole pour la première fois des carotènes. Ce n’est cependant qu’au cours des années 80 que les pigments alimentaires sont étudiés de manière détaillée. Les scientifiques isolent alors les flavonoïdes et les caroténoïdes.

C’est à la fin des années 90 que les premiers bienfaits du bêta-carotène sont mis à jour.

Ce caroténoïde est un précurseur de la vitamine A. Celle-ci a été découverte en 1913. Ce n’est cependant qu’en 1930 que les scientifiques comprennent sa structure et son rôle dans l’organisme. Ils déduisent rapidement son caractère essentiel pour la croissance et la protection des maladies infectieuses.

Durant toutes ces années, les recherches sur la vitamine A et sur le bêta-carotène suivent des routes parallèles. À la fin du XXe siècle, les scientifiques comprennent le lien intrinsèque qui lie les 2 nutriments. Le bêta-carotène peut se transformer en vitamine A.

Description

Le bêta-carotène appartient à la famille de caroténoïdes. Ils forment une famille de plus de 600 pigments. Ils ont tous la particularité d’avoir une couleur jaune, orange ou rouge. Les caroténoïdes les plus connus sont le bêta-carotène, le lycopène et la lutéine.

Dans sa forme naturelle, le bêta-carotène permet la photosynthèse des plantes. Il est également un protecteur contre les rayons du soleil.

Rôles

Le bêta-carotène n’a pas encore livré tous ses secrets aux scientifiques. Cependant, l’état actuel des recherches permet déjà de conclure à 3 rôles majeurs :

  • apporter de la vitamine A ;
  • prévenir les dégâts des radicaux libres ;
  • favoriser la communication cellulaire.

Fonctionnement

Le bêta-carotène n’est pas, à proprement parler, une vitamine. Cependant, selon les besoins de l’organisme, il peut être transformé en rétinol lors de la digestion.

Propriétés et bienfaits du bêta-carotène

Le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A. Par conséquent, ses propriétés et bienfaits sont intrinsèquement liés à ceux du rétinol.

Correction de la carence en vitamine A

Le bêta-carotène se transforme en vitamine A dans l’organisme. Cependant, cette transformation s’effectue selon les besoins. Par conséquent, le caroténoïde peut être consommé sans risque afin de corriger une carence en rétinol.

Il a notamment été prouvé qu’une correction de la carence en rétinol aide à minimiser les complications et réduire la mortalité infantile dans les cas de rougeole1.

Traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge

La dégénérescence maculaire liée à l’âge est la première cause de cécité chez les personnes âgées. Une étude a démontré qu’une supplémentation en bêta-carotène, mais également en vitamines C et E, en zinc et en cuivre, permet de freiner l’évolution lorsque la maladie est à un stade intermédiaire ou avancé2.

Une complémentation à base de lutéine permet, quant à elle, de réduire l’impact de la lumière bleue sur la macula et donc de ralentir l’apparition d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Traitement de la rétinite pigmentaire

La rétinite pigmentaire est une maladie génétique. Elle entraîne une diminution progressive de certaines cellules de l’œil. À terme, la perte peut être complète.

Le bêta-carotène pourrait réduire l’évolution de cette maladie. Cependant, des recherches de grande envergure doivent encore être entreprises pour démontrer des résultats positifs irréfutables3.

Récupération après une opération de la myopie

Selon une étude, les bêta-carotènes ainsi que la vitamine E permettent de retrouver une meilleure acuité visuelle après une opération de la myopie4. Sous forme de collyre, le rétinol accélère la cicatrisation de la cornée.

Prévention des cancers

En raison de son activité antioxydante, le bêta-carotène est étudié dans son rôle de prévention des cancers.

Si une corrélation entre consommation de bêta-carotène et diminution du risque de cancer de l’œsophage est démontrée, les études sur d’autres types de cancers n’ont pas donné de résultats significatifs5.

Néanmoins, une étude6 randomisée sur plus de 800 personnes a montré que la prise de 25 mg de bêta-carotène par jour pendant 4 ans diminue de moitié le risque de récidive de polypes après opération chirurgicale. Les polypes étant un gros facteur de risques du cancer du côlon, le beta carotène a une dimension préventive importante sur ce type de cancer. Attention néanmoins, ceci n'est pas valable chez le fumeur ou ayant fumé (voir dans les précautions plus bas).

Prévention du déclin neurologique des personnes âgées

Au-delà de 65 ans, la majorité des personnes ressent un déclin des capacités intellectuelles liées à l’âge. Des études d’observation affirment cependant qu’une consommation suffisante de végétaux contribue à ralentir ce phénomène.

Selon les scientifiques, cet effet préventif est lié aux antioxydants présents dans les végétaux. Parmi ceux-ci, le caroténoïde occupe une place privilégiée.

Une étude, effectuée sur des hommes de plus de 65 ans, a permis d’observer un ralentissement du déclin intellectuel avec une forte dose de bêta-carotène7. Cependant, d’autres études ont amené un résultat contradictoire. Par ailleurs, une complémentation massive en bêta-carotène est suspectée d’augmenter le risque de mortalité8.

Peau et bronzage

Avec sa pigmentation orangée, le bêta-carotène fait écran aux rayons bleus et violets (UV). Il permet donc de protéger, dans une certaine mesure, la peau des ultraviolets. Il améliore aussi la pigmentation de la peau et favorise le bronzage.

Carences et excès

Il n’existe ni carence ni excès de bêta-carotène. Cependant, une consommation insuffisante de ce caroténoïde pourrait entraîner un déficit en vitamine A. À l’opposé, le caroténoïde ne provoque pas d’hypervitaminose.

Signes de déficit en vitamine A

La carence en rétinol est malheureusement fréquente dans les pays en voie de développement. Elle se traduit généralement par un retard de croissance et une atteinte oculaire pouvant aller jusqu’à la cécité. Elle est également responsable d’une élévation de la mortalité infantile par infection.

Dans les pays développés, la carence est exceptionnelle, mais un déficit peut-être observé en raison de certaines maladies :

  • malabsorption des gras ;
  • diarrhée chronique ;
  • maladie de Crohn ;
  • sida ;
  • maladies du foie ;
  • alcoolisme ;
  •  carence en zinc ou en vitamine C.

Le déficit en rétinol peut être asymptomatique ou uniquement altérer la vision nocturne9 et la résistance aux infections.

Excès en bêta-carotène

Il n’y a officiellement aucune possibilité d’excès en bêta-carotène, dans le sens d’un excès en vitamine A. Cependant, de trop fortes doses de bêta-carotène peuvent provoquer une coloration jaune ou orangée de la peau.

Néanmoins, l’absorption de dosages importants de bêta-carotène est vivement déconseillée aux fumeurs. En effet, certaines études semblent démontrer qu’il pourrait favoriser l’apparition du cancer du poumon et de l’estomac.

Bêta-carotène et vitamine A

Le bêta-carotène et la vitamine A sont très souvent associés voire même confondus dans le langage courant. Pourtant, il s’agit de 2 nutriments différents.

Le bêta-carotène est un précurseur du rétinol. Il est transformé, au besoin, par l’organisme. L’excédent est évacué. Une étude de 2010 démontre parfaitement que le taux de transformation du bêta-carotène en vitamine A diminue avec l’augmentation des dosages10.

A contrario, la vitamine A est liposoluble. Elle se stocke donc dans les graisses de l’organisme et peut, à terme, conduire à une overdose vitaminique. Dans ce cas, elle peut entraîner de graves problèmes de santé :

  • malformation du fœtus ;
  • épaississement anormal des os ;
  • troubles digestifs ;
  • assèchement cutané ;
  • problèmes hépatiques.

Les différentes formes

Synthétique ou naturel

Dans l'immense majorité des compléments alimentaires et médicaments, le béta-carotène est d'origine synthétique. Ce n'est vraiment pas conseillé d'utiliser cette forme sur le long terme.

On en trouve aussi sous forme naturelle, le plus souvent extrait de l'algue Dunaliella. En plus d'être naturelle, cette algue a l'avantage de contenir d'autres caroténoïdes qui en font un totum bien assimilé. 

Du bêta-carotène bio?

Cela n'existe pas et ne peut exister. En effet, les molécules ne sont pas labellisables en bio (comme la vitamine C par exemple). Il serait éventuellement possible qu'on est un extrait de Dunaliella bio titré en bêta-carotène, à la manière de l'acérola. Mais, ce n'est pas à l'ordre du jour.

Posologie et utilisation

Dosage et posologie

Il n’existe officiellement aucun dosage conseillé en bêta-carotène. Cependant, il convient de respecter les dosages prescrits sur l’emballage ou émis par un professionnel de la santé.

Utilisation

Le bêta-carotène est sensible à l’oxydation. Par conséquent, il doit être conservé à l’abri de l’air et de la lumière et dans un endroit frais.

Afin d’être mieux assimilé par l’organisme, le bêta-carotène doit être consommé en cours de repas, avec de préférence du gras.

Dangers et précautions

Précautions d'emploi

En respectant les dosages prescrits par les fabricants de compléments alimentaires, le bêta-carotène ne nécessite pas de précaution d’emploi.

Beta carotène et les fumeurs

La vitamine A et le béta carotène doivent être consommés avec parcimonie chez le fumeur, car ils pourraient augmenter leur risque de cancer du poumon11.  Ainsi, la prudence incite à ne pas consommer de beta carotène sous forme de complément alimentaire chez les fumeur. Par contre, aucun problème quand il est consommé à doses normales dans les aliments.

Contre indications

Le bêta-carotène, en tant que tel, ne présente pas de contre-indication. Cependant, par mesure de prudence, les personnes présentant une contre-indication à la complémentation en vitamine A doivent prendre un avis médical avant de consommer un complément de bêta-carotène.

Il s’agit précisément :

  • des femmes enceintes ;
  • les personnes présentant une maladie hépatique ;
  • des personnes prenant des médicaments de synthèse dérivés du rétinol.

Effets secondaires

Une consommation excessive de compléments alimentaires contenant du bêta-carotène peut entraîner une caroténodermie. Il s’agit d’une coloration orangée de la peau. Cette coloration se place principalement au niveau du nez, des lèvres, des doigts et des pieds. S’il est incommodant, cet effet secondaire n’est cependant pas dangereux. Il n’est en rien concomitant à un excès de vitamine A dans l’organisme.

Interactions

Le bêta-carotène, en lui-même, ne présente pas d’interactions avec d’autres molécules. Cependant, sa transformation en vitamine A peut présenter des interactions avec :

  • les rétinoïdes ;
  • les huiles minérales ;
  • les contraceptifs oraux ;
  • les hypolipidémiants ;
  • la colchicine ;
  • la néomycine ;
  • l’oméprazole ;
  • les produits contenant de l’hydroxyde d’aluminium ;
  • le phénobarbital.

Beta carotène dans les aliments

Sources alimentaires

Le bêta-carotène se trouve principalement dans les végétaux très colorés.

Teneur des aliments

Aliment Portion Bêta-carotène
Patates douces cuites 100 g 10500 µg
Carotte 100 g 7260 µg
Potiron cuit 100 g 6940 µg
Salade romaine 100 g 5230 µg
Épinards 100 g 4010 µg
Laitue 100 g 2000 µg
Abricot 100 g 1630 µg
Mangue 100 g 1220 µg
Melon 100 g 1060 µg

  • 1WW. Fawzi & al. Vitamin A supplementation and child mortality. A meta-analysis. JAMA. 1993 ; 269 (7) : 898-903.
  • 2EY. Chew & al. A randomized, placebo-controlled, clinical trial of high-dose supplementation with vitamins C and E, beta carotene, and zinc for age-related macular degeneration and vision loss: AREDS report no. 8. Arch Ophthalmol. 2001 ;119 (10):1417-36.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11594942
  • 3S. Rayapudi & al. Vitamin A and fish oils for retinitis pigmentosa. Cochrane Database Syst Rev. 2013 ; 19 (12) : CD008428.
  • 4M. Vetrugno & al. A randomized, double masked, clinical trial of high vitamin A and vitamin E supplementation after photorefractive keratectomy. Br J Ophtalmol. 2001 ; 85 (5) : 537-9.
  • 5Institut National du Cancer. Nutrition et prévention primaire des cancers : actualisation des données. 2015🔗 https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Facteurs-de-risque-et-de-protection/Alimentation/Cancers-le-role-de-l-alimentation
  • 6F. Grodstein & al. A randomized trial of beta carotene supplementation and cognitive function in men : the Physician’s Health Study II. Arch Intern Med. 2007 ; 167 (20) : 2184-90.
  • 7G. Bjelakovic & al. Antioxidant supplements for prevention of mortality in healthy participants and patients with various diseases. Cochrane Database Syst Rev. 2012 ; 14 (3) : CD007176. bâte et vit E semblent augmenter la mortalité.
  • 8P.Borel. Exploration du statut en vitamine D. CND 2012 ; 47 (6) : 284-290.
  • 9Beta-carotene conversion to vitamin A decreases as the dietary dose increases in humans. Novotny JA, Harrison DJ, et al. J Nutr. 2010 May;140(5):915-8.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20237064
  • 10Baron J : Neoplastic and antineoplastic effects of beta-carotene on colorectal adenoma recurrence : results of a randomized trial. J Nat Cancer Inst 2003, 95(10) : 717-722.
  • 11Baron J : Neoplastic and antineoplastic effects of beta-carotene on colorectal adenoma recurrence : results of a randomized trial. J Nat Cancer Inst 2003, 95(10) : 717-722.