Ginseng coréen (panax ginseng)

-

Considéré comme la variété la plus puissante, le ginseng Coréen possède de nombreuses vertus. Utilisé depuis des millénaires en médecine chinoise, il est reconnu pour ses vertus toniques et régénérantes.

Description

Feuilles et fleur de ginseng

Plante médicinale ancestrale originaire de l’est de l’Asie où elle est utilisée depuis plusieurs millénaires, le ginseng de son nom scientifique Panax Ginseng (« panax » qui guérit de tous les maux, « gin » homme et « seng » essence) est une petite herbe vivace aux fines feuilles vertes et dentelées, dont les fleurs donnent naissance à de petits fruits rouges, lesquels contiennent les graines. À l’autre extrémité, les racines de couleurs jaune pâle peuvent mesurer jusqu’à un mètre pour 5 à 8 cm de large.

Énergisant, revitalisant, stimulant pour le système immunitaire, mais aussi aphrodisiaque et équilibrant, le ginseng contribue à la bonne santé globale du corps.

Traditionnellement, le ginseng rouge baigné puis traité à la vapeur se distingue du ginseng blanc, uniquement nettoyé avant d’être séché. Bien que ces modes de préparations lui confèrent des propriétés différentes, le ginseng peut à la fois être utilisé pour calmer et affûter l’esprit (le Yang), mais aussi pour nourrir et fortifier le corps (le Yin).

Bienfaits et propriétés du ginseng

Le ginseng fait partie de la famille des plantes appelées « adaptogènes ». C’est-à-dire qu’il exerce une véritable fonction régulatrice sur le métabolisme en fonction de son état.

Ses principales molécules actives sont connues sous le nom de ginsénosides, et sont issues de la famille des saponines. On les trouve en différentes concentrations selon qu’il est question du ginseng rouge ou du ginseng blanc. Mais la racine contient également des acides gras, des polysaccharides, des hétérosides, des triterpénoïdes, des vitamines B, C, E, du zinc, du fer, du magnésium, du cuivre, du potassium, du phosphore, du calcium, de la silice, du manganèse ou encore du cobalt. C’est cette grande variété de principes actifs, d’oligo-éléments et de vitamines, qui lui octroie ses nombreuses vertus.

Stimule le système immunitaire

Une étude menée par le Department of Pharmacology, de l’Université de Milan en Italie a démontré qu’une supplantation quotidienne de 100 mg de ginseng standardisé durant 12 semaines, ajoutée d’une vaccination contre la grippe en semaine 4, ont significativement réduit le nombre de grippes ou de rhumes contractés, les faisant passer de 42 pour le groupe soumis au placebo, à 15 pour le groupe soumis à la prise de capsules de ginseng1.

D’autre part, l’école médicale Eastern Virginia de Norfolk aux États-Unis, a mené deux fois de suite et sur deux groupes différents composés respectivement de 89 et 109 personnes dont la moyenne d’âge se situait à chaque fois autour de 80 ans, une étude portant sur la prévention des maladies respiratoires aiguës à l’aide de ginseng nord-américain.

À raison de 200 mg par jour et tandis que chaque participant avait été vacciné contre la grippe au cours de l’année, l’administration de ginseng CVT-E002, sûre et bien tolérée, avait permis une réduction de 89 % du risque relatif d’ARI (apparition de deux nouveaux symptômes respiratoires ou un symptôme constitutionnel)2.

Efficace contre la fatigue

L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) ainsi que la Commission E (commission allemande de révision des phytomédicaments) reconnaissent l’utilisation du ginseng asiatique pour favoriser la récupération physique et la concentration intellectuelle, ainsi que pour tonifier l’organisme.

Une étude a démontré les bienfaits de l’administration de Panax ginseng sur 90 personnes atteintes de fatigue chronique, à raison de 1000 ou 2000 mg par jour pendant 4 semaines3.

De la même façon, les chercheurs de la Mayo Clinic de Rochester aux États-Unis ont pu démontrer une réduction des marqueurs de la fatigue liée aux cancers et à leurs traitements grâce à l’administration de ginseng américain à raison de 2 000 mg par jour durant 8 semaines4.

Dynamise la fonction cognitive

L’OMS et la Commission E reconnaissent également au ginseng asiatique, la capacité de favoriser la concentration intellectuelle.

L’administration de ginseng asiatique 200 mg, 400 mg et placebo, à trente volontaires âgés en moyenne de 22 ans durant 8 jours assortis d’une période d’abstinence de 6 jours, a montré une amélioration de la mémoire à court terme ainsi qu’un accroissement de la sensation de calme5.

Une autre étude menée par le Brain Sciences Institute de l’Université de Swinburne à Melbourne en Australie, a pu mesurer l’humeur, la fonction cognitive et la glycémie des participants, 1 heure, 3 heures et 6 heures après administration de ginseng américain. Quelle que soit la dose, il résulte de cet essai une amélioration de la mémoire de travail. À 100 mg, la précision du temps de réaction et le calme des sujets sont significativement améliorés6.

Toutefois, les deux études concluent à un besoin de recherches plus poussées.

Tonus sexuel

Le ginseng est très largement présent dans la pharmacopée traditionnelle chinoise, notamment lorsqu’il est question du traitement des troubles érectiles. Aussi, le Korea Food Research Institute, s’est intéressé à son efficacité dans ce domaine. Si l’effet significatif du ginseng rouge coréen par rapport au placebo est évident, d’autres études restent nécessaires afin de tirer des conclusions définitives7.

De la même façon, la supplémentation en ginseng rouge de femmes ménopausées à raison de 3 capsules de 1 gramme par jour, a significativement amélioré les scores, mesurés à l’aide de questionnaires remplis après une période de deux semaines d’élimination, de la mesure de l’excitation sexuelle8. Cependant, une autre étude mêlant l’utilisation de Panax Ginseng et Ginkgo Biloba, présente une conclusion différente, en indiquant l’absence totale de bénéfice chez la femme ménopausée9.

Diabète

Plusieurs études ont été menées afin de connaître l’incidence de la prise de plantes médicinales et de compléments alimentaires sur les personnes souffrant de diabète, ou intolérantes au glucose. Au total, 58 essais ont été compilés. Dans 76 % des cas, l’amélioration du contrôle glycémique était probante avec les meilleures preuves d’efficacité obtenues spécifiquement grâce au ginseng américain10 11.

Cancer

Si le nombre d’études reste encore insuffisant, plusieurs cas de recherche et d’études épidémiologiques tendent à démontrer les bienfaits de la prise de ginseng asiatique dans la prévention de certains cancers12. Une vaste étude épidémiologique durant laquelle 1455 femmes chinoises souffrant d’un cancer du sein ont été suivies, a pu montrer un taux de survie plus élevé chez les participantes qui prenaient du ginseng avant le diagnostic de leur maladie, et un confort de vie amélioré chez celles dont la prise avait suivie le diagnostic13. En 2010, une étude incluant un placebo a pu être publiée14. Selon les résultats, après la prise de 1 000 mg de ginseng rouge de Corée chaque jour durant 3 ans, et 8 années supplémentaires de suivi, les participants masculins atteints de gastrite atrophique chronique, avaient bénéficié d’un effet préventif significatif contre le cancer, quel qu’en soit le type.

Ginseng blanc et ginseng rouge

racine riche en principes actifs: les ginsénosides

En tant que racine et donc en tant que complément alimentaire, le ginseng se présente sous plusieurs variétés aux propriétés différentes selon leur couleur.
Il se décline selon deux variétés de ginseng rouge et ginseng blanc. Cultivé en Corée, il est reconnu pour ses propriétés tonifiantes et stimulantes, et sa forme parfois anthropomorphe.

Le ginseng coréen rouge provient en majorité d’Asie du Sud-est. Épluchées, ses racines sont traitées à la vapeur afin de préserver l’ensemble de leurs qualités. Il s’agit de la variété de ginseng la plus riche en saponines avec 32 types différents (notamment de genre Rg) mais aussi en vitamines D, ce qui lui confère des propriétés énergisantes pour l’organisme, stimulantes pour les défenses immunitaires et fortifiantes.

Le ginseng coréen blanc est obtenu après épluchage et séchage des racines. Très riche en saponine de type Rb, cette variété de ginseng joue un rôle plus équilibrant et apaisant, notamment en ce qui concerne les troubles de l’humeur, le sommeil et le stress. Elle contient plus de 20 variétés de saponines différentes.

Procédé de fabrication

Avant de pouvoir être proposées à la consommation en tant que complément alimentaire, les racines doivent au moins atteindre l’âge de 4 ans. Ce n’est qu’à partir de cette date qu’elles peuvent être récoltées puis préparées.

Le ginseng blanc est la forme de la racine simplement nettoyée, pelée, puis séchée au soleil. Ainsi conditionnée, elle peut être conservée jusqu’à un an.

Le ginseng rouge quant à lui, est préparé en étant plongé dans un bain liquide à base de sucre avant d’être passé à la vapeur. C’est ce traitement qui lui donne sa couleur rougeâtre caractéristique, tout en préservant ses qualités et en prolongeant sa conservation dans de bonnes conditions. Pour cette raison et parce qu’il est généralement récolté plus vieux aux alentours de 6 ans, on le dit généralement meilleur et plus efficace, mais aussi plus cher.

À noter que les conditions de culture du ginseng ou le climat peuvent avoir une incidence sur la qualité et les propriétés de la racine.

Les différentes formes

Le ginseng peut se consommer de différentes façons :

  • Frais en morceaux à mâcher ou à ajouter aux repas
  • En poudre ajoutée aux plats, dans un yaourt ou dans une boisson
  • En capsules ou en gélules à avaler avec un verre d’eau juste avant de manger
  • En infusion grâce à quelques tranches portées à ébullition dans trois volumes d’eau, ou en décoction à laisser macérer plusieurs heures et à consommer 30 minutes avant de passer à table
  • En sirop concentré
  • En pâte à dissoudre dans un peu d’eau
  • En ampoule, de préférence le matin à jeun

A ne pas confondre

Il existe d'autres ginseng qui ne viennent pas de Corée et qui n'ont pas exactement les mêmes caractéristiques.

Ginseng américain ou Panax Quinquefolius

Plus petites et plus rondes, les racines du ginseng américain poussent essentiellement dans le Nord-est du pays bien qu’elles soient de plus en plus rares à l’état sauvage.

Riche en ginsénosides dont il présente 14 variétés, en acides aminés, et en vitamines B et C, le ginseng américain présente des bienfaits comparables au ginseng coréen mais plus doux.

Ginseng chinois ou Panax Notoginseng

De couleur plus foncée, le ginseng chinois est cultivé dans la partie centrale et le sud de la Chine. Très riche en saponines dont il présente jusqu’à 15 variétés, ce type de ginseng contient notamment des ginsénosides de types Rg1, Re, Rb1, et Rd.

Son utilisation est assez différente, puisque le Panax Notoginseng présenterait une efficacité sur la coagulation sanguine, ainsi qu’un effet protecteur face aux maladies cardiovasculaires, et aux risques de cancer.

Ginseng japonais ou Panax Japonicus

Plus longues et plus fines, on retrouve ces racines riches de 8 variétés de saponines partout au Japon, en Inde, mais aussi dans le sud de la Chine.

Cette variété particulièrement adaptogène, est notamment utilisée pour renforcer le système immunitaire et rendre sa force à l’organisme. Son action serait également favorable à la stimulation de l’activité cérébrale ainsi qu’à la mémorisation.

En pratique

La dose de ginseng journalière recommandée dépend de l’usage, de la pathologie, ou du besoin. Cependant il est conseillé de ne pas dépasser 2 g ou 2 000 mg de ginseng par jour.

Dosage et posologie du ginseng

Pour stimuler le système immunitaire, prendre 100 mg à 200 mg deux fois par jour.

En cas de fatigue, de convalescence, ou pour une stimulation de la fonction sexuelle, prendre quotidiennement 200 mg de ginseng en une à trois prises, ou prendre de 500 mg à 2 g de racines en capsules ou en décoction.

Durée des cures

La durée d’une cure peut varier en fonction des recommandations locales.

La Commission E allemande conseille un traitement d’une durée générale de 3 mois, tandis que la médecine traditionnelle chinoise, n’indique aucun temps de prise maximal.

Utilisation

Selon l’OMS, la prise de ginseng doit se faire de préférence le matin, en raison de l’effet stimulant de la racine.

Précautions d’emploi

La consommation de ginseng est déconseillée en cas d’hypertension artérielle et de prise d’un traitement anticoagulant.

Par mesure de précaution, elle est également à éviter chez les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ou allaitantes, et en association avec la prise d’IMAO (inhibiteurs de monoamine-oxydase, une classe d’antidépresseurs).

Contre-indications

Bien que le ginseng ne présente que peu de contre-indications, il est préférable de ne pas le consommer en cas d’hypertension artérielle, de troubles cardiaques ou d’insomnie.

En l’absence de données plus précises, il est éagalement recommandé d’éviter la prise de ginseng en cas de cancer hormonodépendant, ou de risque avéré d’en déclarer un.

Effets secondaires

À l’heure actuelle et dans le respect des doses journalières maximales recommandées, il ne présente aucun effet secondaire avéré.

Toutefois, en cas de consommation excessive et prolongée, diarrhées, nausées, hypertension artérielle, et palpitations cardiaques peuvent apparaître.

Interactions médicamenteuses

Le ginseng peut avoir des effets affaiblissant sur l’efficacité des médicaments anticoagulants, et pourrait également avoir une action sur les médicaments hypoglycémiants. Deux études menées en 2004 obtiennent à ce sujet des résultats différents15 16. Il se pourrait également qu'il interfère avec les stimulants du système nerveux central et certains antidépresseurs comme les inhibiteurs de la monoamine-oxydase.

À noter enfin que la consommation de thé, de guarana et de café est à éviter tout au long d’une cure de ginseng.


Collectif thérapeute

Un ensemble de thérapeutes ont participé à cet article.