Equilibre acido-basique: définition, physiologie, symptômes

-

L'équilibre acido-basique du corps est une fonction physiologique observée dès le début du XXème siècle. Chez les personnes en bonne santé, le taux d'acidité et le taux d'alcalinité de l'organisme sont équilibrés. Cependant, ces taux peuvent se modifier et provoquer un déséquilibre. Quels sont les symptômes et causes de ce déséquilibre? Comment le mesurer?

Particularités

Citron et morceaux de chocolat, qui représentent l'équilibre acido-basique du corps.

L’équilibre acido-basique du corps est primordial pour être en bonne santé. Le pH du corps humain ne doit pas être ni trop acide, ni trop basique, afin que l'organisme fonctionne correctement. L'échelle de pH (potentiel hydrogène) est étalonnée de 1 à 14. La zone acide est comprise entre 1 et 7. La zone basique est comprise entre 7 et 14. Le pH 7 est neutre.

Origine

En 1922, Donald Van Slyke un biochimiste, fut le premier à démontrer que notre organisme ne peut tolérer que de faibles variations de pH dans ses différents tissus.

En 1954, Louis-Claude Vincent ébauche les premières pierres de la bio-électronique, une science empirique qui définit la santé selon plusieurs paramètres: pH, oxydo-réduction et résistivité. Il est le premier à évaluer l'état de santé d'un individu en fonction de l'équilibre acido-basique de l'organisme. Par ailleurs, il a également mesuré l'impact de notre hygiène de vie (alimentation, respiration, stress...) sur celui-ci. C'est donc grâce à cet ingénieur que des avancées importantes ont pu être réalisées dans la compréhension de la physiologie et des pathologies associées à un pH altéré.

De nombreux médecins et thérapeutes se sont emparés de cette théorie ; ils ont pu l'étudier et la mettre en pratique. Citons par exemple le Dr Catherine Kousmine, et plus récemment le naturopathe Christopher Vasey.

De nos jours, les théories associées à l'équilibre acido-basique ne font pas l'unanimité dans le monde médical. Néanmoins, d'après de nombreuses études, il a un réel impact sur le fonctionnement du corps humain. Par ailleurs, les thérapeutes formés mesurent régulièrement son impact sur le bien-être des patients.

Le sang et ses limites physiologiques

Comme la température corporelle, le pH sanguin ne supporte que de très faibles variations: entre 7,35 et 7,45. Différents mécanismes de régulations physiologiques permettent de maintenir l'équilibre acido-basique du sang de manière adéquate.

Cependant, se focaliser uniquement sur le pH sanguin est une erreur. En effet, le sang est en lien avec toutes les cellules et les tissus du corps. En raison du phénomène d'osmose, si les tissus et les organes présentent de l'acidité, cela entraîne nécessairement une acidité sanguine. Ainsi, le pH physiologique est régulé par l'ensemble des organes et des structures anatomiques.

Eléments et facteurs qui peuvent le modifier

L'équilibre acido-basique du corps est impacté par la nature acido-basique des aliments ingérés; ils se retrouvent ensuite sous forme de nutriments dans le sang.

Les différentes fonctions ou organes peuvent aussi le modifier:

  • Digestion: un manque d'enzymes digestives et de bile ou une dérégulation de la flore intestinale engendrent des fermentations créant de l'acidité.
  • Tissus: les muscles et les articulations stockent des acides en surplus, les os sont une réserve de minéraux basiques.
  • Reins: l'élimination rénale de l'eau entraîne une évacuation d'acides ou de bases.
  • Peau: elle les élimine par la sueur.
  • Respiration: elle expulse du CO2, lui-même issu des acides de l'organisme.
  • Degré d'oxydation de l'organisme: les radicaux libres favorisent la production d'acides.

D'autre part, les systèmes nerveux et hormonaux impactent aussi les fonctions décrites ci-dessus. Le stress a un effet délétère sur la digestion et sur le système respiratoire.

Les causes d'un déséquilibre

Il peut être dû à:

  • une alimentation acidifiante ou oxydante
  • une insuffisance digestive
  • un défaut d’oxygénation
  • une détérioration de la fonction rénale
  • une affection cutanée
  • une flore intestinale altérée
  • un stress aigu: il a un impact délétère sur le système nerveux ou hormonal
  • un surmenage et le non respect des phases de repos

Ces troubles peuvent alors générer un état d'acidification, qui peut être néfaste pour la santé à long terme.

Alimentation

L'alimentation est la première cause d'acidose: consommer des aliments acidifiants en abondance, peu d'aliments alcalinisants, trop manger, faire de mauvaises associations alimentaires… Toutes ces habitudes alimentaires favorisent de l'acidité.

La nature acide, basique ou acidifiante des aliments

Une alimentation «ordinaire» comporte près de 80% d'ingrédients acidifiants. En effet, tous ces aliments génèrent de l'acidité:

  • Au petit-déjeuner: café, pain blanc, confiture, céréales
  • Aux repas: viande, accompagnement provenant de plats industriels, fritures, produits laitiers

Pour résumer, il existe différentes catégories d'aliments:

1/ Aliments acidifiants: leur consommation génère des acides lors de la digestion.
> C'est le cas des protéines, du sucre, des aliments raffinés ou ultra-transformés...

2/ Aliments acides: leur consommation en excès peut provoquer une accumulation d'acides.
> C'est le cas de certains fruits et légumes, produits fermentés, vin blanc, sodas, sel raffiné…

3/ Aliments basiques ou alcalins: ils apportent des nutriments alcalins ou ne génèrent pas d'acidité lors de la digestion.
> Il s'agit de la plupart des légumes et des céréales complètes…

La liste complète des aliments est présentée dans l'article sur l'alimentation acido-basique. Aussi, l'indice PRAL permet de déterminer si une denrée alimentaire est acidifiante ou alcalinisante.

La quantité et les associations

Plus vous mangez "lourd" ou en trop grande quantité, plus vous générez de l'acidité dans votre organisme. Pourquoi? Car plus la digestion est longue, plus les aliments stagnent dans les organes digestifs, engendrant de la fermentation excessive. Celle-ci a 2 impacts négatifs:

  • Le CO2 qu'elle dégage est acidifiant.
  • Les glucides sont plus facilement transformés en acides.

Par ailleurs, les associations alimentaires ont un impact significatif sur l'équilibre acido-basique. Elles affectent la digestion. Pour que chaque type de nutriment soit correctement digéré, il doit bénéficier d'un pH spécifique. Les protéines sont essentiellement dégradées dans un estomac acidifié. Alors que les sucres le sont en milieu alcalin, dans la bouche et dans l'intestin grêle. Ainsi, prendre du sucre, lent ou rapide, en même temps que des protéines, ne favorise pas une digestion optimale.

Nous vous conseillons de ne pas associer des sucres (rapides ou lents) avec des protéines animales ou des aliments acides (produits laitiers, certains légumes, vin, vinaigre…). Néanmoins, un repas avec une protéine animale, des légumes ou un produit laitier est recommandé. De même, l'association protéine végétale et céréale ne pose pas de problèmes. Vous pouvez en apprendre davantage au sein de l'article sur le régime dissocié ou la dissociation alimentaire.

Digestion

Parmi les causes d'un déséquilibre acido-basique, l'insuffisance digestive est souvent impliquée. Ici, elle peut être définie comme une capacité limitée à bien digérer les aliments.

Pour les décomposer, l'organisme sécrète différentes substances:

  • acide chlorhydrique par l'estomac;
  • enzymes par le pancréas;
  • bile par le foie.

Si ces substances ne sont pas produites en quantité suffisante, alors il peut se produire: ballonnements, éructations, fatigue après le repas, mauvaise haleine, reflux gastrique, douleurs abdominales, prise de poids, problèmes de transit…

Les stagnations engendrent de la fermentation et de la putréfaction, dégageant ainsi de nombreux acides et du CO2 acidifiant.

Respiration

Les poumons approvisionnent le corps en oxygène. Un sang qui manque d'oxygène est davantage concentré en acide lactique. Le taux d'oxygène se mesure avec un oxymètre. Les poumons rejettent également du CO2, un gaz acidifiant. Le CO2 produit par le corps est en partie issu d'acides volatils (acides carboniques, citriques, oxaliques, lactiques, pyruviques…).

C'est pourquoi la respiration est essentielle dans la régulation de l'équilibre acido-basique. Une bonne ventilation pulmonaire au quotidien est indispensable.

Souvent, lorsque vous êtes stressé ou sédentaire, vous pratiquez une respiration thoracique superficielle. De fait, vous pouvez négliger la respiration abdominale, bien plus profonde et oxygénante. Bouger, faire du sport, respirer au grand air, sont autant de pratiques qui permettent de vous oxygéner.

Equilibre acido-basique et les reins

Les reins filtrent les substances toxiques. Ils jouent un rôle prépondérant dans cette fonction. Cela se fait par l'intermédiaire de:

  • L'élimination des acides présents dans le sang. Ceux-ci proviennent essentiellement des déchets métaboliques produits lors de la dégradation des protéines. Les reins contribuent à les éliminer.
  • La réabsorption des bicarbonates qui sont des molécules basiques.

L'impact des reins sur l'acidose est bien connu des patients qui présentent une insuffisance rénale.

Evidemment, boire insuffisamment d'eau est recommandé. A noter que, le sel consommé en excès et la sédentarité sont néfastes pour une bonne élimination rénale. Aussi, les reins sont sensibles aux molécules chimiques en tout genre: métaux lourds, tabac, Ibuprofène… Les diurétiques, pris pendant une longue période, épuisent les reins.

Bouger, faire du sport, boire suffisamment, éviter les excès de sel et les substances toxiques. Toutes ces pratiques permettent d'entretenir la fonction rénale, de préserver les reins, et donc l'équilibre acido-basique.

Le rôle de la peau

La peau joue également un rôle primordial dans sa régulation. Avec les reins, par l'intermédiaire de la sueur, la peau permet d'éliminer les toxines. Les glandes sudoripares (production de la sueur) et les glandes sébacées (production de sébum) participent à cette fonction d'élimination.

La sueur est principalement constituée d'eau et de sel, mais aussi d'acide lactique et d'urée. Comme les reins, elle les élimine. Par ailleurs, son pH est acide: entre 3,8 et 6,5.

La peau est elle-même acide: valeurs comprises entre 4,7 et 5,7. Cela est dû au sébum, constituant du film hydrolipidique qui protège les couches externes de la peau. En effet, celui-ci est constitué d'acides gras. Les excès de sébum ou les boutons sont considérés en naturopathie comme des voies d'excrétion de ces composés.

De nombreux facteurs perturbent le bon fonctionnement de la peau et donc possiblement l'excrétion des acides: le stress, une mauvaise alimentation, le tabac, la sédentarité, la déshydratation, les radicaux libres, une perturbation de la flore intestinale, des troubles hormonaux, des affections cutanées…

La flore intestinale

Elle intervient également dans la digestion. Son dérèglement engendre des fermentations productrices de gaz acidifiant1 (hydrogène, méthyl-acétate et même du méthane).

Les fibres prébiotiques doivent être également consommées en abondance, car leur fermentation dans le côlon permet la sécrétion d'acides butyrique, acétique et propionique par les bactéries intestinales. Le butyrate permet de lutter contre l'inflammation, la perméabilité intestinale et impacte positivement l'axe intestins-cerveau2.

Cependant, lorsque la flore intestinale est trop déréglée, les aliments riches en FODMAP sont en cause. Ils fermentent et produisent des acides en abondance3. Leur consommation peut favoriser la survenue de l'obésité4 et le syndrome du colon irritable5.‌ Ainsi, les fibres prébiotiques (et probiotiques) présentent de nombreux bienfaits, mais si la flore est trop déréglée, elles aggravent les maux de ventre, la constipation, la diarrhée, les ballonnements et les flatulences.

D'autre part, plusieurs études ont permis de mettre en évidence que l'excès d'acide urique dans le sang est associé à une flore intestinale perturbée6 7. Presque 30% de l'acide urique, produit par l'organisme, provient de fermentations intestinales.

Les acides biliaires, synthétisés dans le foie et transformés par la flore intestinale sont importants pour lutter contre les fermentations et la production d'acidité.

Enfin, ce n'est pas un hasard si en médecine chinoise, les intestins, la peau et les poumons appartiennent au même élément. En effet, la flore intestinale joue aussi un rôle prépondérant dans l'équilibre de la peau, en charge de l'élimination d'une partie des acides. Une flore déréglée peut entraîner de nombreuses affections cutanées8.

Ainsi, la flore intestinale agit à différents niveaux dans l'équilibre acido-basique par:

  • les fermentations intestinales qui libèrent des gaz acides: ces gaz se retrouvent ensuite dans le sang;
  • son action sur la production de bile;
  • l'interaction qu'elle peut avoir avec la peau.

Os et dents

Les dents, mais surtout les os, sont essentiellement constitués de calcium, un minéral basique.

Pour que le corps puisse maintenir un pH satisfaisant, le sang et les tissus acidifiés doivent nécessairement trouver des éléments alcalinisants. Par conséquent, il puise dans ses réserves minérales: dents, os, articulations, peau et cheveux.

Après des années d'excès d'acidité, la déminéralisation s'installe. Caries, ostéoporose, arthrose sont des troubles étroitement liés à l'acidification de l’organisme.

Oxydation

Si l'organisme contient des radicaux libres en abondance, les parois cellulaires subissent une peroxydation. Par conséquent, les cellules perdent leur capacité à échanger avec le milieu extérieur. Elles sont moins irriguées en oxygène et utilisent le glucose pour produire de l'énergie. De l'acide lactique est alors produit en abondance ; il est également mal éliminé. Les cellules deviennent acides.

L’équilibre acido-basique est donc intimement lié à l’état d’oxydoréduction du corps dans son ensemble.

Facteurs favorisants

Il existe un ensemble de facteurs qui impactent les différentes structures énumérées ci-dessus.

Stress - système nerveux

Le stress impacte les différentes structures impliquées dans la régulation acido-basique:

  • Digestion: le stress chronique détruit les cellules productrices d'acide chlorhydrique de l'estomac. Aussi, il diminue la production de bile par le foie. Enfin, il engendre des spasmes de l'intestin, perturbant le transit et générant de l'inflammation délétère pour la flore intestinale. Le stress impacte négativement les fonctions digestives.
  • Respiration: en cas de stress, la respiration est altérée. Les poumons éliminent moins efficacement le CO2 et les acides volatils.
  • Peau: l'impact du système nerveux sur la peau est évident, tant certaines maladies de peau ont une composante nerveuse. Le stress ralentit l'évacuation du sébum par les glandes sébacées et favorise la transpiration.
  • Flore intestinale: en cas de stress ou de dépression, sa composition diffère9.‌ Le stress est associé à la survenue du syndrome du côlon irritable. Aussi, il augmente la perméabilité intestinale10 et les désordres intestinaux11.
  • Oxydation: l'anxiété aggraverait l'oxydation de l'organisme12.

Système hormonal

L'excès d'acide urique dans le sang est directement corrélé aux hormones sexuelles:

  • Les œstrogènes naturels et la progestérone font baisser le taux d'acide urique13.
  • La testostérone les augmentent14.‌
  • Les ostéogènes, de type œstradiol de synthèse, favorisent un taux élevé d'acide urique15 16 (ceux des pilules et traitements hormonaux substitutifs de la ménopause).

Ainsi, la testostérone et les œstrogènes de synthèse contribuent à l'acidité de l'organisme.

Sédentarité

La sédentarité impacte négativement de nombreuses structures qui régulent cette acidité. Le sport ou une activité physique permettent:

  • de favoriser la digestion, notamment le péristaltisme intestinal;
  • d'agir favorablement sur la flore intestinale17;‌
  • de respirer et donc favoriser les échanges cellulaires et l'évacuation de CO2;
  • de favoriser l'évacuation de la sueur par la peau;
  • de soulager le stress.

Substances toxiques et métaux lourds

Enfin, de nombreuses substances chimiques peuvent perturber l'équilibre acido-basique:

  • métaux lourds, engrais, pesticides, herbicides: impacts sur les reins, l'oxydation, le foie et la flore intestinale;
  • tabac: impact sur les poumons, l'oxydation et la flore intestinale18;‌
  • médicaments: impact sur les reins et l'oxydation, voire la digestion et la flore intestinale.

Symptômes d'un déséquilibre acido-basique

L’acidification de l'organisme peut provoquer de nombreux symptômes. Généralement, ils apparaissent après plusieurs années d'acidose.

Déminéralisation

L’acidité oblige l’organisme à puiser dans ses réserves minérales pour neutraliser les acides. Ils rongent les tissus. Cela peut provoquer:

  • une parodontose et des caries;
  • une chute ou un grisonnement des cheveux;
  • de l'ostéoporose, de l'arthrite, de la polyarthrite, de l'arthrose, de l'ostéoporose, des affections de la colonne vertébrale, des hernies, des sciatiques;
  • un vieillissement cutané, une peau terne, fine et ridée. Des irritations, des fissures au coin des lèvres, de la neurodermite (eczéma);
  • une irritation des muqueuses : aphtes, ulcères, reflux gastro-œsophagien, brûlures d'estomac, perméabilité intestinale.

Formation de dépôts de sel et de graisse

Lorsque les acides se lient avec des minéraux basiques puisés dans les tissus, cela entraîne la formation de cristaux (sels). Ce phénomène peut favoriser l'apparition de:

  • goutte, rhumatismes, calcifications osseuses;
  • lipome, cellulite adipeuse, prise de poids au niveau du tour de poitrine et du tour de taille;
  • artériosclérose, hypertension;
  • calculs rénaux et vésicaux;
  • crampes musculaires, fibromyalgie.

Troubles digestifs

L’acidité nuit aux muqueuses digestives, entraînant des ulcères ou des colites. En cas d'un déséquilibre acido-basique, la digestion est altérée, provoquant des difficultés de transit et des ballonnements.

L’acidité favorise aussi le développement de champignons et germes indésirables tels que Candida albicans et Helicobacter pylori, qui prolifèrent dans des milieux acidifiés. Ces germes se multiplient, lorsqu'ils sont bien approvisionnés en sucre, leur nutriment préféré. Ils le métabolisent en gaz carbonique et en alcool, dont l'accumulation provoque des ballonnements et des selles dénaturées.

Insuffisance digestive

Lorsque la digestion s’opère moins bien, des troubles ORL, sanguins et nerveux peuvent apparaître:

  • Voies respiratoires: rhumes, rhinites, pharyngites, sinusites, otites, bronchites chroniques.
  • Varices, maux de tête et migraines.

Evacuation marquée, excès de sécrétions

Lorsque le corps est saturé, il tente d’éliminer les surplus: verrues, mucosités et pertes, transpiration, hémorroïdes, abcès, néoplasmes, psoriasis, acné, bouffées de chaleur, ulcère variqueux.

Troubles du système nerveux

L'acidose peut également se traduire par des troubles nerveux et psychologiques:

  • état de stress permanent, irritabilité;
  • déprime, état dépressif;
  • mains moites et froides, transpiration : sueurs froides, transpiration des pieds.

Immunité affaiblie

L'acidose provoque de l'inflammation et une baisse des capacités du système immunitaire.

Tumeur cancéreuse

Une tumeur cancéreuse est généralement acide. Elle présente un pH compris entre 6,5 et 7, alors que celui d'une cellule normale se situe aux alentours de 7,35.

L'acidité a tendance à s'accumuler dans les cellules cancéreuses. La membrane d'une cellule cancéreuse absorbe l'acidité de l'organisme et laisse difficilement passer le calcium, le magnésium et l'oxygène.

Cela peut favoriser une alcalinité excessive du sang et des tissus ; les acides sont absorbés par la tumeur, contrairement aux minéraux basiques. Ainsi, l'organisme peut être en alcalose, en réaction à une acidose de la tumeur. Le professeur Louis-Claude Vincent, fondateur de la bioélectronique, conseillait de rechercher la présence d'un cancer dans le cas d'un organisme en alcalose. L’acidité du corps favoriserait l'apparition d'un cancer. Cependant, avoir une alimentation trop alcaline une fois un cancer déclaré risquerait, au contraire, d'aggraver la maladie.

Test pH urinaire

Pour évaluer et réguler l'équilibre acido-basique du corps ou de l'organisme, vous pouvez mesurer le pH urinaire, à partir de bandelettes. Idéalement, la mesure doit se faire 3 fois par jour (matin, midi et soir) pendant 5 à 10 jours.

Prenez la languette, trempez-la dans un peu d’urine et contrôlez aussitôt le résultat avec l’échelle de mesure.

La 1ère mesure du matin se fait avec la 2ème urine. En effet, la 1ère urine du matin n'est pas révélatrice car elle est systématiquement acide. La nuit est une phase d'élimination des déchets qui rend les 1ères urines plus colorées. La mesure de la 2ème urine se situe en général entre 5,5 et 6,5 (cette valeur est inférieure en cas d'acidose).

La 2ème mesure du midi doit se faire avant le repas. Cette mesure se situe en général entre 6,0 et 7.

La 3ème mesure du soir se fait aussi avant le dîner. Généralement, elle se situe entre 6,5 et 7,5.

La moyenne journalière révèle le degré d'acidité:

  • En situation normale, les urines doivent avoir un pH moyen situé entre 6,5 et 7.
  • Si le pH journalier se situe fréquemment en dessous de 6,5: cela peut signifier une acidité importante.
  • Une valeur en dessous de 6 nécessite une prise en charge globale et approfondie de l'équilibre acido-basique, comme présentée dans cet article.
  • Une valeur au dessus de 7,5 peut être due à une infection urinaire.

Questions fréquentes

Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique ?

L'équilibre acido-basique se caractérise par des taux équilibrés d'acidité et d'alcalinité au sein de l'organisme.

Quels sont les symptômes d'un déséquilibre acido-basique ?

1. Déminéralisation osseuse
2. Rhumatismes, calculs rénaux, pathologies osseuses
3. Troubles digestifs et du système nerveux
4. Faiblesse immunitaire

Quelles sont les causes d'un déséquilibre acido-basique ?

1. Une alimentation inadaptée
2. Une digestion altérée
3. Une mauvaise ventilation pulmonaire
4. Une fonction rénale amoindrie
5. Une flore intestinale déséquilibrée
6. Le stress oxydant

Comment évaluer l'équilibre acido-basique du corps ?

L'équilibre acido-basique du corps peut être contrôlé à partir d'un test pH urinaire.


yann poulhalec
Yann Poulhalec, Auteur

Naturopathe, praticien en médecine chinoise et formateur pendant 12 ans. Actuellement rédacteur en chef de Doctonat.