Klamath: bienfaits et posologies de l’algue AFA

-

La klamath (Aphanizomenon flos aquae ou AFA), est assimilée à une micro-algue verte bien qu’elle soit une cyanobactérie, comme la spiruline.
Elle pousse uniquement dans le lac Upper Klamath dans l’Oregon du fait de de son eau pure au pH neutre et des conditions climatiques particulières à cette région.
Non cultivée mais provenant d’un peuplement naturel, elle est susceptible de contamination par d’autres algues toxiques.
La klamath est surnommée « Algue de la Régénération » en raison de sa densité nutritive exceptionnelle et de ses propriétés régénératrices.

Présentation

klamath

La klamath comme toute micro-algue verte, est connue pour sa richesse nutritionnelle :
- en protéines avec 70%. Elle est conseillée aux végétaliens, personnes dénutries ou dont les besoins en protéines sont augmentés (sportif, opération chirurgicale, brûlés).
- de toutes les vitamines, sauf la vitamine D.
Concernant la vitamine B12, sa biodisponibilité diverge selon les études. D’après Nicoletti, il s’agit d’une pseudovitamine inactive chez l’humain1.
Alors que mélangée à un complexe d’enzymes, Baroni L et al. ont constaté une amélioration du statut en vitamine B12 des végétaliens après 3 mois de supplémentation*.
- en minéraux et oligoéléments (zinc, manganèse, chrome, iode, bore, molybdène…).
- en acides gras polyinstaturés :
Acide Linoléique (Oméga 6) = 1,8 mg/g
Acide α –Linolénique (Oméga 3) = 12,9 mg/g
EPA = 0,3 mg/g et DHA= 0,2 mg/g

Ce que la klamath a en commun avec la spiruline

- des pigments antioxydants puissants :
chlorophylle (15 mg / g)
lutéine et asthaxantine
AFA-phycocyanine (50 mg / g) ayant un effet anti-lipoperoxydation 75 à 200 fois plus puissant que la spiruline3
- l’enzyme superoxyde dismutase (SOD)
- sa teneur en protéines (70%)
dans des teneurs différentes ou similaires.

Ce qui la distingue de la chlorella et de la spiruline

- 3 oligoéléments: iode, bore, molybdène.
L’iode est indispensable au fonctionnement harmonieux de la thyroïde. Le bore est diurétique et indiqué dans les rétentions d’eau et la surcharge pondérale. Tandis que le molybdène participe à la fixation du fer en cas d’anémie.

- la phényléthylamine (PEA) : 3 à 4 mg/g
- des  acides  aminés  mycosporine-like (MAAs) :  porphyra  et shinorine,  aux  propriétés photoprotectrices contre les UVA – UVB*
- des enzymes végétales qui stimulent les enzymes pancréatiques et facilitent la digestion*.

Ainsi, ces différences qualitatives et quantitatives font de la klamath, une micro-algue spécifiquement dédiée au psychisme et à la régénération.
D'autre part, son intérêt réside également au recours à de faibles doses pour obtenir des effets positifs.

Propriétés et bienfaits

Comparativement à la spiruline et la chlorella, la klamath a fait l’objet de moins d’études cliniques en raison de sa découverte récente. Néanmoins, elles confirment son intérêt dans la prise en charge d’un certain nombre de troubles.

Psychisme

En premier lieu, il faut savoir que la phényléthylamine est une neuro-hormone naturellement présente dans le cerveau. Elle y joue le rôle de neurotransmetteur. Plus précisément, elle active la dopamine, neurotransmetteur de l’action, du plaisir, de la récompense. Par ailleurs, elle stimule aussi d’autres catécholamines (noradrénaline, sérotonine et endorphines).
Parce que son taux s’élève lors du coup de foudre ou bien après un effort physique, elle est appelée hormone du bonheur.

En conséquence, 60% des personnes déprimées sont déficientes en PEA.

Ainsi, l’apport de 1,6 g / jour de klamath à des femmes ménopausées durant 2 mois, a montré une amélioration significative de leur humeur, de l’anxiété, de l’état dépressif et de leur qualité de vie6 . Pourtant, leur statut hormonal n'a pas changé.
Ces bénéfices semblent le résultat d’une inhibition de l’activité de la monoamine oxydase par les MAAs et la phycocyanine*.

Etant donné que la PEA augmente le taux de dopamine et des autres catécholamines. Et sachant que la dopamine est déficiente dans la maladie de Parkinson, la klamath pourrait représenter une solution thérapeutique complémentaire. Elle pourrait améliorer l’énergie, les troubles de l’humeur, les comportements agressifs et les tremblements des sujets atteints de Parkinson*.
Ces effets sont obtenus avec des doses comprises entre 3 à 5 mg / jour de PEA, soit l’équivalent de 1 à 2 g de klamath.

Troubles du déficit de l’attention (TDA) – Hyperactivité

Des enfants souffrant de TDA et d’hyperactivité ont reçu 1 g / jour de klamath. Après 6 mois de supplémentation, les troubles du comportement, de l’inattention et de l’impulsivité étaient significativement améliorés. Les résultats scolaires avaient également progressé1.

Antioxydante et anti-inflammatoire

Les études in vitro et in vitro ont démontré des propriétés antioxydantes capables de neutraliser les radicaux libres et la peroxydation lipidique.
C'est ainsi que des femmes ménopausées ont vu, après 2 mois de complémentation, leur statut en antioxydants croître. Il concernait une élévation des caroténoïdes, tocophérols et rétinol2.

D’autre part, la même étude a démontré les propriétés anti-inflammatoires de
l’AFA-phycocyanine.
En effet, elle agit en inhibant le métabolisme de l’acide arachidonique et ainsi la synthèse des prostaglandines (PGE2) et leucotriènes (LTB) pro-inflammatoires*. Dans ces conditions, il en résulte une protection de l’ADN et ainsi des risques de cancer.
Cet effet est dose-dépendante et accentué par la présence des pigments antioxydants*.

Immunité

Il a été mis en évidence une élévation de la mobilisation des cellules impliquées dans les défenses naturelles (1ère réponse immunitaire innée) :
- cellules tueuses,
- monocytes,
- lymphocytes,
2 h seulement après la consommation de 1,5 g de klamath3.

De même, une supplémentation en klamath* a eu pour conséquence l'activation des anticorps (réponse immunitaire acquise) et l’induction de l’apoptose des cellules cancéreuses.

Régénération – Anti-âge

Les cellules souches sont présentes dans chaque organe permettant leur renouvellement naturel ou après agression. Cependant, ce renouvellement diminue avec l’âge et le stress oxydatif.
Alors que des guérisons spontanées de maladies dégénératives ont été observées et connaissant les capacités immuno-modulatrices de la klamath, l’hypothèse d'une aptitude régénératrice a été émise.

C’est ainsi qu’un concentré cellulaire d’AFA obtenu par extraction à l'éthanol stimule la prolifération des populations de cellules souches humaines4. Cette stimulation est supérieure avec l’extrait alcoolique plutôt que l’AFA entière.

L’équipe de Nuzzo5 a montré que la klamath exerçait un rôle protecteur contre le stress oxydatif, la toxicité et la migration des plaques béta-amyloïdes rencontrées dans les maladies neurodégénératives.
C'est pourquoi, cette propriété neuroprotectrice a également été évaluée après anesthésie locale en raison de sa neurotoxicité6.
Effectivement, elle serait due à un polysaccharide spécifique de l’algue Aphanizomenon flos aquae. Le mécanisme sous-jacent est associé à l'inhibition de l'apoptose, à la régulation positive de l'autophagie et à l'amélioration de la survie des cellules.

Enfin, une autre propriété intéressante de la klamath est son activité sur la glycation. Il s’agit d’une réaction entre des protéines et des sucres, source de vieillissement accéléré; notamment très fréquente chez les diabétiques.
En effet, la fermentation d’un extrait de klamath par des Lactobacillus a permis de dévoiler une activité anti-glycation et antioxydante bien supérieure7.

Autres vertus

Psoriasis

En complément d’un traitement médicamenteux, 10 personnes ont été complémentées en AFA riche en PEA. Après 3 mois, 9 personnes sur 10 ont présenté une réduction très significative, voire une rémission, de leur psoriasis8.

Diabète

Des patients souffrant de diabètes ont reçu pendant 12 mois 1,5 g de klamath. A l’issue de l’étude, leur glycémie à jeûne et l’hémoglobine glycquée avaient significativement diminué comparativement au groupe contrôle9.

Les différentes formes

La klamath est disponible sous la forme poudre, gélule ou liquide.
Au-delà de ces présentations, les conditions de récolte, de purification, de déshydratation et de conservation représentent des critères essentiels. Ils assurent une klamath de qualité et avec la préservation de ses bienfaits thérapeutiques.

Une récolte sélective à la surface du lac à partir de barge, suivie d’un séchage à basse température sans congélation / décongélation, est une assurance de qualité.

Concernant le séchage, 3 méthodes brevetées sont à privilégier :
1- BioActive Dehydratation : ce process utilise une atomisation à faible température (35-40°) sans dégradation physique (couleur, odeur, goût) et nutritionnelle (enzymes, nutriments). 
2- RW: il s’agit d’un séchage par rayons infrarouges (RW) qui évapore l’eau lors du passage de l’algue sur une bande chauffante d’environ 72,2°C.
3- DLT Hydro Dri : la klamath récoltée sèche est placée sur une membrane circulant au-dessus d’une eau tiède. Elle offre un séchage naturel, bref et à basse température.

Cette dernière méthode de séchage serait la plus respectueuse des bienfaits de l’algue Klamath. En outre, sa teneur en PEA et phycocyanine serait supérieure par cette technologie.

Enfin, préférez une klamath ayant la certification Bio Européenne. Elle garantit une véritable klamath biologique.

En pratique

Posologie

La dose journalière varie selon l’action recherchée :

- Prévention des infections hivernales, de la fatigue : 1 g / jour. Cure de 1 mois à renouveler si nécessaire.
- Troubles du déficit de l’attention, hyperactivité : 1,6 g / jour. Cure de 6 mois.
- Etat dépressif, anxiété, mal-être : de 1,5 à 3 g / jour. Cure de 2 mois.
- Renfort de l'immunité : de 2 à 3 g / jour. Cure de 2 mois.
- Régénération, cellules souches, anti-âge : 3 à 5 g / jour. Cure de 2 mois à renouveler si nécessaire.
- Psoriasis, diabète : 1,5 à 2 g / jour. Cure de 3 à 12 mois.

Précautions d’emploi

Selon l’Afssa, l’AFA-Klamath ne présente pas toutes les garanties d’innocuité, en raison entre autre, de sa similitude avec d’autres espèces toxiques du genre Aphanizomenon.

Effets secondaires

Aucun effet secondaire connu à ce jour.

Interactions médicamenteuses

Interaction possible avec les anticoagulants (présence de vitamine K), les antidépresseurs en raison de l’activité de la phényléthylamine.

En aucun cas, les informations et conseils proposés dans cet article ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, un diagnostic ou une prescription formulés par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d'évaluer adéquatement votre état de santé.


Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.