Inositol et myo-inositol: bienfaits, dosage et danger

-

Parfois improprement nommé vitamine B7, l’inositol joue un rôle important dans la transmission des signaux cellulaires. Partiellement synthétisée par l’organisme, cette molécule est présente dans la plupart des aliments en quantité infime. Des études récentes montrent qu’une supplémentation dans ce nutriment apporte des bénéfices dans de nombreuses pathologies cérébrales et métaboliques. Découverte de l'inositol: bienfaits, dosage et danger de cette molécule organique.

Présentation

Molécule d'inositol: bienfaits, dosage et danger de cette molécule.

Parfois injustement placé dans les vitamines, l’inositol est en réalité un sucre synthétisé à partir du glucose. Cette molécule est à la fois endogène et exogène. C’est-à-dire qu’une partie peut être synthétisée par le corps lui-même. L’ancienne vitamine B7 fait partie des constituants essentiels de l’organisme. En effet, la molécule semble avoir des rôles vitaux diversifiés. Découverte.

Origine

L’inositol, parfois appelé vitamine B7, est une molécule organique constituée de 6 atomes de carbone. Il s’agit également d’un composant essentiel des phospholipides. Comme la molécule est partiellement synthétisée par l’organisme, elle ne peut plus être classée dans la famille des vitamines. 

L'ancienne vitamine B7 fait partie des molécules récentes en biochimie médicale. En effet, dans le corps humain, cette molécule a été identifiée vers le milieu du 19e siècle. Le myo-inositol a été découvert dans la foulée, mais n’a pu être purifié qu’en 1887.

C’est ensuite dans les années 40 que le chercheur Posternak a pu déterminer les 9 isomères d’inositol qui sont aujourd’hui connus.

Inositol ou myo-inositol: composition

Le myo-inositol est un des isomères de l’inositol.

L’inositol est un « alcool » synthétisé par l’organisme à partir du glucose. Cependant, il est également disponible dans une grande variété d’aliments. Techniquement, ce n’est pas une vitamine. Il possède 9 isomères, dont le myo-inositol.

Le myo-inositol est donc une des 9 structures possibles de l'ancienne vitamine B7. Il s’agit de la forme la plus stable et la plus fréquemment rencontrée. C’est donc celle-là qui se trouve préférentiellement dans les compléments alimentaires.

Au sein de l’organisme

Dans l’organisme, l’ancienne vitamine B7 occupe de nombreux rôles cruciaux. En effet, la molécule est présente dans tous les tissus, et singulièrement dans les tissus nerveux, dans le cerveau, dans le cœur et dans le foie.

La molécule intervient également dans le contrôle de la croissance des cellules. En agissant au niveau des neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine et la glutamine, l’inositol participe à la régulation de l’humeur. 

Enfin, l'ancienne vitamine B7 joue un rôle dans le métabolisme des glucides et des lipides. Elle agit donc au niveau du cholestérol, de la glycémie et de la pression artérielle, en synergie notamment avec la pyridoxine, l’acide folique et l’acide pantothénique.

Propriétés et vertus

Quels sont les bienfaits de l'inositol?

Présent dans un grand nombre de tissus corporels, l'ancienne vitamine B7 participe au bon fonctionnement de l’organisme. Abondamment étudiée, la molécule révèle de nombreux avantages potentiels sur la santé. Panorama de ses bienfaits.

Myo-inositol pour tomber enceinte

L’inositol est parfois appelé « molécule de la fertilité ». C’est pour ça qu’il a été étudié pour évaluer sa capacité à améliorer la qualité ovocytaire des femmes.

La principale cause d’infertilité féminine est le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une pathologie endocrinienne qui touche 5 à 10 % des femmes en âge de procréer. Son appellation provient de l’accumulation, autour des ovaires, de multiples petits kystes. La pathologie engendre souvent une infertilité, liée à des troubles de l’ovulation, mais également d’autres symptômes parmi lesquels l’insulinorésistance semble fréquente.

Une étude récente de montre que 88 % des patientes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques et traitées avec une complémentation de l'ancienne vitamine B7 retrouvent des cycles réguliers au bout de 3 mois. Dans le même échantillon, 70 % des patientes ont retrouvé un cycle normal et sont tombées enceintes de manière spontanée.

Selon certains spécialistes, l'ancienne vitamine B7 aurait donc un effet positif sur la fonction ovarienne et sur les désordres endocrino-métaboliques du syndrome des ovaires polykystiques. Il permettrait alors aux femmes, désireuses d’une grossesse, de tomber enceintes de manière plus naturelle.

Le myo-inositol permet de favoriser l'ovulation, et par conséquent la grossesse.

Maladies mentales, anxiété et dépression

La molécule est souvent présentée comme un équivalent aux anxiolytiques, avec les effets secondaires en moins. En effet, l'inositol est régulièrement utilisé pour lutter contre l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil ou encore les tocs. Ces observations peuvent, en effet, concorder avec la présence massive de la molécule dans les nerfs et son rôle sur la synthèse de neurotransmetteurs comme le GABA.

De nombreuses études attestent de l’efficacité de myo-inositol pour améliorer certains troubles psychiatriques. Une étude, parmi beaucoup d’autres, a établi un lien entre des niveaux bas de l'ancienne vitamine B7 au niveau du cortex frontal et la dépression et les troubles du sommeil chez les populations d’adolescents1.

D’autres observations suggèrent que la molécule serait également efficace pour les troubles obsessionnels compulsifs, les attaques de panique et l’anxiété de manière globale. Cependant, des études de grande envergure sont encore nécessaires pour consolider ce résultat.

Une autre étude notable démontre que le myo-inositol serait plus efficace qu’un traitement à la fluvoxamine, une molécule commune dans les antidépresseurs.

Cependant, une méta-analyse récemment publiée apporte une conclusion contradictoire quant à son utilisation dans le domaine de la psychiatrie2. En effet, cette analyse conteste les effets positifs de la molécule en comparaison avec ceux observés avec un placebo.

Système cardio-vasculaire et perte de poids

En raison de son action sur le métabolisme des lipides, l'inositol pourrait augmenter la part de bon cholestérol présent dans l’organisme. Avec son action lipotrope, la molécule pourrait également prévenir la formation de plaques d’athérome, en éliminant les dépôts lipidiques sur les parois des vaisseaux sanguins et des artères.

Une étude a notamment démontré qu’une supplémentation dans l'ancienne vitamine B7 faisait baisser significativement les niveaux de triglycérides et de mauvais cholestérol3. En association avec d’autres nutriments, l’inositol permet également d’accélérer la perte de poids chez les personnes obèses.

Syndrome prémenstruel

Le syndrome prémenstruel affecte, à des degrés divers, la majorité des femmes en âge de procréer. Tous les ans, il est responsable de nombreux congés maladie et peut notoirement réduire le confort de vie de certaines patientes.

Une étude réalisée en 2011 a démontré qu’une dose quotidienne de 2 g d’inositol pouvait améliorer la dysphorie et les troubles associés comme les sautes d’humeur et la dépression. Cela paraît tout à fait raisonnable lorsque l’on sait qu'il a une action favorable sur la sérotonine.

Thyroïde

Dans le domaine de la santé, l’iode et la thyroïde sont intimement liés. L’iode est indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde, mais également de l’hypophyse et du pancréas. Or, la carence modérée dans ce minéral est malheureusement courante. 

Une supplémentation conjointe en iode et en inositol semble une voie prometteuse pour pallier à la fois le manque d’iode et les troubles de la fonction thyroïdienne. Plusieurs études cliniques ont, en effet, démontré que l'ancienne vitamine B7 est capable de moduler la production de peroxyde d’hydrogène, une molécule cruciale à la fois dans l’assimilation de l’iode, mais aussi dans la synthèse des hormones thyroïdiennes.

Diabète

Le diabète est en trouble de plus en plus présent dans la société en général. Il est notamment en augmentation chez les femmes enceintes. On l’appelle alors le diabète gestationnel

Comme pour les troubles du métabolisme de manière générale, l’intérêt de l'inositol pour réguler le diabète gestationnel réside dans sa capacité à améliorer la sensibilité à l’insuline. Une étude sur le diabète gestationnel a révélé qu’un traitement par myo-inositol permettait d’éviter le recours à l’insuline dans 75 % des cas4. Toutefois, ces résultats doivent être interprétés avec prudence en l’absence de données suffisantes.

Les différentes formes

L'inositol est disponible sous forme de gélules, de poudre et de comprimés.

Posologie et indications

Il n’existe, à l’heure actuelle, aucun consensus officiel sur le dosage de l’inositol ou du myo-inositol. Les doses recommandées se réfèrent donc à celles qui se sont montrées efficaces au cours des études cliniques.

Dosage 

Le dosage préconisé dépend du symptôme ou de la pathologie visés :

  • Troubles de la santé mentale : 12 à 18 g/j de myo-inositol pendant 4 à 6 semaines;
  • Syndrome prémenstruel : 2 g/j d’inositol pendant 3 mois;
  • Syndrome des ovaires polykystiques (sopk): 2 g de myo-inositol (et 200 µg d’acide folique) 2 fois par jour pendant 6 mois;
  • Diabète gestationnel : 2 g de myo-inositol et 400 µg d’acide folique, 2 fois par jour, pendant la durée de la grossesse;
  • Syndrome métabolique : 2 g de myo-inositol, 2 fois par jour, pendant 1 an;
  • Diabète de type 2 : 1 g d’inositol et 400 µg d’acide folique par jour, pendant 6 mois.

Utilisation

Pour une plus grande efficacité, l’inositol s’accompagne fréquemment de vitamines du groupe B et parfois de vitamine C.

Précautions d’emploi

Bien qu’il soit généralement sans danger, l’utilisation de l'inositol requiert un certain nombre de précautions d’emploi.

Précautions générales

En l’absence d’étude prouvant l’innocuité, l’inositol ne peut être utilisé sur les enfants de moins de 12 ans ou sur les femmes enceintes et allaitantes, sans l’avis d’un professionnel de la santé.

Contre-indications

À ce jour, les études n’ont pas indiqué de contre-indications à l’utilisation de l'inositol. Néanmoins, les personnes traitées pour des troubles métaboliques ou des troubles thyroïdiens doivent faire preuve d’une extrême prudence. 

Effets secondaires

D’une manière générale, la molécule est dépourvue d’effets secondaires. Cependant, quelques cas de troubles digestifs légers, de nausées, de flatulences ou de diarrhée ont été rapportés lors de l’utilisation de dosages élevés.

Interactions

La littérature médicale ne rapporte actuellement aucune interaction formelle entre l’inositol et des molécules existantes. Cependant, un conseil médical est nécessaire pour une utilisation concomitante avec des molécules agissant sur les lipides, l’insuline, l’iode ou la thyroïde.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur l'inositol:

Sources alimentaires

Il existe de nombreuses sources alimentaires d'inositol. Retrouvez l'ensemble des informations au sein de l'article: Où trouver de l’inositol dans les aliments?

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'inositol?

L'inositol, anciennement appelé vitamine B7, est un sucre synthétisé à partir du glucose. Partiellement fabriquée par l'organisme, cette molécule présente de nombreuses vertus.

Quels sont ses bienfaits?

- Permet de lutter contre l'anxiété et la dépression
- Favorise la fertilité
- Protège le système cardiovasculaire
- Facilite la perte de poids
- Traitement du syndrome prémenstruel
- Participe au bon fonctionnement de la thyroïde

Quelles sont les mises en garde?

En l’absence d’étude ne prouvant pas son innocuité, l'inositol est contre-indiqué chez les femmes enceintes, allaitantes et les enfants. Aucun effet secondaire majeur n'a été constaté.


Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée. Naturopathe certifiée et spécialiste en techniques de santé naturelle.