Curcuma : bienfaits, vertus et propriétés

-

Le curcuma est indissociable de la cuisine indienne. Utilisé pour teindre les tissus, il est également un des composants principaux de la médecine ayurvédique. Depuis quelques dizaines d’années, sa popularité ne cesse de grandir auprès des Occidentaux. Comme épice ou comme complément alimentaire, ce petit rhizome présente de nombreuses vertus. Découverte.

Présentation

Rhizome de curcuma : épice détenant de nombreuses vertus pour la santé.

Le curcuma est un petit rhizome principalement cultivé en Asie et en Amérique latine. Il est utilisé comme épice, complément alimentaire et teinture.
Le composé principal du curcuma est la curcumine. C’est elle qui lui confère ses propriétés médicinales antioxydantes, dépuratives, hépatoprotectrices, cicatrisantes, anti-inflammatoires, antitumorales… . Selon la qualité du curcuma, la curcumine représente 50 % à 95 % de la composition du rhizome.

Le curcuma contient également des curcuminoïdes responsables de ses propriétés colorantes. Le rhizome comporte aussi des huiles essentielles à hauteur de 2 % à 4 %.

Pour vous aider également dans votre choix, vous pouvez, en vous rendant sur cet article, retrouver les différentes caractéristiques du curcuma et de la curcumine : Quelle est la meilleure curcumine?

Articulations et inflammations

Arthrose

Si l’arthrose a longtemps été une maladie des seniors, elle affecte de plus en plus de jeunes. Cette affection articulaire résulte d’une usure anormale ou précoce du cartilage. Les articulations les plus touchées par l’usure cartilagineuse sont celles de la hanche, du genou, du dos et de la main.

Les connaissances médicales actuelles établissent que les douleurs liées à la maladie sont également dues à un phénomène inflammatoire. Cette inflammation est susceptible de progresser vers d’autres articulations et de provoquer une extension des douleurs de l’arthrose.

C’est précisément sur ce phénomène inflammatoire que le curcuma possède un effet démontré. La curcumine a la capacité de bloquer une enzyme qui provoque l’inflammation. Elle permet alors de diminuer ou de bloquer l'impact nocif de l’inflammation chronique1, 2.

Une étude datant de 2014 a étudié les effets de la supplémentation en curcumine sur des personnes souffrant d’une arthrose du genou. Les 40 volontaires ont été supplémentés durant 6 semaines avec 1500 mg de curcumine. Les résultats de l’étude démontrent une diminution réelle des douleurs du genou, par rapport au groupe ayant été complémenté avec le placebo3.

Les volontaires ayant consommé la curcumine déclarent également avoir ressenti une amélioration significative de leurs capacités physiques et notamment de leur amplitude de mouvement.

Cette étude fait suite à une précédente analyse datant de 2010. Celle-ci avait été réalisée sur 50 personnes souffrant d’arthrose. Elle démontrait qu’une supplémentation en curcuma réduisait les marqueurs inflammatoires. Les volontaires de cette étude avaient également déclaré avoir ressenti un bienfait significatif au niveau des douleurs. L’étude avait démontré que leur capacité à marcher sans douleur avait augmenté de 245 % en 3 mois.

Dans cette étude, l’utilisation du curcuma a également permis aux volontaires de diminuer ou d’arrêter leurs médicaments classiques. L’efficacité de la curcumine, telle qu’elle a été calculée par les scientifiques, est supérieure à celle du paracétamol et comparable à celle des anti-inflammatoires non stéroïdiens, les effets secondaires en moins.

Par ailleurs, une méta-analyse datant de 2019 et portant sur 5 études comptabilisant 599 patients au total a démontré l’efficacité du curcuma sur l’arthrose4. Elle conclut à une action bénéfique réelle en améliorant à la fois les scores de douleur et de mobilité.

Tendinite

La tendinite, ou tendinopathie est une inflammation du tendon ou de sa gaine. Un tendon est une sorte de corde qui rattache les différentes parties d’une articulation. Cette atteinte inflammatoire articulaire est classifiée dans les troubles musculo-squelettiques.

Comme les processus inflammatoires jouent un rôle essentiel dans les tendinopathies, c’est sur ce fait que les scientifiques ont étudié les possibilités de la curcumine. Une étude de 2011 menée dans une université allemande met en lumière le rôle de la curcumine sur le rôle de certaines cytokines pro-inflammatoires5.

Les scientifiques ont conclu que la curcumine possède une capacité de modulation sur la signalisation inflammatoire. Ainsi, ce composé est efficace pour soulager la tendinite.

Arthrite

L’arthrite est un terme générique qui désigne l’ensemble des douleurs liées à des troubles musculo-squelettiques. Elle représente plusieurs dizaines d’affections différentes qui se caractérisent par des douleurs articulaires, osseuses, ligamentaires, tendineuses… .

L’arthrite apparaît suite à de l’usure, à des traumatismes, à des infections ou à des maladies auto-immunes. La plupart des arthrites sont chroniques et entraînent un état inflammatoire persistant. Elles détériorent les structures articulaires, réduisent la mobilité et finissent par déformer les articulations.

Une étude iranienne datant de 2019 a mis en évidence le potentiel de la curcumine pour lutter contre les troubles articulaires6. Bien que menée sur des rats, cette étude fait écho à de nombreuses autres recherches, qui avaient déjà conclu à l’efficacité de la curcumine sur les phénomènes inflammatoires liés aux maladies articulaires7, en ce y compris l’arthrose et l’arthrite rhumatoïde.

Il est à noter que la curcumine semble présenter un effet de synergie avec la glucosamine, communément utilisé pour lutter contre l’usure cartilagineuse caractéristique des maladies arthritiques.

Arthrite rhumatoïde

L’arthrite rhumatoïde ou polyarthrite rhumatoïde est une affection inflammatoire des articulations. Elle atteint généralement les articulations des mains et des pieds en premier, mais peut coloniser l’intégralité de l’organisme. Bien que chronique, cette maladie progresse par poussées douloureuses.

Une étude menée en 2012 en Inde a testé l’innocuité et l’efficacité de la curcumine sur les troubles liés à l’arthrite rhumatoïde8. Pour mener à bien cette étude, les scientifiques ont sélectionné 45 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Ceux-ci ont été répartis en 3 groupes traités avec de la curcumine, de la curcumine associée à du diclofénac sodique ou du diclofénac sodique seul.

Les critères d’évaluation de l’efficacité étaient liés à la sensibilité et au gonflement des articulations.

À la fin de l’étude, les scientifiques ont noté que le groupe traité avec la curcumine seule est celui qui a présenté le pourcentage le plus élevé d’amélioration, et cela de manière globale. Par ailleurs, le traitement à la curcumine s’est avéré parfaitement sécuritaire et n’a entraîné aucun effet indésirable.

Pancréatite

La pancréatite est une inflammation du pancréas. Elle peut être aiguë ou chronique. La pancréatite peut entraîner la nécrose des tissus du pancréas, mais également des tissus environnants.

Des scientifiques chinois ont démontré l’action positive de la curcumine sur la pancréatite aiguë9. Selon les modèles cellulaires étudiés, la curcumine réduit le poids du pancréas et atténue ses lésions. Par ailleurs, l’expérience a également démontré que la curcumine réduit la réponse inflammatoire du pancréas. Cependant, bien que les résultats soient très encourageants, les scientifiques ne sont pas parvenus à comprendre les mécanismes sous-jacents des effets protecteurs de la curcumine.

Digestion et intestins

Dyspepsie

La dyspepsie est un terme générique qui regroupe la plupart des malaises gastriques. Cette appellation fait notamment référence à une digestion difficile, aux maux d’estomac, aux nausées, aux sensations de lourdeur ou encore aux ballonnements. Dans la majorité des cas, ces affections sont sans gravité, mais parfois invalidantes dans la vie quotidienne.

La Commission E. et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent au rhizome de curcuma une efficacité réelle pour traiter les troubles digestifs et améliorer la digestion.

En 1989, une étude randomisée en double aveugle a testé l’efficacité du curcuma sur la dyspepsie10. Les volontaires étaient tous des adultes en bonne santé atteints par des formes variables de dyspepsie. Au terme de l’essai clinique, les scientifiques ont conclu que les volontaires absorbants 4 x 250 mg de curcuma par jour ont senti une amélioration plus nette de leurs problèmes digestifs que les volontaires placés sous placebo.

Ulcères gastroduodénaux

Les ulcères gastroduodénaux regroupent les ulcères gastriques et les ulcères duodénaux. Ils sont constitués d’une forme de plaie qui pénètre profondément dans les tissus des parois digestives. Très douloureuses, ces plaies sont généralement provoquées par la bactérie Helicobacter pylori ou la prise de certains anti-inflammatoires.

Plusieurs recherches indiquent que le curcuma a un effet protecteur sur la muqueuse gastrique. Il peut également détruire ou inhiber la bactérie responsable des plaies liées aux ulcères gastriques ou duodénaux.

Une étude indienne datant de 2009 démontre l’efficacité de la curcumine sur la croissance de la bactérie Helicobacter pylori11. Réalisée sur des souris, cette étude met en évidence la capacité de la curcumine à inhiber le travail de la bactérie et à réduire les dommages gastriques causés. Les scientifiques déterminent, au vu des résultats engrangés, que la curcumine est une alternative thérapeutique de qualité contre l’infection à Helicobacter pylori.

Une autre étude, réalisée sur des rats, arrive à un résultat similaire12. Les scientifiques coréens, à l’origine de l’étude, ont pu observer les effets du curcuma sur la formation des ulcères gastriques. Ils sont arrivés à la conclusion que le curcuma réduit la sécrétion des acides gastriques et protège la paroi digestive des lésions.

En 2000, un essai clinique de phase II a été testé sur des patients souffrants d’un ulcère situé dans la bulle duodénale et l’estomac13. Après 4 semaines de traitement au curcuma, les chercheurs thaïlandais ont déjà remarqué des résultats positifs significatifs. Le taux de guérison a été de 75 % après 12 semaines de traitement.

Côlon irritable

La colopathie fonctionnelle, également connue sous les appellations de colite spasmodique et syndrome du côlon irritable, est une inflammation du système intestinal sans gravité. Il associe des douleurs abdominales et des troubles du rythme intestinal. Il comporte parfois également des manifestations digestives ou œsophagiennes avec des troubles de la digestion.

En 2004, au Royaume-Uni, des études ont été menées sur l’effet de l’extrait de curcuma sur des adultes en bonne santé affectés par le côlon irritable14. Pour les besoins de l’étude, 500 volontaires ont été sélectionnés et 207 ont finalement été retenus pour participer aux essais.

Les volontaires ont reçu des dosages précis d’un extrait normalisé de curcuma durant 8 semaines. À la suite de quoi, les résultats ont mis en lumière une amélioration significative des symptômes tels que la douleur ou la gêne abdominale dans l’intégralité des volontaires ayant reçu l’extrait de curcuma. Les scientifiques ont alors conclu que le curcuma peut aider à réduire les symptômes de la colopathie fonctionnelle.

Des investigations supplémentaires ont eu lieu dans une université américaine en 2011. Elles ont donné lieu à des conclusions similaires.

Maladie de Crohn

La maladie de Crohn, également appelée colite ulcéreuse, est une maladie inflammatoire grave de l’intestin. Elle se caractérise par une inflammation persistante des parois et des couches profondes du tube digestif.

Dans la majorité des cas, l’inflammation s’installe au niveau du gros intestin avec parfois une remontée au niveau de l’intestin grêle. Dans de rares cas, des symptômes non digestifs peuvent apparaître avec des lésions de la peau, des articulations ou des yeux.

En général, la maladie de Crohn évolue par poussées. Elle provoque principalement des douleurs abdominales et des diarrhées, qui peuvent être chroniques et invalidantes.

Une étude pilote a été menée à New York en 200515. Elle consistait à confirmer ou à infirmer les propriétés anti-inflammatoires de la curcumine, dans le cadre de la rectitude ulcéreuse et de la maladie de Crohn. Au terme de l’étude, les résultats ont démontré une activité positive du curcuma sur les symptômes associés à la maladie de Crohn. Les scientifiques concluent donc à des résultats encourageants qui doivent encore être approfondis par de nouvelles études.

Colite

La colite n’est pas une maladie. Il s’agit plutôt d’un ensemble de symptômes de type inflammatoire qui affectent le côlon. Cette inflammation peut être chronique ou aiguë suivant les cas.

Quelle que soit sa nature, la colite se caractérise par des troubles du transit, des douleurs abdominales et parfois des ballonnements.

Au Japon, une étude a été menée afin de tester l’efficacité de la curcumine sur la colite ulcéreuse, une forme sévère de la maladie. Pour cette étude, les scientifiques ont sélectionné 99 patients atteints d’une colique ulcéreuse. Ils ont formé un groupe placebo et un groupe traité à la curcumine de manière journalière.

Au bout de 6 mois, les scientifiques ont observé un nombre moins important de rechutes dans le groupe traité avec de la curcumine ainsi qu’une forte amélioration de l’activité clinique. Les scientifiques ont alors conclu à une efficacité réelle de la curcumine sur les colites16.

Maladies neurologiques

Migraine

La migraine est une forme sévère de céphalées. Elle est caractérisée par des maux de tête accompagnés de nausées, d’auras ou de sensibilités diverses. Souvent chroniques, elles surviennent par crises plus ou moins violentes et nécessitent souvent du calme et du repos.

Une étude menée en Roumanie a démontré l’efficacité de la curcumine dans le traitement de la migraine chez le rat17. Combinée à du naproxène, un traitement commun de la migraine, la curcumine a montré un effet antioxydant amélioré et anti-nociceptif.

Facultés cognitives

Une étude pakistanaise de 2019 met en évidence les rôles protecteurs du curcuma dans le maintien des facultés cognitives18.

Dans cette étude, les scientifiques ont cherché à établir l’efficacité de la curcumine dans la lutte contre le stress oxydatif et la dépression associée. Les résultats ont démontré que la supplémentation en curcumine était capable d’atténuer de manière significative les symptômes de dépression, induits par le stress chronique imprévisible.

L’étude a également démontré que la supplémentation en curcumine est capable de lutter contre le stress oxydatif résultant du stress chronique. L’étude souligne également que la curcumine pourrait améliorer la mémoire après un stress chronique grâce à un potentiel anti-acétylcholinestérase.

Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une forme de démence. Elle provoque un déclin progressif des facultés cognitives. Concrètement, les cellules nerveuses du cerveau se détruisent peu à peu dans les centres liés à la mémoire et au langage. Le déclin est actuellement jugé irréversible. Elle est considérée comme une maladie dégénérative.

De nombreuses publications scientifiques font état du potentiel de la curcumine dans le traitement des démences liées à l’âge dont notamment la maladie d’Alzheimer19, 20. De nombreuses données épidémiologiques abondent également dans ce sens.

En 2005, des recherches californiennes permettent d’affirmer que le curcuma peut freiner la progression de la maladie d’Alzheimer21. Au cours d’expériences menées à la fois sur des cellules, mais également sur des animaux, les scientifiques ont constaté que la curcumine pouvait détruire les dépôts de protéines. Elles forment les « plaques » typiques se trouvant dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Les scientifiques ont également démontré que les effets protecteurs du curcuma étaient supérieurs à ceux des anti-inflammatoires non stéroïdiens généralement prescrits dans ce type de pathologie.

De récentes recherches menées chez des souris appuient d’ailleurs cette thèse22. Les scientifiques à l’origine de ces travaux ont étudié l’action de la curcumine sur le peptide ß— amyloïde, un des principaux responsables de la déficience cognitive et de la mort cellulaire dans la maladie d’Alzheimer.

Les résultats obtenus suggèrent que la curcumine a permis une augmentation significative du nombre de nouvelles cellules neuronales et une amélioration de l’apprentissage et de la fonction de la mémoire. Par conséquent, la curcumine pourrait améliorer les neurones altérés et stimuler leur renouvellement.

Foie

Le curcuma et son composant majoritaire la curcumine sont étudiés pour leur faculté hépatoprotectrice.

Une première étude, parue à la fin des années 90, démontre déjà l’utilité du curcuma pour améliorer les fonctions biliaires23. Les personnes participant à l’étude ont été supplémentées avec une préparation à base de chélidoine et de curcuma. Des effets positifs ont été observés chez l’intégralité des participants.

Une autre étude publiée en 2019 démontre l’utilité de la curcumine dans le traitement de la maladie du foie gras non alcoolique24. Durant cette étude, les scientifiques ont mis en lumière la manière dont la curcumine supprime l’accumulation des graisses et les lésions hépatiques dans les foies de souris. Ils sont parvenus à expliquer le mode de fonctionnement du rhizome dans la régulation de l’inflammation et de l’oxydation liée aux maladies hépatiques.

De nombreuses autres publications médicales25 attestent également de l’efficacité de la curcumine dans les maladies hépatiques de toutes natures26, en ce y compris le cancer27.

Des études démontrent aussi l’utilité du curcuma pour protéger le foie des dégâts occasionnés par l’utilisation de paracétamol28.

Peau

Cicatrisation

Le curcuma possède des propriétés cicatrisantes et antioxydantes. Dès lors, il permet d’améliorer et d’accélérer la cicatrisation des éruptions cutanées ou autres problèmes de peau. Son action anti-inflammatoire agit sur l’hyperpigmentation, favorisant ainsi une meilleure uniformité du teint.

Le curcuma est également efficace sur les marques de la peau. Il permet d’atténuer les vergetures, même lorsqu’elles sont déjà anciennes.

De nombreuses publications scientifiques expliquent29 et confirment30 les propriétés biofonctionnelles du rhizome de curcuma dans le processus de cicatrisation des plaies31. Elles permettent de comprendre et de définir précisément le rôle actif de la substance végétale et ses bénéfices, multiples, sur le processus de cicatrisation des plaies. Elles mettent notamment en lumière les vertus antioxydantes, antimicrobiennes, anti-inflammatoires et piégeuses de radicaux libres.

Gingivite

La gingivite est une maladie inflammatoire des gencives. Causée principalement par la plaque dentaire, elle entraîne des saignements, des gonflements et des douleurs gingivales. Dans sa forme la plus sérieuse, la gingivite peut provoquer le déchaussement des dents.

Une étude randomisée conduite en Inde démontre que le curcuma présente une action effective contre les gingivites32.

L’étude a été menée sur 100 patients volontaires atteints de gingivite et de problèmes de plaque dentaire. Les patients ont été séparés en 2 groupes afin de comparer l’efficacité du curcuma à celui d’un rince-bouche communément utilisé. Au bout de 21 jours d’utilisation, les observations ont permis de conclure à l’efficacité du curcuma dans le contrôle de la plaque dentaire et de la gingivite.

Radiothérapie

La radiothérapie est une méthode de traitement régionalisé du cancer. Elle consiste à utiliser des rayons afin de détruire les cellules cancéreuses. Malheureusement, elle apporte certains effets secondaires déplaisants.

Selon certains scientifiques, la curcumine a un effet protecteur pour la peau dans le cadre des traitements par radiothérapie33. En effet, la radiothérapie laisse généralement des lésions cutanées comme des rougeurs ou des brûlures. Bien que l’effectivité de la radioprotection du curcuma ne soit pas l’aspect le plus étudié du rhizome, des études cliniques et des essais en font néanmoins la preuve de l’efficacité.

Psoriasis

Le psoriasis est une maladie inflammatoire de la peau. Non contagieuse, elle évolue entre crises et poussées de rémission. Les poussées inflammatoires se caractérisent par la présence de plaques qui se desquament principalement sur les genoux, les coudes et le cuir chevelu.

Tout comme l’eczéma, le psoriasis est donc caractérisé par son aspect inflammatoire. Les vertus antibactériennes et anti-inflammatoires du curcuma sont donc particulièrement adaptées pour réduire les rougeurs, les démangeaisons et les irritations34.

De nombreuses études sérieuses mettent en évidence l’efficacité du curcuma dans les affections cutanées de type inflammatoire. Plusieurs dizaines d’articles ont conclu aux bienfaits du curcuma sur des affections comme le psoriasis, le vitiligo ou encore le prurit35. Elles permettent également de conclure à l’innocuité du rhizome sur la santé.

Dans la pratique, le curcuma est bien souvent associé à du miel, un adoucissant naturel de la peau.

Pilosité

Selon les utilisations traditionnelles indiennes, le curcuma permettrait également de lutter contre la pousse des poils. C’est d’ailleurs pour ça que les soins dépilatoires naturels en Inde en comportent une forte proportion. Cependant, aucune étude ne démontre cette application.

Système cardio-vasculaire

Cholestérol

Le cholestérol est un lipide essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Sous l’appellation cholestérol se cachent en réalité deux molécules distinctes :

  • le cholestérol DHL (aussi appelé bon cholestérol),
  • et le cholestérol LDL (aussi appelé mauvais cholestérol).

Lorsque l’équilibre entre les deux est rompu ou lorsque le taux de cholestérol LDL est trop important, il devient un facteur de risque pour les maladies cardio-vasculaires.

De nombreuses études ont été entreprises afin de déterminer l’efficacité de la curcumine dans la lutte contre l’excès de cholestérol, à plus forte raison de cholestérol LDL36, 37.

Celles-ci ont été reprises dans des analyses de plus grande ampleur. Une méta-analyse chinoise datant de 201738 et regroupant 7 études comptabilisant 649 patients au total a mis en évidence que le curcuma et la curcumine, son principal composant, peuvent protéger les patients à risque de maladies cardio-vasculaires.

Les scientifiques ont également conclu que la curcumine semblait sans danger et qu’aucun événement indésirable grave n’était intervenu durant ces études.

Cependant, des devoirs complémentaires doivent être menés afin de déterminer les meilleures stratégies en ce qui concerne la forme, la posologie et la puissance d’efficacité des « médicaments » contenant de la curcumine.

Triglycéride

Les triglycérides sont des lipides. Ils proviennent de la métabolisation du sucre en graisse par le foie. Indispensables à l’organisme dont ils constituent une réserve énergétique, ils deviennent, à forte dose, un facteur de risque pour les maladies cardio-vasculaires.

Dans une étude publiée en 2013, des scientifiques démontrent l’efficacité du curcuma et de la curcumine pour abaisser les taux de triglycérides sériques, chez les personnes à risque de maladies cardio-vasculaires39.

Au bout de 30 jours de supplémentation en curcuminoïdes à hauteur de 1 g par jour, les chercheurs ont pu constater une réduction significative des concentrations de triglycérides. Il s’agit d’un paramètre important dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires.

Diabète

Le diabète est un terme générique désignant des maladies dont le symptôme principal est un taux de sucre trop élevé dans le sang. Il cache deux réalités bien distinctes. D’une part le diabète de type 1 qui est une maladie chronique dans laquelle le pancréas ne produit pas ou pas assez d’insuline pour permettre la régulation correcte de la glycémie. D’autre part, le diabète de type 2, aussi appelé diabète sucré, qui est provoqué par une moins bonne sensibilité à l’insuline.

Des études sérieuses ont mis en lumière le rôle du curcuma sur le diabète. Il semble, au vu des résultats, que celui-ci ait un rôle à la fois préventif et curatif.

Une première étude a démontré un effet préventif du curcuma sur la survenue du diabète40. Les participants, toutes des personnes à risque, ont été répartis en 2 groupes. Une partie recevait un placebo tandis que l’autre partie recevait du curcuma à raison de 750 mg 2 fois par jour.

Après 9 mois de traitement, les scientifiques ont pu observer une différence significative de cas de patients devenus diabétiques entre les 2 groupes. Le groupe placebo a vu 16 % de ses participants développer un diabète, tandis que le groupe traité au curcuma n’a pas eu de patients déclarant cette maladie. Par ailleurs, le groupe traité au curcuma a également observé une diminution de poids, de tour de taille et de glycémie à jeun.

Une seconde étude a été menée sur des volontaires diabétiques souffrant d’une néphropathie (atteinte rénale qui constitue une pathologie secondaire au diabète)41. Les patients traités avec un extrait de curcuma durant 8 semaines ont vu leur état s’améliorer, et ce y compris ceux qui souffraient d’une insuffisance rénale à un stade avancé.

Maladies auto-immunes

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système immunitaire. Elle se traduit par des lésions nerveuses, qui perturbent la communication entre le cerveau et le reste de l’organisme. D’un point de vue purement médical, c’est la gaine de myéline, une couche de protection des nerfs, qui est progressivement détruite.

La sclérose en plaques est particulièrement impactée par les phénomènes d’oxydation et de radicaux libres. La curcumine, comme l’a déjà démontré la science, est un antioxydant et un anti-inflammatoire.

Elle inhibe l’expression de plusieurs enzymes et facteurs qui activent les réponses immunitaires et inflammatoires de l’organisme. Par ailleurs, la curcumine peut réduire la mort cellulaire. Tous ces facteurs entrent en considération dans l’expression et la progression de la sclérose en plaques.

Comme l’ont prouvé de nombreuses recherches scientifiques, la curcumine a le potentiel d’apporter de nombreux avantages pour le traitement de la sclérose en plaques42. Par ailleurs, elle est particulièrement stable dans les tissus graisseux tels que la myéline et le cerveau. C’est donc un complément intéressant pour prévenir la progression de la maladie, mais également pour atténuer les crises. De nombreuses études scientifiques attestant ces faits sont d’ailleurs parues ces dernières années43, 44 45.

Lupus

Le lupus est une maladie auto-immune de type inflammatoire. Elle se déclare lorsque le système immunitaire attaque ses propres tissus. Le lupus peut attaquer n’importe quelle partie du corps et se loge principalement dans les articulations, la peau, les reins, le cerveau, le cœur ou les poumons. Il se traduit par de la fatigue, des douleurs, des éruptions cutanées et de la fièvre. Il évolue en général par poussées et phases de rémission.

Le potentiel anti-inflammatoire de la curcumine intéresse les scientifiques dans le traitement du lupus. Malgré les progrès rapides de la médecine dans le domaine, il existe un besoin urgent d’interventions nouvelles, efficaces et si possible dénuées d’effets secondaires.

Une étude a été menée sur des souris afin de déterminer l’efficacité de la curcumine sur l’inflammation du lupus et précisément sur ses actions rénales46.

Le traitement à base de curcuma a considérablement réduit l’inflammation rénale, mais il a également réduit la taille de la rate et inhibé l’expression de l’inflammation. Dans l’ensemble, les résultats sont donc particulièrement encourageants pour l’utilisation de la curcumine dans le traitement du lupus.

Un certain nombre d’études expérimentales et cliniques démontrent également un effet immunomodulateur de la curcumine dans le cadre du traitement du lupus47. Les résultats sont aussi très encourageants en ce qui concerne l’inhibition des cytokines pro-inflammatoires.

Sclérodermie

La sclérodermie est une maladie auto-immunitaire. Elle s’attaque généralement aux mains en provoquant des désordres vasculaires avant de s’étendre à d’autres organes et notamment à la peau, aux poumons et au tube digestif. Elle provoque un durcissement et un serment chronique des tissus conjonctifs. Elle se caractérise notamment par des douleurs.

Une étude américaine est parvenue à démontrer l’intérêt de l’utilisation de la curcumine dans le traitement de la sclérodermie48. Cette maladie se caractérise par un dépôt excessif de collagène dans les tissus infectés. Le composant actif du curcuma provoque l’apoptose des fibroblastes excédentaires présents dans la sclérodermie. L’effet a d’ailleurs été démontré sur les fibroblastes pulmonaires.

De plus, les scientifiques ont prouvé que la curcumine induit l’expression de certaines enzymes de détoxication particulièrement utiles à l’organisme. La conclusion émise suggère que la curcumine a un intérêt thérapeutique dans le traitement de la sclérodermie.

Les allégations officielles

Les autorités européennes reconnaissent au curcuma les propriétés suivantes49 :

  • soulage les douleurs inflammatoires,
  • aide à maintenir l’efficacité du système immunitaire,
  • soulage les douleurs musculaires et articulaires,
  • a des propriétés antioxydantes significatives,
  • aide à maintenir la résistance aux allergies,
  • contribue un bon équilibre nerveux,
  • soutient le foie et la fonction biliaire,
  • aide à maintenir la santé des poumons et du système respiratoire,
  • soutient la production et la qualité du sang,
  • favorise un bon équilibre mental,
  • soutien la fonction cardiaque,
  • prévient l’accumulation des graisses,
  • aide à maintenir la santé du foie.

L’utilisation traditionnelle du curcuma semble protéger les populations d’un grand nombre de maladies. Aujourd’hui, de nombreuses études scientifiques sont en cours ou démontrent déjà les applications phytothérapeutiques du rhizome.

Informations complémentaires

Vous pouvez en apprendre davantage sur le curcuma :

Les produits efficaces

Pour vous aider également dans votre choix, vous pouvez, en vous rendant sur cet article, retrouver les différentes caractéristiques du curcuma et de la curcumine : Quelle est la meilleure curcumine?

Questions fréquentes

Qu'est-ce que le curcuma ?

Le curcuma est une plante, dont les rhizomes sont utilisés comme épice. Le principal composé du curcuma, la curcumine, dispose de nombreuses vertus médicinales.

Pourquoi consommer du curcuma ?

Les bienfaits du curcuma sont nombreux et variés :
1. Protection des articulations et du foie
2. Réduction des inflammations
3. Amélioration de la digestion
4. Soulagement des troubles intestinaux
5. Régression de certains troubles neurologiques
6. Propriétés cicatrisantes
7. Prévention de certaines maladies cardiovasculaires et auto-immunes
8. Effet protecteur probable sur certains cancers


  • 1Rao CV., « Regulation of COX and LOX by curcumin », Adv Exp Med Biol. 2007 ; 595:213-26.
  • 2E Sikora et al., « Curcumin, inflammation, ageing and age-related diseases », Immun Ageing. 2010 ; 7 : 1.
  • 3Mitigation of Systemic Oxidative Stress by Curcuminoids in Osteoarthritis: Results of a Randomized Controlled Trial. Panahi Y, Alishiri GH, Parvin S, Sahebkar A. 2016;13(2):209-20. doi: 10.3109/19390211.2015.1008611🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25688638
  • 4Wu J, Lv M, Zhou Y. - Efficacy and side effect of curcumin for the treatment of osteoarthritis: A meta-analysis of randomized controlled trials. - Pak J Pharm Sci. 2019 Jan;32 (1) : 43-51.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30772789
  • 5Buhrmann C, Mobasheri A, Busch F, Aldinger C, Stahlmann R, Montaseri A, Shakibaei M - Curcumin modulates nuclear factor kappaB (NF-kappaB)-mediated inflammation in human tenocytes in vitro: role of the phosphatidylinositol 3-kinase/Akt pathway. - 2011 Aug 12;286(32):28556-66. doi: 10.1074/jbc.M111.256180. Epub 2011 Jun 13🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21669872
  • 6Meshkibaf MH, Maleknia M, Noroozi S. - Effect of curcumin on gene expression and protein level of methionine sulfoxide reductase A (MSRA), SOD, CAT and GPx in Freund's adjuvant inflammation-induced male rats. – J Inflamm Res. 2019 Sep 3 ; 12:241-249. doi: 10.2147/JIR.S212577.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31564949
  • 7Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. Kuptniratsaikul V, Thanakhumtorn S, Chinswangwatanakul P, Wattanamongkonsil L, Thamlikitkul V. J Altern Complement Med. 2009 Aug;15(8):891-7.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19678780
  • 8A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. - Chandran B, Goel A. - 2012 Nov;26(11):1719-25. doi: 10.1002/ptr.4639🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22407780
  • 9Curcumin protects the pancreas from acute pancreatitis via the mitogen‑activated protein kinase signaling pathway. Wang Y, Bu C, Wu K, Wang R, Wang J. 2019 Oct;20(4):3027-3034. doi: 10.3892/mmr.2019.10547.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31432122
  • 10Thamlikitkul V, Bunyapraphatsara N, et al. Randomized double blind study of Curcuma domestica Val. for dyspepsia.J Med Assoc Thai 1989 Nov;72(11):613-20.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=2699615&dopt=Abstract
  • 11Antimicrobial activity of curcumin against Indian Helicobacter pylori and also during mice infection. De R, Kundu P, et al. Antimicrob Agents Chemother. 2009 Feb 9.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19204190
  • 12Curcuma longa extract protects against gastric ulcers by blocking H2 histamine receptors. Kim DC, Kim SH, et al. Biol Pharm Bull. 2005 Dec;28(12):2220-4.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16327153
  • 13Prucksunand C, Indrasukhsri B, et al. Phase II clinical trial on effect of the long turmeric (Curcuma longa Linn) on healing of peptic ulcer.Southeast Asian J Trop Med Public Health 2001 Mar;32(1):208-15.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=11485087&dopt=Abstract
  • 14Turmeric extract may improve irritable bowel syndrome symptomology in otherwise healthy adults: a pilot study. Bundy R, Walker AF, et al. J Altern Complement Med. 2004 Dec;10(6):1015-8.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15673996
  • 15Curcumin therapy in inflammatory bowel disease: a pilot study. Holt PR, Katz S, Kirshoff R. Dig Dis Sci. 2005 Nov;50(11):2191-3.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16240238
  • 16Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. Kuptniratsaikul V, Thanakhumtorn S, Chinswangwatanakul P, Wattanamongkonsil L, Thamlikitkul V. J Altern Complement Med. 2009 Aug;15(8):891-7.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19678780
  • 17Liposomal Curcumin Enhances the Effect of Naproxen in a Rat Model of Migraine. Bulboacă AE, Bolboacă SD, Bulboacă AC, Porfire AS, Tefas LR, Suciu ȘM, Dogaru G, Stănescu IC. 2019 Jul 9;25:5087-5097. doi: 10.12659/MSM.915607. Abstract🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31287810
  • 18Curcumin lessens unpredictable chronic mild stress-induced depression and memory deficits by modulating oxidative stress and cholinergic activity. Naqvi F, Saleem S, Naqvi F, Batool Z, Sadir S, Tabassum S, Ahmed S, Liaquat L, Haider S. 2019 Jul;32(4(Supplementary)):1893-1900.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31680089
  • 19The Mechanisms of Action of Curcumin in Alzheimer's Disease. Tang M, Taghibiglou C. 2017;58(4):1003-1016. doi: 10.3233/JAD-170188.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28527218
  • 20Curcumin in Alzheimer's disease: Can we think to new strategies and perspectives for this molecule? Serafini MM, Catanzaro M, Rosini M, Racchi M, Lanni C. 2017 Oct;124:146-155. doi: 10.1016/j.phrs.2017.08.004. Epub 2017 Aug 12.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28811228
  • 21Yang F, Lim GP, Cole GM et al, Curcumin inhibits formation of Abeta oligomers and fibrils and binds plaques and reduces amyloid in vivo, J. Biol. Chem., 7 décembre 2004 (version Internet)🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=pubmed&dopt=Abstract&list_uids=15590663
  • 22Curcumin Promotes Proliferation of Adult Neural Stem Cells and the Birth of Neurons in Alzheimer's Disease Mice via Notch Signaling Pathway. Li J, Han Y, Li M, Nie C. 2019 Jun ; 21 (3) :152-161. doi: 10.1089/cell.2018.0027.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31145652
  • 23Niederau C, Gopfert E. [The effect of chelidonium- and turmeric root extract on upper abdominal pain due to functional disorders of the biliary system. Results from a placebo-controlled double-blind study]. [Article en allemand, résumé en anglais]. Med Klin 1999 Aug 15 ; 94 (8) : 425-30.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?cmd=Retrieve&db=PubMed&list_uids=10495621&dopt=Abstract
  • 24Curcumin Ameliorates Nonalcoholic Fatty Liver Disease through Inhibition of O-GlcNAcylation. Lee DE, Lee SJ, Kim SJ, Lee HS, Kwon OS. 2019 Nov 8;11(11). pii: E2702. doi: 10.3390/nu11112702.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31717261
  • 25Curcumin in Liver Diseases: A Systematic Review of the Cellular Mechanisms of Oxidative Stress and Clinical Perspective. Farzaei MH, Zobeiri M, Parvizi F, El-Senduny FF, Marmouzi I, Coy-Barrera E, Naseri R, Nabavi SM, Rahimi R, Abdollahi M. 2018 Jul 1;10(7). pii: E855. doi: 10.3390/nu10070855.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29966389
  • 26Curcumin ameliorates liver damage and progression of NASH in NASH-HCC mouse model possibly by modulating HMGB1-NF-κB translocation. Afrin R, Arumugam S, Rahman A, Wahed MI, Karuppagounder V, Harima M, Suzuki H, Miyashita S, Suzuki K, Yoneyama H, Ueno K, Watanabe K. 2017 Mar;44:174-182. doi: 10.1016/j.intimp.2017.01.016. Epub 2017 Jan 19.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28110063
  • 27Curcumin in Hepatobiliary Disease: Pharmacotherapeutic Properties and Emerging Potential Clinical Applications. Hu RW, Carey EJ, Lindor KD, Tabibian JH. 2017 November-December,;16(6):835-841. doi: 10.5604/01.3001.0010.5273.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29055920
  • 28Reyes-Gordillo K, Segovia J, Shibayama M, Vergara P, Moreno MG, Muriel P. Curcumin protects against acute liver damage in the rat by inhibiting NF-kappaB, proinflammatory cytokines production and oxidative stress. Biochim Biophys Acta. 2007 Jun;1770(6):989-96.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17383825?dopt=Abstract
  • 29Wound Healing Effects of Curcumin: A Short Review. Tejada S, Manayi A, Daglia M, Nabavi SF, Sureda A, Hajheydari Z, Gortzi O, Pazoki-Toroudi H, Nabavi SM. 2016;17(11):1002-7.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27640646
  • 30Curcumin as a wound healing agent. Akbik D, Ghadiri M, Chrzanowski W, Rohanizadeh R. 2014 Oct 22;116(1):1-7. doi: 10.1016/j.lfs.2014.08.016. Epub 2014 Sep 6.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25200875
  • 31Curcumin and its topical formulations for wound healing applications. Mohanty C, Sahoo SK. 2017 Oct ; 22 (10) :1582-1592. doi: 10.1016/j.drudis.2017.07.001. Epub 2017 Jul 12.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28711364
  • 323134 Waghmare, P. F., Chaudhari, A. U., Karhadkar, V. M., and Jamkhande, A. S. Comparative evaluation of turmeric and chlorhexidine gluconate mouthwash in prevention of plaque formation and gingivitis: a clinical and microbiological study. J Contemp.Dent Pract. 2011;12(4):221-224.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22186854?dopt=Abstract
  • 33Relationship and interactions of curcumin with radiation therapy. Verma V. 2016 Jun 10;7(3):275-83. doi: 10.5306/wjco.v7.i3.275.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27298767
  • 34Dietary compounds as potential modulators of microRNA expression in psoriasis. Kocic H, Damiani G, Stamenkovic B, Tirant M, Jovic A, Tiodorovic D, Peris K. 2019 Aug 7;10:2040622319864805. doi: 10.1177/2040622319864805.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31431821
  • 35Effects of Turmeric (Curcuma longa) on Skin Health: A Systematic Review of the Clinical Evidence. Vaughn AR, Branum A, Sivamani RK. 2016 Aug;30(8):1243-64. doi: 10.1002/ptr.5640. Epub 2016 May 23.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27213821
  • 36Supplementation with curcumin inhibits intestinal cholesterol absorption and prevents atherosclerosis in high-fat diet-fed apolipoprotein E knockout mice. Zou J, Zhang S, Li P, Zheng X, Feng D. 2018 Aug;56:32-40. doi: 10.1016/j.nutres.2018.04.017.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30055772
  • 37Curcumin retunes cholesterol transport homeostasis and inflammation response in M1 macrophage to prevent atherosclerosis. Chen FY, Zhou J, Guo N, Ma WG, Huang X, Wang H, Yuan ZY. 2015 Nov 27;467(4):872-8. doi: 10.1016/j.bbrc.2015.10.051.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26471308
  • 38Efficacy and safety of turmeric and curcumin in lowering blood lipid levels in patients with cardiovascular risk factors: a meta-analysis of randomized controlled trials. Qin S, Huang L, Gong J, Shen S, Huang J, Ren H, Hu H. 2017 Oct 11;16(1):68. doi: 10.1186/s12937-017-0293-y.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29020971
  • 39Effects of supplementation with curcuminoids on dyslipidemia in obese patients: a randomized crossover trial. Mohammadi A, Sahebkar A, Iranshahi M, Amini M, Khojasteh R, Ghayour-Mobarhan M, Ferns GA. 2013 Mar;27(3):374-9. doi: 10.1002/ptr.4715.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22610853?dopt=Abstract
  • 40Chuengsamarn, S., Rattanamongkolgul, S., Luechapudiporn, R., Phisalaphong, C., and Jirawatnotai, S. Curcumin extract for prevention of type 2 diabetes. Diabetes Care 2012;35(11):2121-2127.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22773702?dopt=Abstract
  • 41Khajehdehi, P., Pakfetrat, M., Javidnia, K., Azad, F., Malekmakan, L., Nasab, M. H., and Dehghanzadeh, G. Oral supplementation of turmeric attenuates proteinuria, transforming growth factor-beta and interleukin-8 levels in patients with overt type 2 diabetic nephropathy: a randomized, double-blind and placebo-controlled study. Scand.J Urol.Nephrol. 2011;45(5):365-370.🔗 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21627399?dopt=Abstract
  • 42Qureshi et al. 2017. Neurol Sci. Therapeutic potential of curcumin for multiple sclerosis.
  • 43Therapeutic potential of curcumin for multiple sclerosis. Qureshi M, Al-Suhaimi EA, Wahid F, Shehzad O, Shehzad A. 2018 Feb;39(2):207-214. doi: 10.1007/s10072-017-3149-5🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29079885
  • 44Curcumin as a therapeutic candidate for multiple sclerosis: Molecular mechanisms and targets. Ghanaatian N1, Lashgari NA, Abdolghaffari AH, Rajaee SM, Panahi Y, Barreto GE, Butler AE, Sahebkar A. 2019 Aug;234(8):12237-12248. doi: 10.1002/jcp.27965.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30536381
  • 45"Disease modifying nutricals" for multiple sclerosis. Schmitz K, Barthelmes J, Stolz L, Beyer S, Diehl O, Tegeder I. 2015 Apr;148:85-113. doi: 10.1016/j.pharmthera.2014.11.015.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25435020
  • 46Curcumin attenuates murine lupus via inhibiting NLRP3 inflammasome. Zhao J, Wang J, Zhou M, Li M, Li M, Tan H. 2019 Apr;69:213-216. doi: 10.1016/j.intimp.2019.01.046. Epub 2019 Feb 6.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30738291
  • 47Curcumin: A natural modulator of immune cells in systemic lupus erythematosus. Momtazi-Borojeni AA, Haftcheshmeh SM, Esmaeili SA, Johnston TP, Abdollahi E, Sahebkar A. 2018 Feb;17(2):125-135. doi: 10.1016/j.autrev.2017.11.016. Epub 2017 Nov 24. Review.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29180127
  • 48Curcumin-induced apoptosis in scleroderma lung fibroblasts: role of protein kinase cepsilon. Tourkina E, Gooz P, Oates JC, Ludwicka-Bradley A, Silver RM, Hoffman S. 2004 Jul;31(1):28-35.🔗 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14742295
  • 49Cadre des allégations de santé autorisées conformément à la législation européenne sur les compléments alimentaires (CE n° 1924/2006). – EFSA 2252, 2598, 2599, 2751, 3908, 4009, 4010, 4011
Caroline Thomas
Caroline Thomas, Auteur

Rédactrice spécialisée en nutrition, bien-être et santé naturelle. Spécialiste certifiée en techniques de santé naturelle. Formation de coaching en nutrition et bien-être en cours de validation.