Pao pereira : bienfaits et effets secondaires

-

Genre d’arbre originaire d’Amérique du sud, dont l’écorce est utilisée pour des usages thérapeutiques, c’est un remède traditionnel anti-malaria, utilisé également dans les troubles digestifs, le manque d’appétit, la constipation, l’hypertension, l’asthénie, la fièvre, les diarrhées, et comme stimulant sexuel. Des études ont montré que l’écorce possède un large spectre antiviral, des propriétés neuroprotectrices, et son activité anti-cancéreuse a été confirmée par de nombreuses études. Découverte des bienfaits et effets secondaires du Pao pereira du traitement Beljanski.

Présentation

Feuille de Pao pereira, bienfais et effets secondaires de cette plante.

Le Pao pereira (Geissospermum) est un genre d'arbres de la famille des Apocynacées originaire d’Amérique du sud.
Remède traditionnel anti-malaria, utilisé en usage préventif et curatif 1‌, il est également employé pour traiter les troubles digestifs, le manque d’appétit, la constipation, l’hypertension 2‌, l’asthénie, la fièvre et les diarrhées. Il est aussi utilisé comme stimulant sexuel 3‌. Il a été récemment identifié comme inhibiteur de la cholinestérase 4‌, ce qui fait de lui un candidat intéressant pour lutter contre les troubles neurodégénératifs tels que la maladie d’Alzheimer.

C’est l’écorce de l’arbre (sa partie interne) qui a été utilisée traditionnellement à des fins thérapeutiques et qui est utilisée dans les remèdes Beljanski.

Les caractéristiques toxicologiques et pharmacologiques du Pao pereira et sa capacité à détruire les cellules cancéreuses ont été étudiées. Il possède un large spectre antiviral 1.

C’est par l'intermédiaire de l’Oncotest, que Mirko Beljanski sélectionne les molécules naturelles anticancéreuses extraites de la plante.

Son activité anti-cancéreuse a depuis été confirmée par différentes équipes de recherches et sur différents types de cellules cancéreuses (ovariennes, pancréatiques, prostatiques et colorectales).

Il contient des alcaloïdes, de la serpentine, de la sempervirine ou de la flavopéreirine qui participeraient à la mort des cellules cancéreuses (apoptose), tout en préservant les cellules saines. Ce qui en ferait un complément intéressant aux traitements classiques du cancer, que sont les chimiothérapies et radiothérapies.

De nombreuses plantes et composés de plantes, tels que les flavonols, sont aujourd’hui étudiés par la science dans le but d’améliorer les traitements anti-cancéreux, en raison de leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. C’est un domaine de recherche en expansion dont on commence à voir apparaitre les possibles bénéfices.

La méthode Beljanski préconise d’utiliser le Pao pereira en complément des traitements conventionnels (radiothérapie, chimiothérapie, ultrasons HIFU...), tout en adoptant un régime alimentaire visant à combattre l’obésité si nécessaire.

L’extrait, créé par Mirko Beljanski, aujourd'hui nommé Pao V, a tout d’abord été appelé PB-100 2.

Les résultats des études n’ont pas été confirmés par des essais cliniques.

Propriétés et vertus

Anti-inflammatoire

Une étude évaluant les effets d'un extrait d'écorce et d'un extrait éthanolique de Pao pereira a démontré que les composés de l’extrait d'écorce de tige ont une activité anti-inflammatoire et anti-nociceptive 34

Antiviral

Un essai clinique réalisé avec le PB-100 sur des patients atteint par le VIH fut conduit en 1994 par Mirko Beljanski à l’hôpital universitaire Lapeyronie de Montpellier 5.

Le Pao pereira présente de nombreux bienfaits ; il améliore plusieurs paramètres importants de la maladie. Aucune maladie opportuniste ne s’est développée durant l’essai clinique et aucun signe d’intolérance, ni d’effets secondaires, n’ont été observés. Il a semblé alors présenter un intérêt pour lutter contre l’infection du VIH.

Anti-malaria, anti-paludique

L’écorce est un remède préventif antipaludique de la médecine traditionnelle sud-américaine, utilisé en Guyane. Une étude a montré qu’un extrait à base d'écorce de Geissospermum argenteum, macérée dans du rhum, était capable d'altérer le cycle intra-hépatique du parasite 6‌‌.

Leishmaniose

La leishmaniose est une maladie parasitaire comme la malaria. Les traitements chimiques de la maladie sont limités, en raison de leur toxicité. Une étude a évalué l'activité in vitro de la flavopéreirine sur des cultures de Leishmania amazonensis. Elle s'est avérée être une molécule prometteuse pour traiter la maladie 7.

Alzheimer

Des extraits ont montré des effets anticholinestérases in vitro, chez le rat et la souris dans trois études. Le Pao Pereira présenterait des bienfaits dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Les composés présents dans l’écorce peuvent inverser les déficits cognitifs 8. La géissospermine, qui est le principal alcaloïde de l'extrait d'écorce de Geissospermum vellosii brésilien, inhibe les acétylcholinestérases dans le cerveau des rats 9.

Dans une étude, quatre alcaloïdes indoliques, la geissoschizoline, la geissoschizone, la géissospermine et la 3 ', 4', 5 ', 6'-tétradehydrogéissospermine ont été isolés à partir de Geissospermum vellosii et évalués pour leurs activités anticholinestérases.

La géissoschizoline joue un rôle anti-inflammatoire prometteur. La géissoschizoline possède une capacité neuroprotectrice intéressante et pourrait potentiellement devenir un outil pour prévenir la neurodégénérescence et restaurer la neurotransmission 10.

Dans les études sur les rongeurs, il s’est montré sûr et sans effets secondaires jusqu’à des doses élevées.

Cancer

Mirko Beljanski a montré les bienfaits du Pao pereira sur des cellules cancéreuses in vitro et chez des animaux.

Il en est ressorti qu’il permet d’augmenter la mort des cellules cancéreuses sans affecter les cellules saines 11. Il serait intéressant dans le traitement des tumeurs cérébrales, grâce à sa capacité à passer la barrière hémato-encéphalique 12.

Ces dix dernières années, plusieurs équipes de chercheurs américains ont montré qu'il pourrait améliorer l’efficacité des chimiothérapies dans le traitement de plusieurs cancers.

Les doses efficaces, en fonction des différents types de cancers, ne sont pas établies et il est possible que de plus grandes doses diminuent son efficacité.

Cancer de la prostate

Dans une étude de 2009, des extraits d'écorce de Geissospermum vellosii (Pao pereira) enrichis en alcaloïdes alpha-carbolines ont présenté des activités anticancéreuses importantes in vitro et in vivo, contre une lignée cellulaire prototypique de cancer de la prostate humaine. Ajouté à des cellules cancéreuses cultivées, il supprime considérablement la croissance cellulaire de manière dose-dépendante et induit l'apoptose.

Chez des souris immunodéficientes xénogreffées avec des cellules cancéreuses et supplémentées quotidiennement avec un extrait ou un placebo, pendant 6 semaines. La croissance tumorale a diminué jusqu'à 80% dans certains groupes par rapport aux tumeurs des souris du groupe placebo. Il est apparu que des doses élevées pouvaient être moins efficaces que des doses plus faibles 13.

Une autre étude a montré les bienfaits anticancéreux du Pao pereira sur les cellules métastatiques du cancer de la prostate, qui résistent à la castration. Il est apparu que l'extrait a induit l'arrêt de la croissance des cellules cancéreuses et l'apoptose (mort) 14.

Les effets inhibiteurs d’un extrait, sur les cellules humaines de l’hyperplasie bénigne de la prostate, ont été étudiés. Il est apparu une hausse des gènes pro-apoptotiques et une inhibition de la signalisation NF-κB, associée à l'inflammation 15.

Cancer du pancréas

Deux études prometteuses ont été menées, sur des extraits de Pao pereira, pour le cancer du pancréas, un cancer particulièrement mortel.

In vitro, il a induit une apoptose dose-dépendante pour les cinq lignées cellulaires de cancer du pancréas. Sa combinaison, avec la gemcitabine, a eu un effet synergique dans l'inhibition de la croissance cellulaire.

Chez un modèle de souris porteuses de tumeurs du pancréas, le traitement par Pao pereira seul a supprimé de manière significative la croissance tumorale de 70 à 72%. Il possède une activité anticancéreuse pour le pancréas et peut renforcer les effets de la gemcitabine in vitro et in vivo 16 17 .

Cancer des ovaires

Des souris, atteintes d'un cancer de l'ovaire, en ont reçu par injection.

In vitro, une inhibition sélective de la croissance des cellules cancéreuses de l'ovaire a été démontrée. Il a induit l'apoptose et a complètement inhibé la formation de colonies de cellules tumorales. En association avec le Carboplatine, il a amélioré sa cytotoxicité, permettant une réduction de la dose.

In vivo, il a supprimé la croissance tumorale de 79% et diminué le volume d'ascite (accumulation de fluide) de 55%. Associé au Carboplatine, l'inhibition de la tumeur a atteint 97% et l'ascite a été complètement éradiquée.

Il possède une puissante activité antitumorale et pourrait améliorer l'effet du carboplatine, il détient donc un potentiel thérapeutique dans le traitement du cancer de l'ovaire 18.

Cancer colorectal

La flavopéreirine, un alcaloïde β-carboline extrait de l’écorce du Pao pereira peut réduire la viabilité de diverses cellules cancéreuses.

Les données ont montré que la flavopéréirine réduisait considérablement la viabilité cellulaire, en provoquant une mort cellulaire intrinsèque et extrinsèque, et en induisant l'arrêt du cycle cellulaire dans les cellules cancéreuses. Ceci aussi bien in vitro qu’in vivo 19.

Cette étude montre l’intérêt probable du Pao pereira dans le traitement du cancer colorectal. De plus amples études sont nécessaires, afin d’établir des traitements efficients pour l’être humain.

Différentes formes

En complément alimentaire, il est essentiellement disponible sous forme de gélules ou de capsules.

Dosage

  • Pao V : 6 à 10 gélules par jour (1 gélule par 10 kg de poids).
  • Pao V FM : 4 à 10 gélules par jour.

Il est recommandé également pour les personnes ayant eu un cancer de les prendre en prévention de récidive, en cure d’un mois trois fois par an.

Principes actifs

Le Pao pereira comporte plusieurs principes actifs qui participent aux bienfaits qu’il produit sur l’organisme.

Ce sont ses alcaloïdes qui sont au coeur de son action 20 21 22 23 24:

  • La flavopéreirine
  • La géissolosimine
  • La géissospermine
  • La geissolaevine
  • La géissoschizoline (et ses dérivés géissoschizoline N-oxyde et la 1,2-déshydrogeissoschizoline)
  • La geissospermiculatine
  • Le leuconolam
  • Le vellosiminol
  • La 12-métoxy-1-méthyl-aspidospermidine

Ses effets

Précautions

L’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé de la Belgique, a rappelé, que les Gerssospermum laeve et velosii sont susceptibles de contenir des alcaloïdes pyrrolizidiniques connus pour leur propriétés génotoxiques et mutagènes. Cette note précise 25 :

  • certaines des plantes précitées contiennent des alcaloïdes qui, par insertion au niveau de l’ADN des cellules, peuvent avoir des effets tératogènes ou mutagènes ;
  • son utilisation présente un risque pour les patients, en particulier pour les femmes en âge de procréer ;
  • il n’existe pas d’extraits de plantes, dénommés « Pao pereira », qui soient suffisamment caractérisés en ce qui concerne la préparation et la composition.

Contre-indications

Il n’existe pas à ce jour de contre-indications connues.

Interactions médicamenteuses

Il n’existe pas à ce jour d’interactions médicamenteuses connues.


Marianne Buclet
Marianne Buclet, Auteur

Naturopathe et professeure de yoga