Ornithine: bienfaits, posologies

-

L’ornithine est un des 3 acides aminés actifs dans le cycle de l’urée. Avec l’arginine et la citrulline, il participe au cycle de l’urée afin de réguler le taux d’ammoniac, éliminé par la suite dans les urines. Cela lui confère des rôles importants sur la santé du foie et sur le sommeil.

Présentation

L’ornithine est un acide aminé non protéinogénique. C’est-à-dire, il n’intervient pas dans la synthèse de protéines.
Chez l’Homme, il sert à fixer l’ammoniac. Il est ensuite transformé en citrulline puis en arginine pour donner en fin de cycle, l’urée. Ces réactions se font dans les cellules du foie.
A savoir, l’ornithine est primordial lorsque les conditions de vie conduisent à des taux élevés d’ammoniac tels que l’exercice d’endurance ou les dysfonctions hépatiques.
Mais il présente d’autres bénéfices que celui de réguler l’azotémie.
En effet, il serait à même de développer la masse musculaire, de reculer la fatigue lors de l’effort physique, d’accélérer la cicatrisation, d’améliorer le sommeil…

Propriétés et bienfaits de l'ornithine

Performance et fatigue durant l'effort

L’exercice physique de type endurance conduit à une élévation du taux d’ammoniaque au niveau musculaire et sanguin. Une augmentation de sa concentration est retrouvée au niveau du cerveau. Celui-ci ne disposant pas de cycle de l’urée, son accumulation perturbe la transmission nerveuse et génère un état de fatigue1.

Tandis que l’accumulation d’ammoniac dans les muscles réduit la force musculaire et augmente également la fatigabilité2.

C’est pourquoi la prise de 2000 mg d’ornithine / jour durant 7 jours puis 6000 mg le 8ème jour, jour d’entraînement consistant en 2h de vélo, a permis de réduire la fatigue et d’améliorer la performance sportive3. Ces bénéfices sont le fait d’une meilleure utilisation énergétique en promouvant la filière lipidique et d’un abaissement du taux d’ammoniac par amélioration du cycle de l’urée.

La supplémentation en acides aminés branchés est courante en pratique sportive afin d’augmenter la masse musculaire. Cependant elle augmente l’azotémie et peut être responsable d’une fatigabilité plus précoce.
L’équipe de Mikulski4 a étudié la prise simultanée de 16 g de BCAA (acides aminés branchés) et 12 g d’ornithine. Après un effort de 90 min à 60% de VO2max, le groupe supplémenté a présenté une meilleure réactivité et une moindre fatigue comparativement au groupe placebo. Tandis que l’excrétion de l’ammoniac était améliorée.

Masse musculaire

Le foie est un organe essentiel dans le métabolisme des acides aminés, la production d’énergie et celui de l’urée.
Ainsi, des personnes souffrant de cirrhose présentent une teneur réduite en ornithine corrélée à une force musculaire plus faible5 par rapport à des sujets en bonne santé.

La supplémentation en ornithine de rats atteints de cirrhose a permis une augmentation de la synthèse protéique, de la masse musculaire et de la force. Alors que parallèlement, l’excrétion de l’ammoniac était accrue6.

Des volontaires engagés dans un programme de fitness ont reçu conjointement 1 g d’arginine et 1g d’ornithine. Après 5 semaines, leur force musculaire et leur musculature étaient significativement supérieures au groupe placebo. Tandis que la restauration des tissus lésés par stress physique du à l’effort était moindre7.

Cirrhose hépatique

L’encéphalopathie hépatique concerne 84% des patients atteints de cirrhose. En effet, le défaut d’excrétion de l’ammoniac conduit à une élévation toxique de sa teneur dans le sang et le cerveau. Elle se manifeste par des confusions, une désorientation, une modification du comportement et de l’humeur.

C’est pourquoi, la supplémentation de ces personnes en L-ornithine aide à réduire l’hyperammonémie8. Les symptômes cérébraux (comportement, humeur, confusion) semblent améliorés9. Tandis qu’une méta-analyse ne montre pas de supériorité de cet acide aminé par rapport aux probiotiques quant à la prise en charge de l’encéphalopathie hépatique10.

Hormone de croissance

L’hormone de croissance est naturellement sécrétée pour la régénération cellulaire, la synthèse protéique comme dans le tissu musculaire, la mobilisation des réserves lipidiques. Cependant sa sécrétion diminue avec l’âge favorisant alors la prise de poids, la fonte musculaire, le vieillissement.
Son augmentation est recherchée par les body-builders.

Aussi, la combinaison d’ornithine (2,2 g) et d’arginine (3 g) associée à la vitamine B12, consommée lors d’entraînement de force augmente de 37,5% le taux d’hormone de croissance dès 3 semaines de supplémentation11.
L’ajout d’ornithine à l’alimentation des rats stimule la sécrétion de l’hormone de croissance concomitamment à la synthèse de protéique12.

Enfin, la chronobiologie montre que l’administration d’ornithine à 22h est plus efficace sur la libération de l’hormone de croissance qu’à 10h13. Les effets de l’ornithine se poursuivent encore 2 jours après l’arrêt de la supplémentation.

Sommeil

L’étude précédemment citée montre également l’impact de l’ornithine sur la sécrétion de la mélatonine. Ainsi sa prise à 22h avance son pic sécrétoire et ainsi favoriserait l’endormissement.

Une supplémentation en ornithine est évaluée auprès des membres d’une expédition partis en Antarctique dont le sommeil s’était détérioré. 400 mg / jour d’ornithine a permis d’améliorer la qualité de leur sommeil14.
La même dose a été testée dans des conditions moins extrêmes par des volontaires en bonne santé mais présentant des troubles du sommeil liés au stress. Elle montre une diminution de leur taux de cortisol, moins de colère avec amélioration de la qualité de leur sommeil15.

De même, l’excès d’ammoniac du à une alimentation excessive en protéines et /ou à un foie dysfonctionnel, diminue le taux de glutamine. Or ce dernier sert à la synthèse de GABA qui sera alors moindre. Le GABA est un neurotransmetteur aux effets calmants, sédatifs.

Cicatrisation

L’ornithine est le précurseur de l’arginine et du glutamate connus pour leur propriété cicatrisante16. Il est supposé agir également sur la réparation tissulaire.
Effectivement, l’injection d’ornithine à des brûlés augmente la présence d’arginine, de glutamate et de proline17.
Coudray-Lucas18 confirme l’efficacité de l’ornithine en injection auprès de grands brûlés. L’injection réduit le temps de cicatrisation. Elle améliore également leur statut nutritionnel en réduisant l’hypercatabolisme protéique.

Les différentes formes

L’ornithine se présente sous forme :
- oxoglurate d’ornithine (ou alpha-cétoglutarate d’ornithine) : contient 47 % d’ornithine
- chlorydrate d’ornithine (L-ornithine HCl) : contient 78% d’ornithine
- L-ornithine – L aspartate : contient 50 % d’ornithine

L’oxoglurate d’ornithine est disponible en sachet de 5 g pour une solution orale, entérale ou parentérale.

Les 2 autres formes sont utilisées dans les compléments nutritionnels et présentées en gélules ou sachets.

En pratique

Utilisation et posologie

La majorité des études cliniques utilise le chlorydrate d’ornithine (HCl) à une dose comprise entre 2 à 6 g / jour.

Soit l’équivalence :
- en alpha-cétoglutarate = 3,3 à 10 g / jour
- en L-ornithine – L aspartate = 3,1 à 9,3 g / jour

Un dosage au-delà de 5g / jour est préconisé pour un usage médical afin de réduire l’hyperammonianémie et les symptômes d’encéphalopathie hépatique.

Cependant 1 g/ jour de L-ornithine – L- asparte est reconnu comme non toxique et efficace pour prévenir l’hyperammonianémie post-prandiale et stimuler la régénération tissulaire19.

L'ornithine est à prendre 1 h avant un exercice physique et 1 h avant le coucher.

Précautions d'emploi

Ne pas dépasser des doses de 10 g par jour.

Contre - indications

  • maladies du foie
  • maladies rénales
  • schizophrénie
  • grossesse, allaitement
  • herpès

Effets secondaires

A haute dose, l’ornithine (10-20g) peut occasionner des diarrhées.

Sources alimentaires

  • Poisson, viande, œuf
  • Produits laitiers
  • Fruits à coque
  • Céréales : blé, riz, soja

Bénédicte Moulin

Naturopathe et Nutritionniste. Titulaire d'un DESS de Nutrition. Naturopathe agréé FENA depuis 2015. Spécialisée en diététique, phytothérapie et compléments alimentaires.