Régime acido-basique

-

L'équilibre acido-basique de l'organisme est un facteur important pour la bonne santé. L'alimentation alcalinisante est fondamentale pour garder cet équilibre. Retrouvez ici la liste des aliments du régime acido-basique et des menus types pour le mettre en place facilement.

En bref

Objectifs

Réduction de l’acidité des tissus et organes.

Grandes lignes

Légumes, céréales, légumineuses, fruits, graisses saines. Peu de viandes ou produits laitiers.

Recommandations

Il est recommandé pour prévenir, les maladies ayant une composante acide : artériosclérose, dégénérescence articulaire, tendinites, acidité des muqueuses…

Avantages du régime acido-basique

Augmente l’espérance de vie et permet de rester en bonne santé
Efficace rapidement
Grand choix d’aliments
Fait perdre de l’eau et de la graisse, contribue à rétablir la fonction digestive

Facilité

Facile à suivre

Ressemblance

Il est similaire aux :

Précautions

Carence possible en vitamine D

L'équilibre acido-basique est essentiel au bon fonctionnement de l'organisme. Pour trouver cet équilibre, il est nécessaire de procéder par étapes successives.

Description

Citron : aliments et régime acido-basique.

Le régime acido-basique a été créé par le Docteur Thomas Remer, spécialiste allemand de la nutrition. Le sang a un pH qui se situe entre 7,35 et 7,45. Celui-ci, comme la température du corps, varie peu. Il détermine la bonne santé de l'organisme. Les tissus acides sont des tissus qui vieillissent plus rapidement. L'acidité de l'organisme peut être la source de nombreuses pathologies : artériosclérose, dégénérescence articulaire, tendinites, acidité des muqueuses…
L'indice PRAL permet de déterminer les aliments alcalinisants et acidifiants.

Les grands principes

  • Un régime sain doit approximativement être composé de 80 % d'aliments alcalinisants et de 20 % d'aliments acidifiants.
  • Mangez lentement, consciemment, dans le calme et en mâchant bien les aliments (ceci les rend plus alcalins).
  • Respectez la loi des incompatibilités alimentaires
  • Toute nourriture, de mauvaise qualité ou consommée en excès, produira de l'acidité.
  • Les excès alimentaires en général, surtout le soir, sont néfastes pour la santé. En effet, la nuit est le moment où le corps se purifie. Une surcharge, notamment en acides, entrave le travail.
  • Privilégiez les céréales complètes, ou semi-complètes, si vous avez du mal à les digérer.
  • Les crudités, si elles génèrent des difficultés digestives, sont à prendre en début de repas, en évitant de les consommer en hiver. Préférez la cuisson au wok.
  • Pas de fruits au réveil, car l’organisme est moins en mesure de les digérer.
  • L’eau doit être bue en dehors des repas.

Augmenter l'apport d'aliments alcalins

Légumes (sauf la tomate): artichauts, asperges, aubergines, avocats, betteraves, blettes, brocoli, carottes, céleri branche ou rave.
Choux : chou-fleur, choux de Bruxelles, Romanesco, choux vert, blanc, rouge.
Citrouille, concombres, courgettes, endives, épinards, fenouil, haricots verts, plats d’Espagne, beurre, navets, oignons, oseille, poireaux, poivrons, radis, salsifis, petits pois, salades
Pomme de terre, patate douce
Tofu
Aromates : aneth, basilic, cerfeuil, ciboulette, coriandre, estragon, menthe, origan, persil, romarin, sauge, thym
Champignons : cèpes, shiitakes, girolles, mousserons…

Fruits : abricots, ananas, banane, cassis, cerises, citrons, dattes, figues, fraise, framboises, grenades, groseilles, kaki, kiwi, mangue, melon, myrtilles, pamplemousse, pastèque, pêche pomme, raisins, tomate
Fruits secs : dattes, abricots, pruneaux, figues, raisins, bananes, mangue, ananas, pommes, cranberries, myrtille, goji
Fruits oléagineux : amandes, noix (brésil, pécan, cajou…), noisettes, pistaches, arachides...
Légumineuses : haricots (flageolet, azukis, bancs de Vendée, rouges), lentilles (vertes, corail), pois, fèves, pois cassés, pois chiche, soja
Céréales sans gluten : millet, amarante, quinoa, riz, sarrasin, sorgho, teff, maïs (farine, semoule, flocons)
Céréales avec gluten : blé, seigle, orge, avoine, triticale, épeautre, kamut
Graines : Graines de lin, de sésame, de tournesol, de pavot, de courge, pignons de pin
Laits végétaux : lait d’amande, d’avoine, de châtaignes, de coco, de chanvre, de graines de tournesol ou de sésame, lait d’épeautre, de kamut, de millet, de noisette, de noix, d’orge, lait de quinoa, de riz et de soja
Crèmes végétales : avoine, amande, riz, soja, noix de coco
Algues : laitue de mer, kombu, haricot de mer, wakamé, dulse avec des crudités, nori sushis, spiruline

Condiments : Gomasio, vinaigre de cidre, levure de bière, épices, moutarde, cornichons, câpres
Graines germées : de légumineuses, de céréales, alfalfa, radis, brocoli, poireaux, moutarde, courge, persil, cresson, roquette, chou chinois, navet,
Huiles oméga-3 : noix, chanvre, colza, lin, cameline, germe de blé
Huiles oméga-6 : olive, tournesol, carthame, sésame

Diminuer les aliments acidifiants

Viande blanche : veau, porc, lapin, volaille (poulet, poule, dinde, canard, pintade, pigeon)
Poissons maigres* : cabillaud, colin, églefin, limande, merlan, sole, thon en boîte
Poissons mi-gras*: hareng, maquereau, truite
Poissons gras*: sardine, saumon
Crustacés : huîtres, moules, coquilles Saint-Jacques, calamars, crevettes, langoustine, langouste, homard

Produits laitiers de brebis ou de chèvre : fromage, yaourt, crème, beurre
Sucre (surtout blanc) : réduisez autant que possible le sucre raffiné. Ne pas le remplacer par des édulcorants de synthèse, mais par le stévia, désormais en vente libre dans sa forme purifiée, ou par le xylitol, sucre de bouleau.
Sel (surtout blanc)
Miel et sucre : pour la préparation de gâteaux uniquement
Vin : 2 verres de vin/j maximum.

*Les poissons contenant trop de toxiques ne sont pas énumérés.

A éviter

Les boissons acidifiantes : soda, eau gazeuse, bière, café, alcools forts, vin blanc
Produits transformés et industriels : plats préparés, conserves, pain de mie, desserts, biscuits, pizzas, mayonnaise et ketchup…
Les produits raffinés : céréales blanches (pâtes, riz, semoule, farine, pain blanc…)
Les conservateurs, rehausseurs de gout, parfums de synthèse
Le lait de vache et dérivés : fromage, beurre, crème
Viande rouge : bœuf, cheval, agneau
Charcuterie : viande fumée, séchée ou salée, jambon blanc, le jambon cru, le bacon, les lardons, les saucisses sèches, le saucisson, la viande des Grisons, ainsi que les hot-dogs et certaines saucisses
Abats : tête et pieds, langue, cœur, ris, foie, reins, intestins, poumons, cervelle
L’huile d’arachide et l’huile raffinée
Toutes les graisses et huiles chauffées à plus de 110 / 120 degrés
Les viandes grillées

Les protéines animales, bien qu’acidifiantes, sont essentielles pour notre alimentation. Afin de limiter leur impact, il est primordial de les associer, au sein d'un même plat, avec des aliments alcalinisants, tout en veillant aux quantités.
Limitez au maximum les produits laitiers bovins (yaourts, crème fraîche, beurre, crèmes desserts, fromages) qui peuvent être remplacés par des produits issus de chèvre ou de la brebis, avec modération.

Eviter les aliments acides (difficultés pour digérer)

Fruits acides : citron
Légumes acides : oseille, épinards, cresson, tomate, choucroute
Vinaigre

Veiller aux incompatibilités alimentaires

Une alimentation mal digérée est vectrice d’acidité. Afin de soulager l'appareil digestif et d'éviter les fermentations, il est nécessaire d'éviter certains aliments.

Il est indispensable, pour, une digestion optimale, de ne pas mélanger :

  • les sucres (rapides ou lents) avec
  • les protéines animales et aliments acides (produits laitiers, légumes acides, vin, vinaigre…).

De ce fait, dans les habitudes françaises, certaines incompatibilités majeures ont leur place :

  • Céréales et pâtes avec la viande
  • Produits laitiers avec du pain
  • Fruits ou desserts en fin d’un repas, contenant des céréales
  • Pain et confiture au petit-déjeuner

Les fruits, aliments essentiels, peuvent être néfastes pour l'organisme, s'ils sont associés à certains aliments. Ils doivent toujours être consommés en dehors des repas, JAMAIS pendant un repas, ni en fin de repas (incompatible).

Eau

Boire 1 litre à 1,5 litre d'eau par jour, selon la corpulence. L’eau doit être bue en dehors des repas.
Choisir soit une eau peu minéralisée en bouteille (Volvic, Celtic, Mont Roucous, Rosée de la reine, Evian)
Ou
Filtrer son eau avec un système charbon actif (Brita, filtres charbon/céramique).

Cuisson

Modes de cuisson : wok, vapeur
Pour la cuisson : utilisez de l’huile d’olive, plus stable lorsqu'elle est chauffée, jusqu’à 140 degrés Celsius. L’huile ne doit donc pas fumer (pour l’éviter, ajouter 1 c. à c. d’eau, avant la cuisson).

Petit-déjeuner

Jus de légumes alcalinisant (carottes, betteraves) ou lacto-fermenté
Infusion d’ortie, prêle, camomille vulgaire, romarin ou thym

Yaourt de soja ou coco avec 2 c. à c. d’huile de cameline, lin ou noix
Ou
Pain complet avec de la purée d’amandes
Ou
Lait d’amande et muesli non sucré
Ou
Crêpes et gaufres avec compote sans sucre ou purée d’amandes.

Collation du matin 

Fruits frais, graines, graines oléagineuses

Déjeuner

Entrées

Salades : laitues, batavia, feuille de chêne, mâche, roquette, cresson
Crudités : carottes, épinards, betteraves, concombre, petits artichauts, radis, endives, salade, poivrons, oignon
Ou
Jus de légume : betteraves, brocoli, carottes, choux, citrouille, concombres, courgettes, épinards, fenouil, poireaux, radis

Y ajouter condiments, huiles végétales, aromates, algues, graines…

Plat

Viande, volaille ou jambon blanc : maximum 2 fois par semaine
Poisson : 2 fois par semaine
Œuf : 2 à 3 fois par semaine (à la coque, mollet, poché)
Fromage de chèvre ou de brebis : 1 fois par semaine

Légumineuses
Céréales complètes ou semi-complètes
Légumes

Dessert

A éviter
De temps en temps : compote sans sucre ajouté, dessert au soja, crème au lait d’amande ou de châtaigne, fruit cuit
Infusion : ortie, prêle, romarin, mélisse, angélique

Goûter 

Fruits frais ou cuits ou secs
Graines oléagineuses

Dîner

Léger, pris tôt, sans produits animaux, pour faciliter l’élimination des acides au cours de la nuit

Entrées

Jus de légume : betteraves, brocoli, carottes, choux, citrouille, concombres, courgettes, épinards, fenouil, poireaux, radis
Ou
Potage de légumes (+ lait végétaux)

Plat

Légumineuses
Céréales complètes ou semi-complètes
Légumes

Dessert

A éviter.
De temps en temps : compote sans sucre ajouté, dessert au soja, crème au lait d’amande ou de châtaigne, fruit cuit.

Hygiène de vie

En plus d'un régime acido-basique, la rééquilibration de l’équilibre du pH doit se faire par l’hygiène de vie :

  • Alimentation
  • Oxygénation
  • Réduction du stress
  • Respect des phases de repos
  • Cure de désintoxication une à deux fois par année, pour régénérer le corps et l'esprit
  • L'oxygénation, la marche au grand air, l'exercice physique, les séjours en altitude. Toute activité physique, qui favorise le métabolisme en général et accélère le rythme respiratoire, permet d'augmenter l'élimination des acides faibles et contribue ainsi à une désacidification de l'organisme.
  • Exercices de respiration, promenade dans la forêt ou en montagne.
  • Autres activités sportives et harmonieuses

Une journée au grand air provoque une acidification des urines, qui provient d'une part de l'augmentation du métabolisme musculaire, producteur d'acide lactique, et d'autre part, de l'augmentation générale du métabolisme de base. L'oxygénation oxyde de nombreux acides tissulaires et permet de les éliminer par les reins.

Pensez aussi aux séances de hammam et de sauna pour la transpiration.

Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.