Sorbier (Sorbus aucuparia): bienfaits et utilisation

-

Le sorbier ou Sorbus aucuparia est un arbre appartenant à la famille des
Rosacées. Largement répandu dans toute l'Europe, il pousse dans les forêts et les marais jusqu'à 2 400 m d'altitude. Cultivé pour ses qualités ornementales, il offre également des vertus thérapeutiques intéressantes.

Présentation

Sorbier (Sorbus aucuparia): bienfaits et utilisation de cet arbre en phytothérapie.

Nom commun : Sorbier
Nom latin : Sorbus aucuparia
Noms populaires : Sorbier des oiseaux, Sorbier des oiseleurs, arbre à grives.
Famille botanique : Rosacées

Propriétés thérapeutiques

  • Troubles rénaux et des voies urinaires - diurétique: calculs rénaux et urinaires, troubles de la miction
  • Régulation du transit intestinal: diarrhée chronique
  • Affections pulmonaires et des voies respiratoires: toux, bronchite, laryngite
  • Stimule la digestion
  • Régularisation du cycle menstruel
  • Dépuratif

Usages populaires

Reins - diurétique: goutte, insuffisance rénale aiguë, dysurie, calculs rénaux
Digestif - eupeptique, constipant : diarrhée, ballonnements, reflux gastrique, dysenterie
Voies respiratoires: toux, enrouement, laryngite, inflammation des cordes vocales
Génital - emménagogue: troubles menstruels
Dépuratif, fortifiant, carminatif, anti-inflammatoire

Dosage et posologie

Ce sont les fruits et les feuilles qui sont utilisés en phytothérapie.

  • Mastication des baies séchées : consommer 5 à 8 baies séchées dans la journée.
  • Infusion : 1 cuillerée à café de feuilles par tasse d'eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour.

Alimentation

Les fruits du sorbier, les sorbes (ou cormes), sont riches en vitamines A et C.

Ils peuvent être consommés en confiture ou en gelée. A partir des baies, de la liqueur peut être également réalisée.

Précautions et contre-indications

Aucune contre-indication majeure n'a été signalée.

Principes chimiques actifs

Les feuilles du Sorbier renferment de l’amygdaline et du tanin. Les fleurs comportent de la triméthylamine.

Les fruits comprennent des tanins, du dextrose, un peu de saccharose, des acides organiques (acides malique, citrique et succinique), des alcools, de la cire, de l'acide prussique et une huile essentielle.

Autres usages possibles

Le sorbier est également employé en gemmothérapie: Bourgeon de sorbier.

Bibliographie

Secrets d’une herboriste. Marie-Antoinette Mulot, éditions du Dauphin, 2015
Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paul Fournier, éditions Omnibus, 2010
Livre des bonnes herbes. Pierre Lieutaghi, Actes Sud, 1999
Précis de phytothérapie : Essai de thérapeutique par les plantes françaises. Henri Leclerc, Masson et Cie Editeurs, 1935
La phytothérapie : Se soigner par les plantes. Docteur Jean Valnet, Hachette, 1968
La santé à la pharmacie du Bon Dieu. Maria Trében, Ennsthaler, 2000

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.